Wall Street : le Dow Jones à son plus bas depuis juin 2016

 |   |  441  mots
Le Nasdaq a baissé de 1,96%, reculant de 3,53% sur une semaine. Le S&P 500 a lâché 2,12%, en baisse de 3,85% sur la semaine.
Le Nasdaq a baissé de 1,96%, reculant de 3,53% sur une semaine. Le S&P 500 a lâché 2,12%, en baisse de 3,85% sur la semaine. (Crédits : Carlo Allegri)
Le Dow Jones Industrial Average a abandonné 2,54% vendredi et perdu 4,12% sur la semaine. Une chute due à la crainte d'une envolée des rendements obligataires après l'annonce d'une croissance soutenue des salaires américains, ainsi qu'à une série de résultats d'entreprises jugés décevants.

Le Dow Jones a subi un revers majeur vendredi, affichant en pourcentage sa pire séance depuis juin 2016, lesté par la chute d'ExxonMobil et Chevron et par l'envolée des taux d'intérêt. Selon des chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a abandonné 2,54%, ou 665,75 points, à 25.520,96 points, perdant sur la semaine 4,12%.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a baissé de 1,96%, ou 144,92 points, à 7.240,95 points, reculant de 3,53% sur une semaine. Le S&P 500 a lâché 2,12%, ou 59,85 points, à 2.762,13 points, en baisse de 3,85% sur la semaine.

Une hausse des taux de la Fed en vue

Selon le rapport mensuel sur le marché du travail diffusé vendredi, la progression des salaires sur douze mois a atteint, à +2,9%, son rythme le plus rapide depuis près de neuf ans, signe d'un resserrement du marché de l'emploi et peut-être d'une future accélération des prix.

"C'est une bonne nouvelle pour les travailleurs mais cela laisse entendre que l'inflation sur les salaires prend racine, et cela peut être une mauvaise nouvelle pour les marchés", a remarqué Ken Berman de Gorilla Trades. "Cela donne à la banque centrale américaine (Fed) un feu vert pour augmenter ses taux, ce qui a historiquement rendu les marchés nerveux", a-t-il poursuivi.

"Les chances de voir davantage de hausses de taux que les trois anticipées par la Fed en décembre sont plus grandes", a ajouté Mickey Levy de Berenberg.

Et Peter Cardillo de First Standard financial de résumer:

"Un vieil adage dit que ce qui est bon pour l'économie ne l'est pas forcément pour Wall Street".

Sensible aux perspectives d'inflation, le taux de rendement des bons du Trésor américain à 10 ans s'est d'ailleurs envolé jusqu'à 2,853% en séance contre 2,790 jeudi soir. Depuis le début de l'année, ce taux a augmenté de 18%, bien au-delà des anticipations des économistes. Celui à trente ans a atteint 3,098% contre 3,024% la veille.

ExxonMobil, Chevron, Apple et Alphabet en baisse

Membres du Dow Jones, les deux majors pétrolières ExxonMobil (-5,10% à 84,53 dollars) et Chevron (-5,57% à 118,58 dollars), ont par ailleurs accéléré le recul de l'indice vedette de Wall Street après la publication de leurs résultats. Ces deux sociétés ont envoyé au tapis l'indice regroupant les valeurs de l'énergie au sein du S&P 500 (-4,13%).

Apple a aussi fortement reculé (-4,42% à 160,37 dollars), après avoir fait état de ventes d'iPhone en baisse pendant les fêtes par rapport à l'année précédente, et Alphabet (maison-mère de Google) a été victime d'une amputation de ses profits en raison de la forte augmentation de ses coûts (-5,28% à 1.119,20 dollars).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2018 à 15:36 :
Je pense que le stagiaire de la TRIBUNE qui a rédigé l'article s'est trompé et voulait parler de juin 2017
a écrit le 04/02/2018 à 20:06 :
Et alors ?
Il y a rien qui rentre dans ma poche donc je m’en fiche.
Réponse de le 05/02/2018 à 16:27 :
La Tribune ne doit pas faire des articles que sur des actifs que vous détenez ? Merci de leur transmettre la liste.
a écrit le 04/02/2018 à 16:46 :
Le Dow Jones à son plus bas depuis juin 2016, en une séance! C'est un crash boursier pire que celui de septembre 2008 dont seul la Tribune a l'information.
a écrit le 03/02/2018 à 20:48 :
Est-ce que quelqu’un peut relire le titre avant l’impression !! C’est souvent utile mais là c’est carrément indispensable
a écrit le 03/02/2018 à 15:10 :
La température de la bourse au jour le jour est insupportable...il y a peu vos articles nous rapportaient exactement l'inverse....:)
a écrit le 03/02/2018 à 14:01 :
Le titre "le Dow Jones à son plus bas depuis juin 2016" n'est pas digne d'un titre de presse économique !!!
Un peu plus de rigueur svp
a écrit le 03/02/2018 à 13:19 :
Ah bon ? Pas un mot sur des resultats jugés décevant hier sur bfm business.
Au contraire meme, moins d'aphoneX mais produit plus de marges et au final resultats record d'apple.
Les petrolieres, la remontée du petrole a eut lieu en fin d'année seulement.
Ils disaient meme qu'il s'agissait d'une espiration et que c'était l'occasion de racheter un peu moins cher
a écrit le 03/02/2018 à 12:57 :
« Le Dow Jones à son plus bas depuis juin 2016 » ??

Faux et archi faux.
Ce qu’a voulu ecrire le journalisme est certainement « Le Dow Jones signe sa plus importante baisse journalière depuis Juin 2016 »

Soyez plus sérieux et plus rigoureux lorsque vous rédigez svp.
Le Dow Jones caracole encore à 25500 et est toujours sur des sommets, en hausse depuis le 01.01.2018 et largement au dessus des niveaux de 2016 et 2017.
a écrit le 03/02/2018 à 12:03 :
C'est la bourse, pendant 6 mois les médias de masse nous parlent de records absolus, de croissance infinie puis patatatra en quelques jours plus rien.

Solide économie que l'économie financière ya pas à dire hein, avec ça on peut super bien bosser...
Réponse de le 03/02/2018 à 14:34 :
Sauf que le titre de l'article est faux.
Le Dow Jones est en fait revenu à son niveau de début janvier...2018.
Réponse de le 03/02/2018 à 19:04 :
Ce qui ne change rien à ce que j'ai écris mais c'est bien de le préciser au moins...

Votre amour pour moi vous égard c'était un commentaire que vous auriez du poster pour apporter cette précision et non une réponse à un commentaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :