Malgré le french bashing, l'attractivité de la France reste élevée

 |   |  1040  mots
La France déroule le tapis rouge pour les investisseurs étrangers.
La France déroule le tapis rouge pour les investisseurs étrangers. (Crédits : Reuters)
En 2014, les investissements directs étrangers en France ont progressé de 8% selon Business France. Les Etats-Unis restent les premiers investisseurs dans l'Hexagone. Si les activités de production restent majoritaires, les créations de centre de recherche et développement montent en puissance.

French bashing ? Quel french bashing ? Si la presse anglo-saxonne se déchaîne parfois sur les tares de l'économie française, le monde réel, c'est-à-dire les entreprises étrangères, n'hésitent pas à investir en France. Selon le « rapport sur l'internationalisation de l'économie française » réalisé par Business France, qui réunit depuis le 1er janvier Ubifrance et l'Agence française des investissements internationaux (AFII) et qui comptabilise les projets d'investissements étrangers en France, 1.014 projets ont été enregistrés en 2014.

Sont ainsi recensées les créations ex-nihilo d'entreprises, les reprises et les fusions-acquisitions et les projets qui créent plus de un emploi. Jusqu'ici, l'AFII ne prenait pas en compte les fusions-acquisitions et les projets créant moins de 10 emplois. Cette nouvelle méthodologie est mise en place pour pouvoir effectuer des comparaisons internationales.

Les messages de l'exécutif sont encore sans effet

A périmètre constant, qui reprend l'ancienne méthode, 740 décisions d'investissement ont été observées en 2014. Ce nombre est en hausse de 8% par rapport à 2013. Pour expliquer cette progression, Business France avance plusieurs hypothèses : les atouts de la France sont intacts - la dernière enquête de TNS Sofres commandée par Business France indique que 72% des investisseurs déjà présents ne regrettent pas leur choix -, notamment ses infrastructures et la qualité de la main-d'œuvre ; la France profite de l'engouement global des investissements étrangers pour le Vieux Continent. Peut-on en déduire que les déclarations d'amour de François Hollande et de Manuel Valls déclamées aux quatre coins du monde pour l'entreprise sont sans effet ? Probablement. Ces déclarations sont toutes récentes et il faut entre 18 mois et deux ans pour qu'une marque d'intérêt se concrétise en chantier et créations d'emploi. Présidée par le président de la République, un nouveau conseil de l'attractivité sera organisé en juin.

Les décrets Montebourg n'ont pas eu d'effets négatifs

En attendant 2016 et 2017, le millésime 2014 est encourageant. François Hollande, le président e la République a officiellement salué cette performance ce lundi.
Avec un tel montant d'investissements directs étrangers (IDE), la France signe la deuxième performance depuis une dizaine d'années. Mieux, elle devrait conserver la troisième place européenne, derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne et la première dans le domaine industriel. Le conditionnel est de mise car les statistiques de nos voisins ne seront pas dévoilées avant plusieurs semaines.

La polémique née à la suite du projet de fusion entre la division énergie d'Alstom et GE Capital et la publication par Arnaud Montebourg, l'ex-ministre de l'Economie de décrets défensifs pour protéger les secteurs stratégiques ont-ils effrayés les investisseurs.

" Lorsque ces décrets ont été publiés, ce fut un sujet de discussion pour les investisseurs étrangers. Mais ces décrets n'ont empêchés aucun investissement. Par ailleurs, il faut bien avoir à l'esprit que les entreprises internationalisées ont l'habitude de traiter ce type de sujets. Il faut aussi admettre que la France faisait plutôt figure d'ovni dans ce domaine, tant la protection des secteurs stratégiques était mal définie ", précise Muriel Pénicaud, la directrice générale de Business France également ambassadrice déléguée aux investissements internationaux.

La France terre d'accueil de la R&D

Concrètement, les 1.014 décisions d'investissement enregistrées en 2014 ont permis de créer ou maintenir 26.535 emplois. Un nombre à comparer aux 29.631 observées un an plus tôt. Muriel Pénicaud explique cet écart par la montée en puissance des investissements en recherche et développement qui sont moins intensifs en main d'œuvre que les projets de production industrielle même si ces derniers restent largement majoritaires. « Il faut néanmoins s'attendre à ce que la création ou le rachat de ces centres de R&D soit suivi par le lancement de lignes de production au cours des prochaines années », explique Muriel Pénicaud qui rappelle qu'un quart des chercheurs français sont embauchés par des filiales d'entreprises étrangères.

Précisément, 30% des investissements réalisés en France, soit 303 projets, sont des activités de production. Ils représentent un enjeu de 11.601 emplois, soit 44% de l'emploi total. Les projets d'investissement étranger dans les fonctions de R&D, ingénierie et design représentent 9% de l'ensemble des investissements (92 projets contre 77 l'année dernière). Quant aux nouvelles décisions d'investissement dans les quartiers généraux monde ou Europe, ils progressent nettement. Business France en recense 16 contre 5 en 2013 et 12 en 2012. Au total, les projets d'investissements permettent de créer ou de maintenir en moyenne 26 emplois

Autre point positif, le nombre de pays ayant fait le choix de la France augmente. Ils étaient 47 en 2014 contre 44 en 2013 et 39 en 2012. Quels sont les pays qui se sont implantés en France ? Les investissements européens représentent 61% de l'ensemble des investisseurs, viennent ensuite l'Amérique du Nord 22% et l'Asie 12%. Par nationalité, les principaux investisseurs sont les entreprises américaines (19%), les entreprises allemandes (14%), britanniques (9%), italiennes (9%) et japonaises (6%).

Le poids des investissements étrangers

Quels enseignements peut-on tirer de cette batterie de statistiques ? Le principal est le suivant : l'écart entre la perception de l'économie française - surtout dans certains pays anglo-saxons - et la réalité est énorme. Si la France est souvent décriée par les chantres du libéralisme, elle continue à attirer ses acteurs, les entreprises, malgré une concurrence féroce.

Second point, le dynamisme de l'économie tricolore repose en partie sur ces IDE. Comme le rappelle Business France, les filiales sous contrôle de groupes étrangers emploient 12% de 'effectif salarié dans l'ensemble de l'économie française, contribuent à hauteur de 19% à son chiffre d'affaires, assurent 31% des exportations françaises et 11% des investissements corporels. Dans les régions Centre et Picardie, 50% des exportations sont réalisées par des entreprises étrangères. Celles-ci concourent à la création d'emploi à hauteur de 47% en alsace, 29% en Picardie et 28% dans le Pas de Calais.

On comprend mieux les déclarations enflammées de François Hollande et de Manuel Valls aux investisseurs du monde entier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 17:43 :
Avec 8 millions de chômeurs en France,c est vrai il y a du dynamisme dans ce pays!!
a écrit le 17/03/2015 à 11:39 :
Parfois je me demande ce qui existe derrière le flot de salades et de conneries qu'on lit dans ces forums, si il s'agit de la désinformation la plus totale, ou si de la mauvaise foi pure et dure. Juste pour l'info, Elgydium n'est pas une "marque française" comme quelqu'un a écrit dans une liste de "fleurons made in France". La pâte dentrifice Elgydium est un produit suisse, fabriqué par Pierre Fabre, un laboratoire situé à Allschwil, dans le canton de Bâle, en Suisse. Ce n'est pas parce que le fabricant porte le nom de Pierre Fabre (quoique Fabre soit un nom suisse) qu'il est forcément un Français !
Monsieur qui a listé le nom de Elgydium parmi les fleurons de l'industrie française s'est royalement trompé d'adresse. Ou alors il fait de la récupération. Comme presque tout le monde en France.
a écrit le 17/03/2015 à 11:38 :
SI LA PARITE DOLLARD / EUROS DURE LA FRANCE VAS VOIR L EMPLOIES AUGMENTE NOTAMENT PARS LES AMERICAINS DEJA TRES PRESENT DANS CERTAINE REGION .CAR LE SAVOIR FAIRE ET LA TEKCNOLOGIE FRANCAISE ET TRES EN AVANCE???
a écrit le 17/03/2015 à 8:27 :
La France n’est-elle pas un escargot ? Notre croissance est depuis 80 sous le G7… qu’en est-il pour la dynamique export ?
En considérant les exportations de biens et services en euros constant 2000, données forêt de chèrebroke, on trouve : croissance 80-2013 France +262,6%, G3 (données 2012 pour Usa et Japon) +407,4 soit 64%. Croissance 2000-2013, 24,2 contre 65,9 soit 36,7%. La France perd de la vitesse de croissance sur le G3.
Depuis 80, les américains ont fait +424,1% contre +487,0 en Allemagne qui pèse 88% des exportations américaines. La France a fait +262,6 et pèse 34,1% des USA et 39% des Allemands.
La France pèse en 80 20,1% des exportations des 5 principaux Européens et en 2013, 16,4% soit un recul de 18,5%. Les anglais qui exportent plus que la France en 80 et 2013, ont reculé de 20,7% et ont augmenté de 253% depuis 80, soit un peu moins que la France. Les Italiens ont fait 224,5% et l’Espagne 576,8 en ayant un niveau de départ moins élevé.
Sur la période 2000-2013, Les Américains ont fait 54,2, les Allemands 92,2, les Anglais 41,5, les Italiens 24,2, les Espagnols 53,4… et les français 24,2. Donc la France a décroché du rythme de long terme un peu supérieur aux anglais et se trouve au niveau de la progression des italiens. On note que les USA ont moins progressé à l’export que les Allemands après 2000.
Si on regarde l’augmentation 2000-2013 / moyenne des 3 décennies 80 à 2000, on trouve : Allemagne 1,25 , RU 0,9 , Japon 0,84 , USA 0,78 , Espagne 0,6 , France 0,46 , Italie 0,45… nous sommes en ralentissement dans notre progression à l’export. Avons-nous des boulets, sommes-nous paresseux, devenus bêtes ou bien abêtis, avons-nous un problème de portage, est-ce l’euro fort ou bien la valeur ajoutée dans le contenu technologique des exportations ?
On note la diminution des exportations japonaises, mais l’augmentation en Angleterre sur la période 2008-2013 : le Japon fait -6,2%, le RU +4,1, la France +4,5, les USA 12,8 et les Allemands 12,5. Le QE n’aurait pas d’effet positif sur la dynamique export, n’aurait-il pas un impact négatif en comparaison à la dynamique de long terme ? L’Espagne avance de 53,4 depuis 2000, le double de la France…
L’Europe croît moins vite que les USA… n’a-t-elle pas un problème systémique ?
a écrit le 17/03/2015 à 0:38 :
Hausse des ides en Europe de 17 %! 8 % pour la France. C'est mauvais. Plus grave, la création d'emplois est au plus bas depuis 12 ans. Belle propagande de LT.
Réponse de le 17/03/2015 à 7:39 :
- Défaillances d'entreprises (Banque de France), 62313 entreprises, soit un reflux de -0,5%, très modeste, mais première fois depuis 2010, et surtout, grosse décélération sur le 4ème trimestre avec -2%.
- Créations d'entreprises, + 540000 c’est énorme.
Ce qui donne un rapport de 1 à 7. Là, c’est du jamais vu, même lors des sorties des précédentes crises.
Il va certainement y avoir du déchet.
- Vente de logements neuf au 4ème trimestre, +14,6%, rebond inattendu (J’ai du mal à croire ce chiffre).
- PME, moins de 4600 ont déposé leur bilan en 2014, le plus bas niveau depuis 2008, avec une nette accélération du reflue sur le 4ème trimestre, -5%. Sur l’année la hausse des créations est de 2%.
- Accueil d’investissements étranger, Paris est repassée 3ème, derrière deux paradis fiscaux, Londres et Hong Kong, avec un hausse de + 8%.
En tout 1.014 décisions d'investissement l'an dernier sont liées à la création de plus de 20.300 emplois et le maintien de plus de 9.500, faisant de 2014 la 2e meilleure année en 10 ans.
Même dans les pays où il y a beaucoup de french bashing, l'investissement continue. Il y a un vrai décalage entre la perception et la réalité",
- Accueil des centres de recherche étrangers :
Paris-return N°1, grille toutes les capitales mondiales.
N°2 mondial des introductions en Bourse dans la santé et les biotechs derrière US.
N°3 mondial dans les essais de médicaments derrière US et AL, devant RU, IT et ES.
-
Depuis le début de l'année, 4 centres de recherche étrangers qui ont annoncé venir s'installer en France:
Ils seront certainement opérationnels en 2017-2018. D'autres, qui ont déjà démarré la construction de leurs installation l'année dernière seront opérationnels plus tôt. Ca va monter en puissance régulièrement, et le chômage devrait s'inverser dès 2016.
Donc aux nombreux chômeurs et autres qui ont décroché, ne perdez pas espoir.
La débilo-bashing-mania vit ses derniers mois.
a écrit le 16/03/2015 à 21:15 :
Je n'ai personnellement aucun doute que la France regorge de talents. Le problème, c'est qu'ils sont étouffés par les politiques d'assistanat perpétuel et de parole donnée aux plus nuls de la société sous prétexte d'égalité. Ma solution pour commencer: 1) on exonère d'impôts les TPE qui ont un chiffre d'affaires disons de 30 000 euros et moins, 2) seuls ceux qui paient des impôts ont droit de voter. 3) toutes les assistances non justifiées disparaissent !!!
a écrit le 16/03/2015 à 19:37 :
il n'y a pas 36 explications a cette mode mondiale de venir investir en France:le cocktail CICE et crédit impot recherche,mis en oeuvre par la gauche.la gauche est "business friendly",nul ne peut plus le contester!
Réponse de le 16/03/2015 à 23:19 :
En general, une entreprise qui investit dans un pays pense d'abord à son marché, ses futurs clients, salariés et fournisseurs et ensuite peut-etre la fiscalité locale. Les business d'abord pensé sous l'angle de la fiscalité ne durent jamais très longtemps (photovoltaique en France, immobilier en partie, ....)
a écrit le 16/03/2015 à 19:26 :
Merci Sarko pour le crédit impôt recherche , ça fonctionne bien
a écrit le 16/03/2015 à 15:59 :
Une progression en soi en veut pas dire grand chose sans le niveau de départ, car c'est le montant en valeur absolue des investissements qui fait la croissance ou pas, et comme la France repart de bas, il n'y a pas de quoi pavoiser. Plus 8% de pas grand chose ne fait toujours pas, ou si l'on veut pas encore, grand chose. c'est juste l'indication que c'est moins mauvais qu'anticipé.. La com. c'est bien, les résultats c'est mieux.
Réponse de le 16/03/2015 à 20:41 :
Je suis convaincu que si ça avait baissé de 8% vous auriez dit que baisser quand on est déjà tres bas c est pas baisser beaucoup... Sur a 100%
a écrit le 16/03/2015 à 15:37 :
Export france 500 milliards , allemagne 1100 !!! Demande de devis en france 2, 3, voir 4 semaines en allemagne 3 jours!! Banque française connaissant l'export ..je cherche toujours !!
Les IDE en france ok mais ca représente combien a rapport à nos proches voisins européens ! Pas de relief donc dans ces chiffres !! Juste de l'incantatoire on se croirait à l'époque soviétique avec les annonces martiales du plan quinquenal, juste avant la chute du mur !!! Exemple les 26 emplois crées en moyenne dans les 5 à 16 centres de décisions, soient 416 à 138 emplois..... une paille.
La seule remarque pertinente est que la création d'emploi est plus "intensif" pour l'industrie que la R&D ...dans un pays qui a détruit plusieurs millions de jobs industriels en 20 ans, c'est la seule chose pertinente que je viens d'entendre et encore un demi aveux, faut il ajouter aussi que toute les cotisations sociales qui ne sont plus payés par ces chomeurs se reportent sur les actifs encore au boulot! Et les patrons délocalisateurs se prennent le boomerang dans la figure...moins de cotisations c'est aussi moins d'argent pour les soins...pour la police, l'éducation bref ...l'argent facile des banques qui sursoit à ce vide crée depuis des années sur la vraie économie par les mêmes banques est fini ...on revient sur terre ..sur une économie réelle moribonde ...développement durable ca veut rien dire, mais retrouver le sens de la réalité c'est vitale.
Et puis comme dit le proverbe ; les petites économies du court terme font les grandes pertes à long terme...
Réponse de le 16/03/2015 à 21:58 :
Les exportations et les filiales à l'étranger sont bénéfiques pour l'emploi en France, pour les fiances de l'état, et donne des moyen à l'état pour diminuer la dette ou investir dans des financement de programmes recherche et autres sur notre sol, voir diminuer impôts ou charges.
Donc, il est absolument nécessaire que nos entreprises exportent plus afin de diminuer le déficit du commerce extérieur.
Exemple:
La SNCF est en réalité déficitaire en France, mais grâce à ces filiales exports, Keolis (constructeur), Geodis (transporteur) et Systra (leader mondial de l’ingénierie), elle affiche une croissance de 2,3% en 2014.
Pour Keolis (SNCF 70%, Caisse des Dépôts du Québec 30%) la croissance 2014 est + 10%, et + 5000 créations d’emplois quasi-exclusivement à l’étranger.
Derniers contrats finalisés par les 3 filiales :
- exploitation des trains de banlieue de Boston.
- exploitation des tramways de la Gold Coast en Australie.
- exploitation des trois lignes ferroviaire de l’énorme réseau Thameslink en Grande-Bretagne.
- exploitation des métros automatiques des quartiers des Docks de Londres.
- construction du métro automatique aérien d'Hyderabad, en Inde.
- coopération avec Shanghai Shentong Metro Group et vise l'énorme marché des trains de banlieue (de type RER) de Wuhan.
..
Donc même si l’état finance en partie les grands travaux qui auraient du être réalisé durant la dernière décennie (et qu’il y avoir un grand coup de balai dans la maison), nous participerons modérément parce que les filiales gagnent un max. Sinon, nous devrions déjà payé plein pot, rien que pour le déficit de la SNCF, et ensuite pour les travaux à accomplir.
a écrit le 16/03/2015 à 14:27 :
Tissu de sottises. Combien de milliards pour l'investissement dans de nouvelles entreprises? Les étrangers peuvent acheter des actifs intéressants comme des vignobles, ou des actions d'entreprises pour transférer des technologies mais de là à croire que la France est un lieu où produire, il y a un monde.... Ce pays est en décadence socialiste et va vivre des troubles sociaux historiques. Pas le moment d'y investir !!!
Réponse de le 16/03/2015 à 15:45 :
Oui, c'est rageant de voir que les chinois achètent nos vignes.
Mais nous leurs vendons des centaines d’avions, des milliers d’hélicos et des centaines de milliers de tonnes de céréales, des milliers de litres d’alcool, des centaines de machines agricoles, et bientôt des centaines de milliers de voitures, des centrales, des usines de retraitement…......... l'aéronautique est le premier poste exportateur de l'UE28.
C''était aussi aux vignerons de défendre leurs vignes. Faut pas attendre que les problèmes arrivent pour réagir, moderniser, investir ou attirer les touristes et intéressé les touristes. La fille de mon meilleur ami a épousé un domaine y'a 25 ans, je connais donc bien le sujet.
Réponse de le 16/03/2015 à 16:34 :
Exact, le French bashing n'est pas seulement anglo-saxon, il est surtout French !!!! Je suis expat et je fuis comme la peste les Francais nouvellement arrivés... car ils passent leur temps à debiner leur pays...ce qui n'intéresse personne !!! Apres qqs temps, ça va mieux....pour la vigne, les Chinois ont racheté 40 châteaux en Bordelais sur... 8000.... Pour les exports, il faut rectifier: c'est une idée recue fausse que l'aéronautique est le 1er poste de la balance commerciale : c'est le 4ieme (12,6%), le 1er est la mécanique,informatique, électronique (Stats des douanes) (20%) et l'agroalimentaire est le 5ieme (11%). On est loin des idioties journalistiques!!!
Réponse de le 16/03/2015 à 22:06 :
2013
Principaux secteurs d'activité

La France est la plus grande puissance agricole de l'Union Européenne, comptant pour un quart de la production agricole totale, et la seconde puissance agricole du monde derrière les Etats-Unis. Cependant, le secteur agricole ne représente qu'une très faible partie du PIB du pays. L'activité agricole française bénéficie d'importantes subventions, en particulier européennes. Les principaux produits agricoles de la France sont le blé, le maïs, la viande et le vin.

L'industrie manufacturière du pays est bien diversifiée mais le pays est au coeur d'un processus de désindustrialisation qui se traduit par de nombreuses délocalisations. Les secteurs industriels clés de la France sont les télécommunications, l'électronique, l'automobile, l'aérospatiale et les armes.

Le secteur tertiaire représente près de 80% du PIB français et emploie près des trois quarts de la population active. La France est la première destination touristique du monde avec plus de 75 millions de touristes étrangers accueillis chaque année.
Commerce extérieur La France est l'une des dix premières puissances exportatrices du monde et le commerce représente plus de 50% de son PIB.Pourtant, le pays enregistre un fort déficit commercial structurel. Les importations se développent rapidement car la population achète beaucoup de marchandises importées, qui sont vendues relativement moins cher sur le marché local, en comparaison avec les produits "made in France". Les importations d'énergie et leur net renchérissement pèsent également sur la balance. De plus, malgré les efforts du gouvernement pour favoriser l'innovation, la valeur ajoutée des exportations françaises est relativement faible. Les échanges ont ralenti en 2013. Les exportations ont été en recul, notamment les véhicules automobiles. En revanche, les exportations agricoles, surtout céréalières, ont bien rebondi tandis que les importations énergétiques diminuaient. En conséquence, le déficit commercial s'est réduit de 9% par rapport à 2012.Les principaux partenaires commerciaux de la France sont l'Union Européenne, les Etats-Unis et la Chine.
a écrit le 16/03/2015 à 12:59 :
Ha ! les élections approchent et, tout va très bien Madame la Marquise.Apparament Mr LENGLET n'est pas d'accord avec votre analyse!
a écrit le 16/03/2015 à 12:59 :
Excellent article !
a écrit le 16/03/2015 à 12:29 :
On reconnaît bien là la politique intelligente, toute fondée sur l'investissement et la production, du Président Hollande. Les entreprises vont mieux, grâce à des baisses de charges gigantesques, et de nouveau réinvestissent massivement. La production repart et le chômage va subir un reflux considérable en peu de temps.
a écrit le 16/03/2015 à 12:26 :
Article creux et de pur enfumage. Ça en dit long sur la démocratie française. Les élections approchent... Ce pays est mort.
a écrit le 16/03/2015 à 12:00 :
Avec un euro en baisse vers 0.95€ pour 1$ ça vaut le coup. En conséquence comme disait l'autre jour un économiste, des investissements en France c'est bien mais si c'est pour racheter des entreprises qui ensuite devront cracher des dividendes pour le retraite US ou Chinois et de l'autre cote des charges sociales pour le retraite français, le pauvre travailleur français va avoir du mal.
a écrit le 16/03/2015 à 10:23 :
article copié/collé d'un communiqué de Sapin.

les portes flingues du PS de la Tribune sont de retour!
a écrit le 16/03/2015 à 10:05 :
A quand l' "English vocabulary bashing" ???!!!...
a écrit le 16/03/2015 à 9:57 :
où sont ces investissements ????
a écrit le 16/03/2015 à 9:12 :
encore un nouvel indicateur positif et 8% c'est même très bien. L exécutif doit profiter de cet environnement favorable pour continuer à réformer pour encourager l'activité et bosser sur les déficits. Ca finira par payer pour le pays, avec un chômage refluant et une pression fiscale diminuant. Ca fait plaisir ce genre de nouvel le lundi, j'en redemande.
Réponse de le 16/03/2015 à 10:01 :
Si les investissements ont baissé de 50% les 2 années précédentes, +8% ne représente rien. L'article n'est pas assez précis, et aurait du montrer un graphique sur 5 ans par exemple ?
Réponse de le 16/03/2015 à 11:46 :
il représente tellement rien que ca déchaine les tenants du déclinisme, dont vous êtes. Vous souhaitez donc tellement que l'on finisse dans l'abime? innn
a écrit le 16/03/2015 à 9:01 :
vous oubliez de noter que ces investissements étaient nul auparavant donc 8% de quasiment zéro,c'est vraiement pas grand chose
Réponse de le 16/03/2015 à 9:15 :
pas sur que vous ayez lu l'article...c'est notre propre dénigrement et le nihilisme frontiste qui sont nos pires handicaps.
a écrit le 16/03/2015 à 9:00 :
Soyez un peu plus positif vous les journalistes et politiques comportez vous de façon intelligente maintenant après toutes ces années de critiques négative pour l'emploi.
a écrit le 16/03/2015 à 8:38 :
Bravo à ce Gouvernement. Et laissons les ronchons rochonner (n'est-ce pas jeandemi ?). Car au final, peu importe les blablas, ce qui compte c'est que la France se redresse. Cessons donc de toujours la dénigrer et n'écoutons pas les railleries portées par un Sarkozy teigneux et revanchard. Et pour fêter cette bonne nouvelle, je vais prendre pour la première fois, ma carte du PS.
Réponse de le 16/03/2015 à 11:59 :
Quel bien cela fait de vous lire ;)
a écrit le 16/03/2015 à 8:11 :
"Malgré le French bashing" !!! il n'y a pas de French bashing, ce n'est que l'invention d'une certaine presse. À cause des ses agissements et scandales politiques, et de sa situation économique, la France a perdu beaucoup de son allure auprès des autres nations, sa compétitivité et crédibilité, et c'est tout. Les journaux anglo-saxons (ceux qui ont toujours critiqué et même se sont moqués de la France) quand ils parlent de notre pays c'est comme d'habitude – où est-il donc ce "French bashing" qu'on ne voit pas ?

Et si les Américains investissent dans l'Hexagone ce n'est pas pour une question d'attractivité mais par des raisons bien moins nobles: avant de leur irrémédiable chute les US veulent garder leur grappin en Europe le plus possible. Et cette France qui les adore, a toujours été prête pour les vendre mêmes les "joyaux de sa couronne", les grandes enseignes françaises. La Chine, la Suisse et les pays du golfe Persique en investissent bien plus que les US en France, mais la consigne entre journalistes, complexe national oblige, c'est de ne pas trop en parler.

Il existe une immense différence entre cette idée d'une France attractive avec la réalité d'une France mise en vente. Détrompez-vous, il n'y a pas de "French bashing".
Réponse de le 16/03/2015 à 8:41 :
On se contrefiche que les pays étrangers s'implantent en France. On n'est plus au Moyen-Age et la mondialisation est passée par là. Du moment que le pays s'industrialise et que les emplois suivent, c'est l'essentiel. Et puis la France est elle aussi très implantée à l'étranger, alors pourquoi nous et pas eux ? Vous avez une vision très restreinte de l'économie...
Réponse de le 16/03/2015 à 9:03 :
Les entreprises françaises achètent bien plus à l’étranger que les entreprises étrangères qui font leurs courses dans l’hexagone, ceci depuis plus de dix années, sans discontinuer.
En clair, globalement, les entreprises françaises sont très bien représentées et plutôt prédatrices.
Rappels de quelques opérations durant 2014:
Xavier Niel rachète Orange Suisse pour 2,3 milliards.
Xavier Niel rachète Monaco Telecom pour 322 millions d'euros.
GDF débourse 335 millions de dollars pour racheter Ecova aux Etats-Unis.
Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique rachète un spécialiste américain, Marquis ID Systems (MIDS).
InVivo NSA rachète le n°3 du petfood au Brésil.
Zodiac Aerospace rachète l’américain Envivo Systems, spécialisée dans le conditionnement d’air pour l’aviation d’affaires et les hélicoptères.
Gemalto a racheté aussi le spécialiste américain SafeNet pour 890 millions $.
Renault/Nissan rachète le constructeur Lada/Avtovaz .
Atos rachète la division informatique de l'américain Xerox, 855 millions.
BioAlliance Pharma rachète le danois Topotarget, acteur majeur dans le traitement des cancers rares en Europe.
CMA-CGM, 3ème transporteur maritime par conteneurs, vient d’acquérir OPDR Maroc, transporteur maritime appartenant au groupe allemand Bernhard Schulte.
CMA-CGM s’est aussi allié avec China Shipping Container Lines (CSCL) et United Arab Shipping Company (UASC) pour le partage des navires et des routes Asie-Europe et Asie-Pacifique.
Dassault rachète 8% de son capital à Airbus Group, pour 794 millions
Dassault Systèmes a rachèté l'américain Accelrys et le néerlandais Quintiq.
Total a annoncé est entré au capital de la société américaine Aquion Energy, spécialisée dans les technologies de stockage d'énergie provenant surtout de sources renouvelables comme le solaire ou l'éolien.
Nexter rachète à 100%, au groupe anglais Chemring, les deux sociétés Mecar et Simmel Difesa, pour 168 millions.
Sanofi va racheter 12% de l'américain Alnylam pour 700 millions $.
Altran rachète la société américaine Foliage.
Bonduelle rachète une nouvelle usine de surgelés au Canada pour 6 millions $
Publicis s'offre l’américain Sapient, spécialiste de marketing et communication numériques pour 3,7 milliards de dollars.
Publicis prend aussi 20% de l'agence israélienne Matomy Media, pour Publicis prend aussi 20% de l'agence israélienne Matomy Media.
EDF rachète le britannique Porterbrook, au sein d’un consortium (EDF, Allianz, Hastings, Alberta Investment Management)
Une petite fusion franco-française dans l’aérostructure, Aerolia et Sogerma créent le n°1 européen.
Piriou s’implante en Algérie dans une coentreprise Ecorep-Piriou, 51/49% et envisage aussi d’ouvrir un 3ème site sur Hô Chi Minh.
L’Oréal, rachète le brésilien Emporio Body Store au Brésil.
L'Oréal rachète le brésilien Niely Cosmeticos, pour 140 millions.
A aussi racheté 8% de son capital à Nestlé, pour plus de 4 milliards.
Michelin à racheté le spécialiste brésilien de la gestion de flottes de poids lourds par internet, Sascar, pour 440 millions.
BNP Paribas rachète BGZ à Rabobank pour 1 milliard.
Lactalis s'ouvre les portes de l'Inde en rachetant Tirumala, pour ~200 millions
Carrefour rachète à Rewe 53 supermarchés Billa en Italie.
Thales achète LiveTV, la connectivité pour avions, pour 400 millions $.
Klépierre, spécialiste européen des centre commerciaux rachète le néerlandais Corio, pour plusieurs milliards.
Accor rachète les murs de 97 hôtels en Europe, appartenant au britannique Moor Park Capital Partners pour 722 millions d'euros.
Hachette Book (Lagerdère) rachète le n°6 américain Perseus Book.
Norbert Dentressangle fait l’acquisition de Jacobson aux Etats pour 560 millions
Bénéteau a racheté un fabricant de bateaux à moteurs américain, RecBoats.
Numericable a racheté , à Omer Telecom Limited l'opérateur virtuel Virgin Mobile, pour 325 millions d'euros.
Tarkett rachète le polonais Gamrat.
Safran/Snecma (qui est associé à GE pour les moteurs CFM, une affaire en or), investit au Maroc 1 Mrds dans la recherche, crée une co-entreprise en Inde pour les M2000, ouvre un centre de recherche dédié aux composites dans l’Essonne, Safran rachète les activités distribution électrique et solutions intégrées pour cockpit de la société aéronautique américaine Eaton Aerospace.
Il y a de nombreuses société ou filiales américaines absorbées dans cette liste.
Nos champions n'ont pas de problèmes, sauf lorsqu'ils font des conneries, ou qu'ils oublient de faire, Peugeot, Areva,......
C'est principalement les PME-ETI qu'ils faut continuer à soutenir, notamment pour qu'elles puissent exporter.
Déjà, avec le CICE et la baisse des charges sur les bas salaires, la gamelle devrait bien amélioré en améliorant fortement la marge.
Si ca peut permettre de lutter sur le territoire contre les importations, c'est déjà bien, mais pas suffisant, il faut absolument aller chercher des marchés à l'export pour revenir à une balance du commerce positive.
Des entreprises innovantes qui exportent, la clé est là.
Réponse de le 16/03/2015 à 12:10 :
Commentaire trop long, il m'ennuie de le lire....
Réponse de le 16/03/2015 à 12:13 :
@ jeandemi, OK, J'aime bien votre introduction déclarative .... mais... votre clé est rouillée ...en moins que ce soit la serrure....Les entreprises françaises achètent bien plus à l'étranger ....dites vous , . donc désormais , elles paient leurs achats et leurs investissements en USD et autres devises , environ 30 % plus chers, suite à la baisse de l'Euros ...! donc logiquement , votre démo enthousiaste mérite une réévaluation ...dans le temps et l'espace....
Réponse de le 16/03/2015 à 13:12 :
@ Mike Desmots
C'est qu'elles en ont les moyens.
Je n'ai pas le temps, mais voici tout de même quelques exemple su le mois de janvier. (un mois à 3 semaines cause fêtes) .
Toute l'année à ce rythme là me parait impossible.....
Constellium rachète Wise Metals Intermediate Holdings LLC en Alabama.
Vibrac, laboratoire vétérinaire, vient d’acquérir pour 410 millions de dollars de deux antiparasitaires pour chien à l'américain Eli Lilly.
Seb se renforce au capital de sa filiale chinoise Supor, en passant de 71,44 à 73,02%.
CIAT, Compagnie Industrielle d'Applications Thermiques racheté par l’américain UTC, United Technologies Corporation.
Bureau Veritas, annonce l'acquisition de 70% de la société chinoise Ningbo Chengxin Engineering Testing co., Ltd, spécialisée dans le contrôle de la construction d'infrastructures électriques, thermique, éolienne, hydraulique, solaire et biomasse.
Veritas est présent dans 145 pays dans le monde, compte 65 000 employés pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 4 milliards d'euros. Elle réalise des missions d'audit et d'inspection de produits, d'équipements et de sites entiers pour plus de 400 000 entreprises clientes travaillant dans de nombreux secteurs industriels
Air Liquide rachète l'allemand Optimal Medical Therapies spécialisé dans les thérapies par perfusion à domicile.
Schlumberger, franco-américain, rachète pour 45,65% du groupe russe, n°1 des services forages pétroliers, Eurasia Drilling Company (EDC).
Schlumberger est enregistrée aux Antilles néerlandaises (paradis fiscal), ses 4 sièges sont, 1 aux Etats-Unis, 1 au Pays-Bas, 2 en France, à Montrouge et Paris et son centre de R & D est à Clamart.
Compin, spécialisée dans la fabrication de sièges pour trains et autobus, achète la société espagnole Fainsa, sa concurrente directe sur ce segment.
JC Decaux prévoit de faire une offre d’achat sur les actifs publicitaires européens de son concurrent américain Clear Channel Outdoor.
Rachat aux US, la parité ne semble pas gêner
Réponse de le 16/03/2015 à 13:18 :
@applaudissons
Si je ne poste que 2 sociétés qui se battent en duel, je ne vois pas l'intérêt.
Ca ne va pas démontrer le dynamisme de nos entreprises à l'étranger?
Mais vrai que c'est long, j'en sais quelque chose!
Réponse de le 16/03/2015 à 17:05 :
J'ai pas lu, trop long, juste les premières lignes m'ont suffit… (en bâillant…)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :