Après un rebond vigoureux au T3, l'économie en rechute

 |  | 1080 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
« Le reconfinement apparaît moins sévère qu'au printemps, notamment pour la construction et de nombreux secteurs industriels qui pourront travailler en présentiel ». Mais les économistes sont clairs : ce durcissement des mesures pour endiguer la propagation du virus assombrissent les perspectives de croissance pour la fin de l'année et 2021.

C'est une bonne nouvelle qui pourrait être de courte durée. Selon les derniers chiffres de l'Insee rendus publics ce vendredi matin, le produit intérieur brut (PIB) a rebondi grandement entre le deuxième et le troisième trimestre (+18,3%). C'est un chiffre meilleur qu'anticipé par la plupart des économistes. Le PIB reste malgré tout inférieur de 4,3% par rapport à la même période l'année précédente. Après un printemps cataclysmique (-13,8%), le déconfinement et la saison estivale a permis à l'économie tricolore de retrouver des couleurs. La recrudescence de l'épidémie et la mise en oeuvre du reconfinement pour au moins quatre semaines anéantissent les perspectives d'une reprise durable.

"Le rebond de 18,2% au troisième trimestre se situe dans la moyenne haute de ce que l'on anticipait. Ce qui rend optimiste sur les capacités de rebond de l'économie française par rapport au confinement du printemps. Même si ce rebond est important, il ne permet pas de récupérer l'activité perdue pendant le confinement. Il subsiste encore un écart important d'activité par rapport à l'avant-crise, d'environ 4%" explique l'économiste de COE-Rexecode, Emmanuel Jessua, interrogé par La Tribune. "La chute d'activité au quatrième trimestre va davantage peser, par un effet de base, sur la croissance de 2021. Avec le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :