Attractivité : la France regagne une partie du terrain perdu

 |   |  824  mots
Les investissements directs étrangers en France ont fait un bond de 30% en 2016 selon le Baromètre de l'attractivité du cabinet EY.
Les investissements directs étrangers en France ont fait un bond de 30% en 2016 selon le Baromètre de l'attractivité du cabinet EY. (Crédits : Statista*)
Le nombre de projets d'investissements étrangers a fait un bond de 30% entre 2015 et 2016, selon le Baromètre de l'Attractivité d'EY. La France est désormais réputée pour son écosystème entrepreneurial et sa capacité à innover. Plusieurs handicaps doivent être encore corrigés pour rivaliser avec l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Le quinquennat de François Hollande se termine mieux qu'il n'a commencé. Nombreux sont les indicateurs sont actuellement dans le vert. Ainsi, au premier trimestre, pour la première fois depuis 2012, le taux de chômage est repassé sous la barre des 10%. Porté par une consommation solide et une reprise confirmée de l'investissement, le PIB a continué de progresser à un rythme acceptable et il devrait s'accélérer entre avril et juin. Bonne surprise, cette dynamique s'accompagne d'une reprise des investissements étrangers (IDE) en France.

En effet, selon le Baromètre de l'attractivité d'EY, le nombre de projets a fait un bond de 30% entre 2015 et 2016 pour s'élever à 779, permettant de conserver sa troisième place au niveau européen, loin derrière l'Allemagne (1.063 projets, en hausse de 12% sur la période) et surtout le Royaume-Uni (1.144, +7%). Au total, ces 779 projets ont permis la création de 16.908 emplois en France. Rappelons que dans le secteur marchand, une personne sur huit travaille pour un groupe étranger installé en France.

Un phénomène de rattrapage

"Deux explications peuvent être avancées. La France profite d'un phénomène de rattrapage après plusieurs années décevantes au cours desquelles un certain nombre de projets ont été gelés. Elle bénéficie également de la dynamique européenne. Entre 2015 et 2016, les IDE ont progressé de 15% en Europe pour s'élever à 5.845 ", précise Marc Lhemitte, associé chez EY Advisory.

"La satisfaction à l'égard du site France retrouve son niveau d'avant-crise, notamment parce que l'écosystème entrepreneurial et la capacité d'innover de la France sont désormais davantage reconnus au niveau international", poursuit-il.

Deux secteurs tirent leur épingle du jeu : les fonctions tertiaires et commerciales ainsi que la logistique. Et l'industrie ? La France reste la première destination des IDE manufacturiers, avec 212 projets industriels - un nombre stable -, loin devant le Royaume-Uni (160, -13%).

Un bémol, les projets sont de petite taille, et pas seulement dans l'industrie. En moyenne, seuls 22 emplois sont créés. Des projets géants comme celui de Toyota à Valenciennes en 1997 est-il encore envisageable ? "Pour l'instant, il n'y a rien dans les tuyaux. Impossible de prédire l'avenir", explique Marc Lhermitte. En moyenne, en Europe, chaque projet d'IDE entraîne la création de 44 postes.

Une tendance lourde ?

Et après ? La victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle est-elle de nature à transformer cette reprise des IDE en tendance lourde ? C'est largement envisageable, à condition que le président de la République applique son programme à la lettre, sachant que la perception de la fiscalité, la complexité administrative et les rigidités du marché du travail restent très négatives. Notons que l'attractivité fut un sujet majeur pour une partie de l'exécutif. Emmanuel Macron relança les Conseils de l'attractivité créés par Christine Lagarde lorsqu'il fut secrétaire général adjoint de l'Elysée ; Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du Travail était jusqu'à mercredi à la tête de Business France ; quant à Edouard Philippe, dans le sillage d'Antoine Rufenacht, son prédécesseur à la mairie du Havre, et Gérard Collomb à Lyon, ils ont beaucoup œuvré pour attirer les investisseurs dans leurs municipalités.

Alors que les négociations ont à peine commencé et qu'elles ne s'achèveront pas avant 2019, le Brexit peut-il profiter à l'Hexagone ? Selon le baromètre EY, 14% des entreprises internationales implantées au Royaume-Uni envisagent de relocaliser tout ou partie de leurs activités. Pour l'instant, c'est l'Allemagne qui semble la destination privilégiée, 60% des personnes interrogées citant notre puissant voisin et concurrent comme première alternative. La France recueille 40% des suffrages, contre 21% pour l'Espagne mais également l'Italie et les Pays-Bas.

La France peut également compter sur ses atouts. Nombreux si l'on en croit le Baromètre d'EY. De fait, 50% des personnes interrogées ont cité sa capacité d'innovation et de recherche. Ce pourcentage est en hausse de 13 points par rapport à 2015. Viennent ensuite son rayonnement touristique (35%), son accessibilité internationale et ses infrastructures (29%), sa capacité à accompagner l'entrepreneuriat (22%) et ... les récentes réformes en matière de compétitivité (20%).

Paris ne concentre pas tous les regards

" La French tech est clairement une marque reconnue au niveau mondial ", constate Marc Lhermitte. Et tant pis si les efforts du gouvernement pour promouvoir la French tech à Las Vegas ou ailleurs ne sont pas réellement accompagnées de mesures fortes pour stimuler le développement des startups. Un exemple : les business angels français souffrent d'un environnement fiscal bien moins favorable qu'au Royaume-Uni, ce dont pâtissent les startups tricolores.

A noter, Paris ne concentre pas la totalité des projets, loin s'en faut. "Plus des deux tiers des investissements industriels par exemple vont dans des villes moyennes et des territoires ruraux, qui sont certes frappés par la désindustrialisation, mais également la cible des investisseurs étrangers, notamment parce que le savoir-faire de la main-d'œuvre locale y est reconnu", avance Marc Lhermitte.

*Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2017 à 17:24 :
Voilà une bonne nouvelle que les trolls déclinistes vont se faire un plaisir de relativiser.
Réponse de le 23/05/2017 à 18:26 :
Eh oui je vais tempérer votre enthousiasme car vous le savez en France, les politiciens sont prêts à baisser la culotte des contribuables pour subventionner les investissements, donc ne rêver pas trop, regardez le cas d'Amazon dans le Nord et vous comprendrez de quoi je parle : les contribuables du nord paient les salaires des salariés d'Amazon, pour les infrastructures construites et les équipements télécom, donc plus de 100 millions à la charge du contribuable. Et pour quel résultat ? une évasion fiscale, une pression à la baisse sur les salaires et des investissements qui n'ont presque rien coutés à l'entreprise (bonne négociation de sa part).

Le problème de nos politiciens : des girouettes qui ne pensent qu'à leur ré-élection plutôt que de mettre en avant les atouts de la France : une main d'oeuvre hautement qualifiée, et la qualité, ça a un cout qu'il faut accepter, point barre. Car ce sont nos impôts qui ont financé ce savoir faire.
a écrit le 23/05/2017 à 13:30 :
l'Europe est elle une industrie de l'oppression de la personne si on publie des brutalités contre la société civile ou que certains employés seraient accusés de ne pas avoir fait leur travail, les jeunes générations sont elles victimes d'une forme d'état d'esprit proche du nazisme dans le sens de l'irrespect des qualifications ou une forme de goulag pour la société civile ou une forme de répression du travail si on publie des indicateurs d'happiness au travail moins bons qu'aux USA ? Si on publie que des aides seraient critiquées à 70%, fait on une forme de tyrannie ou un assistanat du chef de service inamovible ? Si on parle de l'attractivité de la France, ne devrait on valoriser l'arc de Triomphe comme monument viril au lieu de célébrer le couronnement des loosers du baby boom si on parle d'un déclin évalué à 75%? La croissance est ce une forme de prestidigitation si on publie qu'il existerait une magie keynésienne, la croissance est elle crée par l'augmentation des prix ou par la bêtise promue chef de service? Les citoyens de l'Europe ne devraient ils examiner si l'Europe fonctionne si on publie qu'il y aurait 4 fois la masse monétaire des USA pour une production en baisse et une consommation brimée par l'inflation...
Réponse de le 23/05/2017 à 15:36 :
Ca à l'air pas mal ce que vous fumez, vous faites tourner ?
a écrit le 23/05/2017 à 12:48 :
Voilà un article qui rend obsolètes les sempiternelles jérémiades de Gattaz le décliniste sur le coût du travail !!!!.
a écrit le 23/05/2017 à 11:07 :
LA PLUPART DES GROS FLEURON DE L INDUTRIE RENTABLE ON ETE VENDUE AUX AMERICAINS LE RESTE AUX CHINOIS ET AUX ALLEMANDS? ON NOTE QUE EN DEBUT DE MANDAT MACRON PARS AVEC UN HANDICAP DE 3.765MILLIONS DE CHOMEURS ET QUE LA DETTE PARS FRANCAIS ET AU ALENTOUR DE 2200 EUROS ? DONC BON COURAGE AUX PROCHAIN ELU E S ILS VON AVOIR DU PAIN SUR LA PLANCHE???
Réponse de le 23/05/2017 à 11:48 :
keskidi lui ?!?
Réponse de le 23/05/2017 à 15:37 :
Donc lui n'a toujours pas compris comment repasser son clavier en minuscule... Votre commentaire est illisible !!!
a écrit le 23/05/2017 à 10:56 :
La baisse de la fiscalité des particuliers et des entreprises est un impératif. Baisse qui doit être facilitée par des mesures visant à réduire le nombre de fonctionnaires et d'élus , notamment dans les collectivités locales, par un recentrage de l'état sur ses activités régaliennes et une politique de décentralisation plus dynamique.
a écrit le 23/05/2017 à 10:38 :
On a confirmation de ce qu'on subodorait :
la fiscalité française délirante, surtout pour les entreprises, constitue un réel handicap pour l'économie française.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :