Didier Schill : « Si mon témoignage peut donner envie à d’autres de se déclarer… »

 |   |  291  mots
(Crédits : DR)
RÔLES MODÈLES DIRIGEANTS. Membres d’une instance de direction, ces dirigeants LGBT+ ont été distingués par L’Autre Cercle comme modèles à suivre, par leur action en faveur de l’inclusion et la représentation positive des lesbiennes, gay, bi et trans dans leur entreprise. Portrait de Didier Schill, Directeur délégué du Groupe Atlantic

« Il est important d'être soi-même et de pouvoir évoluer dans une entreprise dont on partage les valeurs », estime Didier Schill, 55 ans, directeur délégué du Groupe Atlantic, qui n'a pas hésité à dire qu'il était juif, en réponse à une question sur le Christ lors de son entretien d'embauche en 1996.

« Je ne voulais pas mentir et me retrouver dans une entreprise qui ne me corresponde pas », explique-t-il.

Et d'ajouter :

« Les valeurs de respect et de travail font partie intégrante de l'ADN de notre groupe. Néanmoins, en matière d'inclusion, pas besoin de mettre en place quelque chose de particulier, car nous considérons uniquement les compétences, la motivation et la capacité de travailler en équipe dans nos recrutements. »

S'il est ouvertement gay et ne s'en est jamais vraiment caché auprès de certains de ses collègues, sa situation de père de trois enfants a certainement contribué à brouiller les pistes, avant qu'il change radicalement de vie.

« En 2016, j'ai quitté ma femme et Lyon, où nous vivions, pour m'installer avec un homme à Paris, ma ville d'origine. Après vingt ans au poste de directeur du pôle climatisation et ventilation, je n'éprouvais plus forcément de plaisir à occuper la même fonction au quotidien. J'ai eu envie de prendre du recul », dit-il.

À cette époque, il ressent le besoin de parler plus largement de son homosexualité dans l'entreprise.

« Tout le monde était content pour moi sans pour autant me juger », se souvient-il.

Cependant, aucun des 500 collaborateurs qu'il a dirigé n'a encore fait son coming out.

« Je ne fais pas de prosélytisme, mais si mon témoignage peut donner envie à d'autres de se déclarer et d'être heureux au travail, je serai satisfait », conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :