Budget 2017 : Bercy planche sur douze pistes d'économies

 |   |  285  mots
Les budgets annexes des collectivités locales et de leurs syndicats, leur fonction achats, la gestion du fonds de compensation de la TVA sur les dépenses d'investissements et le patrimoine des collectivités sont notamment dans le collimateur.
Les budgets annexes des collectivités locales et de leurs syndicats, leur fonction achats, la gestion du fonds de compensation de la TVA sur les dépenses d'investissements et le patrimoine des collectivités sont notamment dans le collimateur. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Le gouvernement réfléchirait à plusieurs "thèmes" afin de trouver en 2017 les 14 milliards d'euros nécessaires pour réaliser le plan de 50 milliards sur trois ans promis à Bruxelles. Quatre pistes concerneraient les collectivités locales.

Le gouvernement réfléchit sérieusement aux économies à réaliser en 2017 et aurait retenu douze pistes dans ce sens. L'information est rapporté par le quotidien Les Echos, qui affirme avoir eu connaissance d'un document nommé "revue des dépenses" figurant dans les annexes du projet de loi de finance 2016. Quatre pistes concerneraient les collectivités locales.

Les organismes de la sécurité sociale mis à contribution

Elles concernent notamment les budgets annexes des collectivités locales et celui de leurs syndicats, leur fonction achats, la gestion du fonds de compensation de la TVA sur les dépenses d'investissements et le patrimoine des collectivités, pour un enjeu total estimé à 37 milliards d'euros.

Devraient être également examinés le pilotage de la masse salariale des agences et opérateurs de l'Etat (17 milliards d'euros) ainsi que l'optimisation des interventions en faveur du sport (13 milliards d'euros). Les organismes de la sécurité sociale devraient également être mis à contribution via des économies dans les transports sanitaires (4,2 milliards d'euro) ou les soins à l'étranger des assurés (1 milliards d'euros).

Enfin d'autres économies sont envisagées pour la formation initiale des fonctionnaires (250 millions), la gestion des aides agricoles de la politique agricole commune par l'agence des services de paiement (250 millions), la mutualisation des forces d'hélicoptères (200 millions) ou sur les zones franches d'activité (90 millions).

Objectif: trouver 14 milliards au total

Ces douze thèmes devraient faire l'objet de rapports spécifiques réalisés par les inspections des différents ministères, puis présentés en mars au Parlement pour être intégrés au budget de l'année suivante.

Au total, le gouvernement doit trouver 14 milliards d'euros en 2017 pour réaliser le plan de 50 milliards sur trois ans promis à Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2015 à 20:42 :
Je crois savoir que le budget 2016 ne tient que sur 3 pieds, je leur conseille donc de ne pas s'occuper de celui de 2017. 2015 était déjà catastrophique !
a écrit le 25/10/2015 à 12:59 :
Ils n'ont qu'à vendre les bâtiments de Bercy. En plein Paris, ça doit valoir beaucoup d'argent.
Et déménager dans le 93 à Bondy par exemple. Ça ferait plus proche du peuple.
Pour parler inversion de courbes, on peut aussi supprimer le ministère du travail : bâtiments et personnel, ministre compris.
Un muppet suffit pour annoncer tous les 26 du mois la baisse négative du chômage.
a écrit le 25/10/2015 à 9:21 :
Bonjour,
Faire 1% de croissance d'un coté quand on s'est endetté de 3,5% de l'autre ne me parait pas une grande performance !!! ......1+1 = 2 même si nos politiques nous expliquent que cela peut faire 3.
a écrit le 23/10/2015 à 22:53 :
Ils peuvent plancher ! Il est trop tard. Ce pays lamentable s'auto-détruit. Les profiteurs de l'argent public ont pris le pouvoir en 1981 et ne l'on jamais perdu. Maintenant il faut attendre l'effondrement inéluctable et envoyer des enfants loin de terre socialiste. Sauve qui peut !
Réponse de le 24/10/2015 à 23:59 :
Tu veux aller où ? Quels pays pour tes enfants ?
Réponse de le 25/10/2015 à 10:00 :
Bien d'accord.
a écrit le 23/10/2015 à 20:54 :
Augmentation du nombre :
- de ministres
- de députés et de sénateurs
- des indemnités de ces derniers
- du nombre de 607
- du nombre de cireurs de pompe
....

Va falloir chercher à la croissance avec un très bon dentier.
Vive la justice sociale.
Réponse de le 24/10/2015 à 10:02 :
Comment cela????
Vous voulez dire qu'il nous faudrait moins de conseillers, ministre, députés, sénat..... que leur retraite n'approche pas les 5€ pour 1€ cotisé, qu'ils ne puissent pas cumuler les fonctions et les retraites ou encore voter leur propre revenu???
Comment pourrions nous espérer voir la finance Française se remettre du traitement que vous souhaitez lui infliger !
Il en vas de notre compétitivité politique. ^^
Réponse de le 24/10/2015 à 12:32 :
Sans un fort cheptel de conseillers, comment prendre les bonnes décisions ?
C'est évident que sans la brochette d'assemblées, d'instituts et de conseils auxquels l'élite de la France appartient, il n'y aurait pas autant de croissance actuellement.
Cela nuirait aussi au dialogue social entre les partenaires sociaux.
C'est pour toutes ces raisons qu'il faut revaloriser un grand nombre d'indemnités d'élus pour mieux répartir les fruits de la croissance retrouvée.
a écrit le 23/10/2015 à 20:49 :
baissons drastiquement le nombre d'élus et une grosse partie du problème sera résolu ceux qui resteront se concentreront sur les questions essentielles de notre pays
Réponse de le 24/10/2015 à 11:17 :
Ne rêver pas. Diminuer le nombre d'élus ne réglera pas nos problèmes. le cout de leur rémunération est une goute d'eau dans le budget de l'état. Sinon, je suis d'accord avec vous, il y a trop d'élus et bénéficient de trop d'avantages. Il faut réformer cela mais ce n'est pas ce qui équilibrera le budget de l'état. Cela aura juste un effet symbolique. Ils donneront l'exemple et pourront légiférer pour réformer l'ensemble du système. Mais sommes nous pret à faire les sacrifices que vous demandez aux élus?
Réponse de le 24/10/2015 à 13:56 :
ce ne seraient que des économies a la marge,cela n'aurait que epu d'impact.de plus les élus sont des consommateurs et font tourner l'économie
a écrit le 23/10/2015 à 19:27 :
Bercy planche... Sur une planche plus que savonnée.
Je préfèrerais qu'ils attendent sagement 2017 sans charger la barque qui coule... Ils planchent... Sur les 12 travaux d'Asterix ? Uderzo n'est pas dans l'équipe. Dommage.
a écrit le 23/10/2015 à 15:31 :
YAKA baisser le prix des médicaments de 50 milliards directement comme ça tous les malades meurent, plus de ces voleurs de pharmaciens, fini les déserts médicaux, tous chez le croque mort
a écrit le 23/10/2015 à 14:48 :
La question du budget est celle des excédents alors que la croissance est rétablie, c’est-à-dire la stabilité de long terme. Seulement l’Etat n’a jamais été capable de faire des excédents en période de croissance contrairement aux autres pays.
Ne devrait-on appliquer les traités signés à 60% dette et des excédents pour le long terme?
a écrit le 23/10/2015 à 14:17 :
Le gouvernement se casse la tête pour pas grand chose. Il suffit qu'il continue à transférer les dépenses vers les collectivités locales pour assainir "ses" comptes et le tour sera joué. Bruxelles sera comptant, nos politiques socialistes diront qu'ils ont fait les économies promises sans augmenter les impôts !! Et hop, les Français mettront la main à la poche pour compenser les sur-dépenses des collectivités locales tout en braillant mais en reconduisant les équipes en place pour ne pas risquer d'élire des encore moins bons des pires !!!
Réponse de le 23/10/2015 à 18:52 :
je pense deja a moins de fonctionnaire politique qui ont trop davantage et ca il n y toucherons jamais. ensuite que la france arrete
de donner de l argent a ceux qui n ont jamais bosser en france . et aussi
que les politiques .
a écrit le 23/10/2015 à 14:14 :
Ça fait 40 ans qu'ils planchent avec des déficits récurrents ... J'ai plus d'espoir ! Tous a la poubelle !
a écrit le 23/10/2015 à 11:56 :
plusieurs pistes pour économiser en 2017:hausse de la TVA ,de la CSG ou les deux.
La CFE doit etre revalorisée maintenant que les entreprises se portent mieux!
Réponse de le 23/10/2015 à 13:13 :
Bonne parole de fonctionnaire,des économies par une ponction supplémentaire !
Ne nous étonnons plus de la pauvreté intellectuelle de notre pays
a écrit le 23/10/2015 à 10:50 :
Le gvt n'est pas le seul à vouloir dépenser moins,les ménages aussi cherchent à faire des économies, une des pistes est de changer le syndic de la copro France,le problème c'est que les autres syndics ont des tarifs similaires alors reste l'ultime solution changer de copro.
Réponse de le 23/10/2015 à 20:40 :
rien a voir comme remarque
a écrit le 23/10/2015 à 10:09 :
13 milliards pour le sport ?
Si ce n'est pas une erreur, çà laisse songeur.
Et si on commençait les économies par renoncer aux J.O. ?
Réponse de le 23/10/2015 à 14:20 :
Oui, mais les 13 milliards sont surtout utilisés pour la troisième mi-temps et les cérémonies avec petits fours et champagne avec bimbo et stars invitées pour faire la couverture des magazines people, pas pour les clubs amateurs rassurez-vous !!
Réponse de le 23/10/2015 à 21:47 :
bonne idée ça frera une très groce économie
a écrit le 23/10/2015 à 10:07 :
""Ces douze thèmes devraient faire l'objet de rapports spécifiques ..."""
Trouver 14 milliards !? facile ! ya qu'a arrêter de commander des rapports et des études sur tout et n'importe quoi qui finissent au placard !! franchement ça devient du n'importe quoi ...
a écrit le 23/10/2015 à 9:33 :
dans un an c'est la campagne presidentielle
vous croyez franchement que le gvt francais va toucher a son electorat?
a écrit le 23/10/2015 à 9:33 :
Bercy, Sapin et Macron génèrent eux même des pertes de compétitivité des entreprises ;

il s'agit des surcoûts pour les télédéclarations des liasses fiscales, 2 800 000 entreprises sont rançonnées pour télé-déclarer, entre 90 et 200 euro par an ... via des sociétés de télédéclarations "fumeuses" ...

au total ce sont donc 150 euro de moyenne x 2 800 000 entreprises = 420 000 000 millions d'euro qui partent en fumée et qui ne peuvent pas être réinvestit dans l'économie réelle.

Près de 1/2 milliard d'euro brulés inutilement parce que les services de Macron et Sapin sont incapables de mettre en place un simple serveur à Bercy pour télécharger une "Balance" comptable des entreprises, 1 page en moyenne, jusqu'à 2 ou 3 pages pour les groupes ;

Qu'ils sont ringards nos Macron et Sapin, incapables de discernement dans leurs vieux costumes.
Réponse de le 23/10/2015 à 11:54 :
La BNP a essayé de me tirer 90 euros pour le bilan de ma microentreprise.j'ai répondu que je changerai de banque et que s'il le fallait j'utilserai un compte nickel.Ils se sont écrasés....Entreprises,refusez de payer,parce que la ça devient du foutage de g....
a écrit le 23/10/2015 à 9:03 :
Nous n'avons pas fini de payer plus d'impôts locaux et de taxes locales pour avoir moins de services qu'avant. Et de payer plus chers les services, cantines, bus, et autres.
Aucunes réformes sur le système royale très (trop?) coûteux n'a été fait. La seule réforme que je vois est celle de la hauteur de ma réserve de noisettes chez l'écureuil. Bientôt, elle ressemblera à un désert.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :