Budget 2019 : coup de rabot de 3 milliards d'euros sur les baisses de cotisations

L'exécutif veut raboter de trois milliards d'euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien.

2 mn

Pour financer la prime de 100 euros pour les salariés au niveau du Smic, le renoncement à la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros de revenus et la défiscalisation des heures supplémentaires, le gouvernement étudie par ailleurs la possibilité de reporter la baisse prévue de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, dont le taux normal doit passer de 33,3% à 31% au 1er janvier.
Pour financer la prime de 100 euros pour les salariés au niveau du Smic, le renoncement à la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros de revenus et la défiscalisation des heures supplémentaires, le gouvernement étudie par ailleurs la possibilité de reporter la baisse prévue de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, dont le taux normal doit passer de 33,3% à 31% au 1er janvier. (Crédits : Benoit Tessier)

Le gouvernement veut raboter de trois milliards d'euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien. "Selon les derniers arbitrages rendus hier (vendredi), les 20 milliards d'euros de baisses de charges devraient être rabotés de trois milliards", selon le quotidien.

Contacté par l'AFP, le ministère de l'Economie et des Finances n'a pas confirmé que cet arbitrage avait été rendu. L'an prochain, le versement du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) au titre de 2018, également d'un montant de 20 milliards d'euros, viendra s'ajouter aux baisses de cotisations sociales, ce qui devait porter à 40 milliards d'euros l'effort budgétaire de l'Etat pour les entreprises.

"Notre objectif de diminuer l'impôt sur les sociétés ne change pas"

Pour financer la prime de 100 euros pour les salariés au niveau du Smic, le renoncement à la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros de revenus et la défiscalisation des heures supplémentaires, le gouvernement étudie par ailleurs la possibilité de reporter la baisse prévue de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, dont le taux normal doit passer de 33,3% à 31% au 1er janvier.

"Notre objectif de diminuer l'impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% d'ici 2022 ne change pas", a toutefois assuré dans le Figaro de samedi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Les organisations patronales estiment que les allègements de cotisations sociales et d'impôts sont nécessaires à la compétitivité des entreprises françaises. Le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a ainsi déploré le 7 décembre que la France soit le pays de l'OCDE où le poids des prélèvements fiscaux était le plus important en 2017, avec 46,2% du PIB.

(avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 17/12/2018 à 18:37
Signaler
L'allemagne vient d'annoncer son 4ème budget exédentaire de suite, cette fois de 10MM EUR. Un exemple à suivre, peut-être.

à écrit le 17/12/2018 à 13:56
Signaler
La seule facon de resoudre le probleme !!!!!! FAIRE DES ECONOMIES !!!! MAIS on ne parle toujours d'economies MAIS DE DEPLACEMENT des taxes ,,,,,,??? ex RETRAITEs anciens presidents,anciens ministres,niches fiscales,privileges des 1300 agents de l'...

le 17/12/2018 à 18:22
Signaler
Vous etes a coté de la plaque.Les salaires et traitements des anciens ministres ou parlementaire va vous faire économiser quelques millions, loin des milliards d'economie que la France a besoin. Macron va diviser par trois le nombre de parlementaire,...

à écrit le 17/12/2018 à 10:40
Signaler
rien dans les économies possibles sur le fonctionnement des institutions : suppression du sénat , réduction du nombre de députés , suppression du CESE , simplification des collectivités locales avec moins d'élus ; c'est toujours les mêmes qui paieron...

le 17/12/2018 à 10:51
Signaler
Il ne faut SURTOUT pas supprimer le sénat, il faut au contraire le doter de pouvoirs égaux à ceux de l'assemblée. Par contre on peut diviser par 2 l'effectif de chaque chambre et "liquider" le CESE qui aurait dû voir venir la crise des gilets jaunes ...

à écrit le 17/12/2018 à 9:20
Signaler
Dans cette affaire les grands gagnants seront (une fois de plus) les grandes entreprises du MEDEF en général. Baisse du taux d'imposition sur les sociétés + baisse des charges sociales sur les salaires tout cela contribuera à augmenter leurs bénéfic...

à écrit le 16/12/2018 à 19:09
Signaler
LES CHARGES SOCIALE / SONT UN SALAIRE DIFEREZ LES ALLOCATIONS. LA MALADIE. LA RETRAITE. LES CONGES PAYE .LE STRANSPORT. SONT UTILE POUR SOULAGE LE PERSONNEL DE NE PAS ENTAMER LEURS REVENUES NET /CELA A ETE PENSE PARS CAISSES DIFERANTE. ET CE SYSTEM...

à écrit le 16/12/2018 à 16:24
Signaler
Le budget 019 LeS perdants sonts leS retraitee pas de revalorisation des retraites un quasi geles Que 0.3% inflation de 1.6% les victimes d invalidites at mp Que 0.3 % La csg de mois 1200 des retraites 2019/20 c est 3€ part mois 100€ pour Le smic les...

à écrit le 16/12/2018 à 11:41
Signaler
M. Macron, le gouvernement et les inutiles LaREM sont dans la droite ligne des promesses non tenues qu’elles soient nationales européennes. En fait et malgré la « pub » de l’exécutif, de LaREM le nouveau monde n’est qu’un leurre d’ailleurs les prin...

le 17/12/2018 à 20:59
Signaler
"En conclusion faire confiance à M. Macron, le gouvernement et son parti serait faire confiance à un baratineur vendeur de savons ou d’aspirateurs" Oui, Macron et LaREM sont de purs produits de marketing, et l'opération a bien fonctionné, mais ce so...

à écrit le 16/12/2018 à 8:40
Signaler
Par contre en ce qui les concerne ils ne rabotent rien ! Gouvernement monarchique on vous déteste tous vous n avez pas compris !

le 16/12/2018 à 18:40
Signaler
avec une nette préférence pour le pire de tous le griveaux summum de la détestation des lrem. ce petit personnage insignifiant, arrogant qui palpait 17000 euros/mois en tant que lobbyiste pour Unibail-Rodamco pour que "que personne au ministère des F...

à écrit le 15/12/2018 à 22:23
Signaler
Et à quand un coup de rabot sur le nombre de fonctionnaires d'état à commencer par les énarques....

à écrit le 15/12/2018 à 18:41
Signaler
Je ne doute pas que les charges sociales pèsent sur la compétitivité des entreprises. Mais diminuer les charges sociales, ça veut dire grignoter sur les moyens alloués à la sécu, aux retraites et aux chômeurs. On continue d'attaquer le social et les...

le 16/12/2018 à 10:14
Signaler
"ça veut dire grignoter sur les moyens alloués à la sécu, aux retraites et aux chômeurs". Les termes cotisations sociales sont les termes utilisés couramment par l'administration, les pouvoirs publics, les publications scientifiques, etc. Ils sont...

le 16/12/2018 à 10:40
Signaler
@lachose : pour une entreprise les cotisations sociales sont des charges qui le lui profitent pas directement. On se demande légitimement au nom dequoi les entreprises devraient être mises à contribution pour la politique familiale, les transports ou...

le 16/12/2018 à 11:04
Signaler
Non,on ne peut pas parler de "charges sociales",ce sont plutot des revenus différés dont vous serez tous bénéficiaires.Si on baisse les charges,vous aurez moins de retraite,vous serez moins bien soignés et vous aurez moins de services.Je suis pour un...

à écrit le 15/12/2018 à 17:38
Signaler
je me demande pourquoi ont parle pas de l affaire GHOSN CARLO CAR C GRAVE d avoir sauvé nissan et que les japonais essaye de reprendre la mains dessus QUE fait le convernement bordel car meme si a frauder c pas pour cela qu il devrais etre en taul...

le 15/12/2018 à 18:49
Signaler
Jusqu'à plus ample informé il ne s'agit pas vraiment de fraude (fiscale). Plus sa détention se prolonge, plus l'hypothèse d'un coup monté prend corps.

à écrit le 15/12/2018 à 16:37
Signaler
J'ai un regard très pessimiste, c'est un pays où la part des assistés augmente par rapport à la part des actifs et des retraités. On ne peut que constater que le système Français par répartition des richesses est unique dans le monde.Il est injuste v...

le 15/12/2018 à 18:15
Signaler
Notre pays est aussi le pays le plus riche de statuts sociaux (entitlement). Le statut d'assisté enferme les bénéficiaires dans un cahier de contraintes à peine de perdre leurs subsides : ne pas travailler officiellement et se limiter aux formations ...

à écrit le 15/12/2018 à 15:33
Signaler
Un peu comme le chomage : nette diminution de l'augmentation de la baisse de la hausse

à écrit le 15/12/2018 à 15:23
Signaler
3 milliards y a 10 milliards de cadeaux et 5 milliards de non recettes va falloir trouver encore 12 milliards pour etre a 3% ens esperant que la croissance ne faiblisse pas ( ce qui n'est pas evident)

le 15/12/2018 à 21:12
Signaler
@Churchill Les 3% peuvent attendre. Les deux principales variables qui font la croissance françaises sont la consommation ET les investissements. Consommation OU investissements, ne fonctionne pas. Et pour garder le ET, il ne faut pas que l'objec...

le 16/12/2018 à 10:50
Signaler
@Marco : les 3% ont déjà beaucoup trop attendu. Malgré une pression fiscale française record en Europe, on y arrive à peine quand la croissance est très forte comme en 2017 (alors que de telles années le budget devrait être largement en excédent pour...

le 16/12/2018 à 11:51
Signaler
@Marco1, bonjour mettre de l'argent dans le circuit ne veut pas dire relancer la consommation. Pour nos concitoyens qui ont des fins de mois difficiles et plus le 20 que le 30 un petit coup de pouce pourra leur permettre peut-être de finir le mois ...

le 16/12/2018 à 17:03
Signaler
@Marco:niveau investissements d'avenir, pensez vous par exemple que leTGV marocain soit bon pour la France?Et les autres investissements (ou dons ) a l'étranger?Probablement non.Une seule solution pour relancer le pays:baisser la dépense publique e...

le 17/12/2018 à 11:00
Signaler
@gérard, vous avez une méconnaissance totale des rouages de l'économie française et des rouages qui font qu'elle résiste au niveau mondial ! Et que vient faire le TGV marocain dans cette histoire ? Mais oui, il est excellent pour la France ! ........

à écrit le 15/12/2018 à 14:12
Signaler
Aucune réforme structurelle ... La prochaine crise financière sera terrible pour notre pays qui n'a rien fait pour redresser ces comptes. Notre déclassement va s'accélérer.

à écrit le 15/12/2018 à 13:48
Signaler
Baisser l'impôt sur les sociétés , c'est hélas une obligation compte tenu de la concurrence fiscale dans l'UE. Il serait temps de réformer cette Europe qui décidément pénalise les salariés et les retraités. De toute façon, la fiscalité en France es...

à écrit le 15/12/2018 à 13:26
Signaler
et les paradis fiscaux, et les gafas, et le kérozene, et le fuel lourd on n'y touche pas? Pourquoi? Quand on ne veut pas on dit qu'on ne peut pas! mensonges mensonges

le 15/12/2018 à 14:45
Signaler
Ne fantasmez pas trop sur ce qu'on pourrait tirer d'une taxation des GAFA. Même avec une taxation de 3% sur le CA (c'est un chiffre considérable) on en tirerait au mieux que quelques centaines de millions d'€ (60 millions pour Google). Ca ne représen...

le 16/12/2018 à 18:42
Signaler
Concernant les paradis fiscaux et la taxation des GAFA, ce sont des décisions qui dépendent de l'UE. Or, il faut l'unanimité des pays-membres (27 chefs d'état + 27 parlements) pour modifier ces règles (art. 48 du TUE). Pour les paradis fiscaux par ex...

à écrit le 15/12/2018 à 12:52
Signaler
Les gestes de EM sont vraiment minimes,l'annulation des taxes sur l' essence,c'était pour l'année prochaine et devait compenser en partie le CICE. L'augmentation de la prime pour l'emploi ne concerne qu'une partie des gens qui sont au SMIC et l'annul...

le 15/12/2018 à 14:13
Signaler
En fait cette perte dont vous parlez (plus de 5%, j'ai été obligé de calculer) est immédiate sur l'année 2018. Et je ne compte pas les augmentations de prix des services et des marchandises (dont la consommation quotidienne). Le choix qui est fait ...

à écrit le 15/12/2018 à 12:16
Signaler
Et les grands groupes + ultrariches restent pépères. Le peuple finance ces "gestes" de macron x_x

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.