Chômage : une baisse des aides envisagée par le gouvernement

 |   |  350  mots
Le ministère de l'Action et des Comptes publics assure que la rapport de la direction du Budget préconisant ces économies n'est qu'un document de travail technique de l'administration.
Le ministère de l'Action et des Comptes publics assure que la rapport de la direction du Budget préconisant ces économies n'est qu'un "document de travail technique de l'administration". (Crédits : Reuters/Benoit Tessier)
Bruno Le Maire a indiqué ce dimanche que le gouvernement songe à "réduire la politique sociale sur l'emploi". Un rapport de la direction du Budget préconise de revoir les critères d'attribution de certaines aides sociales ou de réduire leur montant, dans l'objectif de tenir les engagements budgétaires du gouvernement.

Après la suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune et la baisse des aides au logement, la diminution des aides sociales ? C'est ce qu'a laissé entrevoir le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, ce dimanche. Le gouvernement envisage ainsi de réduire les prestations sociales dans le domaine de l'emploi si la conjoncture économique le permet, dans l'objectif de baisser les déficits publics.

"A partir du moment où nous réussissons à créer des emplois dans le secteur privé, à trouver des emplois pour chacun, à mieux qualifier, à mieux former [...], il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l'emploi parce que nous aurons résolu économiquement le problème de l'emploi", a déclaré Bruno Le Maire lors du Grand Rendez-vous Europe 1-Les Echos-CNEWS.

Il a estimé que "nous ne sommes pas condamnés à compenser les inégalités par toujours plus de dépenses publiques, c'est-à-dire toujours plus d'impôt au bout du compte pour le contribuable".

"Expliquer que l'on va réduire la dépense publique sans rien toucher aux aides sociales ne serait pas cohérent, ni juste et lucide vis-à-vis des Français", a plaidé le ministre.

"Pistes d'économies"

Cette déclaration intervient après la publication par Le Monde d'extraits d'un rapport de la direction du Budget préconisant de "premières pistes d'économies" sur les prestations sociales. Dans ce document, intitulé "Transformer les prestations sociales", la direction du Budget part du constat que les aides sociales constituent "un poids croissant" pour les finances publiques, de l'ordre de 26% des dépenses (près de 5 points supplémentaires en une quinzaine d'années). Parmi les pistes suggérées, revoir les critères d'attribution de certaines aides sociales ou réduire leur montant, par exemple en prenant en compte le patrimoine des personnes dans le calcul de l'allocation ou en conditionnant l'octroi de certains minima sociaux « à des démarches actives de recherche » d'un poste.

Le ministère de l'Action et des Comptes publics assure qu'il s'agit d'un "document de travail technique de l'administration".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2018 à 18:36 :
Chaque patron vous le dira: il est difficile d'embaucher ! alors pourquoi autant de demandeurs d'emplois ? L'hôtellerie et la restauration, la coiffure, le BTP, tous ces secteurs sont en manque de personnels ! C'est bien qu'il y a un problème de motivation et de sérieux pour une grande majoritée des personnes aux chomages, qui se disent, "je vais me mettre au chomage, cela me permettra de réfléchir un peu sur ma vie .. de faire un break .." etc / tous ces gens la oublient qu'être au chômage n'est pas un choix! toucher 70% de son ancien salaire, évidemment, c'est quand même tout autant plaisant !
a écrit le 24/05/2018 à 10:46 :
c est une honte parler de reprise economique est un leurre trouver un travail ok mais les formations ne suivent pas resultat les employeurs se separent tres vite de la main d oeuvre sous contrat ou interimaires quand a revoir les prestations chomages concernant les personnes ayant un emploi avec tres peu d heures et qui compense avec de s prestations chomage ce sont bien souvent des personnes proches de la retraite et qui font l effort d aller travailler avec tres peu d heures mais tout simplement un patron considere avec 500 euros on peut vivre alors tant mieux pour celui qui comble avec le chomage que fait on des salaires des hommes politiques des joueurs de foot trop payes et bien d autres encore aujourdhuie la base est attaques de toute part mais monsieur macron vous ne voyez donc pas la vulnerabilitees d une certaine population ?
a écrit le 23/05/2018 à 8:39 :
"il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l'emploi parce que nous aurons résolu économiquement le problème de l'emploi"

Tiens, le taux de chômage est reparti à la hausse (+0,2 point) au 1er trimestre, pour s'établir à 9,2% en France entière (hors Mayotte), selon des chiffres provisoires de l'Insee publiés ce mercredi.
a écrit le 22/05/2018 à 9:31 :
Il ferai mieux de nous dire on supprime toutes les prestations sociales comme ça tranquille la les gens vont ceuver la faim quel discourt ce lemaire avec sa polique de droite c'est a viré du gouvernement il veut casser tous le système sociales de ce pays de toute façon il veut aussi en faire plus pour les milliardaires de ce pays eet les riches
a écrit le 22/05/2018 à 9:05 :
Les comptables des riches font ce pourquoi les actionnaires milliardaires les payent.

L'avantage c'est que tout ceux qui viennent soutenir ce gouvernement oligarchique, compromis jusqu'aux os, on les voit bien.
a écrit le 22/05/2018 à 9:04 :
pour défendre leur apanage de politicien !! faillite d un système français
a écrit le 22/05/2018 à 8:06 :
M. MACRON est connu par ses proches pour être un bonimenteur comme les camelots sur les marchés et les foires. La solution est simple ... Divisez par 3 le coût du non travail... Arrêts maladie, congés payés, chômage, délai de carence de la sécurité sociale, absences diverses, aides diverses aux loyers, salaire unique dont les martiniquais et les guadeloupéens sont les champions etc.. la FRANCE a 30 ans de retard d'où une dette de e 2500 milliards d'euros. Au final cela peut économiser 60 milliards d'euros par an et obliger 2 millions de chômeurs bidons à chercher du travail.
a écrit le 21/05/2018 à 23:40 :
Xavier Bertrand ministre du Social de Sarkozy a, en 2009, porté de 15.3 à 17.2% la CSG CRDS sur les SEULS revenus du patrimoine, pour financer le surcout du remplacement du RMI par son RSA avec de telles !!!!! présomptueuses promesses de Succès : 9 ans passés de surcout et de sur-impot, pour ECHEC ET GABEGIE ET ABUS. Mr Macron, mets donc de l'ordre, et du respect citoyen là dedans.
Réponse de le 22/05/2018 à 8:50 :
Tout faux d'abord le chômage ne diminue pas, les radiations oui, 9% de chômage, GB, Allemagne, P-B, Autriche plein emploi, nous au fond du fond, d'autre part toujours pareil avec le bonimenteur jupiter des annonces mais AUCUNE mesure donnée, rien comme d'habitude avec ce personnage. Je vous parie qu'il n'y aura aucune mesure prise.........peut-être un rapport, une conférence, un déplacement puis................rien. Par contre pour les riches pas de blème IFI, flat tax, etc, etc...
Réponse de le 22/05/2018 à 15:29 :
J'avais dit face à face en réunion dans une salle d'un hotel, à l'arrogant Ministre X. Bertrand, que cet impot supp, spécial RSA était inadmissible, et que son RSA succédant au RMI moins couteux allait etre un gouffre et échec. Comme d'hab sa réponse : fuyante, mépris-dédain et langue de bois.
a écrit le 21/05/2018 à 23:36 :
Xavier Bertrand ministre du Social de Sarkozy a, en 2009, porté de 15.3 à 17.2% la CSG CRDS sur les SEULS revenus du patrimoine, pour financer le surcout du remplacement du RMI par son RSA avec de telles !!!!! présomptueuses promesses de Succès : 9 ans passés de surcout et de sur-impot, pour ECHEC ET GABEGIE ET ABUS. Mr Macron, mets donc de l'ordre, et du respect citoyen là dedans.
Réponse de le 22/05/2018 à 8:52 :
Tout faux d'abord le chômage ne diminue pas, les radiations oui, 9% de chômage, GB, Allemagne, P-B, Autriche plein emploi, nous au fond du fond, d'autre part toujours pareil avec le bonimenteur jupiter des annonces mais AUCUNE mesure donnée, rien comme d'habitude avec ce personnage. Je vous parie qu'il n'y aura aucune mesure prise.........peut-être un rapport, une conférence, un déplacement puis................rien. Par contre pour les riches pas de blème IFI, flat tax, etc, etc...d'autre part le cice de macron/hollande ne devait-il pas servir à endiguer le chômage?? mais avec macron durant 5 ans il a explosé alors qu'ailleurs il chutait, bravo le bonimenteur.
a écrit le 21/05/2018 à 21:00 :
Moi je suis pour toutes ces baisses et plus même.J’habite une résidence privée et devinez quoi? Je rentre du travail je veux me poser un peu au calme mais impossible à cause d’une famille nombreuse n’arretant pas de faire du bruit et dont les parents ne se soucient pas qu’ils dérangent les autres propriétaires ou locataires.Ces mêmes qui n’en travaillent pas et dépendent le plus des aides de l'état.Contre ceux la l’etat ne fait rien et laisse la classe moyenne s’eteidre doucement.
Réponse de le 22/05/2018 à 0:13 :
Les propos c est pas démocratique ? @
a écrit le 21/05/2018 à 20:44 :
Voila la vérité de macron raboté les aidés sociale appres la csg ! Apl et dès personne âgées leS personne âges commence part supprimé les 448000 € Patrick 5 de Brigitte macron faire des économies a dit le maire macron donner d une main et reprend Avec les deux augmentation csg gasoil TVA apl forfait hospitalier revalirisation des tetraites gelé de 2018 ???? Enfin macron c est la précarité macron des riches
a écrit le 21/05/2018 à 16:47 :
La CSG-CRDS à 8.5% 1er impot de France est trop pompée par tout çà.
A taux inchangé !!!!!!!! sans ces gaspills, et sans nous VOLER des Fériés, l'on pourrait nous créer une branche dépendance, pour mourir digne en EHPAD.
Utilisation opaque et cachée de ce 1er impot de FR : combien va où ?
Réponse de le 21/05/2018 à 17:26 :
la solution c’est la privatisation de l’URSSAf et la transparence des «  comptes publiques »
Réponse de le 21/05/2018 à 18:23 :
Cette journée de solidarité s'applique seulement aux salariés, 28 milliards d'euros ponctionné depuis sa création en 2004 , ou va le pognon ,mystère ?. Les professions libérales n'y sont pas assujetties à croire qu'ils n'ont pas vieux ces gens la ?
Tu parles d'une solidarité ,les salariés financent les vieux des professions libérables la vie est belle.
Réponse de le 21/05/2018 à 19:35 :
@ la Chose
il y a une volonté en France ( politico- médiatique) de dresser les Français contre les Français ; créer une zizanie civile
alors que si ça se trouve la solution est juste dans la transparence des «  comptes publiques »
il faudrait des décrets qui obligent l’état FR a publier les comptes depuis 2000 à aujourd’hui
Réponse de le 21/05/2018 à 22:58 :
@ lachose
Sauf que liberal pour ma part je bosse aujourd'hui comme 50 semaines dans l'année. Et non, j'imagine que je n'irai pas en Ehpad, pas le temps...
Réponse de le 22/05/2018 à 9:07 :
@lole
"Sauf que liberal pour ma part je bosse aujourd'hui comme 50 semaines dans l'année. Et non, j'imagine que je n'irai pas en Ehpad, pas le temps... "


Et alors, parce que tu bosses 50h ( cela reste à voir) , cela te dispense de financer les maisons de retraite comme les salariés ?.Pour ma part, je te prendrais l'équivalent de 2 jours de salaire par an pour ce financement.

"Et non, j'imagine que je n'irai pas en Ehpad, pas le temps.."
Te fais pas d'illusion ,cela viendra le moment venu.
a écrit le 21/05/2018 à 16:28 :
Finalement l'attaque aux parasites sociales.
Réponse de le 21/05/2018 à 17:24 :
Fini de rire les pauvres ! Macron va vous remettre à votre place. Quel homme à poigne...
(NB : parasites "sociaux" est grammaticalement préférable à "sociales", non ? )
a écrit le 21/05/2018 à 16:28 :
Dans le même temps, selon la formule chère à Macron, le gouvernement envisage de consacrer 200 millions d'euros à l'intégration des migrants ...
a écrit le 21/05/2018 à 16:22 :
Parler d'aide social sans dire de quoi on parle exactement, au moment où on fait nos déclaration d'impôt, j'appel ça du populisme.
a écrit le 21/05/2018 à 15:23 :
Si celà permet de BAISSER la LOURDE C.S.G-C.R.D.S de 1.7% qui paie tout çà via la C.A.F,
et de AINSI nous créer, à charge constante, une assurance dépendance obligatoire comme l'auto, pour ne PAS finir dans l'indignité et l'humiliation en EHPAD, SANS NOUS VOLER deux puis 5 jours fériés.
Avant sept 97 il n'y avait pas de " prime noel et rentrée scolaire " personne ne demandait la prime écran plat : A SUPPRIMER.
Réponse de le 21/05/2018 à 16:11 :
@ Maude,

l’état Français garde tout et donne «  des miettes » ça c’est «  un fait » réel
qu’on rend «  publique » à la presse tous les comptes des comptes des cours depuis 40 ans !
Réponse de le 21/05/2018 à 18:10 :
La CSG CRDS 8.5% ( 1er impot de france ) la baisser de 1.7% pour créer une Assurance Dépendance Sécu de 1.7%, Contre notre humiliation et indignité en EHPAD
a écrit le 21/05/2018 à 14:28 :
La baisse des aides sociales et des aides octroyées au chômage résulte de l' appartenance à l' UE qui confronte les pays hier riches au moins disant salarial et social à l' est en adressant une fois l' an ses ...recommandations ou GOPE à Macron, par conséquent, soit on est pro UE soit on est pro Frexit et avec l' Upr, le choix éclairant est vite fait,

Démonstration :
.
Comment fonctionnent les institutions européennes ?
https://www.youtube.com/watch?v=TR2EiJaIXCE&t=4s
.
Peu-t’on changer l’Union Européenne ?
https://www.youtube.com/watch?v=8f7mZQu7zkk
.
Qui dicte les lois dans l’UE ?
https://www.youtube.com/watch?v=c0IqaAhF_YA
.
Peut-on sortir de EURO sans sortir de l’UE ?
NON, aucun article, ni du TUE ou du TFUE permettent de sortir de l’Euro.

Pour sortir de l’Euro la seule voie légale est respectueuse des traitées de l’UE est l’application de l’article 50, c’est à dire la sortie de l’UE.
https://www.youtube.com/watch?v=NuRBTZ3u0kg
.
L’Euro et la compétitivité de la France ?
https://www.youtube.com/watch?v=OM8lbvqJEkk
.
Les problèmes de l’euro liés à TARGET 2
https://www.youtube.com/watch?v=1DqhOUKBhNM
.
L’euro est elle une monnaie unique ?
https://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/euro-monnaie-commune-ou-unique
etcétéra.
Réponse de le 21/05/2018 à 23:06 :
Avis partagé cher Harry 😉
a écrit le 21/05/2018 à 14:03 :
Voilà que ne va pas aider LREM de se défaire de son image de parti pour riche.
a écrit le 21/05/2018 à 13:05 :
C'est cela en marche.....Mais en marche arrière. Des restrictions pour leur petit confort. Et dit merci qui????
a écrit le 21/05/2018 à 12:57 :
1- Ce gouvernement va t´il également mettre tout le monde au meme niveau?

SNCF, RATP à qui le régime général cotise et donne des milliards pour permettre à ces gens de partir à 52 ans?

de meme pour les interimaires du spectacle recevant du régime génral des milliards chaque année pour pouvoir louer des aparts de 100m2 dans le marais.. artistes oblige...
a écrit le 21/05/2018 à 12:05 :
certaines prestations sociales OK mais aussi et c'est urgent une baisse du train de vie de l'etat ex 1241 agences d'etat qui servent à pas grand chose une secu des mines sans cotisant mais plus de 5000 agents .LE REGIMES des intermittants du spectacle
la diminution du nombre de ministres pourtant promise par Macron !!!!!urgent avant les prochaines elections des senateurs la baisse d'au moins 50% et sa fusion avec l'agence economique etc
a écrit le 21/05/2018 à 11:01 :
Il faut tailler sévèrement dans les aides sociales et augmenter la TVA pour une simple raison:la France est endettée et les taux vont remonter.Les français doivent le comprendre et commencer a rembourser LEUR dette.
a écrit le 21/05/2018 à 10:58 :
Le gouvernement ferait bien de doter la CAF de milliers de contrôleurs. Les fraudes sont massives. Revoir le maquis des prestations sociales et familiales.
a écrit le 21/05/2018 à 10:28 :
le maire a raisson il faudrais tous savoir sur les personnes qui veullent des droits sociaux j ai toujours dit que l on peut le faire avec le montants des declarations D impots et faire une vrais redistributions SOCIAL. sur une bonne base LE BUT DES DROIT SOCIAUX CE N EST PAS DE REDISTRIBUEZ A EGALITER POUR TOUS MAIS DE REDONNER AUX PLUS PAUVRES ??? je suis daccord avec BA L AVENIR ECONOMIQUE VAS CONTINUEZ A SE DECRADE CAR L AMERIQUE A DECLAREZ UNE GUERRE ECONOMIQUE A TOUS CEUX QUI NE VOUDRONS PAS ETRE SES VASAUX NOUS AURONS LE DESTIN QUE NOUS AVONS MERITE///ALBERT EINSTEIN///
a écrit le 21/05/2018 à 10:23 :
"Expliquer que l'on va réduire la dépense publique sans rien toucher aux aides sociales ne serait pas cohérent, ni juste et lucide vis-à-vis des Français"

Français ou leurs enfants qui ne seraient jamais concerné dans leur vie aux aides sociales, donc.
a écrit le 21/05/2018 à 10:22 :
Rien de nouveau, autant qu'ils retirent tout puisqu'il faut combler la honteuse dette de la France. La tranchée entre pauvres et aisés et de plus en plus flagrante et épaisse. Là ou un employé doit faire 7h30 de boulot, plus compenser le travail des postes supprimés pour un seul salaire et des RTT fixé par son employeur ou reporté. Un aisé lui comme me l'a dit un directeur de service peut si a atteint son objectif pro. en 2h quitté son travail et profiter de la journée pour le même salaire.... moi je voterai plus et nos ancêtres doivent se retourner dans leurs tombent de voir qu'ils se sont battus pour des utopies...
a écrit le 21/05/2018 à 10:08 :
grande crainte pour la monnaie EURO ? se voiler la face
a écrit le 21/05/2018 à 10:03 :
C'est très drôle.

Parce que si l'économie repart durablement, que des emplois stables sont effectivement crées, que le chômage baisse, mécaniquement on aura moins d'allocataires sociaux. Il suffit de voir déjà aujourd'hui la manière dont la plupart des ménages sortent des seuils sociaux.

Donc à quoi rime cette comédie à part faire entrer la France dans un modèle résiduel où les pauvres existent bels et biens parce qu'ils sont la conséquence du modèle libéral et que donc, on sera toujours amener à débloquer des aides pour eux.

Voilà le modèle vers lequel nous nous dirigeont, de plus en plus rapidement avec ce gouvernement autocrate.
a écrit le 21/05/2018 à 9:54 :
Pour le moment, Lemaire rêve un peu, il n'y a pas de baisse réelle du chômage et la croissance pourrait ralentir en raison de la hausse du baril et des taux. Ceci étant dit,
il y a des économies à faire dans nos dépenses sociales qui explosent depuis des années.
Elles sont prises en charge par les régions et départements , ce qui explique la hausse permanente de la fiscalité locale.
a écrit le 21/05/2018 à 9:52 :
Cette demande correspond au point 4 de la demande des GOPE 2016-17 de Bruxelles s' adressant à la France et auxquelles doit se conformer Macron ; en novlangue bruxelloise : "entreprendre une réforme du système d' assurance-chômage afin d' en rétablir la viabilité budgétaire et d' entretenir davantage le retour au travail", en bon français décodé, baisser les prestations chômage et en réduire la durée.
Réponse de le 21/05/2018 à 14:02 :
Il faut voir la réalité en face, les dirigeants des pays membres de l'UE sont des ultra-libéraux, alors imposer les GOPE à nos dirigeants, c'est comme forcer le pape à se convertir au catholicisme.
Les GOPE ne sont que des recommandations, rien ne force nos dirigeants à les suivre.
D'ailleurs j'ai envie de dire que l'ultra-liberalisme est la doctrine dominante mondiale, le RU et les USA appliquent cette idéologie de façon bien plus poussée que la France (même si la France cherche à rattraper son "retard").
L'épicentre du libéralisme hardcore se trouve à wall-street.
Réponse de le 21/05/2018 à 14:45 :
Vous avez parfaitement raison, Nigel Farage : «Quittons vite le navire UE avant que ce machin ne tombe en ruines.»
https://www.express.co.uk/news/uk/962631/Brexit-news-Nigel-Farage-LBCs-latest-European-Union-Theresa-May
Réponse de le 21/05/2018 à 23:03 :
Pas gope pas gope...
a écrit le 21/05/2018 à 9:41 :
Mais qui arrivera à comprendre qu'il faut appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique? Cette note propose de répartir les charges sociales sur le travail ET sur la consommation d'énergie des ménages et des entreprises. Combien de temps faudra t il le répéter? La situation ne peut que continuer à se dégrader. Adieu l'économie française.
Réponse de le 22/05/2018 à 9:52 :
1è mesure d'économie : dissoudre le CAE.
a écrit le 21/05/2018 à 9:29 :
Il serait plus logique de réduire les prélèvements sociaux quand l'emploi se porte bien ? Ce serait une baisse du coût du travail que les entreprises demandent depuis longtemps. Pourquoi ne pas réduire aussi les 65 milliards de subventions aux entreprises en les soumettant à une obligation de résultat ?
Réponse de le 21/05/2018 à 12:10 :
@Dingo

si l’intention était saine : ça résoudrait la charge des entreprises qui embaucherait et en même temps il n’y aurais pas de «  mensonges » sur ce fait «  réel »

Madame, Monsieur en cas de problème majeur vous n’êtes ni soutenus ni couverts même si vous cotisez en indépendants, salariés ou cadre ( ceci est la strict vérité , l’état garde tout aussi longtemps qu’ils peuvent par décret validé par le tribunal constitutionnel : un GROS VERROU.)
a écrit le 21/05/2018 à 9:20 :
"Parmi les pistes suggérées, revoir les critères d'attribution de certaines aides sociales ou réduire leur montant, par exemple en prenant en compte le patrimoine des personnes dans le calcul de l'allocation "

Cela ne date pas d'aujourd'hui.(2009 sous Martin Hirsch):
Un vent de panique est en train de souffler sur le Revenu de solidarité active (RSA) avec l’arrivée récente, selon les départements, des déclarations trimestrielles permettant de toucher ce revenu.
La confirmation des inquiétudes des allocataires du RSA , une information qui a peu circulé ces dernières semaines, suscite quelques remous dans les CAF : « Oui les revenus de l’épargne quelle que soit la forme de cette épargne sont pris en compte au même titre que les autres revenus perçus par le foyer (salaires, pensions, retraites, etc.) » , avoue le Haut commissariat (voir aussi l'encadré ci-dessous). Cette disposition, qui ne figure pas sur le formulaire de demande RSA, et qui est inscrite dans la rubrique 041 (autres revenus) des déclarations trimestrielles, concerne tous les livrets, y compris le livret A, et donc la petite épargne utilisée par les personnes les plus précaires qui ne peuvent avoir accès au système bancaire classique. Cette taxation des ressources des allocataires au RSA est très perverse : Par exemple, elle consiste à déduire du RSA 3 % du montant de l’indemnité de licenciement que vient de percevoir une personne au chômage. Et si cette somme a été déposé, par exemple sur un livret A, 4 % seront déduit du RSA.

Explication : une personne au chômage éligible au RSA vient de percevoir une indemnité de licenciement s’élevant à 10 000 euros. La caisse d’allocations familiales déduira du RSA 3 % des 10 000 euros, soit 300 euros, soit 25 euros mensuels. Ôtez ces 25 euros sur les 447 euros (maximum) que peut percevoir une personne seule sans emploi alors que le seuil de pauvreté est évalué à 817 euros, et vous avez une (petite) idée de la situation de grande pauvreté qu’est en train de provoquer cette discrète taxation des revenus des pauvres qui sert finalement à financer… le RSA. Tous les comptes sont concernés : livret A, le LEP, le livret enfant, le compte courant, l’assurance vie, le PEL, etc., explique K. qui obtenu ses informations de la CAF, le service des impôts et sa banque ignorant l’existence de ce dispositif. « La CAF a accès aux informations bancaires via les impôts sans qu’il y ait besoin d’enquête. Le fait d’être au RSA est suffisant » , précise aussi K. qui témoigne d’un phénomène en cours : « Les gens commencent à retirer en masse leurs économies pour les mettre dans les matelas et cela commence à se savoir » . La déclaration trimestrielle contient en effet cette mention : « Attention, vos déclarations seront systématiquement vérifiées l’année suivante auprès du service des impôts » .
a écrit le 21/05/2018 à 9:12 :
Il ne reste que ça ?
A défaut de ne pouvoir faire les fameuses réformes structurelles, il faut faire des économies ailleurs ?
Il faut le faire avec discernement.
Le souci est celui de l'impact sur la croissance et du risque d'explosion de la précarité, qui engendre souvent des problèmes encore plus graves et plus coûteux. Un revenu social minimum présente tout de même comme avantage de préserver un équilibre, y compris entre zones géographiques, métropoles et territoires ruraux, etc...
Réponse de le 21/05/2018 à 9:32 :
Rationaliser la dépense sociale est déjà en soi une réforme structurelle indispensable !
Réponse de le 21/05/2018 à 12:16 :
"A défaut de ne pouvoir faire les fameuses réformes structurelles"

Ces réformes structurelles en provenance de l' UE portent un nom, pourquoi ne pas l' évoquer et laisser Macron en porter la responsabilité comme s' il avait l' initiative de les réfuter ...?
https://www.upr.fr/actualite/gope/programme-demmanuel-macron-mis-a-jour-commission-europeenne-vient-de-publier-gope-2017-2018
Réponse de le 21/05/2018 à 13:20 :
@ Bruno_bd
Il est vrai que côté taxes on a déjà fait le plein et qu’il reste à réduire les dépenses.
On peut en effet considérer cela comme une réforme structurelle, mais habituellement on pense surtout au manque d’efficience du millefeuille et aux gaspillages en tous genres qui coûtent des milliards à la collectivité et qui sont souvent présentés comme des « investissements ».
On peut admettre que le système assurantiel d'indemnisation des chômeurs est resté avantageux, car toujours calqué sur la perspective d’une croissance permanente ? Le problème de soutenabilité a été soulevé depuis longtemps (https://www.unedic.org/sites/default/files/2017-05/cour_des_comptes_observations_definitives_gestion_ac2008-2014.pdf).
Le montant de l’assurance en question parait d’autant plus élevé qu’il y a peu de cotisants et que ceux qui cotisent se disent qu’ils payent pour les autres, jusqu’à en bénéficier eux même, ce qui fut mon cas et cela change le point de vue. Je crois que la dégressivité devrait être de règle, ainsi qu’un accompagnement sérieux, plus que la répression. Sachant qu’une fois « exclus », on ne peut laisser les gens sans rien et qu’il faudra probablement leur assurer un minimum de survie. C’est juste un transfert de responsabilité et un changement de statut et nous voila au point de départ. Pour le moment, en partant d’une reforme structurelle, on en vient à peine à financer quelques démissionnaires, qui ont souvent largement cotisé.
On a aussi vu que les partenaires sociaux n’étaient pas prêts à financer le « reste de l’économie » ; qui va payer pour les indépendants ? les agriculteurs, les chefs d’entreprise, ceux qui participent à l’économie, autant sinon plus que les employés.
A partir du moment où l’on sort du système assurantiel paritaire on pourrait aussi mettre à contribution les fonctionnaires, les élus, ou en profiter pour rééquilibrer les cotisations sur les contrats précaires, intérimaires, et augmenter la CSG… Voilà, j’ai pris le reflexe Bercy.
a écrit le 21/05/2018 à 7:52 :
.... et l'assistanat aux "primo-arrivants " ça baisse QUAND ?
a écrit le 21/05/2018 à 7:51 :
Et pourquoi ne pas commencer par supprimer CICE , contrats VAE et autres cadeaux aux grandes entreprises qui font d'énormes bénéfices avant de s'en prendre au citoyen victime de mauvaise gestion et des employeurs et de l'état ? Si l'économie repart et les dividendes actionnaires augmentent le secteur privé n'a pas besoin en plus d'aides de l'état. Par contre le salarié licencié, le chomeur senior longue durée a besoin de soutien pour ne pas sombrer dans la misère. Autre point, la baisse de cotisation chomage sur les salaires était le premier étage de cette mesure : on est passé de l'assurantiel à la prestation sociale décidée par le gvnt. cqfd
a écrit le 21/05/2018 à 0:38 :
"A partir du moment où nous réussissons à créer des emplois ..."

Sauf que ce n'est pas ce que l'on peut observer. Toutes catégories confondues, il y a plus de chômeurs qu'avant le hold up de Macron sur le pouvoir, ils ont seulement changé de catégorie.
Étant donnés, la chute libre de la croissance en 2018 (et prévisions pessimistes pour la suite), la fin des 2/3 des emplois aidés, les coupes claires envisagées dans les emplois publics et la conjoncture de crise qui s'installe (Iran, Trump, Corée du Nord, crise au MO, prix du pétrole qui flambe, crise de l'€ italien) , il semble irréaliste d'envisager une amélioration réelle et solide de l'emploi pour la fin du quinquennat.

Il n'en reste pas moins que les réformes de Macron coutent très cher au budget de l'Etat et ne sont pas financées, cf rapports de la cour des comptes. C'est le cas pour le service obligatoire, la taxe d'habitation, la flat taxe, la baisse de cotisation sociale sur les salaires et une partie de l'ISF.

D’où cette tentation irrésistible de sabrer dans l'assurance chômage et de réduire les amortisseurs sociaux. Les sans dents ne votent pas Macron et les SDF ont le bon goût de mourir en silence.

C'est un "document technique de travail?"... Ca tombe bien, c'est ce que Macron a demandé de produire à une petite équipe de Bercy qui ne travaille que sous sa direction,. Ne doutez pas une seconde que le rapport deviendra très vite un projet de loi. C'est ce qui s'est passé pour les lois travail.
Réponse de le 21/05/2018 à 7:35 :
Il n'y aura pas d'amélioration de l'emploi parce que tout simplement la réduction du chômage n'est pas au programme du gouvernement macron.
Sa priorité est de contenir l'inflation, pour préserver le pouvoir d'achat des rentes de son électorat fortuné.
Il présente cette mesure comme "une réduction d'impôts par ricochet à une réduction des aides au chômage", je me demande qui croit à ce boniment.
Ces réductions d'impôts si réduction il y a, le seront pour les plus aisés comme d'habitude. Que de chemin parcouru depuis le "bouclier fiscal" de sarkozy; c'était il y a 10 ans, et aujourd'hui ce dernier ferait figure de mesure sociale à côté des lois macron.
La réalité c'est que pour le commun des mortels (classe moyenne et classe modeste), il n'y a pas réduction d'impôts mais transfert des charges du public vers le privé. Les rentes immobilières, les primes d'assurance et les passe-droits bancaires, qui handicapent financièrement les travailleurs de ce pays et échappent à toute règlementation, vont encore être renforcées.
Le libéralisme, ça sert à créer une classe privilégiée qui se fait entretenir par une classe laborieuse. Et ça fonctionne merveilleusement bien.
Réponse de le 21/05/2018 à 7:53 :
la magouille de chiffres fait partie intégrante de tout gouvernement !
a écrit le 21/05/2018 à 0:08 :
le gouvernement Français doit payer «  les droits des cotisants » en France au droit des retraites et des pensions de reversions en annulant les «  décrets voyous de l’ère ump » qui ont spolié des milliers de veuves/ veufs de leur droit fondamental en poussant ces gens à une précarité ainsi que leur enfant.
que chacun prend ses responsabilités : ça suffit.
Réponse de le 21/05/2018 à 7:54 :
Macron , le chantre du paupérisme et sa horde de godillots !
Réponse de le 21/05/2018 à 13:23 :
défendre les droits fondamentaux n’est pas «  être godillot ».
parlez pour « vous « au lieu d’utiliser le «  sarcasme et l’ironie inutile »
a écrit le 20/05/2018 à 22:10 :
Oui, mais pas sans baisser les allocations familiales en les plafonnant à 3 enfants maximum et pas sans limiter l'immigration aux seuls profils professionnels dont la France a besoin et sans regroupement familial.
a écrit le 20/05/2018 à 20:05 :
Comment pourrait on comprendre que l'on baisse les aides sociales pour les travailleurs pauvres alors que l'on va augmenter considérablement les aides aux réfugiés et aux banlieues difficiles ? Qu'ils disent clairement que l' argent public est désormais réservé à certaines catégories de personnes : les casseurs (zad des Landes), les intégristes des banlieues, etc. parce qu'ils ont le pouvoir de tout casser. Assumez vos actes !
Réponse de le 21/05/2018 à 9:36 :
La décision inepte de non-construction de l'aéroport de NDDL, capitulation en rase campagne devant les zadistes, va effectivement coûter un bras; Ca risque de coûter autant que le naufrage Ecomouv...
a écrit le 20/05/2018 à 20:02 :
C est quand même formidable j adore cette politique. ...On baisse les impôts des riches en espérant qu ils investissent, de l autre côté on dit au gens dans les grands groupes, qu il faut travailler toujours plus pour toujours moins et on donne encore plus aux actionnaires qui eux aussi on eu une réduction d impôts , mais cela ne suffit pas, maintenant on va baisser les aides social et après ces politiques nous disent qu ils ne font pas une politique pour les riches....et il va falloir tenir encore 4 ans comme ça super :(
a écrit le 20/05/2018 à 19:54 :
A part réduire leS petits est engraissé les gros voila le maire et macron votez macron c est réduire à la pauvreté excro ?
a écrit le 20/05/2018 à 19:40 :
Je m'interroge du pourquoi et du comment mon pays a élevé l'assistanat comme une religion aux remèdes de notre économie depuis 5 décennies. Est-ce pour ne pas se poser les bonnes questions ou bien uniquement parce que cette situation permet de ne pas regarder en face les efforts qu'il aurait à fournir ?
Réponse de le 21/05/2018 à 9:38 :
Le gag, c'est que plus on tarde à faire les efforts nécessaires, plus ils sont durs.
a écrit le 20/05/2018 à 19:24 :
Excellent: on commence à réagir. Si on baisse de 1%/an les dépenses sociales, cela fait au moins € 100 Mlds d'économies sur 5 ans et on se retrouverait au niveau de l'Allemagne, qui comme chacun le sait, est un pays du Tiers Monde..
Cordialement
a écrit le 20/05/2018 à 19:06 :
Fumisterie, il manque 60 à 80 milliards € /an dû à la fraude fiscale ou à la TVA.
Mr Lemaire devrait changer de coiffeur et aller tondre ceux qui fraudent .
Quel culot et surtout quelle incompétence !!
Réponse de le 21/05/2018 à 9:40 :
Personne ne sait comment récupérer ces 60-80 milliards. Sinon, ça fait longtemps que ç'aurait été fait.
a écrit le 20/05/2018 à 18:59 :
RSA actuellement :

Oui, votre train de vie peut faire l'objet d'une évaluation quand, à l'occasion de l'instruction de votre demande ou d'un contrôle, il existe une disproportion entre le train de vie de votre foyer et les ressources que vous avez déclarées.Les éléments de train de vie pris en compte comprennent notamment le patrimoine mobilier ou immobilier qu'il se situe en France ou à l'étranger, et à quelque titre que ce soit, de votre foyer.
Ainsi, les éléments de train de vie pris en compte sont notamment :
propriétés bâties ou non bâties, détenues ou occupées par votre foyer ;
travaux, charges et frais d'entretien des immeubles appartenant à votre foyer ;
automobiles, bateaux de plaisance et motocyclettes du foyer ;
appareils électroménagers, équipements son-hifi-vidéo et matériels informatiques du foyer ; voyages, séjours en hôtels, locations saisonnières, restaurants, frais de réception, biens et services culturels, éducatifs, de communication et de loisirs.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1723
a écrit le 20/05/2018 à 18:50 :
" par exemple en prenant en compte le patrimoine des personnes dans le calcul de l'allocation "

Octobre 2016 :

Le patrimoine des bénéficiaires des aides au logement (APL, ALS et AFL) est dorénavant pris en compte pour déterminer le montant de leurs allocations, dès lors que la valeur de tous leurs biens, livrets d'épargne inclus, atteint 30 000 €. Pour savoir si ce seuil est franchi, il faut additionner la valeur du patrimoine financier et celle de l'ensemble du patrimoine immobilier, à l'exception de la résidence principale et des biens professionnels. Ces valeurs sont déterminées à partir de la dernière valeur connue à l'ouverture du droit aux aides au logement ou à l'occasion de leur renouvellement.La réforme ne s'applique pas aux personnes titulaires de l'Allocation adulte handicapé (AAH) ni aux personnes âgées dépendantes en EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Loi n° 2015-1785 du 29/12/2015 de finances pour 2016, JO du 30 (LF 2016)
Décret n° 2016-1385 du 12/10/2016 relatif à la prise en compte du patrimoine dans le calcul des aides personnelles au logement (APL), JO du 16
a écrit le 20/05/2018 à 18:42 :
normal pourquoi les pauvres continueraient-ils à se gaver sur le dos des riches??
a écrit le 20/05/2018 à 18:07 :
jupiter a choisi soit flat tax et IFI ou indemnisation des chômeurs avec justesse. jupiter a choisi les premiers ceux qui l'ont financé et qui continuent, bolloré, bouygues, drahi, arnault et autres milliardaires.
Réponse de le 20/05/2018 à 18:57 :
En 2012, F. Hollande declarait qu'il etait normal qu'en temps de crise fiscale, les personnes aisees contribuent davantage au redressement, et a fortement augmente la tranche marginale d'IR, l'ISF et la fiscalite du patrimoine. A l'epoque on n'entendait guere l'extreme gauche reclamer plus d'egalite et une meilleure repartition des efforts. L'autre versant de ce contrat social, c'est que quand la situation s'ameliore, ce sont les riches qui doivent en beneficier le plus.
Réponse de le 21/05/2018 à 9:01 :
car vous pensez réellement que la situation s'améliore?, chômage ne décolle pas, dette exponentielle, déficit public des plus plus importants d'Europe, impôts hors norme pour TOUS LES FRANCAIS 45.6%, RIEN NE S'AMELIORE excepté le patrimoine des arnault, drahi....et de grâce pas d'insulte je ne suis pas d'extrême....gauche ou droite ni socialisssse, ceux qui ont ruiné le pays avec le premier socialissssse macron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :