BTP : début d'année morose mais une lueur d'espoir pour 2016

 |   |  348  mots
Les défaillances d'entreprises du bâtiment ont progressé de 2,4% sur un an, malgré une nette inflexion au deuxième trimestre.
Les défaillances d'entreprises du bâtiment ont progressé de 2,4% sur un an, malgré "une nette inflexion au deuxième trimestre". (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Plusieurs indicateurs sont nettement en baisse au premier semestre 2015 mais les ventes des constructeurs de maisons individuelles ou des promoteurs s'inscrivent néanmoins en hausse de 20% sur un an. Cela devrait conduire à une hausse des permis et mises en chantier d'ici la fin de l'année selon la Fédération française du bâtiment.

Baisse de l'activité, chute de l'emploi et défaillances d'entreprises. "Dans la ligne de 2014", le secteur du bâtiment a connu un premier semestre morose mais la situation pourrait prochainement changer. Les entreprises du bâtiment espèrent en effet voir leur activité s'améliorer "à l'horizon du début 2016" grâce à des signes de reprise, a annoncé vendredi 18 septembre la Fédération française du bâtiment (FFB).

Plus de 40.000 postes en moins

Du côté du logement neuf, à fin juillet, les logements autorisés et commencés se sont inscrits en repli respectivement de 7,9% et 5,8% sur les sept premiers mois de l'année, comparé à la même période de l'an dernier. Du côté du non-résidentiel neuf, hors hôtellerie et locaux agricoles, le recul est de -11,8% et -11,7%, respectivement pour les surfaces autorisées et commencées.

Les défaillances d'entreprises du bâtiment ont progressé de 2,4% sur un an, malgré "une nette inflexion au deuxième trimestre".

"En termes d'emploi, le premier semestre affiche le plus mauvais score enregistré depuis l'entrée dans la grande récession de 2008, avec 44.600 postes de travail en moins (-3,8%) qu'au premier semestre 2014, y compris intérim en équivalent-emplois à temps plein."

Vers une hausse des mises en chantier

Toutefois "plusieurs facteurs laissent toujours espérer une amélioration de la situation à l'horizon du début 2016", constate la FFB.

Dans le logement neuf, le crédit immobilier est en effet dynamique, tandis que les ventes des constructeurs de maisons individuelles ou des promoteurs sont toutes deux en hausse d'environ 20% sur un an. Cela "devrait conduire à une hausse des permis et mises en chantier d'ici l'entrée dans l'hiver", estime la FFB.

Et pour le non-résidentiel neuf, "la vigueur du crédit à l'investissement, mais aussi la progressive amélioration des mises en chantier de locaux industriels et assimilés s'avèrent de bon augure, même s'il ne faut guère espérer d'impact réel pour le bâtiment avant 2016".

>> Lire aussi BTP : "Il faut rouvrir le robinet de la commande publique"

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2015 à 12:53 :
Sauf erreur ou omission de ma part, c'est exactement le contraire des commentaires statistiques de Marco et de l'élu PS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :