Ces pays d'Europe où les femmes dirigeantes gagnent plus que les hommes

 |   |  500  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
En Europe, l'écart de salaire médian des dirigeants d'entreprise reste élevé : 22%. Mais, selon l'étude du cabinet Mercer parue ce mardi, l'écart s'inverse dans deux pays du continent où les femmes gagnent 3 à 5% de plus que les hommes.

En Europe, le plafond de verre résiste toujours... sauf en Russie et en Bulgarie. Dans les entreprises du continent, les cadres restent des hommes dans 71% des cas, selon une étude publiée ce mardi du cabinet Mercer, spécialisé en ressources humaines. Surtout, l'écart salarial, à niveau de compétence égal, reste fort sur le continent. Les femmes dirigeantes gagnent en effet 22% de moins que les hommes en moyenne. 

Toutefois, l'inégalité se renverse dans deux pays. Les cadres dirigeantes Bulgares reçoivent ainsi une rémunération totale 5% plus élevée que leurs équivalents masculins. Quant aux Russes, elles gagnent 3% de plus que les hommes, à compétences égales.

Beaucoup moins bien loties, en revanche, les Allemandes gagnent 22% de moins, primes et bonus compris, que leurs homologues masculins. L'écart de salaire de base est moindre : 10%. Sans doute plus souvent disponibles en dehors des heures habituelles de travail, les hommes disposent de plus de temps pour augmenter considérablement la part variable de leur salaire. Dans le reste de l'Europe de l'Est, les femmes perçoivent une rémunération 18% moins élevée en Lituanie, suivie par la Roumanie (-14%), la Hongrie (-13%), la Serbie (-12%), la Slovaquie (-11%), la Pologne (-10%) et enfin, la République Tchèque et l'Ukraine (-5%).

Les Autrichiennes, les Suédoises, ainsi que que les Espagnoles ex aequo avec les Grecque figurent également parmi les Européennes subissant le plus fort écart de salaire avec 20% à 18% de moins que leurs pairs masculins.

14% de différence en France

En France, les écarts sont les mêmes, que ce soit en rémunération totale ou en salaire de base : les femmes dirigeants gagnent 14% de moins que les hommes. Selon Mercer, dans l'Hexagone, "la nature des fonctions, l'ancienneté ou l'expérience expliquent davantage que le sexe les écarts salariaux".

En terme de rémunération totale, les Pays-Bas se classent au même niveau que la France avec une différence de 14% au profit des hommes. Danemark, Irlande, Italie, la Finlande, le Royaume Uni et le Portugal enregistrent des écarts de 12 à 9%. Les plus égalitaires sont la Norvège (-8% par rapport aux hommes), la Suisse (-7%) et la Belgique (-6%).

Très faible écart en Turquie

L'étude portait également sur des comparaisons en dehors de l'Europe. Au Moyen-Orient et en Afrique, les femmes sont moins bien payées en rémunération totale que leurs pairs masculins au Maroc (-15%), aux Emirats Arabes Unis (-12%) et en Turquie (-1%). Au Qatar, les femmes perçoivent en moyenne une rémunération inférieure de 38% à celle perçue par les hommes. En Arabie Saoudite, "il n'est pas possible d'établir une comparaison (...) en raison du nombre trop faible de femmes dirigeants", dit encore cette étude.

L'enquête porte sur les salaires "médians" (autant de personnes gagnent plus, autant gagnent moins) des hommes et des femmes, en "salaire de base" et en "rémunération totale" pour les membres des comités exécutifs des entreprises.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :