Associations d'élu (e) s : qui représente qui ?

 |   |  875  mots
(Crédits : Reuters)
Des maires de montagne aux présidents de région, les élus locaux sont regroupés en associations pour peser dans le débat politique national.

[article publié le 02.01.2019 à 19h07, mis à jour le 08.01 à 12h31 avec l'ajout de deux nouvelles associations d'élus]

Assemblée des communautés de France (AdCF)

Fondée en 1989, elle fédère plus de 1.000 intercommunalités (communautés de communes, communautés d'agglomération, communautés urbaines, métropoles) représentant près de 80 % de la population. Elle est présidée par le maire (UDI) d'Annecy et président du Grand Annecy Jean-Luc Rigaut depuis 2017.

Assemblée des départements de France (ADF)

Elle réunit les 101 président(e)s de département depuis 1946. Dominique Bussereau, président (ex-LR) du conseil départemental de la Charente, en est le président depuis  2015.

Association des maires de France (AMF)

Créée en 1907, elle regroupe plus de 35.000 maires et président(e)s d'intercommunalité. Elle est présidée depuis 2014 par François Baroin (LR), maire de Troyes et président du Grand Troyes.

Association des maires ruraux de France (AMRF)

Elle rassemble 10.000 maires de communes de moins de 3.500 habitants. Vanik Berberian (ex-MoDem), maire de Gargilesse-Dampierre (Indre), en est le président depuis 2014.

Association nationale des élus du littoral (ANEL)

Fondée en 1978, elle fédère les élus des collectivités du littoral de métropole et d'outre-mer. Selon ses données, la France dispose de 5.800 kilomètres de côtes, hors espaces ultramarins, avec 985 communes "de bord de mer, lagunes ou étangs salés", ainsi que 92 communes ultramarines. Elle est présidée depuis 2012 par Jean-François Rapin, sénateur (LR) du Pas-de-Calais, conseiller régional des Hauts-de-France et ex-maire de Merlimont.

Association nationale des élus de montagne (ANEM)

Pour préparer la Loi montagne de 1985, l'ANEM est née en octobre 1984. Depuis, la loi reconnaît une spécificité "montagne", un droit à la différence pour ce qui représente 25 % du territoire français avec 5 millions d'habitants. Elle compte aujourd'hui 6.000 membres, maires, conseillers communautaires, départementaux, régionaux et parlementaires. Depuis 2018, elle est présidée par Annie Genevard, députée (LR) du Doubs et ex-maire de Morteau.

Association nationale des élus des territoires touristiques (ANETT)

Créée en 1930 à l'origine pour réunir les stations thermales, climatiques et balnéaires, seules habilitées à ouvrir des casinos, elle regroupe aujourd'hui 950 communes touristiques. Elle est présidée par Philippe Sueur, maire (LR) d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise).

Association des petites villes de France (APVF)

L'APVF a été fondée en 1989 par Martin Malvy alors président de la région Midi-Pyrénées et maire de Figeac (Lot). Depuis, elle rassemble les villes de 2.500 à 25.000 habitants, soit environ 1.200 adhérents. Son président est le député (PS) de Seine-Maritime Christophe Bouillon, ex-maire de Canteleu.

Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC)

La FNCC est née en 1960 pour "confronter les expériences" et "analyser en commun des problématiques sectorielles" afin de proposer des actions dans ce domaine. Elle regroupe plus de quatre cent cinquante communes, intercommunalités, départements et régions. Le maire-adjoint chargé de la culture de Dole (Jura), Jean-Philippe Lefèvre, en est le président depuis décembre 2018.

Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR)

Depuis 1933, toute collectivité propriétaire de forêts ou souhaitant la valoriser sur son territoire peut devenir membre de cette association. Elle en compte aujourd'hui 6.000, soit 60 % de la surface des forêts communales. Dominique Jarlier, maire de Rochefort-Montagne (Puy-de-Dôme), en est le président.

Villes de France

L'ancienne Fédération des villes moyennes réunit les villes de 15.000 à 100.000 habitants ainsi que leurs agglomérations, soit 30 millions d'habitants. Caroline Cayeux, maire (LR) de Beauvais (Oise) et présidente du Beauvaisis, en est la présidente.

Ville et Aéroport

L'association veut "promouvoir le développement durable du transport aérien, améliorer la qualité de vie des populations soumises aux nuisances aéroportuaires et favoriser une plus juste répartition des retombées économiques et fiscales" de l'activité. Le maire (PS) de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, en est le président.

Ville et Banlieue

"Favoriser le développement des quartiers les plus fragiles du territoire et valoriser l'image des villes de banlieue" est l'ambition de cette association depuis 1983. Marc Vuillemot, maire (PS) de la Seyne-sur-Mer (Var), en est le président depuis 2015.

France Urbaine

Issue de la fusion de l'association des communautés urbaines et métropoles de France (ACUF) et de l'association des maires des grandes villes de France (AMGVF) en 2016, cette association recense 2.000 communes, soit plus de la moitié de la population française, dont 51 villes, 22 métropoles, 15 communautés d'agglomérations, 11 communautés urbaines et 5 établissements publics territoriaux franciliens.

Régions de France

Impulsée en 1998, l'ex-ARF regroupe douze régions métropolitaines et sept ultramarines, à l'exception notable des Hauts-de-France de Xavier Bertrand. Le président (UDI) du conseil régional de Normandie, Hervé Morin, en est le patron jusqu'aux élections européennes de 2019, date à laquelle son collègue (LR) du Sud et eurodéputé Renaud Muselier lui succédera.

Territoires unis

Depuis "l'appel de Marseille", un "coup de gueule" des territoires contre "l'ultra-recentralisation" au congrès des régions de septembre 2018, l'Association des maires de France (AMF), l'Assemblée des départements de France (ADF) et Régions de France (ex-ARF) font bannière commune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2019 à 8:52 :
Il est dommage de retrouver chez nombreux petits élus ces idéologies politiques de partis totalement déconnectés de la vie réelle imposant des personnages prétentieux voir puants parlant aux pots de départ de l'employé communal comme notre président à la télévision.

Cette façon de faire, exposant des personnages d'une autre époque mais pourtant faisant partie de ceux qui nous dirigent réellement, est grotesque mais l'idéologisme de parti a mené à cette aberration de politiciens locaux qui font des discours longs comme le bras devant 14 personnes.

A savoir quand même, une véritable honte, que un maire affilié à un partie possède plus de finances publiques pour gérer sa commune qu'un indépendant, qu'un qui refuse de se soumettre. C'est pas beau ça ?
a écrit le 03/01/2019 à 5:00 :
Tout ce petit monde, dont certains membres ont une utilité certaine, bénéficie de subventions "publiques", je suppose....
Réponse de le 03/01/2019 à 12:42 :
... et de salaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :