Avec l'arrivée de nouvelles doses, Pfizer pèsera plus de 60% des vaccins livrés en France d'ici fin juin

 |  | 512 mots
Lecture 3 min.
D'ici la fin du premier semestre, près de 62% des vaccins livrés dans l'Hexagone viendront de Pfizer/BioNTech.
D'ici la fin du premier semestre, près de 62% des vaccins livrés dans l'Hexagone viendront de Pfizer/BioNTech. (Crédits : LT)
FOCUS DATA. Alors que la France a reçu ce mardi ses premières doses supplémentaires de Pfizer, la campagne de vaccination pourra-t-elle rattraper son retard ? 77,3 millions de doses de vaccin - dont 47,9 millions de Pfizer - auront été livrées d'ici à la fin du premier semestre, d'après la Direction générale de la Santé. Toutefois, la méfiance envers l'AstraZeneca notamment reste un frein pour la campagne.

Alors que les retards dans la campagne de vaccination européennes s'accumulent, les doses tant attendues de Pfizer commencent à arriver. Combleront-t-elle le retard ? L'annonce du report de livraison de Johnson & Johnson le 13 avril a en effet été compensé par une accélération venue de Pfizer/BioNTech: quelque 50 millions de doses du duo américano-allemand initialement prévues au dernier trimestre seront livrées dès avril, estimait l'exécutif européen le 14 avril. Dans la foulée, la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher annoncait que la France allait bénéficier d'au moins sept millions de doses de vaccins supplémentaires de Pfizer/BioNTech au deuxième trimestre.

Lire aussi : Les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson représentent près d'un tiers des doses attendues en France, Pfizer pourra-t-il compenser?

Promesse tenue pour Pfizer/BioNTech ? Selon le gouvernement, la France aurait reçu ce mardi la première partie de ces 7,5 millions de doses, et leur livraison s'échelonnera jusqu'à la fin du mois de juin. Le duo américano-allemand pèse ainsi de plus en plus lourd dans la campagne de vaccination française. D'ici la fin du premier semestre, près de 62% des vaccins livrés dans l'Hexagone viendront de Pfizer/BioNTech, soit 47,9 millions sur les 77,3 millions de vaccins prévus d'ici fin juin, selon les données de la Direction générale de la Santé (DGS) le 28 avril. Une proportion qui tendra néanmoins à se réduire au second semestre avec l'entrée dans la course de Sanofi-GSK (45 millions de doses prévues au second semestre) ainsi que l'arrivée de 44 millions de doses de l'allemand CureVac.

Made with Flourish

Pour le premier semestre, l'accélération de Pfizer comblera donc les retards accumulés ces dernières semaines en France, si l'on en croit les chiffres de la DGS. En effet, au 28 avril, la DGS estime une livraison totale de 77,3 millions de doses - dont 47,9 millions de Pfizer - à fin juin contre 72,3 - dont 41,1 millions de doses de Pfizer - prédit un mois plus tôt (au 23 mars).

Toutefois, même si la campagne se poursuit, elle se heurte à la méfiance envers le vaccin d'AstraZeneca, qui présente un possible risque, très rare, de complications graves. De plus, le laboratoire n'a fourni au premier trimestre que 30 millions de doses aux Vingt-Sept sur les 120 millions promises contractuellement ; et au deuxième trimestre, il ne compte en livrer que 70 millions sur les 180 millions initialement prévus. Face à cela, le bras de fer entre le laboratoire suédo-britannique et l'Union européenne se durcit, a tel point que l'UE a annoncé ce lundi avoir attaqué en justice AstraZeneca pour ne pas avoir tenu ses engagements de livraisons.

Lire aussi : L'Union européenne attaque AstraZeneca en justice pour ses retards de livraisons

L'Union européenne et AstraZeneca s'expliqueront le 26 mai devant un tribunal de Bruxelles qui devra décider si le laboratoire suédo-britannique a violé les termes de son contrat par ses retards de livraisons de vaccins anti-Covid aux Etats membres.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2021 à 18:30 :
Def : « Un conflit d’intérêts est une situation dans laquelle un jugement concernant tout intérêt public risque d'être influencé par un intérêt privé. »
Mr Macron : Parmi ses faits d'armes, le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer, une opération qui a fait de lui un millionnaire.(Paris match) .
n'etant juste qu'un simple citoyen ni procureur ou du parquet financier je m'interroge de ce lien en plus de la pub faite par le gouvernement à AstraZeneca qui d'après ANSM et moins dangereux que le pzifer
a écrit le 29/04/2021 à 13:36 :
↑ Pfizer = 60%, et même bien plus.
↓ Souveraineté France = 0
↓ Souveraineté de l'UE = 0
↓ Soft power EU et France = 0
↑ America first
Réponse de le 29/04/2021 à 18:01 :
Pfitzer après avoir fourni la grande Bretagne, se tourne vers la France, bien normal surtout que les notres sont fabriqués en Eure et loir et mis en bouteille en Indre et loire, des emplois bienvenus, surtout que dans la pharmacie ce sont de bons salaires, c'est pas l'agroalimentaire.
a écrit le 29/04/2021 à 9:14 :
Il n'y a aucune méfiance sauf médiatique bien entendu à savoir la fabrique à opinion de moins en moins influente tout de même, ceux qui ont peur se font vaccinner avec n'importe quoi, je le vois avec tout ces vieux un petit peu rassuré du fait de leur première dose, c'est juste que les gens qui ne veulent pas se faire vaccinner du tout sont nombreux.
Réponse de le 29/04/2021 à 15:13 :
@citoyen blasé
Je suis pas trop vaccin et il y a un an j'étais franchement contre. Cependant, vu la tournure que prend la pandémie j'ai révisé ma position. Considérant que si on veut arriver à une immunité collective et si on peut éviter la vaccination pour les enfants, alors je veux bien sacrifier un peu de mes convictions.
Dans l'espoir que cela suffise pour que tous nous retrouvons une vie normale. Ite missa est. ( Avant que la cabane ne tombe sur le chien😄)
a écrit le 29/04/2021 à 8:39 :
Contrairement aux infos données pas doctolib ou le gouvernement , en île de France - excepté dans le 93- il très difficile de se faire une 2ème vaccination même en priorité Medicale .
Soit c est-il l âge de 60 soit la commune privilégie ses habitants avec justificatifs de domicile demandé. Ça aide pas à se faire vacciner .... et augure mal du futur ou une vaccination annuelle sera sans doute obligatoire pour lés ensemble de la population ( en France on en parle peu , en Allemagne c est pas un tabou politique )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :