Argentine : la colère monte contre les réformes du gouvernement

 |   |  440  mots
Le 14 juillet dernier (photo), des Argentins manifestaient déjà à Buenos Aires contre la hausse des prix du gaz et de l'électricité.
Le 14 juillet dernier (photo), des Argentins manifestaient déjà à Buenos Aires contre la hausse des prix du gaz et de l'électricité. (Crédits : Reuters)
Dans un contexte de pauvreté galopante et de perte du pouvoir d'achat, des dizaines de milliers d'Argentins ont battu le pavé, vendredi, pour protester contre la politique économique du président Mauricio Macri.

Durement frappés par l'inflation, les licenciements et une hausse de la pauvreté, des dizaines de milliers d'Argentins ont manifesté vendredi à Buenos Aires, contre la politique du gouvernement de centre-droit du président Mauricio Macri. Le nouveau président, au pouvoir depuis décembre, a lancé diverses réformes impopulaires, notamment la suppression des subventions aux factures de gaz et d'électricité.

La préoccupation principale des Argentins est la perte de pouvoir d'achat. L'inflation est d'environ 40% sur les douze derniers mois, nettement supérieure aux augmentations prévues par les accords dans les différents secteurs d'activité. Les syndicats estiment que 200.000 emplois ont été perdus depuis le début de l'année et la pauvreté touche un tiers des 41 millions d'Argentins.

Croissance négative en 2016

"Le niveau de conflit social va continuer, tant que le gouvernement ne changera pas de politique économique", a assuré le patron du syndicat des fonctionnaires Pablo Micheli. A l'appel de la Centrale des travailleurs argentins (CTA), enseignants, fonctionnaires, mouvements proche de l'ex-présidente Cristina Kirchner se sont réunis à Buenos Aires, après des rassemblements dans d'autres régions du pays. La première centrale du pays, la CGT, n'appelait pas à manifester vendredi mais nombre de ses adhérents ont participé au mouvement de protestation.

Le leader de la CTA Hugo Yasky espère désormais convoquer une grève nationale avec l'ensemble des syndicats. La 3e économie d'Amérique latine est entrée en récession après une décennie de croissance. Si pour l'année 2016 la croissance s'annonce négative, l'économie devrait reprendre de la vigueur en 2017, avec une croissance prévue de 3%. "La récession se fait sentir. Les gens laissent la voiture pour circuler en autobus, on sort moins, on réduit le train de vie", observe Camilo Ríos, un fonctionnaire de 43 ans.

"Transformation productive"

Gabriela Rojas, 39 ans et mère de huit enfants, gère 21 cantines populaires pour les familles défavorisées et se dit "inquiète par l'augmentation de la pauvreté". Depuis décembre le nombre de familles concernées est passé de 150 à 250. Le ministre argentin de la Production, Francisco Cabrera, a promis que le maintien de l'emploi était une priorité, tout en expliquant que l'Argentine était "engagée dans un processus de transformation productive pour s'intégrer dans l'économie mondialisée, mais nous n'allons pas abandonner le secteur industriel et productif".

Parmi les manifestants mobilisés vendredi, ils sont nombreux à regretter l'ex-présidente Cristina Kirchner (2007-2015), généreuse en subventions. Une pratique qui a plombé le budget de l'Etat, qui accuse un déficit de 7%, générateur d'inflation.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2016 à 9:44 :
comment ca pauvrete galopante, inflation corruption???????
non c'est juste un pays socialiste, qui a applique les methodes socialistes et en recolte les bons fruits de justice et de progres ' a leur facon'........ reconnaissons en rigolant qu'ils ne beneficient pas encore de la joie venezuelienne, mais ca ne va pas tarder!
c'est tout ce que je leur souhaite!
a écrit le 03/09/2016 à 13:46 :
Si ces réformes sont douloureuses c'est parce que les précédents gouvernements ne comptaient pas : il est quand même super facile d être populaire en distribuant de l argent à tous et en endettant le pays. Lorsqu'il faut rembourser on crie au libéralisme.
Mais nous devrons rembourser un jour, autant le faire tant que la dette reste contenue
Réponse de le 03/09/2016 à 17:00 :
Mais il suffit de suivre l'exemple de l'Allemagne qui, depuis 1848, la jamais remboursé la totalité de ses dettes.
a écrit le 03/09/2016 à 11:38 :
Partout le néolibéralisme, partout la misère et la mort.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :