Collectivités locales : vers une réduction massive d'effectifs ?

 |  | 288 mots
Lecture 2 min.
52% des communes constatent une dégradation de leur climat social, en forte hausse sur un an.
52% des communes constatent une dégradation de leur climat social, en forte hausse sur un an. (Crédits : Décideurs en région)
Une étude montre que les collectivités sont de plus en plus nombreuses à anticiper un recul de leurs effectifs.

La tendance s'accélère. En 2015, seulement une collectivité locale sur quatre prévoyait de réduire ses effectifs face à la baisse des dotations de l'Etat. En 2016, le taux montre à 44%, selon une étude* publiée lundi par Ranstad. Depuis la publication de son premier baromètre en 2012, "jamais la proportion de collectivités anticipant un recul de leurs effectifs n'avait été aussi importante" explique le rapport.

Même si la Cour des comptes a récemment souligné l'amélioration de leurs finances, 90% des communes estiment que la baisse de la DGF (dotation globale de fonctionnement), qui doit atteindre 28 milliards d'euros en 2017, va affecter les recrutements et la gestion des ressources humaines.

Départs à la retraite non remplacés

Fin 2014, la fonction publique territoriale comptait 1,878 million d'agents (+0,8% par rapport à 2013). Pour faire face aux contraintes budgétaires, 62% des collectivités optent pour le non-remplacement des départs à la retraite, et 22% ne renouvellent pas les contrats de certains contractuels.

Autre résultat significatif: 52% des communes constatent une dégradation de leur climat social, en forte hausse sur un an (+ 9 points). Cette "morosité", souligne l'étude, est particulièrement importante au sein des grandes communes (plus de 50.000 habitants) où elle atteint 62%, soit une hausse de 23 points sur un an.

Les petites communes (moins de 5.000 habitants) sont 43% à juger de même (+ 5 points sur un an). Les communes moyennes (5.000 à 15.000 habitants) sont en revanche moins nombreuses à constater une dégradation du climat social (47% contre 58%), selon l'étude, suggère que les réformes territoriales et l'incertitude qu'elles génèrent expliquent en partie ces résultats.

(Avec AFP)

*L'enquête a été réalisée entre avril et juin 2016 par questionnaire sur internet et 607 réponses de collectivités représentatives ont été exploitées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2017 à 15:22 :
Il y 3 mois, il y avait le feu dans les finances de ce pays, vous avez été élu pour agir.
Et sur ce sujet c'est évident qu'il y a un problème français
a écrit le 17/10/2016 à 15:21 :
Allemagne 85 millions d'habitants pour 2 millions de fonctionnaires, France 65 millions d'habitants pour 5,6 millions de fonctionnaires : Cherchez l'erreur ! Il y a 3,6 millions de fonctionnaires INUTILES ! dans notre pays. Il est urgent de faire le ménage sans délais dans la fonction publique d'état et territoriale avec 98% d'endettement la France est en faillite.Pour ceux qui restent les remettres au travail !!!
Réponse de le 17/10/2016 à 19:55 :
Vous portez bien votre pseudo : trop flemmard pour aller chercher les raisons de cette différence et pas assez intelligent pour s'apercevoir que 3.6 millions de personnes à ne rien faire ça n'a aucun sens...
a écrit le 17/10/2016 à 14:45 :
La récession arrive avec la hausse des taxes et impots sur les classes moyennes en 2017 pour compenser la disparition de l'ISF ! Le chomage va remonter fortement !
Réponse de le 17/10/2016 à 20:28 :
Aucun pays européen n'a conservé d'ISF, il doit bien y avoir une raison. C'est un impôt antiéconomique, avec des bases incertaines et discutables (comment connaître précisément la valeur d'un bien immobilier tant qu'il n'a pas trouvé acheteur au prix allégué ? ). En plus il ne rapporte pas grand chose (5,6 milliards l'an dernier, année record). Combien coûte l'administration fiscale consacrée à son recouvrement et à son contrôle ? Sûrement pas loin de ce qu'il "rapporte"... Les impôts symboliques et socialement punitifs, ça suffit.
Réponse de le 17/10/2016 à 20:35 :
"Le chomage va remonter fortement" : la social médiocratie hollandaise y a largement pourvu au cours de 5 années écoulées, ce sera difficile de faire pire. Le retour aux 39 heures (sans hausse de salaires) permettra de gagner 10% de compétitvité-coût, le retour à la retraite à 65 ans de réduire les cotisations patronales retraite et là aussi, d'améliorer la compétitivité coût. L'emploi privé devrait donc fortement rebondir.
a écrit le 17/10/2016 à 14:33 :
Il convient aussi de purger tout ces comédiens qui gravitent et s’agitent inutilement dans les CCI Chambres de Commerces et d'Industrie ruineuses, impotentes et totalement inefficaces.
a écrit le 17/10/2016 à 13:06 :
Et les intercom dérapent en dépenses et personnel et impots ( voir hausse de leur taux sur la feuille d'impots locaux) pour leur joujou, dont ils abusent. Les DPTS sont abusés par le Pouvoir : explosion de leurs impots pour financer PAR L IMPOT, l'explosion des R.S.A et A.P.A : l'I.S.F DETOURNé, pour l'état avait pourtant été créé par Mitterrand-Rocard Socialistes, pour créer le R.M.I payé par les Dpts, la C.S.G canicule 2003 + 0.3% pour la dépendance détornée, et la énième hausse de la C.S.G sur reven du patrimoine passée de 14.2 à 15.5% détournée par l la S.S : xavier bertrand U.M.P 2008, qui assurait et certifiait que celà allait financer le remplac du R.M.I par R.S.A
a écrit le 17/10/2016 à 12:07 :
Voilà une excellente nouvelle. Il aura fallu du temps à ces élus pour le faire. Après avoir cherché ou fait une augmentation d'impôt , ils s'apprêtent enfin à prendre les bonnes décisions
a écrit le 17/10/2016 à 11:39 :
qui couvre découvre ! enfin les DOUBLONS des copains
Réponse de le 17/10/2016 à 13:24 :
Que les Conseillers dpts réellement élus EUX !, aillent sièger à la région, pour TOUT MUTUALISER, 2600/mois pour conseiller régional "élu-inconnu " sur liste de Copains-Copines, qui siège minimum 2 séances/mois pour la paie à ne rien faire. En revanche chacun connait son conseiller de canton ELU Lui !. Le DPT ne doit demeurer que comme division préfectorale, et sous-préfect supprimée ( temps de l'avant ordi ) ET QUE L ETAT CESSE DE VOTER LACHEMENT,DES TRUCS FINANCES NON PAS PAR EUX, mais par les territoires. SI L'état décide, il doit payer
Réponse de le 17/10/2016 à 16:27 :
Suppression du Dpt ( subsistant comme division préfect ) mais pas des conseillers de canton ELUS eux en leur nom et compétence sur leur territoire, allant sièger tous à la région en éjectant donc les fictifs conseillers régionaux, copains-copines co-optés non élus, à 2600eur pour deux séances minimum. Les intercom dérapent fort en dépenses : écoeurant-consternant-révoltant
a écrit le 17/10/2016 à 10:58 :
Et oui, plus de cash pour payer les doublons, les triplons,,,,
Et ce n'est que le commencement du nettoyage d'une des nombreuses strates de privilegies a etre touchee. Des le retour de la droite, "ils" vont se dechainer.
Ca va saigner grave.
a écrit le 17/10/2016 à 10:44 :
1,878 million d'agents, soit 7,5% de la population active.. et les rues de nos villes sont sales.
a écrit le 17/10/2016 à 10:42 :
Le temps de travail,le rendement,la productivité par ouvrier,voilà qui permet de réduire le nombre d'emplois.N'est-ce pas cela que les municipalités anti capitaliste devraient appliquer??
a écrit le 17/10/2016 à 10:26 :
Comme d'habitude on va virer des salariés utiles et garder des copains à ou des fils de à des postes bien couteux dans lesquels ils sont pour la plupart que peu voir pas du tout compétents.

Alors là aussi il y aurait besoin d'une grosse purge sur tout ces emplois fictifs mais comme d'habitude comme ce sont ceux qui devraient être virés qui vont décider de qui va être virer tout ceci va se traduire par encore moins d'efficacité, et encore plus de compromission et d'incompétences.

L'oligarchie nous coute bien trop chère, nous n'avons plus les moyens de l'entretenir quand est-ce qu'on la vire ?
Réponse de le 17/10/2016 à 11:24 :
On peut très bien faire baisser les effectifs sans virer personne et en s'appuyant sur les départs naturels. Par contre, il faut qu'il y ait une grande mobilité du personnel entre les fonctions, voire entre des sites différents....
Réponse de le 17/10/2016 à 13:05 :
"sans virer personne" = en virant quelqu'un.

Que vouliez vous donc dire svp ?

Les départs naturels je suppose que vous pensez aux retraites, et c'est un point particulièrement judicieux étant donné que les gens placés parce qu'ils sont copains de ou fils de en générale tellement contents de nuire aux autres et d'éclabousser leurs collègues de leurs incompétences prennent leur retraite le plus tardivement possible, et oui un emploi fictif ça se garde.

Ces gens là n'ayant aucune mobilité, maitres de l'immobilisme et de la compromission en effet adorent faire bouger les autres, ceux qui sont trop compétents et qui en comparaison avec eux-mêmes mettent en évidence leur nullité, et ceux qui râlent mettant directement en relief ces véritables parasites.

L'oligarchie nous coûte vraiment trop cher il faut s'en débarrasser nous ne pouvons décidément plus nous permettre de se payer ce lux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :