A plus de 26 milliards, la collecte du livret A a doublé en 2020

 |  | 434 mots
Lecture 2 min.
En 2020, le livret A a été largement plébiscité par des Français en quête de sécurité, deux fois plus qu'en 2019.
En 2020, le livret A a été largement plébiscité par des Français en quête de sécurité, deux fois plus qu'en 2019. (Crédits : Reuters)
Malgré un taux d'intérêt historiquement bas à 0,5%, le Livret A reste un placement particulièrement plébiscité en France. Sous l'effet de la pandémie de Covid-19, il a engrangé un montant net de 26,4 milliards d'euros en 2020, a annoncé mercredi la Caisse des dépôts.

Dans le contexte incertain de la crise du coronavirus, les Français ont massivement garni leurs livrets A en 2020, préférant la sécurité et la liquidité de ces produits réglementés plutôt que les éventuelles plus-values d'autres placements. Cette année, le montant de l'épargne collectée par les livrets A a ainsi été multiplié par deux par-rapport à 2019, engrangeant un montant net de 26,4 milliards d'euros.

L'effet Covid-19

Considéré comme un placement refuge, le Livret A garantit un taux d'intérêt historiquement faible de 0,5% par an. Il a connu en 2020 un succès historique dans le contexte d'incertitudes économiques et sanitaires, contrastant notamment avec les importants retraits constatés sur les contrats d'assurance vie.

"L'année 2020 s'est caractérisée par une crise importante, avec une baisse forcée de la consommation du fait des différentes phases de confinement et une peur sur l'avenir qui ont donné gagnants en premier lieu les comptes à vue (comptes courants, NDLR), puis en deuxième position le Livret A et le LDDS", analyse pour l'AFP  Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l'épargne, cabinet de réflexion sur l'épargne et sa réglementation.

Lire aussi : La collecte du Livret A atteint plus de 27 milliards d'euros depuis le début de l'année

Une hausse générale de l'épargne collectée

De son côté, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) a signé en décembre une collecte nette d'un peu plus d'un milliard d'euros, ce qui porte à 8,8 milliards le montant total moissonné sur l'année 2020 par le LDDS, deux fois mieux là aussi qu'en 2019, où 3,9 milliards d'euros avaient été récoltés.

Géré conjointement par la Caisse des dépôts et les réseaux bancaires, le Livret A sert essentiellement à financer le logement social, tandis que le LDDS est dédié à l'économie sociale et solidaire ainsi qu'aux économies d'énergie dans les logements.

À eux deux, le Livret A et le LDDS ont engrangé 35,2 milliards d'euros nets en 2020, contre 16,6 milliards en 2019. Ils signent ainsi leur deuxième meilleure collecte annuelle après le record de 2012 qui était de 49 milliards d'euros.

Au total, l'encours d'épargne stocké sur les deux livrets se montait à 448,3 milliards d'euros à fin décembre 2020.

Des retraits à la fin de l'année

En décembre seul, environ 840 millions d'euros nets ont été retirés du Livret A, après la très forte collecte des précédents mois, notamment en début d'année, durant les semaines de confinement liées au déclenchement de la crise du Covid-19.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 18:19 :
J'en profite d'alimenter mon livret A avec toutes les aides sociales que je touche et tous ce que je ne paie pas (CMU etc.....) On dit merci à qui?
a écrit le 20/01/2021 à 13:46 :
@la chose : On a l'art en France d'enfoncer des portes ouvertes. C'est d'une évidence que les gens aisés ont une plus forte propension à l'épargne qu'ils peuvent faire sans diminuer l'ordinaire et en rognant simplement sur le superflu. Tout comme c'est normal qu'une baisse d'impôts ne favorise que ceux qui les paient.
Réponse de le 20/01/2021 à 17:03 :
Ma réponse était par rapport à cette phrase :" les Français ont massivement garni leurs livrets A en 2020". ce qui laisse entendre que ce sont tous les français qui peuvent épargner plus de 26 milliards ce qui est erroné bien sur .Sinon, il y a une touche : répondre
a écrit le 20/01/2021 à 11:33 :
Si vous mettez 1 Euro sur le livret A, il vous faudra attendre 139 ans avant d'avoir 2 Euros. Rien que ce chiffre devrait faire réfléchir les Français. Mais c'est probablement trop demander.
a écrit le 20/01/2021 à 11:32 :
a hurler de rire!
avec un plafond a 22.000 euros et 0.5% de rentabilite, on a la preuve que les gens ( y compris ceux qui ont de l'epargne) sont a 100 euros prets en fin d'annee ( oui ca fait presuqe 10 euros par mois!)
c'est d'autant plus comique que ca finance les logements sociaux dont les memes personnes ne veulent pas chez eux
au lieu de laisser ca sur son compte en banque, on fait la chasse aux centimes, et on se plaind!!!!!!!!
c'est vraiment minable
a écrit le 20/01/2021 à 10:37 :
"les Français ont massivement garni leurs livrets A en 2020"

Les français ,oui, mais lesquels ?

La note du Conseil d’analyse économique (CAE au mois d'Octobre 2020 a surtout retenu l’inégalité face à la consommation et à la constitution de cette épargne qui a retenu l’attention des auteurs.Ceux-ci relèvent que « les personnes les plus aisées ont le plus baissé leur consommation pendant le confinement » et que, malgré un rebond, celle-ci reste en retrait par rapport à la consommation observée en 2019. Un phénomène assez logique, puisque « la consommation habituelle de ces ménages va bien au-delà des biens essentiels », soit le type de consommation qui était impossible pendant le confinement (les voyages par exemple). À l’inverse, « les ménages modestes ont moins baissé leur consommation, puisque celle-ci se concentre plus sur les biens essentiels. ». Les auteurs précisent que la consommation a été mesurée par la somme des achats par cartes bancaires, des retraits d’espèces et des paiements par chèque. Elle n’intègre donc que peu les charges « fixes » des ménages, le plus souvent réglées par virement ou prélèvement (loyers, abonnements).
En miroir, ces différences de dynamiques de consommation se traduisent par des trajectoires d’épargne divergentes : l’étude montre que 70 % du surcroît d’épargne,a été le fait de 20 % des ménages. C’est même plus de la moitié de cette somme qui a été mise de côté par le dixième décile de l’échantillon, c’est­-à-dire le plus aisé.
a écrit le 20/01/2021 à 10:13 :
La preuve que le francais ne comprend rien a rien, surtout en economie.
a écrit le 20/01/2021 à 10:09 :
C'est une bonne chose vu l'appétit démesuré de nos mégas riches financiers pour les liquidités, une véritable patholgie, un cancer économique, gardons les mais il ne faut surtout pas qu'ils y touchent nos milliardaires étant des puits sans fond.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :