"Gilets jaunes" : la baisse des impôts est-elle compatible avec la diminution des inégalités ?

 |  | 645 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : VINCENT KESSLER)
Une étude de la courbe de Gini, qui mesure l’évolution des inégalités, souligne les paradoxes dans les revendications des « gilets jaunes ». Par Emmanuel Zenou, Burgundy School of Business et Arvind Ashta, Burgundy School of Business

Aujourd'hui, les « gilets jaunes » réclament à la fois une baisse des impôts et une meilleure redistribution. Mais peut-on avoir les deux à la fois ? De fait : l'impôt est-il un obstacle à la réduction des inégalités ?

La courbe de Gini montre que c'est faux. Le coefficient de Gini est un indice statistique mesurant la dispersion d'une distribution dans une population donnée. Il varie de 0 à 1, où 0 signifie l'égalité parfaite et 1, à l'opposé, signifie une inégalité parfaite (par exemple quand un seul salarié dispose de tous les revenus et les autres n'ont aucun revenu). Le coefficient de Gini a été principalement utilisé pour mesurer l'inégalité de revenu, mais peut aussi servir à mesurer l'inégalité de richesse ou de patrimoine.

Réduire l'impôt ne réduit pas les inégalités

L'évolution de la courbe de Gini en France en comparaison avec d'autres pays est intéressante, notamment quand on confronte les revenus avant et après impôts et charges sociales. Avant impôts, l'indice des inégalités de revenus est presque au même niveau qu'aux États-Unis ou en Italie, et plus faible qu'au Royaume-Uni. Après impôts, les statistiques (voir graphique ci-dessous) montrent que les inégalités de revenus en France selon le revenu disponible sont nettement plus faibles que dans ces autres pays. En France, les impôts ont donc joué un rôle important dans la réduction des inégalités de revenus. En conséquence, réduire les impôts ne va pas permettre de réduire davantage les inégalités.

Les réclamations des « gilets jaunes » ont démarré avec le rejet de la hausse de la fiscalité sur le prix du carburant, mais se généralisent aujourd'hui à une critique de l'ensemble des impôts et charges. En même temps, ils exigent une meilleure redistribution et une réduction des inégalités de revenus. Ces deux demandes sont-elles compatibles ?

Revendications paradoxales

Nous avons utilisé ce graphique auprès de nos étudiants en grande école de management dans un cours qui a pour but de faire de l'analyse critique de l'actualité économique et financière. C'était l'occasion d'évoquer avec eux les revendications des « gilets jaunes » en prenant en compte les différentes écoles de la pensée économique. Les étudiants ont classé la demande de réduction des impôts dans une approche très « libérale », tandis que le désir de réduire les inégalités était perçu comme plutôt « marxiste », à l'autre bout du spectre. Dès lors, l'hétérogénéité des revendications est frappante. Plus que cela, elles risquent surtout d'entraîner des mesures incohérentes, voire incompatibles.


À lire aussi : Débat : Peut-on encore gouverner à l'heure des réseaux sociaux ?


Certains étudiants ont également souligné la fracture entre les « dirigeants » politiques et la population. Mais comment réduire cette fracture et donner de l'optimisme à nos jeunes et à nos classes moyennes en allant dans des directions différentes ? Plutôt que de demander des mesures incohérentes, il faut fournir une vision et un sens de l'orientation. À l'heure où de nombreuses études craignent l'impact des médias sociaux sur la bonne compréhension des problèmes, où l'émotion peut parfois prendre le pas sur la réflexion et l'analyse des faits, il est essentiel de pouvoir former à l'analyse critique nos étudiants, qui peuvent à leur tour relayer cette compréhension sur les réseaux sociaux.

Cette compréhension ne pourra qu'aider les manifestants, « gilets jaunes » ou pas, à mieux réfléchir et discuter. Avant de demain prendre des décisions.

The Conversation _________

Par Emmanuel Zenou, Professeur de Finance d'Entreprise et Gouvernance d'Entreprise, Burgundy School of Business et Arvind AshtaProfessor Finance and Control, Burgundy School of Business

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2018 à 18:11 :
Une percée conceptuelle digne du Nobel : plus les riches payent d'impot moins il y a d'inégalité !
La meilleure façon de supprimer les inégalités serait d'avoir le même revenu pour tout le monde. C'est en cela que la Solidarité est plus ambitieuse que le Communisme ; même si, asymptotiquement, leur résultat est le même : un revenu zéro pour tous et donc la fin des inégalités.
Robin des bois plus fort que Marx.
a écrit le 15/12/2018 à 10:34 :
demande a m Moscovici de faire son mea culpa sur sa gestion en tans que ministre
des finances qui a couvert son ami avec des affirmations douteuse
puis incapables de prèsenter un budjet correct
et le voici a faire la moral
et bien sachet que si la grogne s'emplifie vous aurez des comptes a rendre
a écrit le 13/12/2018 à 16:42 :
Je vois bien ce monsieur enseigner à L'ENA dont nous voyons les resultats OUI on peut baisser les impots en supprimant les privileges ANciens presidents, ministres elus ,agences d'etat, secu des mines sous prefectures etc
CSG pourquoi le smicard fait un effort sur son salaire de 1,7% quand le nantis dans une tranche à 50 ne fait qu'un effort de 0,85%
POUR UNE AMENDE à 135 € le smicard donne 11 % DE SON SALAIRE le depute 2%
LE MIistre 0,5
a écrit le 13/12/2018 à 16:19 :
je vois bien ce Monsieur enseigner à l'ENA dont nous voyons le resultats

ex pour une amende de 135 € pour le smicard 11% de son salaire pour le depute qui vote la loi 2. pour mr MACRON 0,001

SUR la tva meme chose sur la CSG deductible l'effort salarial du smig 1,7 POUR LE RICHE TRANCHE 0 ,50 0,85 %

Les impots on peut les diminuer en supprimant les PRIVILEGES Comme ceux des anciens presidents , ministres de l'interieur ,elus; agences d'etat 1200 recensées par la cours des comptes , les niches fiscales ,en commençant par celles qui viennent de sortir

l'exoneration des heures sup et primes pour quelques privilégies des grands groupes MAIS LE AUTRE (la majorité)
a écrit le 13/12/2018 à 10:59 :
Tout dépend, si vous utilisez les impôts seulement pour les plus démunis il est évident qu'une baisse d'impôts ne peut qu'augmenter les inégalités.

Mais si l’État utilise l'impôt comme il le fait actuellement pour aider les plus riches il est bien évident qu'en réduisant l'impôt on réduit cette compromission politiciens/hommes d'affaires qui affecte mortellement les finances publiques, permettant de remettre la main sur les ressources fiscales afin de les orienter de façon convenable à savoir intelligente vers la consommation et donc la croissance tout en réduisant les inégalités.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :