Comment aider les seniors à devenir eux aussi créateurs d'entreprise

 |   |  927  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
S'appuyant sur un sondage CSA, l'APCE (Agence pour la création d'entreprises) fait des propositions afin de développer la création d'entreprises en France par des seniors. Un moyen pour ces derniers d'améliorer leurs revenus, d'éviter le chômage et de valoriser leur expérience. A condition que plusieurs obstacles soient levés.

Selon un sondage CSA commandé par l'APCE, l'Agence pour la création d'entreprises, un Français sur deux considère que créer son entreprise est une option sérieuse pour une fin de carrière ou lors de la retraite. Parmi les seniors actifs, 17% sont mêmes prêts à s'engager dans cette voie. Elle constitue à leurs yeux un bon moyen pour compléter ses revenus, devenir son propre patron et pour développer un projet.

Dans le détail des réponses, la création d'entreprise est perçue comme un moyen d'augmenter ses revenus par trois Français sur quatre et 64 % des seniors. La démarche entrepreneuriale correspond à un épanouissement personnel pour 74% des Français et 62% des seniors actifs, à une évolution positive de carrière (68% et 51%), à la constitution d'un patrimoine (65% et 53%) et à la possibilité de choisir le moment de son départ à la retraite (64% et 59%).

L'entourage familial ne serait pas un obstacle à un tel projet puisqu'un Français sur deux (49%) encouragerait un senior de sa famille à créer son entreprise. D'autant qu'aux yeux des sondés, les seniors peuvent compter sur leurs réseaux professionnels (pour 81% des Français et 76% des seniors) et sur leur expérience (78% et 77%). Ils peuvent ainsi valoriser leurs compétences (pour 83% des Français et 78% des seniors actifs) voire réalisé enfin un rêve entrepreunarial repoussé pendant leur carrière (80% et 74%) ou au moins maîtriser leur fin de vie professionnelle (79% et 73%). Ainsi, devenir chef d'entreprise quant on est senior, reste considéré comme une occasion de rebondir après un licenciement (pour 36% des Français et 41% des seniors actifs) ou de créer son propre emploi face à la faiblesse de l'emploi des plus de 50 ans (76% et 78%).

Tout n'est pas pourtant facile dans cette situation. Surtout en l'absence d'un capital de départ à investir dans la nouvelle entreprise (frein majeur selon 43% des Français et 51% des séniors). Autre obstacle à franchir : la complexité des démarches visant à créer une entreprise (36% et 35%).

Il va de soi qu'une aide publique pour sécuriser les premiers mois d'activité de la nouvelle entreprise serait un coup de pouce important aux yeux de 32% des Français et de 30% des seniors actifs. Du coup, l'APCE s'appuie sur ce sondage pour faire des propositions :

- augmentation de la quotité de garantie d'Oséo à destination du public senior.

- faire jouer systématiquement les conventions Aeras pour les seniors en difficulté dans leur obtention d'assurance complémentaire de leur prêt professionnel.

- permettre aux créateurs retraités de bénéficier d'une exonération de cotisations sociales d'une durée d'un an.

- renforcer l'information sur le cumul retraite/création.

 

 L'APCE a en effet recensé les difficultés actuelles rencontrées par les seniors lors d'une telle démarche et les moyens de les contourner.

"L'âge des seniors peut générer des refus d'obtention de prêt par les banques Les fonds régionaux de garantie complètent le fond national d'Oséo. Ils interviennent systématiquement en complément des fonds nationaux et permettent aujourd'hui d'augmenter la part de risque garanti jusqu'à 70 %, en renforçant ainsi l'effet incitatif des interventions en garantie d'Oséo. Techniquement, Oséo et les Régions ont signé des conventions-cadres en particulier pour les FRG (Fonds régionaux de Garantie) et les FRI (Fonds régionaux d'Innovation) couvrant la plupart des besoins essentiels en matière de création, d'innovation et de développement.

 L'augmentation de la quotité pour un public senior âgé d'au moins 50 ans, aujourd'hui fixé à 70 % sans segmentation de public, serait articulée avec le soutien des fonds régionaux de garantie."

 

L'APCE préconise que "tout senior sollicitant un prêt bancaire pour son projet de création ou de reprise d'entreprise puisse trouver une réponse de garantie bancaire allant jusqu'à 80 % du montant du prêt. Les créateurs ou repreneurs âgées de plus de 50 ans peuvent, dans certains cas, être confrontés à des refus de prêt bancaire au motif du rejet de l'assurance obligatoire. La convention Aeras (S'Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) a pour objet d'élargir l'accès à l'assurance et à l'emprunt des personnes ayant ou ayant eu un problème grave de santé. Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs, elle est en vigueur depuis le 6 janvier 2007.

Elargir les conventions Aeras à un public senior créateur ou repreneur âgé au moins de 50 ans dans le but de faciliter leur accès au crédit. Les retraités créateurs représentent aujourd'hui le seul public n'ayant pas d'accès à un dispositif d'exonération de cotisations sociale. Ces deux systèmes d'exonération reposent sur le même principe, à savoir une exonération partielle de cotisations sociales d'une année plafonnée à des revenus annuels n'excédant pas 120 % du Smic

Créer un unique système d'exonération de cotisations sociales qui inclurait les retraités. Permettre aux créateurs retraités de bénéficier d'une exonération de cotisations sociales d'une durée d'un an.

La perception limitée des seniors sur les dispositifs existants et sur la démarche même de création d'entreprise. Des canaux d'information existent sur la retraite et d'autres sur la création d'entreprise.Accroître l'information auprès des seniors en passant des accords avec les caisses de retraite pour permettre une meilleure lisibilité sur les possibilités de cumul retraite/création d'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2011 à 10:51 :
il faudrait déjà des aides de l'état pour pouvoir créer 1 entreprise, car avec le montant des pensions de retraites, même en rêve , ce n'est pas possible, car messieurs les banquiers ne prêtent plus aux retraités, ils sont trop vieux et peu solvables, à méditer messieurs nos gouvernants!
a écrit le 15/12/2010 à 11:14 :
Oui à la création mais aprés 3 ans d'activité je ne me suis toujours pas payé.
(conferer votre article sur les dirigeants parachutés des tres grosses entreprises).
Je dirais donc attention au leurre , c'est trés difficile de créer à partir de zero, il faut des capitaux au départ (en tout cas beaucoup plus que le capital de la société) et surtout un bon business model....j'arrête ou je continue ma boite, voilà ma question de fin d'année???
a écrit le 11/12/2010 à 5:37 :
bonjour je suis retraité de la fonction public .j'ai était mis a la retraite pour ne pas avoir u de poste de reclacement et donc a 50 ans mis a la retraite.et je touche une petite pension d'hinvaliditée pour maladie proffesoinnelle.puije crée ma propre micro entreprise .et cela pourra t'il me redonné des points de retraite a 60 ans
a écrit le 07/12/2010 à 17:26 :
ce n'est pas a 60 ou 65 balais qu'il faut commencer a s'installer soyons .serieux! c'est plutot l'age des problemes de sante des douleurs plus ou moins invlidantes,on est moins reactif d'ailleur a 65 ans n'est on pas qualifier de personnes agees alors il faudrait peut etre quand meme savoir!!!!
a écrit le 07/12/2010 à 17:10 :
L'idée est sans doute aussi bonne que n'importe quelle autre, à la limite près qu'il est préférable que les seniors entrepreneurs en question ne comptent pas trop sur cette nouvelle activité pour augmenter le niveau de leur future pension de retraite.
Je suis bien placé pour avoir fait le douloureux constat que les "polypensionnés" (qui ont cotisé à plusieurs régimes) sont les dindons de la farce.
a écrit le 07/12/2010 à 16:37 :
Quelle démagogie !!! Je crois que l'on cherche plutôt à démoniser les anciens, car il est évident que l'on ne s'improvise pas chef d'entreprise, même si c'est le rêve de beaucoup. On va bientôt nous dire que s'ils ne trouvent pas d'emplois, c'est de leur propre faute ...alors qu'en réalité, ce sont bien nos dirigeants qui sont incapables de créer un environnement porteur !!!
a écrit le 07/12/2010 à 11:48 :
Pour les vieux, demandez à Renault. Il savent y faire
a écrit le 07/12/2010 à 11:07 :
bonjour ,je suis une personne d un certain age et trés active ,et j ai pas mal de terrain et j ai montée trois bingalie , je pensseé pouvoir acceuillir des gens en vacance chez nous ,or le maire nous a demander de les enlever ,chose que nous avont fait bien sur ,mais je voudrez faire quelque chose soit une mocro entreprise mais vraiment une petite que sa ne me coute pas trop cher et surtout ne pas etre en dehor de la loi ,merci de me repondre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :