Bruno Le Maire : "Il faut s'attendre à davantage de faillites dans les mois qui viennent"

 |  | 232 mots
Lecture 1 min.
Bruno Le Maire.
Bruno Le Maire. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Il faut s'attendre à davantage de faillites "dans les mois qui viennent", a prévenu samedi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, tout en assurant que le gouvernement ferait "plus que tout" pour trouver des solutions pour les entreprises en difficulté.

"Est-ce qu'il y aura plus de faillites dans les mois qui viennent qu'il y en a d'ordinaire? Oui. D'habitude, il y a 50.000 faillites en moyenne par an, il y en aura sans doute plus dans les mois qui viennent", a anticipé le ministre de l'Economie sur France Inter.

...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2020 à 19:17 :
Des faillites dans l'avenir. C'est certain. Maintenant qu'ils ont bénéficié des aides de l'état qu'ils ne pourrons pas rembourser. On se met en faillite. Tout bénéfice.
a écrit le 31/08/2020 à 13:41 :
On est content d'avoir un ministre de l'économie pour annoncer à grand renfort de déclarations ce que tout le monde sait depuis longtemps, bien sûr il va y a voir des faillites !
Il est payé cher pour dire ça ?
a écrit le 31/08/2020 à 10:35 :
Quand les causes sont l'euro, on cache les "difficultés", quand c'est un "virus"... on lui met tout sur le dos!
a écrit le 31/08/2020 à 9:55 :
beaucoup d' entreprise était déjà très mal bien avant le covid - 19 leurs chute et prévisible alors gardons seulement les entreprise avec un réel avenir .mettons le paquet !!!
a écrit le 31/08/2020 à 9:52 :
Le Maire comme Macron, Castex des énarques font l'hélicoptère en versant des millions d'euros à leurs copains avec des augmentations de salaire pour les fonctionnaires polices, pompiers, personnels de santé des chu, enseignants publics... malgré leur faible productivité, leur absentéismes permanents,.. et sans contre partie... alors que les salaires dans le privé stagne depuis des années, que des entreprises du secteur marchand demandent des baisses de rémunération, des licenciements, que de nombreux français tombent de plus en plus dans la misère ... Une caste minoritaire continue à se privilégier d'avantages et de privilèges malgré la situation catastrophique de notre pays une vraie république bananière !!!!
a écrit le 31/08/2020 à 8:16 :
Le travail du micron.
a écrit le 30/08/2020 à 20:09 :
On ne paye pas se monsieur pour enfoncer des portes ouvertes, mais pour trouver des solutions.
a écrit le 30/08/2020 à 18:36 :
Et le gouvernement ne fait rien pour améliorer les choses ...
a écrit le 30/08/2020 à 18:28 :
Quand les causes sont l'euro, on cache les "difficultés", quand c'est un "virus"... on lui met tout sur le dos!
a écrit le 30/08/2020 à 15:45 :
quelle vision politique et économique des prochains mois...n'importe quel des personnes ayant des connaissances économiques de base ont déja vu la vraie question...ca a commencé il y a trois mois, les coiffeurs, les restaurants, tous les commerces qui recoivent du public, les spectacles le foot le rudby... plus de recettes et les charges qui tombent... malgré les aides les reports la situation est catastrophique, dans le spectacle on est mort, dans les traducteurs on est mort, les bars restaurants on va mourir, et aller faire du tele travail sur les chaines de renault peugeot valeo airbus??? on se moque du peuple..... et on va voir arriver les impots a payer;;curieux je ne comprend pas les pressions du fisc sur la tva pour faire entrer le fric relance menaces....les charges sociales.... comment on va payer les retraites;;..une vraie crise se prepare...mais Lemaire n'a rien vu ou presque
a écrit le 30/08/2020 à 10:19 :
C'est comme les masques quoi, au début ça servait à rien, c'était inutile et nous étions trop bêtes pour en comprendre la mise en place sur le visage, puis maintenant si on dit que ça sert à rien on est taxé de complotiste.

Là c'est pareil, avant aucune entreprise ne devait défaillir, toutes devaient être sauvées avec les emplois également et maintenant petit à petit on lâche les mauvaises nouvelles. Ben si c'est ça qu'ils apprennent dans les hautes écoles françaises administratives, s'ils sont pas mieux formés on a déjà des économies à faire dans ce domaine je suis sûr que le petit épicier du coin aurait plus d'idées.

Ils ont raison, serrons nous la ceinture, mettons les dehors.
a écrit le 30/08/2020 à 8:00 :
Depuis la crise économique de septembre 2008 et celle d'aujourd'hui, il ne fallait rien faire. Ne pas injecter des milliards et des milliards plongeant le déficit de la France dans les abîmes des profondeurs. Un jour viendra ou les générations suivantes devrons la renflouer. Il fallait tout simplement laisser les choses se faire et là une sélection naturelle aurait assainie l'économie. Ensuite, elle aurait permis l'émergence d'une nouvelle économie.
Réponse de le 30/08/2020 à 15:08 :
Evidement Oui ...
mais voila nous sommes en France dans une économie semi commumiste ...
Tout cet argent gratuit distribué par nos ministres va nous coûté une fortune
a écrit le 30/08/2020 à 7:36 :
normal le gouvernement achete la paix sociale en distribuant a tour de bras des milliards qui n a pas su economiser de ce fait vous on peux regarder dans toute notre societe plus personne ne s implique dans le travail pour transpirer il vont faire du sport 35h semaine beaucoup ne les fond pas et toutes ces tetes pensantes a la tele radio medias qui veulent donner l heure au soleil cela n est plus du tout ma phylosophie salutations
a écrit le 29/08/2020 à 22:59 :
Continuons le discours sanito/sécuritaire, l'hystérie du masque pour tous et partout, plombons tous les jours un peu plus l'économie, reconfinons et nous irons au devant de problèmes
et de désordres dont personne ne peut prédire ni l'ampleur ni l'issue.
a écrit le 29/08/2020 à 22:56 :
Elle est de plus en plus bizarre, cette crise. Tout le monde l'attend, maintenant, même les dirigeants l'annoncent, et pourtant, tout est normal. Dans ma ville, les travaux continuent, les trains continuent de rouler, les commerces marchent bien, bref, "business as usual". On n'arrête pas de nous parler des dettes qui enflent, mais personne ne réclame jamais d'être remboursé. Alors, où est le problème ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :