Avec un bond de 7% selon l'Insee, la croissance française a été encore plus forte que prévu

Selon l'Insee, la croissance française a bondi de 7% en 2021. Un chiffre supérieur aux prévisions, notamment celles du gouvernement qui tablait sur +6;25%. Il s'agit de la plus forte croissance annuelle enregistrée depuis plus de 50 ans en France, et une des plus importantes d'Europe. Une performance qui vient en rattrapage de l'important trou d'air de 2020. En revanche, 2022 se révèle plus incertaine...

2 mn

(Crédits : Benoit Tessier)

Ce qui est pris est pris ! Voici en substance ce que peut se dire le gouvernement, ce matin, alors que la croissance a atteint 7% en 2021 selon l'Insee. Il s'agit de la plus forte croissance annuelle enregistrée depuis plus de 50 ans en France, et une des plus importantes d'Europe. Un chiffre bien supérieur aux estimations établies par le gouvernement qui, tablait plutôt sur 6,25%. Un niveau également au-dessus des prévisions avancées par la Banque de France, pariant sur 6,7 %.

Bien entendu, il y a un effet rattrapage après le plongeon de 8% enregistré en 2020. Mais 2021 a été marquée par la reprise, plus forte qu'escomptée. Au quatrième trimestre, la croissance s'est maintenue malgré Omicron, à 0,7%. L'activité a dépassé son niveau d'avant crise dès l'été 2021, bien avant les autres pays européens.

A l'approche de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron sera ravi d'afficher ces bons résultats.

Et tant pis, si ces niveaux de production de richesse n'ont été possibles que grâce au fameux quoi qu'il en coûte, et à la palette d'aides mises en place par le gouvernement tout au long de cette année. Car, ce résultat n'a pas été sans conséquence sur les  finances publiques. Le déficit s'est creusé et la dette publique avoisine aujourd'hui  les 113 % du PIB. Au total, l'État aura encore dépensé l'an dernier un peu plus de 60 milliards d'euros, selon les chiffres donnés récemment par le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt, au prix d'un déficit public qui avoisine les 7%.

Les nuages au-dessus de 2022

En revanche, 2022, devrait être plus nettement plus nuancée. Les problèmes d'approvisionnement sont loin d'être terminés, les tensions restent fortes sur les chaînes de production, l'envolée des tarifs de l'énergie, les difficultés de recrutement .... Autant d'éléments qui peuvent ternir la reprise, en ralentissant les investissements.

Sans oublier, la situation sanitaire, qui malgré le déploiement du vaccin, n'est pas encore complètement stabilisée. La reprise pleine et entière de certains secteurs - comme le tourisme, l'hôtellerie, restauration, l'aérien- se fait attendre, bousculée par l'arrivée régulière de variants de Covid.

Aussi, pour de nombreux économistes, la croissance va se tasser, plutôt autour de 3,5 %

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 29/01/2022 à 11:21
Signaler
Ainsi donc pour avoir une hausse de 6.44 points [ 7% de 92 (base 100 en 2019) 98.44 en 2021] nous avons dépensé 60 milliards que nous n'avions pas ......C'est à dire donc que 1 point de plus revient donc à environ 10 milliards de dette. Cette hau...

à écrit le 29/01/2022 à 8:51
Signaler
Bruno Lemaire et le gouvernement devraient se montrer moins euphorique, car les 7 % de 2021 sont pour l'essentiel un rattrapage après la chute de -8% en 2020. Et surtout grâce aux mesure "quoi qu'il en coûte", soit + 60 milliards de dettes, plus les...

le 29/01/2022 à 19:35
Signaler
Dette sur pib comme déficit sur pib c'est de l'enfumage. Le pib étant de l'enfumage de première. La dette c'est pire encore puisque l'on évoque que la dette " selon les critères de Maastricht " et planquons sous le tapis le " hors bilan ".. dette pu...

le 29/01/2022 à 19:35
Signaler
Dette sur pib comme déficit sur pib c'est de l'enfumage. Le pib étant de l'enfumage de première. La dette c'est pire encore puisque l'on évoque que la dette " selon les critères de Maastricht " et planquons sous le tapis le " hors bilan ".. dette pu...

à écrit le 28/01/2022 à 16:37
Signaler
Le prix nobel d'économie vient de déclarer dans le New York Times, qui n'est pas pro-français, que la France était le pays qui avait le mieux gérer cette crise. Ne gâchons pas notre plaisir.

le 29/01/2022 à 8:04
Signaler
Effectivement, et ne gâchons notre plaisir. C'est une pandémie mondiale !, et la France l'a à mon avis pas si mal gérée. Imaginez un politique restrictive ( comme en 1929) , tous ces travailleurs pauvres ou indépendants qui auraient fini dans la rue....

le 30/01/2022 à 12:20
Signaler
New York Times c'est la cia... donc inutile de préciser qu'il s'agit d'influer... des élections démocratique étrangère... !! Trump-Russie-Facebook.... Quand à Paul Krugman c'est un " économiste " qui aura eu la constance d'avoir eu TOUTES ses " prédi...

à écrit le 28/01/2022 à 13:30
Signaler
-8% en 2020 plus 400 milliards de relance c’est pas un miracle on en reparle dans 1 ans

à écrit le 28/01/2022 à 13:05
Signaler
Allons donc ! Soit base 100 en 2019 année avant COVID. -8% en 2020 par rapport à 2019 soit donc 92. +7% en 2021 par rapport à 2020 soit 98.44 Donc nous n'avons pas encore rattrapé le niveau de 2019. "Evidemment après 8% de baisse, une hausse de ...

le 28/01/2022 à 13:37
Signaler
@ Alberto -1,56 + l'inflation.

à écrit le 28/01/2022 à 9:36
Signaler
Après avoir fait -8% en 2020 il est juste mathématique de faire +8% l'année suivante compte tenu de l'absence de destructions physiques de l'outil de production...Bon ce gouvernement n'a pas réussi à faire +8% même en dépensant 500 milliards d'euros ...

le 28/01/2022 à 10:06
Signaler
D'autant plus que l'inflation rogne la croissance et que la richesse par habitant baisse puisque nous avons plus de 600 000 personnes de plus entre les naissances et l'immigration en 2 ans, sans compter la dette et les déficits sociaux, budgétaire et...

à écrit le 28/01/2022 à 9:20
Signaler
Il faut que MR Le MAIRE demande à Mr BLANQUER DE LUI FAIRE DES COURS DE MATHS -8 en 2020 et + 7 en 2021 donne quand meme - 1 donc pas la peine de pavoiser

à écrit le 28/01/2022 à 9:10
Signaler
Les milliardaires sont contents en effet, enfin satisfaits dirons nous plutôt, enfin pas trop mécontents, bref c'est bon ils continuent de posséder et détruire le monde en ronflant.

à écrit le 28/01/2022 à 8:57
Signaler
On ne peut pas dire que cela soit une info, mais plutôt une propagande...il suffit de partir de loin pour avoir l'impression que cela "progresse" vite!

à écrit le 28/01/2022 à 8:36
Signaler
+7% après -8%.... on reste toujours en dessous du niveau de richesse de fin décembre 2019!

le 28/01/2022 à 9:06
Signaler
Vous avez raison on est encore en dessous et on se glorifie d’avoir créer des emplois avec une baisse du chômage . Conclusion on produit moins qu’avant le Covid avec plus d’emplois donc moins de productivité, les entreprises ont plus de charges ça ex...

à écrit le 28/01/2022 à 7:55
Signaler
Apparemment, selon A. Verdier-Molinie et l'Ifrap, tous les chiffres sont pipeautés, Micron et sa clique battant les records de leurs prédécesseurs. En même temps (comme dirait l'autre), les français n'ont plus aucun esprit critique, au point qu'il...

le 28/01/2022 à 9:12
Signaler
13% de confiance envers les politiciens, faut arrêter de culpabiliser les gens c'est pas eux le problème c'est notre classe dirigeante défaillante le problème et elle seule.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.