Bercy prévoit en interne une croissance de 0,4% au printemps

 |   |  220  mots
Le gouvernement a pour l'instant bâti son budget sur une hypothèse de croissance annuelle de 1%.
Le gouvernement a pour l'instant bâti son budget sur une hypothèse de croissance annuelle de 1%. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Selon une note interne du ministère des Finances, "les indicateurs de la conjoncture restent au vert" au deuxième trimestre, "hormis l'emploi". Si les estimations du ministère pour le printemps se confirment, la hausse du Produit intérieur brut pourrait atteindre 1,2% à 1,3% sur l'ensemble de l'année 2015.

Après avoir connu une hausse du PIB de 0,6% au premier trimestre, la croissance en France devrait légèrement se tasser au deuxième trimestre. C'est du moins ce que prévoient les experts du ministère des Finances, visant une croissance de 0,4%, ce qui devrait pousser la croissance annuelle au-delà des prévisions actuelles du gouvernement, d'après une note interne dévoilée mardi 26 mai par le Journal du Dimanche sur son site internet.

Selon la note interne de Bercy consultée par l'hebdomadaire, "les indicateurs de la conjoncture restent au vert" au deuxième trimestre, "hormis l'emploi".

Jusqu'à 1,3% de hausse du PIB en 2015

Si les estimations du ministère pour le printemps se confirment, la hausse du Produit intérieur brut pourrait atteindre 1,2% à 1,3% sur l'ensemble de 2015 "sauf forte remontée du pétrole et des taux d'intérêt à la rentrée", souligne l'hebdomadaire.

Le gouvernement a pour l'instant bâti son budget sur une hypothèse de croissance annuelle de 1%. Le ministre des Finances Michel Sapin avait toutefois estimé le 20 mai "parfaitement possible" que la France atteigne une croissance de 1,5% à la fin de l'année 2015. Tout en prévenant aussitôt qu'il n'y avait à ses yeux "aucune raison de réviser officiellement" l'hypothèse de croissance de 1% sur laquelle le budget est établi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2015 à 9:04 :
l'avantage , de parler du ..." pringtemps ", c'est que justement , le pringtemps ...on ne sait jamais exactement quand il commence ...( tous les météorologues vous le diront ) !
a écrit le 27/05/2015 à 10:16 :
C'est bizarre d'avoir eu 0.6% au premier, de prévoir 0.4% au second, et de ne prévoir que 1.2% pour l'année. Ils sont donc plutôt pessimistes pour le second semestre, en ce qui concerne la croissance. Rappelons que la France a une croissance démographique de 0.1% par trimestre, environ. Une croissance économique de 0.1% (ce qu'ils prévoient pour T3 et T4), n'est donc pas une vraie croissance.
Réponse de le 27/05/2015 à 17:02 :
Vous n'avez pas tort ,et on verra bien. Un point : dans une période a inflation 0, 1,2% de croissance, ce ne serait pas si mal car "à la louche" en retenant l'objectif de 2% d'inflation de la BCE, cela donnerait ,dans ce cas, un nominal de croissance de l'ordre de 3%. Souvent, les économistes de vulgarisation n'intègre pas ce paramètre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :