Faut-il croire François Hollande ? (1) Zone euro : la crise économique est-elle derrière nous ?

 |   |  955  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le président français a classé la crise de la zone euro dans les tiroirs de l'histoire ce week-end à Tokyo. Si une stabilisation semble se dessiner, la conclusion de l'hôte de l'Elysée semble un peu hâtive... Première partie de cette analyse: la crise économique.

François Hollande avait un message à faire passer aux Japonais le week-en dernier celui de leur faire « bien comprendre » que la crise dans la zone euro est « terminée. » Des propos qui, tiennent beaucoup de la communication, mais qui méritent sans doute d'être vérifiés par les faits en observant la situation sur les multiples fronts de cette crise. Penchons nous d'abord sur sa dimension économique :


Le PIB de la zone euro est en contraction depuis le dernier trimestre de 2011. Le trimestre actuel semble montrer des signes de stabilisation. La production industrielle française d'avril, publiée ce lundi, a bondi de 2,2 %, contre des attentes du marché de 0,5 %. Les chiffres en provenance d'Allemagne sont également encourageants : les exportations en avril ont progressé de 3,1 % en avril après deux mois de baisse.

Même dans certains pays périphériques, la situation tend à se stabiliser : le chômage a baissé légèrement en Espagne pour le troisième mois de suite en mai et l'indice PMI composite de ce même mois de mai, qui estime le climat des affaires dans les services et l'industrie manufacturière de la zone euro,  montre une amélioration nette de la situation et des anticipations. Ces indices constituent le plus grand espoir des économistes. En Allemagne, il est revenu en zone d'expansion à 50,2, tandis qu'il atteignait un plus-haut de 23 mois en Espagne et de 5 mois en France.

La fin du discours du « tout austérité » par les autorités européennes et, plus récemment encore, par l'Allemagne elle-même, a probablement participé de ce mouvement, notamment dans les pays périphériques. Sans doute y a-t-il aussi un élément de rattrapage « technique. » Des investissements et des commandes repoussées à des temps meilleurs ont été finalement réalisés.

« La récente dynamique des études PMI est encourageante et signale que la zone euro pourrait retrouver la croissance à un rythme modeste au cours du second trimestre », expliquent les économistes de JP Morgan dans une étude publiée lundi, avant cependant de prévenir qu'il existe encore des « risques négatifs. »

Trop tôt pour crier victoire

Car il est sans doute un peu tôt pour crier victoire. D'abord, la récession n'est pas terminée en zone euro, Allemagne exceptée. L'indice PMI composite, qui regroupe le climat des affaires dans les services et l'industrie manufacturière de la zone euro, a certes progressé en mai de 0,8 point, mais à 47,7, mais il reste largement en deçà du niveau de 50 qui signale une expansion de l'économie.

Tous les économistes prédisent un septième trimestre de récession de la zone euro entre avril et juin. La reprise n'est prévue que pour le second semestre. Entretemps, il faudra que les signes positifs enregistrés ces dernières semaines se confirment. Or, dans l'indice PMI cité, le volume des nouvelles affaires continuait à reculer pour le 22ème mois consécutif. Signe de la faiblesse intrinsèque de l'économie européenne. Par ailleurs, certaines économies, comme celle de l'Italie, ne montrent aucun signe de réelle amélioration.

Quelle croissance pour la zone euro demain ?

Aussi peut-on s'interroger sur le potentiel de la croissance européenne à moyen terme. Rappelons que les anticipations des autorités européennes, comme l'a souligné Mario Draghi dans sa dernière conférence de presse, reposent principalement sur le développement des exportations. Or, ce scénario ne se réalisera pas sans la Chine. Une Chine qui montre de plus en plus de signes de ralentissement. Les chiffres publiés ce week-end sont, de ce point de vue, inquiétants. En mai, les importations chinoises ont reculé de 0,3 % et la production industrielle a ralenti sa croissance.

Certes, la Chine est toujours en croissance et les sociétés européennes peuvent y trouver des opportunités. Mais elles sont moins nombreuses. Surtout, face à des produits japonais dopés au yen faible, les exportations européennes, notamment en dehors de l'Allemagne, vont donc avoir fort à faire.

Sur son blog, l'économiste de Natixis Asset Management, Philippe Waechter, prévient : « le commerce mondial ne redémarre pas. Les échanges évoluent lentement et les flux de commandes à l'exportation sont relativement stables. » Et de conclure : « Imaginer que la reprise sera initiée d'abord par le commerce mondial est probablement inverser la causalité, car la croissance du commerce mondial sera le résultat des efforts de chacun pour retrouver la croissance. En zone Euro et en France, les politiques d'austérité ne vont pas dans ce sens. »

Manque de dynamique interne

Et c'est là que le bât blesse : sans dynamique interne, les pays de la zone euro vont manquer de souffle. Or, au mieux, la consommation se stabilisera-t-elle, selon JP Morgan. L'investissement devrait se reprendre, mais pas suffisamment, faute de dynamique dans le commerce mondial, pour tirer l'économie vers le haut. D'autant que l'on sait que l'accès au crédit demeure extrêmement difficile et que la BCE a indiqué qu'elle ne pouvait pas faire beaucoup à court terme sur ce front.

On voit mal alors comment l'emploi pourrait se redresser. Or, sans dynamique sur le marché de l'emploi, il n'y aura pas de reprise de la demande intérieure. La croissance restera au mieux molle et donc incapable de créer des emplois. Au final, le risque récessif est donc loin d'avoir disparu en zone euro. Du reste, la pression de la désinflation continue à peser sur nombre de secteurs. Si le ralentissement chinois est plus brutal que prévu et si le commerce mondial ne se redresse pas rapidement, la « stabilisation » de l'économie européenne fera long feu.

Lire la suite : la crise de la dette, c'est du passé?

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2013 à 1:03 :
Après une fidélité au PS ,j'ai juré ,quoiqu'il arrive ''je ne le ferai plus jamais de ma vie'' ,ma famille mes amis feront de même
a écrit le 16/06/2013 à 21:49 :
Je croirai Hollande (où n'importe quel ho politique) le jour où il dira: Ça s'annonce comme en 1929-1937 : la France s'est targuée un certain temps de mieux se comporter que les autres pays face à la crise, mais sans l'éviter au bout du compte. Par contre, elle fut largement à la traîne pour la reprise. Le problème est que, même en prenant notre temps, le potentiel de reprise n'est certainement pas le même (si on compare aux 30 Glorieuses), à moins de sacrifier la santé de la planète (pollution, raréfaction des ressources) et donc de nos propres enfants. L'utilisation des ressources va de plus devoir être partagé avec les pays émergents, qui ne vont pas se laisser plumer comme dans l'après-guerre. Ce n'est pas mon interêt immédiat, mais je suis pour une reprise lente qui fasse l'économie des coups de folie comme l'exploitation des gaz de schiste, s'attache à diminuer significativement et durablement nos besoins en énergie , en consommation de produits inutiles, ainsi que nos gaspillages et pratiques malhonnêtes ( de l'élite dirigeante au fraudeur fiscal lambda). Tout ça en concertation avec les autres pays. Y'a du travail pour les gens honnêtes et ingénieux désireux de maintenir la qualité de vie au vrai sens du terme !
a écrit le 16/06/2013 à 16:43 :
Il est certain que nous pouvons le croire quand il annonce la crise finie,il connaît tellement ses dossiers et la situation qu'il se permet de confondre Japonnais et Chinois!!!
C'est très rassurant quant à l'avenir.
Réponse de le 17/06/2013 à 9:00 :
Franchement, c'est faire un mauvais procès sur cette confusion... limite stupide et surtout partisan. On peut faire une "boulette" sans que ça remette en cause sa capacité à gouverner. D'ailleurs, personne ne lui en a franchement voulu, si ce n'est vous.... Trouvez autre chose.
a écrit le 12/06/2013 à 20:55 :
il est alle au japon raconter tout et n importe quoi pour se faire mousser si la crise était fini ca se saurait sinon pourquoi il continue a nous purger le porte feuille incapable moi president par defaut mais bon il voyage il voit du pays et il s en contente pauvre France
a écrit le 12/06/2013 à 16:27 :
En tout cas vous avez choisit son plus beau profil, belle photo !
#goodjob
a écrit le 12/06/2013 à 9:56 :
Je doute qu'ilcroit ce qu'il dit, il sait que pour manier l'ane c'est avec une carotte, et que pour tromper l'Homme, il n'y a que la parole,un peu comme les camelots de foires, qui, eux ont
disparu, mais hélas pasles politiques. Que du vent, que des promesses.
Hier soir j'ai regardé Antenne 2, j'ai eu confirmation de ce que je pensais.
a écrit le 11/06/2013 à 23:14 :
Bon, la crise de l'Euro est finie et la reprise est attendue pour le 2ème semestre 2013, c'est notre bon François qui le dit, s'appuyant sur la sphère "éconopoliticojournalistique" qui - brûle des cierges tous les jours - euh, pardon, expose ses analyses expertes à la plèble inculte que nous sommes. Mais comme on dit, les faits sont têtus et contredisent jour après jour ces déclarations tonitruantes :
- La production industrielle se stabiliserait en progressant de 2,6% en avril mais c'est occulter le fait qu'elle est en net recul par rapport à l'année précédente de 2,3%. Faudrait-il rappeler à ces "experts" qu'une tendance ne s'observe pas sur mois mais sur plusieurs ?
- Idem pour les exportations allemandes, la tendance est plutôt à la stagnation putôt qu'autre chose (voir le "Trend-Konjunktur-Komponente")
- Et justement l'indice PMI reflète la réalité de ces chiffres en France et en Allemagne.
- Le chômage baisse parait-il en Espagne mais comment peut-on croire à cette faribole alors même que le pays est en récession et que l'investissement ne cesse d'y chuter ? Même Le Monde, dans un article du 27/04/13, s'interroge - et il n'est pas le seul - sur la véracité des chiffres communiqués par le gouvernement Rajoy. C'est dire !
- Et que dire des pays de la "périphérie" (comme ils disent) qui ne cessent de se débattre dans la dépression, atteignant des taux de chômage dignes de pays du tiers-monde. A ce propos, il est éclairant de voir que des espagnols sont obligés de partir au Maroc pour espérer gagner leur vie décemment ! L'Union Européenne et l'Euro ne devaient-ils pas leur apporter le plein emploi et la prospérité ?
a écrit le 11/06/2013 à 22:10 :
La derniere fois qu'il a dit qu'il n'augmenterait pas les impots, il a diminué le coefficient familial quelques semaines plus tard. Alors à moins d'être amnesique, je ne vois pas comment on peut croire ce que cet incompetent menteur raconte
a écrit le 11/06/2013 à 20:02 :
Le ml ré il ne sait plus ce qu'il dit depuis la campagne électorale. Un jour c'est blanc, un jour c'est noir.
a écrit le 11/06/2013 à 19:11 :
il n'est pas crédible du tout, fait du surplace, fiscalise à outrance, ne réduit pas la dette,s'arrache les cheveux qu'il n'a plus . ne sait absolument pas quoi faire. Qu'il arrête de nous donner un vieil os à ronger car ...........on a les crocs usés
Réponse de le 11/06/2013 à 19:41 :
+ 100 !
a écrit le 11/06/2013 à 18:57 :
croire , mais c est le frère a sarkosy . j ai voter pour lui et je suis déçus
il ne peut pas tout faire , qu il dit alors il aurait du se taire . en tout les cas ce qu il a promis il la enlever
a écrit le 11/06/2013 à 18:26 :
je crois qu'il n'y a plus personne qui ecoute ce qu'il dit ( meme pas lui...)
a écrit le 11/06/2013 à 18:25 :
Ca va faire 2 ans que je cherche du travail en France à un niveau de cadre dans l'industrie... Nada... Rien. Annonces de plus en plus rares depuis janvier. En revanche, moins de 10 candidatures en UK et en Suisse et j'ai déjà plusieurs entretiens. Autour de moi, c'est pareil, tout le monde fout le camp après avoir eu son diplôme c'est le sauve qui peut général. Donc la crise Monsieur Hollande, je ne la vois pas dans le rétroviseur, mais bien devant. Dans le ravin.
Didier DELMER, de Business Booster est installé à Londres pour faciliter l'exil d'entreprises françaises dans un pays qui accueille les entrepreneurs à bras ouvert. Il a enregistré une hausse de son CA de 300% depuis que Hollande est arrivé au pouvoir....
a écrit le 11/06/2013 à 18:05 :
SVP Mr Hollande ne nous refaite pas le coup de Mme lagarde qui disait que la crise etait derriere nous il y a deux ans,depuis les français ont compris que politique rime avec menteur et voleur!!
a écrit le 11/06/2013 à 17:29 :
pouvons-nous faire encore confiance à ce personnage?
a écrit le 11/06/2013 à 17:22 :
Juste Avant un tsunami , la mer se retire ... La France à emprunté à taux négatifs sans réelles raisons ces derniers temps, maintenant on va se le prendre de face le tsunami monétaire ...
Réponse de le 11/06/2013 à 18:18 :
Et le pire c'est que les socialistes se félicitent d'emprunter à taux bas/négatif! Ils n'ont rien compris! C'est le signe d'une bien mauvaise santé économique. Je trouve cette réjouissance gravissime, surtout en entendant Hollande insinuer que c'est grâce à lui que ces taux bas sont en place. Alors que tout le monde sait que c'est le fait de la conjoncture mondiale, d'un agrégat de facteurs internationaux.
a écrit le 11/06/2013 à 17:16 :
Hol'land c'est comme Sarko'land des bonimenteurs soucieux de leur nombril sur le champ de foire parisien. Hélas ! il manque un vrai leader à la France. Un chef de guerre soucieux de l?intérêt général de notre pays et... surtout courageux pour les réformes structurelles de la fonction publique et le mille feuilles territoriaux, comme l'avait été en son temps lors d'un conflit mondial le général de Gaulle, pour sauver notre pays de sa faillite et de son déclin annoncé depuis bien longtemps.
Réponse de le 11/06/2013 à 18:08 :
Citer De Gaulle en matière économique ça fait sourire, son ministre de l'économie avait démissionné tellement il était nul. Mais il est vrai qu'il était animé par l'intérêt général. Avec tout de même un biais lié à ses activités militaires : indépendance française, bombe atomique. Se qui à eu un coût non négligeable.
Réponse de le 11/06/2013 à 18:27 :
ah bon, lequel ?
a écrit le 11/06/2013 à 17:07 :
5,3 millions de fonctionnaires amènent notre pays à marche forcé à la faillite. Hollande et son gouvernement de majorette ne contrôle plus la dépense publique d'ici quelques semaines un dérapage de 20% sera annoncé. Ainsi vogue la France vers son déclin.
a écrit le 11/06/2013 à 16:56 :
Faut il encore parler des déclarations stupides de François Hollande ?
Réponse de le 11/06/2013 à 19:35 :
...une tarte, une nouille, un flan, une quiche....que sais je encore....BON APPETIT !
a écrit le 11/06/2013 à 16:53 :
chômage en hausse, les impôts la TVA ne rentre pas : trop d'impôts tue l'impôt, les taux d'intérêts remontent; bref: la cure d'amaigrissement pour les Français, c'est maintenant.
a écrit le 11/06/2013 à 16:43 :
L'équilibre ne tient que parce que les taux d'emprunts de l'état sont faible, pour peu que ceux ci remontent, cela va faire très mal, demandez à l'Espagne ou la Grece, leur problemes ne sont arrivés qu'après la remontée des taux.
a écrit le 11/06/2013 à 16:20 :
Incroyable, nous sommes au pays des Bisounours !!!! Flamby 1er n'a jamais dû aller faire ses courses, payer ses charges, etc... Terminée la crise ? Je pense que chez nous, elle n'a pas encore commencé, le pire va arriver. Tous les jours, on nous annonce des fermetures d'usines, le chomâge va encore grimper mais non pour Môssieur, la crise est terminée !!! on croit rêver..
Réponse de le 11/06/2013 à 19:36 :
à ce stade là, c'est GRAVE !!!!
a écrit le 11/06/2013 à 16:01 :
Vu la qualité du travail de l'équipe gouvernementale et le passif de 30 ou 40 ans de non gestion de la dépense publique, la France sera le détonateur de la prochaine crise européenne... Et grâce à la nullité de Hollande, cela risque d'arriver sous peu.
Réponse de le 11/06/2013 à 16:29 :
Après ne pas l'avoir vue ni venir ni sévir, pris des mesures idéologiques (ou électoralistes) à contre-temps, chargé la gestion précédente, M. F.Hollande est bien en peine maintenant pour émettre un avis crédible sur une sortie de crise, non?
a écrit le 11/06/2013 à 15:57 :
En effet la crise est ou va bientôt être terminer pour les états qui ont fait leur "devoir", p. ex. Irlande, Estonie, Portugal et peut-être l'Espagne.
Par contre pour les états qui refuse de se remettre en question et qui ne mettent pas leur finance en ordre, la crise va bientôt arriver. Pour la France, le pire va bientôt arriver!!!!
a écrit le 11/06/2013 à 15:51 :
Si quelqu'un peut m'expliquer car j'ai dû louper un épisode : il y à peu Hollande vantait la méthode Schroeder (Un "socialo" qui fait de "l'austérité" et sort son pays du nucléaire), au Japon c'est au tour de Abé d'être félicité (un politique à droite qui fait un plan vie à crédit en XXL, et replonge son pays déjà atomisé dans le nucléaire). A moins que les journalistes aient mal rapporté ses propos, il est où le cap chez notre président? Là ça change chaque semaine... C'est le cap zigzag?
Réponse de le 11/06/2013 à 16:05 :
Hollande est quelqu'un qui manoeuvre uniquement pour conserver le pouvoir, mais qui n'a aucune colonne vertébrale, strictement aucune valeur. C'est amusant, car c'est ce que l'on reprochait à son prédécesseur qui a finalement perdu à cause de son impulsivité, donc de son caractère trop éruptif et sensible. Les français ont préféré élire le plus nocif des machiavel de la Ve République, après son maître François bien sur !
a écrit le 11/06/2013 à 14:57 :
Je suis comme 75% des Français (indice de confiance envers le président), je ne lui fait pas confiance.
a écrit le 11/06/2013 à 13:33 :
Vous oubliez les peuples on a eu un petit aperçu en Italie Le règlement de compte sera terrible les énarques nous ont mis dans la merde Avec une Europe qui nous emmène a la ruine
Réponse de le 11/06/2013 à 15:32 :
+1000. Pour comprendre pourquoi l'europe est comme elle est : http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
Réponse de le 11/06/2013 à 15:34 :
L'UE n'est pas un État légitime, mais seulement une bande de voleurs et les gouvernements nationaux qu'ils la soutiennent, toutes ces gens devrais être portées devant un tribunal indépendant!
Réponse de le 11/06/2013 à 18:06 :
tout a fait de votre avis politique rime avec menteur et voleur!!
a écrit le 11/06/2013 à 13:15 :
Ah Ah Ah ! Quel guignol ce fransuki !

Un président comme cela, nous n'en n'avions jamais connu ! TAXE TAXE ET TAXE !

Soyez réalistes ceux qui ont vôté pour cet individu ! Même ceux qui ont vôté pour lui et qui faisaient des heures supplémentaires sont taxés maintenant ! BRAVO ! Et les jours de carence ! 0 pour les fonctionnaires et 3 pour le privé ! NORMAL ? Et le mariage gay ? Et le chômage ! J'ai écrit au Président, jamais eu de réponse ! Vous trouvez cela normal ? Un président doit répondre à ses cocitoyens ! LACHE ! DEHORS DEMISSION
Réponse de le 11/06/2013 à 19:37 :
++++10000000 !!!!!!!!..........
a écrit le 11/06/2013 à 13:10 :
A 2 niveaux, rien n'est fini. En France, aucun élément de rationalité des dépenses publiques n'a été fait, impliquant de fait une économie. En Europe, chacun des plans d'aide à pays en quasi faillite n'est un plan définitif et nécessite, on va dire chaque 6 mois, une nouvelle action. Les anglais vont se prononcer bientôt sur leur avenir européen, les allemands votent en fin 2013 et, si Merkel conserve son poste, on peut craindre de la suite. La BCE continue de ne pas faire ce que font les américains, les japonais et les anglais. Bref, pas un signal qui permettrait d'avoir la moindre raison de croire en une fin de crise.
a écrit le 11/06/2013 à 13:06 :
Et vous oubliez dans cet article l'inévitable hausse des taux qui devrait se produire en 2014.
La politique accommodante des banques centrales ne durera pas toujours. Nous sommes sous morphine mais le réveil sera brutal.
a écrit le 11/06/2013 à 12:54 :
La crise de la dette est effectivement terminee ou en passe de l'etre et Hollande a raison. Maintenant il faut reconnaitre que tout reste a faire, or l'etat des troupes n'est pas brilliant. Ceci est vrai pour la France mais aussi l'europe qui sortent toutes deux mal en point de l'aventure. De ce point de vue il parait donc preferable de parler de debut et non de fin.
Réponse de le 11/06/2013 à 13:09 :
Des millions de chômeurs des dettes monstrueuses et pas de solutions réaliste pour nos chômeurs nos retraitées et arrêter de dépenser plus que l on gagne. Vous devriez arrêter l apéro lol!!
Réponse de le 11/06/2013 à 13:22 :
Il me semble que c'était ce dont parlait DRRW lorsqu'il évoquait "l'état des troupes pas brillant"et qu'il était préférable "de parler de début et non de fin"...je ne sais pas qui est concerné par l'excès d'apéro...
Réponse de le 11/06/2013 à 13:30 :
Vous avez raison si la fin de la crise c'est la fin du chomage et l'opulenece pour les retraites, la crise n'est pas finie. On peut meme dire qu'elle dure depuis 2000 ans.
Réponse de le 11/06/2013 à 14:29 :
Dire que la crise de la dette en Europe est finie c'est une contre vérité. Puisque les budgets des états sont toujours négatifs, mais bon ce n?est pas l'essentiel qu'il ne le soit pas, mais surtout puisque les recettes s'effondrent et que l'activité économique régresse, il devient difficile de soutenir que la combinaison des deux effets ne va pas continuer à nourrir le problème. Ce n'est pas les divers fonds de soutiens qui y changeront quelque chose, ni les affirmations de Hollande. Y a deux mois on a vu ce qui ce passait a Chypre alors la fin de la crise ! C'est juste qu'on est habitué à force?
Réponse de le 11/06/2013 à 15:19 :
a Pierre La encore vous avez raison si tous les budgets europeens doivent etre la l'equilibre pour parler de fin de crise alors autant dire que les cassandre ont de l'avenir. Seul pb la france n'a pas eu un buget excedentaire depuis les annes 70 pour ne prendre que cet exemple. Je persiste a croire que la crise de la dette est derriere nous en ce sens que le risqué systemique a ete reduit. Maintenant je vous rejoins pour dire que tout reste a batir. simplement peut etre pouvons nous accepter l'idee qu'un risqué majeur a ete ecarte...
Réponse de le 11/06/2013 à 16:42 :
Je suis partisan du fait que le risque pour les dettes d'etats, c'est une perception momentanée qui est surtout l'objet de l'attention réelle qu'on porte aux chiffres et de la médiatisation qui en est faite. Je pense que la crise de la dette est en fait devant nous mais qu'on se garde bien de le dire pour ne pas saper la "confiance" qui est supposée etre la solution miracle par l'hypothétique croissance qu'elle apporterait.
En ce qui conserne la balance du bufget, il n'y a pas d'interet a avoir un excedant en permanence, ce serait plutot le signe qu'on ne fait pas asser avec ce que l'on a.
Réponse de le 11/06/2013 à 17:14 :
Le taux d'interet reel d'un pret n'est connu qu'a son terme, jusqu'a cette date tous les avis sont possibles.
a écrit le 11/06/2013 à 12:50 :
Dans la même veine Jean Artus l'économiste encombrant avait fait une sortie identique à la une d'un magazine Challenge .... en 2007 je crois. Sarkozy lui pensait avoir sauvé le monde. D'autres partis politiques pourtant peu formés à l'économie mais plus proches du terrain et de la réalité affirmaient pourtant le contraire sans être pris au sérieux ni leur avis publié dans aucun journal....Hollande tombe donc dans le même travers et si l'on remet Fillon (!!) à sa suite il reprendra le même refrain. C'est notre punition.
a écrit le 11/06/2013 à 12:46 :
Vous jouez sur les mots mr le journaliste. la crise de la zone euro c'est pas la crise en zone euro. il est indeniable que la crise de la zone euro s'est beaucoup calmé à defaut d'etre derriere nous. Il y'a un an tout le monde se demandait si l'euro n'allait pas exploser, si la zone euro n'allait pas eclater, quel serait prochain pays à etre attaqué sur sa dette, aujourd hui de moins en moins de personne se pose la question.
Réponse de le 11/06/2013 à 14:31 :
Elle s'est pas calmée. Le chômage, et surtout la dette des Etats, continuent d'augmenter. On s'est simplement habitués ; il faut se méfier de l'eau qui dort.
a écrit le 11/06/2013 à 12:32 :
Mais enfin, personne n' écoute plus et ne croit plus à toutes les énormités économiques que claironne Hollande.
Il fait rire tous les gens sérieux dans le domaine économique et il radote son socialisme d' avant les années 1950....!!!!!
a écrit le 11/06/2013 à 12:30 :
l?armée allemande ne passera pas nous avons MAGINOT, ah !! je pense dans les GAYS maries en cas de mobilisation pour un conflit d'importance on prend les deux, et ceux qui ont une double nationalité alors là gros problème .....,,,,????
Réponse de le 11/06/2013 à 14:33 :
Quel ramassis de propos nauséabonds colonel.Merci de vous abstenir la prochaine fois.
Réponse de le 11/06/2013 à 15:00 :
rappel toi en 39 les socialos étaient a VICHY en 45 ils étaient libérateur HONNEUR A RHIN ET DANUBE !!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :