Les Etats-Unis de Trump en shutdown : quelles conséquences ?

 |   |  616  mots
Le Trumpshutdown, un an jour pour jour après l'entrée en fonction de Donald Trump, devrait se traduire par la mise en congé d'office sans paie de plus de 850.000 fonctionnaires fédéraux considérés comme non-essentiels au fonctionnement de l'administration.
Le Trumpshutdown, un an jour pour jour après l'entrée en fonction de Donald Trump, devrait se traduire par la mise en congé d'office sans paie de plus de 850.000 fonctionnaires fédéraux considérés comme "non-essentiels" au fonctionnement de l'administration. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Le gouvernement fédéral américain se retrouve officiellement à court d'argent ce samedi après l'échec des négociations entre républicains et démocrates. Pour la première fois depuis 2013. Revue de détail des effets de cette fermeture partielle des services fédéraux.

Un an jour pour jour après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les Etats-Unis sont officiellement entrés ce samedi en mode "shutdown", le gouvernement fédéral américain se retrouvant à court d'argent après l'échec des négociations entre républicains et démocrates. Il a manqué dix voix au Sénat pour que soit adoptée une proposition de loi écartant jusqu'au 16 février cette situation de "shutdown".

Pour la première fois depuis 2013, le gouvernement fédéral va devoir fermer des dizaines d'agences à travers le pays. Sous Barack Obama, le "shutdown" avait duré 16 jours en octobre 2013.

Ce Trumpshutdown devrait se traduire par la mise en congé d'office sans paie de plus de 850.000 fonctionnaires fédéraux considérés comme "non-essentiels" au fonctionnement de l'administration. Revue de détail de ces effets :

  • Maison Blanche : plus de 1.000 des 1.715 employés au siège de la présidence seront mis en congé. Les activités du président ne sont pas concernées : le déplacement de Donald Trump à Davos est maintenu.
  • Armée : le "shutdown" n'aura aucun impact sur les interventions en cours en Afghanistan, en Irak et en Syrie, a annoncé le département de la Défense vendredi. Le statut des 1,4 million de militaires en service actif reste inchangé selon le Pentagone, mais ils ne seront peut-être payés avec retard. Plus des trois-quarts des 721.000 employés civils du Pentagone, le plus gros employeur public, seraient mis en congés sans solde, selon le Washington Post.
  • Justice : moins de 10% des 115.000 employés dépendant du ministère devraient être concernés, les 95.000 autres étant considérés comme "personnels essentiels". Les tribunaux fédéraux, dont la Cour suprême, disposent des budgets suffisants pour fonctionner pendant trois semaines.
  • Impôts : La quasi-totalité (95%) des employés des services fiscaux (IRS) seront mis en congés, ce qui retardera la collecte et remboursement de l'impôt sur le revenu. En 2013, la conséquence avait été des retards de remboursements d'impôts d'un montant total de 4 milliards de dollars, selon les services budgétaires de la Maison blanche.
  • Finance : le gendarme des marchés, la Securities and Exchange Commission (SEC), se finance lui-même en prélevant des commissions auprès du secteur financier, mais son budget est fixé par le Congrès. Le gendarme des marchés des produits dérivés, la Commodity Futures Trading Commission, a annoncé qu'elle mettrait en congé 95% de ses employés avec la possibilité d'en faire revenir en cas de situation d'urgence.
  • Santé : En 2013, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avait dû suspendre son programme de surveillance de la grippe. Aucune menace de ce type cette année, selon un responsable des CDC.
  • Sites touristiques et parcs nationaux : l'administration Trump s'est organisée pour maintenir ouverts certains des plus de 400 parcs et musées nationaux en faisant appel à des sous-traitants. A Washington, les grands musées Smithsonian, le zoo, le Lincoln Memorial, la Bibliothèque du Congrès et les Archives nationales devraient rester ouverts .En 2013, l'Etat avait perdu 500 millions de dollars de revenus tirés du tourisme, selon la Maison Blanche.
  • Washington : la capitale fédérale, financée directement par le Congrès, fermerait ses services de ramassage des ordures, de nettoyage des rues et ses bibliothèques. Les écoles et les transports publics continueraient de fonctionner.
  • Impact économique : le "shutdown" n'aura pas de conséquences sur la note (AAA, la plus haute) des Etats-Unis, selon l'agence de notation Fitch. Les marchés financiers ne semblaient pas inquiets vendredi, les Nasdaq et le S&P 500 ayant atteint de nouveaux records.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2018 à 22:08 :
C'est effarant que la soit-disant première puissance mondiale trouve normal de traiter sa population comme ça. Parce que ce n'est pas la première fois qu'un shutdown arrive, et s'il y en a encore un aujourd'hui c'est que ce n'est pas considéré comme prioritaire qu'il n'y en ait pas. Comment font les Américains pour rembourser leurs crédits (et accessoirement pour vivre), s'ils ne sont pas payés ? Ils prennent un autre crédit ? Ce ne serait pas un événement sponsorisé par Morgan Stanley, le shutdown des Etats-Unis ?!

ça me rassure (un peu) sur les vertus de la cinquième république française, comparée au régime semi-populiste des états-unis. Certes les Etats-Unis n'ont ni Macron ni une dette publique de 98% de leur PIB. Mais Trump, une dette publique à 75% du PIB, plus les shutdowns, ça n'est pas vraiment mieux.
a écrit le 21/01/2018 à 21:14 :
pas de soucis

Les riches on des réserves de dollars en stock

Les pauvres on des réserves de graisse en stock

Et certains on les deux.

Tout ira bien UP UP UP.
a écrit le 21/01/2018 à 19:28 :
le Financial Times aujourd'hui fait un article à propos de la hausse importante des défauts de paiement des ménages américains sur les crédits conso (cartes de crédit).
le taux d'épargne des ménages est à un niveau extrêmement faible de 2,9%. comme avant 2008.
78% des salariés à temps plein américains vivent "paycheck to paycheck" (ne peuvent épargner) contre 75% en 2016 (Careerbuilder, 08/2017). seuls 35% des américains sont positifs sur leurs finances contre 48% en 2015 (Bloomberg, 29/11/2017).
baisse des ventes auto et Les Echos nous disaient il y a quelques semaines que les défauts de paiement augmentent sur les prêts auto.
CNBC fait en ce moment des articles mettant en avant le montant de l'actif net de l'immobilier des ménages US sur lequel les consommateurs pourraient s'appuyer pour faire des dépenses à crédit (home equity loans). comme avant 2008 ?
en novembre, l'augmentation du crédit à la consommation a été la plus forte depuis 2001. parce-qu'il n'y a plus d'épargne ?
la proportion de travailleurs bas salaires est toujours la plus élevée des pays développés (OCDE). la pauvreté et les inégalités sont toujours très élevées (OCDE, UNICEF).

problème budgétaire dans le privé comme dans le public.
Réponse de le 21/01/2018 à 23:58 :
Commentaire intéressant, que je compléterais en disant que lors des années avant 2007, la dette publique américaine augmentait faiblement, aujourd’hui les niveaux de déficit budgétaires semblent beaucoup moins raisonnables.
Et la réforme fiscale de Trump peut faire déraper les comptes publics.
a écrit le 20/01/2018 à 22:55 :
La Chine attend patiemment son statut de première puissance mondiale.
Et quand ça arrivera, le premier réflexe de la Chine sera de dire: mais au fait, pourquoi on paie notre pétrole en dollar?
Donc au lieu de faire des shutdowns avec toute la mise en scène qui va avec, les usa devraient plutôt imprimer pleins de billets parce que pour l'instant , le dollar, c'est encore le dollar, on peut faire n'importe-quoi avec, ça mettra toujours les yeux pleins d'étoiles.
Et puis après ça sera plus le cas, les USA si ils veulent continuer à vivre au dessus de leurs moyens, il faudra bosser. Ou faire une bonne guerre !
Réponse de le 28/01/2018 à 8:42 :
Si tu les admires tant va donc y vivre
a écrit le 20/01/2018 à 19:18 :
Rien de nouveau
Tous les ans et surtout chaque annee qui suit l'investiture d' un nouveau President des USA c'est la meme chose
Mais, comme d'hab.dans l'hysterie collective des medias francais de la bien pensance,subventionnes honteusement a 2,5 milliards/an ,il faut laisser croire que c'est la faute de Trump,l'occasion est trop belle
a écrit le 20/01/2018 à 18:54 :
19 shutmachin depuis 1976, soit presque 2/an en moyenne. Avec la planche à billets, pas de problème pour la rallonge. Priorité pour le budget militaire, maintenu au chiffre record mondial de 622 milliards de $. Soit 17,3 % du budget total , 4 % du PIB et 40% du budget mondial des dépenses militaires. America first !
a écrit le 20/01/2018 à 16:29 :
Cirque médiatique américain habituel.....toute la planète financière retient son souffle....😁😁😂
a écrit le 20/01/2018 à 15:06 :
C est là que l’on se rends compte que l on se passe très bien de certains fonctionnaires en france si on en supprimais 1,5 millions sur les 6,5
On irais beaucoup mieux mais le courage ! Est ce qu il manque à nos politiques !!!
Réponse de le 20/01/2018 à 17:18 :
Effectivement avec 60% 'effectifs en moins la Maison blanche ne pourra être que plus efficace... et c'est connu, les militaires sont bien plus motivés pour se faire trouer la peau quand leur solde n'arrive pas à la maison.

Pour le fond, on a un prêté pour un rendu, les républicains avaient provoqué délibérément le shut down en 2013 contre Obama pour l’empêcher d'adopter l'Obamcare.

Par contre, ce qui devrait paniquer les républicains, c'est qu'ils sont supposés avoir la majorité absolue au sénat. Qu'il leur manque 11 voix pour faire passer la loi de rallonge budgétaire est un très mauvais signe et les élections de mid-term auront lieu dans moins d'un an (6 nov 2018).

Il me semble que même les républicains sont effarés par la folie budgétaire de Trump qui a renoncé à des centaines de milliards de rentrées fiscale sans avoir le début d'une réflexion sur la dette publique.
a écrit le 20/01/2018 à 14:24 :
dans sa campagne ils disais deja tous et n importe quoi ?, donc ils l ont voulue ?il en ont pris pour 5ans, deja un ans de passez, bon courage a ceux qui le suivrons de pres et qui doivent eviter QU IL NOUS DECLANCHE UNE GUERRE MONDIAL???
Réponse de le 20/01/2018 à 15:12 :
oui exactemnt come nous en france avce macron, ont la voulue ont la eue, meric les francais. pour vu quil ne declanche pas la guere avec la belgique.......une foi.
Réponse de le 20/01/2018 à 15:18 :
Ils n'en ont pas pris pour 5 ans, mais 4, sauf s'il est réellu fin 2020, et dans ce cas, les étatsuniens devront se le taper encore 7 ans. Sachant qu'ils ne pourra être élu une troisième fois (sauf changement de loi).
Réponse de le 20/01/2018 à 15:59 :
On a mal aux yeux en lisant votre message tellement il y a de fautes d'orthographe ( 16 de répertoriées ). Le Trump bashing continue de faire rage, malgré des résultats spectaculaires ...
Réponse de le 21/01/2018 à 10:12 :
@mimi
Les résultats de l'économie américaine qui tourne à crédit sont bons cette année, mais quel rapport avec Trump? L'accélération de la croissance, c'est dans le monde entier...
a écrit le 20/01/2018 à 11:24 :
A court de billets de Monopoly? Va falloir demander à en réimprimer d'urgence alors.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :