Emmanuel Marill, DG Europe d’Airbnb : « La spéculation reste extrêmement limitée »

Selon le DG Europe - Afrique - Moyen-Orient d’Airbnb Emmanuel Marill, les dispositifs existants sont efficaces.
Emmanuel Marill, DG Europe - Afrique - Moyen-Orient d’Airbnb
Emmanuel Marill, DG Europe - Afrique - Moyen-Orient d’Airbnb (Crédits : © CYRILLE GEORGE JERUSALMI pour la Tribune Dimanche)

LA TRIBUNE DIMANCHE - Un projet de loi concernant les plateformes de location saisonnière, dont Airbnb, est en discussion. Qu'en pensez-vous ?

EMMANUEL MARILL - L'univers des locations de courte durée est déjà très réglementé dans le monde, en France en particulier. Une quinzaine de dispositifs différents existent, dont celui de la compensation qui permet de lutter efficacement contre la spéculation. Ils fonctionnent très bien, à condition d'être réellement mis en place par les communes concernées : 4 000 villes ont la possibilité dans notre pays de les utiliser, mais seules 250 l'ont fait à ce jour comme Paris, Toulouse, La Baule...

Lire aussiLogements étudiants : le plan du gouvernement pour atteindre son objectif de 35.000 nouvelles constructions

Est-ce une réponse à d'éventuels abus ?

La spéculation, c'est-à-dire des personnes qui achètent un bien immobilier spécifiquement pour cette activité, reste extrêmement limitée. Comme le démontre une étude récente réalisée pour Airbnb par PwC, puisque 92 % des meublés de tourisme en France sont loués de manière occasionnelle par leurs propriétaires, qui y vivent, pour compléter leurs revenus ou rénover leur logement. En moyenne, l'an dernier, ils en ont tiré un revenu supplémentaire avant impôt de 4 000 euros. En période de tensions sur le pouvoir d'achat, ce n'est pas négligeable.

La crise du logement s'aggrave. Ce nouveau texte permettrait-il de la réduire ?

Cette crise, comme tous les acteurs du secteur le savent, est multifactorielle. Certaines mesures proposées au sein de cette nouvelle réglementation interrogent, surtout quand il s'agit de résidences principales. Passer de cent vingt jours par an à quatre-vingt-dix ne contraindra personne à déménager ou à vendre son bien. Et ne résoudra en rien les problématiques de logements rencontrés par certains territoires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.