Zone euro : la croissance accélère légèrement au premier trimestre

 |   |  755  mots
L'estimation rapide d'Eurostat n'est accompagnée d'aucun détail mais la croissance a certainement été tirée par la faiblesse des prix de l'énergie et de l'alimentation, la baisse de l'euro et le programme de rachat d'actifs de la Banque centrale européenne
L'estimation rapide d'Eurostat n'est accompagnée d'aucun détail mais la croissance a certainement été tirée par la faiblesse des prix de l'énergie et de l'alimentation, la baisse de l'euro et le programme de rachat d'actifs de la Banque centrale européenne (Crédits : reuters.com)
La zone euro a enregistré une croissance de 0,4% au cours des trois premiers mois de l'année, après avoir connu une hausse de 0,3% de son PIB lors du quatrième trimestre 2014. Les économistes tablaient sur 0,5%. La reprise est plus forte que prévue en France et l'Italie, mais l'Allemagne déçoit.

La croissance a légèrement accéléré en zone euro au premier trimestre, avec un PIB en hausse de 0,4%, a indiqué mercredi 13 mai l'office européen des statistiques Eurostat en publiant une première estimation de cet indicateur. Il s'agit de la plus forte augmentation en deux ans (deuxième trimestre 2013). Sur un an, le PIB corrigé des variations saisonnières a enregistré une hausse de 1,0% dans les 19 pays de la région.

Au quatrième trimestre, la croissance n'avait été que de 0,3% (0,9% sur un an). Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,5%, avec un PIB en hausse de 1,1% sur un an.

L'estimation rapide d'Eurostat n'est accompagnée d'aucun détail mais la croissance a certainement été tirée par la faiblesse des prix de l'énergie et de l'alimentation, la baisse de l'euro et le programme de rachat d'actifs de la Banque centrale européenne. Si la France et l'Italie ont fait mieux que prévu, l'Allemagne a vu sa croissance décélérer.

  • Bonne surprise en France

Avec une croissance à 0,6% contre 0,4% attendu, la prévision pour 2015 du gouvernement français a été confortée. Le ministre des Finances Michel Sapin table désormais sur une expansion de "plus de 1% à la fin de l'année" 2015. Cette bonne surprise est liée à la consommation des ménages, qui a accéléré, enregistrant une hausse de 0,8% après une légère progression de 0,1% au quatrième trimestre.

  • En Italie, la reprise se dessine

Le PIB a progressé de 0,3% après avoir stagné au quatrième trimestre de l'an dernier, confortant les espoirs d'une reprise après trois ans de récession. Le PIB est resté inchangé sur un an, a précisé l'Istat, l'institut national de la statistique. C'est la première fois que l'économie italienne ne se contracte pas en rythme annuel depuis le troisième trimestre 2011.

     | Lire Matteo Renzi veut en finir avec le "capitalisme à l'italienne"

Les économistes interrogés par Reuters n'attendaient en moyenne qu'une croissance de 0,2% d'un trimestre sur l'autre et une baisse de 0,2% en rythme annuel.

  • Le commerce extérieur à la traîne en Allemagne

Outre Rhin, l'Allemagne vu sa croissance décélérer à 0,3%, après 0,7% au quatrième trimestre.Traditionnel moteur économique de la région, le pays a vu son économie freinée par une moindre contribution de son commerce extérieur, ce qui semble confirmer la transition à l'oeuvre dans le pays où la consommation intérieure prend progressivement le relais des exportations comme pilier de la croissance.

  • La Grèce en récession mais mieux que prévu

Le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,2% sur la période janvier-mars par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier en données corrigées des variations saisonnières (CVS), après une baisse de 0,4% sur octobre-décembre, a annoncé l'Elstat, l'institut national de la statistique. Le chiffre du premier trimestre est toutefois légèrement meilleur qu'attendu puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une contraction de 0,5%.

Sur un an, le PIB grec a augmenté de 0,3%, soit de 0,1 point de plus qu'attendu. Mais il accuse un net ralentissement après le chiffre de 1,3% du quatrième trimestre de l'an dernier.

  • Retour à la croissance confirmé au Portugal

Après avoir vu en 2014 son PIB augmenter pour la première fois depuis 2010, de 0,9%, le Portugal a connu une croissance de 0,4% au premier trimestre, a annoncé mercredi l'Institut national des statistiques (Ine) dans une première estimation. La croissance a maintenu le rythme enregistré au dernier trimestre de 2014, où le PIB s'est accru de 0,4%, un taux revu légèrement à la baisse par rapport aux 0,5% annoncés en février.

     | Lire aussi Le Portugal coincé entre forte dette et croissance potentielle faible

Les exportations de biens du Portugal, l'un des moteurs de l'économie, ont progressé de 4% au premier trimestre, tirées surtout par les marchés au sein de l'Union européenne.

  • En Espagne, un rythme inédit de croissance depuis 2007

Selon les données préliminaires publiées fin avril, l'économie espagnole enregistre au premier trimestre une croissance, plus marquée que prévu, de 0,9% par rapport au trois derniers mois de l'année 2014, un rythme inédit depuis 2007. Sur un an, la croissance de la quatrième puissance économique de la zone euro est de 2,6%, contre +2,0% au trimestre précédent et un consensus de +2,5%.

     | Analyse L'austérité est-elle à l'origine de la croissance espagnole ?

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :