Brexit : Valls annonce des mesures pour renforcer l'attractivité de la place de Paris

La durée pendant laquelle s'appliquent les exonérations fiscales partielles destinées aux impatriés a été prolongée et passera de cinq à huit ans. Afin de faciliter l'installation des particuliers et des entreprises, le chef du gouvernement a également évoqué la mise en place, dès la rentrée prochaine, d'un "point d'entrée unique" d'information.
Nous agissons pour que la fiscalité française soit plus lisible et convergente avec celles de nos voisins européens, a déclaré le Premier ministre.
"Nous agissons pour que la fiscalité française soit plus lisible et convergente avec celles de nos voisins européens", a déclaré le Premier ministre. (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Manuel Valls a annoncé mercredi une série de mesures, notamment sur le plan fiscal, destinées à renforcer l'attractivité de la place financière de Paris, afin qu'elle puisse profiter de la sortie programmée du Royaume-Uni de l'Union européenne. Rappelant les atouts de la France, le Premier ministre, qui s'exprimait lors d'un forum organisé par Paris Europlace, l'organe de promotion de la place financière de Paris, a fait part de sa volonté d'améliorer l'accueil des "talents étrangers, mais aussi (des) talents français qui souhaitent revenir".

Dans cette optique, la durée pendant laquelle s'appliquent les exonérations fiscales partielles destinées aux impatriés a été prolongée et passera de cinq à huit ans. Ce régime fiscal particulier s'applique aux Français ou résidents étrangers s'installant en France après avoir passé cinq ans à l'étranger. La prime d'impatriation sera quant à elle exonérée de taxe sur les salaires.

"Nous voulons (...) que le régime des impatriés devienne le plus favorable d'Europe", a dit Manuel Valls. "C'est un geste de confiance de la France vis-à-vis de ceux qui veulent venir travailler, innover, créer des emplois en France et donc participer au rayonnement de notre pays".

Guichet unique d'information

Afin de faciliter l'installation des particuliers et des entreprises, le chef du gouvernement a évoqué la mise en place, dès la rentrée prochaine, d'un "point d'entrée unique" d'information. Ce guichet unique permettra aux candidats à l'impatriation ou à l'installation en France de s'informer facilement, dans leur langue, sur les dispositifs fiscaux qui les concernent, a-t-il expliqué.

Toujours dans le domaine de la fiscalité, Manuel Valls a rappelé que le taux de l'impôt sur les sociétés serait progressivement ramené à 28%, contre 33,33% actuellement, en application du "pacte de responsabilité". Il a également fait part de sa volonté d'engager une discussion avec les collectivités locales pour réfléchir à un éventuel allègement temporaire de la fiscalité locale sur les entreprises et les bureaux.

"Nous agissons pour que la fiscalité française soit plus lisible et convergente avec celles de nos voisins européens", a-t-il déclaré en soulignant que les réformes mises en oeuvre par son gouvernement, dont la loi Travail, ont contribué à développer un "environnement économique plus favorable".

(Avec Reuters)

Commentaires 24
à écrit le 07/07/2016 à 17:20
Signaler
Mais qui nous disait que "l'ennemi c'est la finance" ? Ce n'est pas Mr Valls, serais-ce son mentor ? (non, pas de faute d'orthographe) !!! Désormais on a les yeux de Chimène pour les champions de la City, on promet un traitement fiscal de faveur ...

le 09/11/2016 à 10:55
Signaler
Oui,Freedom, mais vous aller prendre la suite,n'est-ce pas.et ne confondere pas la finance spéculative, avec elle qui apporte des emplois . Norbert

à écrit le 07/07/2016 à 11:33
Signaler
Le taux d'impôt sur les sociétés NE BAISSERA PAS en 2017 !!! On a le taux le plus élévé de toute l'Union Européenne... et c'est comme ça que les socialistes croient pouvoir attirer les entreprises actuellement installées aux Royaume-Uni ??? Il est ...

à écrit le 07/07/2016 à 8:56
Signaler
Bon, on fait bien savoir a l internatilnal que la specialite des socialistes francais c est devoter des lois avec application retroa tive Des fois qu il y ait des volontaires...

à écrit le 07/07/2016 à 8:56
Signaler
Bon, on fait bien savoir a l internatilnal que la specialite des socialistes francais c est devoter des lois avec application retroa tive Des fois qu il y ait des volontaires...

à écrit le 07/07/2016 à 8:56
Signaler
Bon, on fait bien savoir a l internatilnal que la specialite des socialistes francais c est devoter des lois avec application retroa tive Des fois qu il y ait des volontaires...

à écrit le 07/07/2016 à 7:50
Signaler
Rendre Paris sûr, propre, avec des prix qui ne soient pas exorbitants, avec des transports en commun fiables, propres et où les passagers ne soient pas considérés comme du bétail, avec une circulation automobile accessible à tous, avec la limitation ...

à écrit le 07/07/2016 à 0:13
Signaler
Bienvenue en république bananiere de France, le pays où on est élu sur des mensonges, où on utilise le 49.3 à tours de bras, ou la fiscalité est délirante pour les personnes qui travaillent mais où seulement 50 pourcent de la population paye l impôt....

à écrit le 06/07/2016 à 20:58
Signaler
Il faut un statut pour les impatriés... manière de reconnaître que pour les revenus élevés la France est un enfer fiscal en raison de la progressivité délirante de son impôt. Alors on va créer une niche de plus... pour ensuite se lamenter du manque à...

à écrit le 06/07/2016 à 20:51
Signaler
Et pour les entrepreneurs français de + 5ans en France ??? RIEN C'est honteux et injuste

à écrit le 06/07/2016 à 20:16
Signaler
Voilà que Mr Valls, plus connu pour sa chasse aux émigrés (avec une prédilection marquée pour les roms), se propose de fournir aux immigrés économiques un pont d'or fiscal ! Sur que ça va inciter les immigrants de Calais à monter leur startup. Pou...

à écrit le 06/07/2016 à 19:48
Signaler
Commençons par réduire la dette de l'état et tout le reste suivra....

à écrit le 06/07/2016 à 19:01
Signaler
Opportunisme de court terme qui "ne mange pas de pain"!

à écrit le 06/07/2016 à 18:53
Signaler
La première chose à faire monsieur le ministre serai de passer un coup de nettoyage aux abord de notre charmante Gare du Nord qui lorsqu on en sort l odeur d urine et autres nous prends à la gorge...une honte pour notre ville et il faudrai viré les E...

à écrit le 06/07/2016 à 17:44
Signaler
"Nous agissons pour que la fiscalité française soit plus lisible" risible ! M. Valls oublie de préciser que le régime fiscal changera peu de temps après leur implantation.

à écrit le 06/07/2016 à 17:11
Signaler
Assez scandaleux, cette rupture d'égalité devant l'impôt. Si on veut rendre la France VRAIMENT attractive, c'est moins d'impôts pour TOUS (donc un impôt plus juste, et qui encourage tout le monde, français y compris, à entreprendre et travailler plus...

à écrit le 06/07/2016 à 17:01
Signaler
Et bla bla bla et bla bla bla... Aucun intérêt.

à écrit le 06/07/2016 à 16:03
Signaler
"Nous voulons (...) que le régime des impatriés devienne le plus favorable d'Europe", a dit Manuel Valls. Déjà que la course au paradis fiscal avait bien commencé, là, ça va être le maximum. Chiche : je change de pays tous les huit ans et je ne paie ...

le 07/07/2016 à 10:22
Signaler
sympa, on va pouvoir revenir à Jersey et Guernsey ou GIB. Cà s'appelle l'effet boomerang imprévu des collectivistes français. In fine particuliers et entreprises sortiront tous gagnant du Brexit. Les Hélvètes comme dab rient sous cape.

à écrit le 06/07/2016 à 15:53
Signaler
Toujours plus de dumping fiscal pour aller voler la croissance du voisin. C'est cette Europe là qui n'a pas d'avenir. Avec des dirigeants aussi bêtes qui ne savent que mettre les peuples en concurrence au lieu de les rendre solidaire, l'idée Européen...

le 07/07/2016 à 10:07
Signaler
ça a toujours été le but de cette vile UE. Avec le dogme de la concurrence libre t non faussée, libre échange... ça n'a jamais été pour la coopération mais pour une concurrence absude et "ingagnable" pour nous notamment avec les pays de l'est. Cela...

à écrit le 06/07/2016 à 15:43
Signaler
Et pendant ce temps la, ceux qui sont resté continue de payer un max...

à écrit le 06/07/2016 à 15:24
Signaler
Encore une niche fiscale à exploiter, je croyais que le gouvernement veut en finir.

à écrit le 06/07/2016 à 14:26
Signaler
La première des attractivités serait surtout d'inverser le fonctionnement Administration/Entreprise. Quand l'administration sera au service des entreprises, et pas l'inverse comme c'est le cas actuellement (et de pire en pire), alors on aura une chan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.