Après Nice, Dunkerque passe à son tour en confinement les week-ends

 |  | 333 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Du vendredi soir au lundi matin, les dix plus grands centres commerciaux de l'agglomération du Nord ne fonctionneront notamment plus qu'en vente à emporter, a précisé le ministre de la Santé. Les déplacements ne seront possibles que pour certains motifs.

Le confinement territorialisé se dessine peu à peu sur le territoire français. L'agglomération de Dunkerque sera soumise dès cette fin de semaine à un confinement local pendant les week-ends, du vendredi soir au lundi matin, pour contrer une incidence "alarmante" de l'épidémie de Covid-19, a annoncé mercredi sur place le ministre de la Santé Olivier Véran.

Dans cette agglomération de 250.000 habitants dont "un sur cent tombe malade chaque semaine", les déplacements le week-end ne seront possibles que pour certains motifs, et les dix plus grands centres commerciaux ne fonctionneront plus qu'en 'cliquez-emportez'", a précisé le ministre.

"A l'image de ce qui a été décidé et mis en place dans le département des Alpes-Maritimes le week-end dernier", les commerces autres qu'alimentaires resteront par ailleurs fermés, a ajouté M. Véran.

Lire aussi : Reconfinements à Nice: pourquoi l'État a changé d'avis

Un taux d'incidence deux fois supérieur aux premier et second confinement

Ces mesures, décidées après concertation avec les élus locaux qui les ont approuvées, sont justifiées par la situation épidémique "très inquiétante, alarmante même" à Dunkerque, où le taux d'incidence de la maladie est "le double de ce qu'il était au plus fort de la première et de la deuxième vague", a justifié le ministre.

Les hôpitaux locaux sont saturés, au point qu'il faut "transférer désormais des malades dans d'autres hôpitaux de la région, et demain, c'est probable", ailleurs en France, a-t-il ajouté.

Le maire (DVG) de Dunkerque, Patrice Vergriete, a dit "comprendre" la décision du gouvernement. "On voulait donner la chance à la prévention, mais la situation générale est plus difficile, la population doit le comprendre", a-t-il expliqué.

"L'hôpital est saturé, le personnel soignant épuisé. Maintenant j'attends que les Dunkerquois respectent les décisions", a-t-il ajouté.

Lire aussi : Les quatre modalités du préfet Gonzales pour reconfiner Nice et les Alpes-Maritimes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2021 à 9:04 :
Est ce que quelqu'un pourrait me le confirmer, le gouvernement pousse bien les gens a faire ce qu'ils ont a faire "tous ensemble" en semaine avant 18 h pour bien choper le virus et ensuite puni a la maison pour bien en faire profiter la famille puisque c'est le principal endroit de transmission. C'est ça ou non?
a écrit le 25/02/2021 à 8:24 :
Au moins avec notre confinement du week-end on fait rire tout le monde c'est déjà ça !
a écrit le 25/02/2021 à 6:42 :
" Ce n'est pas parce que ca ne fonctionne pas que c'est un echec", dixit micron 1er en 2021. Il se fout de vous. En 22 votez....mieux.
a écrit le 24/02/2021 à 19:22 :
1 sur 100 tombe malade, vu que 1 pour 100 de la population décède chaque année, je ne vous pas trop où est le problème. A la marge, une surmortalité de 1 pour 100. L'hôpital est certes en tension, et c'est bien le seul problème. Le reste est un délire sanitaro intégriste et plus récemment vaccinaro politique.
Réponse de le 25/02/2021 à 9:01 :
Tant que ça tombe sur les autres...........pas grave!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :