Collectivités territoriales : qui est compétent pour faire quoi ?

 |   |  1029  mots
Globalement, désormais, les régions possèdent la plupart des compétences économiques alors que les départements se consacrent davantage a la solidarité sociale et territoriale.
Globalement, désormais, les régions possèdent la plupart des compétences économiques alors que les départements se consacrent davantage a la solidarité sociale et territoriale. (Crédits : reuters.com)
Le projet de loi portant "nouvelle organisation territoriale de la République" (NOTRe) a été définitivement adopté par le Parlement. Il clarifie les compétences respectives des régions, des départements et du bloc communal.

Enfin! Après un interminable parcours parlementaire, le projet de loi portant « Nouvelle organisation territoriale de la République » (NOTRe) a été définitivement adopté par le Sénat et l'Assemblée nationale jeudi 16 juillet. Et, pour une fois, sénateurs et députés, ont réussi à s'entendre sur le contenu du texte lors de la tenue d'une commission mixte paritaire. Et ce au prix de quelques concessions réciproques.

Toujours est-il que ce texte très important va permettre de connaître précisément « qui fait quoi » parmi les collectivités locales. De fait, la loi fixe les compétences respectives des régions, des départements et du bloc communal (communes et intercommunalité notamment). Revue de détail.

Les nouvelles compétences des collectivités locales

Compétences territoriales. Incontestablement, ce sont les régions qui se taillent la part du lion en matière de compétences. A l'avenir les 13 nouvelles super régions qui seront officiellement créées le 1er janvier 2016 seront responsables de toute la chaine de transports en dehors des agglomérations: gare routière, transport interurbain par car, transport scolaire, transport à la demande, ferroviaire (TER), etc. Les régions seront aussi compétentes en matière d'aménagement du territoire, d'économie et des aides aux entreprises. Cependant, de par la volonté du Sénat, lors de l'élaboration du schéma régional de développement économique d'innovation et d'internationalisation (SRDEII), les intercommunalités et les chambres consulaires devront être associées.

Elles restent également compétentes en ce qui concerne l'apprentissage. En revanche, contrairement à ce qu'elles souhaitaient, elles n'auront pas la haute main sur la politique de l'emploi - et notamment la gestion de Pôle emploi - qui reste de la compétence de l'Etat, même si des "expérimentations" pourront être menées avec des régions "volontaires". Sur ce point, le gouvernement n'a pas cédé. En effet, en matière de service public de l'emploi et d'enseignement supérieur, la commission mixte paritaire n'a pas retenu les propositions décentralisatrices votées par le Sénat qui voulait faire de la région le véritable pilier de la politique de l'emploi.
Etant entendu que ces compétences dévolues aux régions peuvent être déléguées à une autre collectivité si les régions le souhaitent.

S'agissant des départements, contrairement à ce qui était initialement prévu, leur survie est assurée. Ils gardent (dans certaines circonstances) la gestion des ports ainsi que celle du tourisme, des routes et des collèges. Bien entendu, leurs compétences sociales (gestion du RSA notamment) sont aussi préservées.

De nouveaux seuils pour l'intercommunalité

Grosse divergence entre députés et sénateurs dès le début de l'examen du projet de loi, le seuil de création d'une intercommunalité a finalement été fixé à 15.000 habitants, avec des dérogations notamment pour les zones de montagne, les îles et en fonction de la densité de population. Autre exception, les intercommunalités récemment constituées de 12.000 habitants au moins pourront être maintenues. Les sénateurs défendaient le maintien du seuil à 5.000 habitants quand le gouvernement voulait le porter à 20.000. Il y a donc eu un compromis.

En parallèle, les intercommunalités bénéficieront à compter de 2020 de nouvelles compétences telle la gestion de l'eau et l'assainissement. Par ailleurs, mais cela était acquis, les sénateurs ont obtenu la suppression du Haut conseil des territoires qui devait être créé, mais qui entrait en concurrence avec le Sénat. Les dispositions initiales sur le plan local d'urbanisme intercommunal ont aussi été supprimées, tout comme l'élection au suffrage universel des conseillers des intercommunalités. Des mesures dont les sénateurs ne voulaient absolument pas car les communes auraient alors été menacées et cela revenait à créer un nouvel échelon territorial.

Une fiscalité locale rénovée


Pour exercer leurs nouvelles compétences, les régions seront dotées d'une fiscalité dynamique liée au développement économique. De fait, la moitié du produit de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) leur sera attribuée, au lieu du quart jusqu'ici, comme s'y était engagé le Gouvernement. C'était une importante demande de l'Association des régions de France (ARF).

Ce doublement de la part de la CVAE affectée aux régions sera effective en 2017, comme l'a rappelé le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert devant l'Instance de dialogue National des territoires. A cet égard, lors de cette même réunion, le secrétaire d'Etat a précisé que le Projet de loi de finances 2016 prévoirait une « rénovation » de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et une modification des règles régissant les dotations de péréquations entre collectivités.


La Métropole du Grand Paris en ordre de marche

Au 1er janvier 2016, grâce à la création de la Métropole du Grand Paris, de ses territoires en petite couronne et des Établissements publics de coopération intercommunales (EPCI) de plus de 200.000 habitants dans l'unité urbaine en grande couronne, il n'y aura plus aucune commune isolée, contre plus de 40 à l'heure actuelle.
Les communes les plus pauvres seront toutes intégrées dans des intercommunalités. Dès le 1er janvier 2016, la Métropole du grand Paris pourra élaborer son projet métropolitain, son plan de l'énergie et de l'environnement, et définir les sujets d'intérêt métropolitains qui dépassent les frontières administratives actuelles : aménagement de zones d'activité, répartition des immeubles de bureaux entre l'Est et l'Ouest, qualité de l'air...


Sa gouvernance sera resserrée avec 210 élus représentant la diversité géographique de la métropole. Elle sera officiellement compétente pour définir un schéma de cohérence territoriale (Scot) à partir du 1er janvier 2017 et pourra réaliser les opérations concrètes en matière de logement, au plus tard le 31 décembre 2017, et dès l'adoption du plan métropolitain du logement. Reste maintenant à « mettre en musique » toutes ces réformes au niveau local... Ce qui ne pas être évident.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2015 à 1:37 :
Dans les compétences des régions, on relève l’administration des ports. Pourquoi les ports français font-ils moins de transit de conteneurs que nos voisins ? L’Etat n’agit-il pas contre le développement de la consommation alors que le transport par mer est déclaré 90% moins cher que par terre. Pour l’industrie, on parle d’Etats-Généraux en 2010, on publie dans la presse l’industrie française perd du terrain, depuis 2010 par rapport à la moyenne Europe. L’Etat ne devrait-il faire plus d’efforts et modifier le taux d’emploi en vertu des traités européens type Lisbonne à 70% d’actifs. La baisse de l’euro a-t-elle relancé l’export ou bien la construction qu’on annonce en baisse. Le but de l’Etat est-il la démolition de la croissance et de l’emploi ? On annonce en 1990, 4,26 millions de fonctionnaires, 5,42 en 2013, la relance fonctionnaire produit-elle de la croissance et du chômage ou bien l’inverse ? A Wallis et Futuna on fait 60% fonctionnaires et on pousse les jeunes à l’exil alors qu’on ne veut pas faire de place… ne fait-on pas une Europe criminelle en terme de chômage avec un PIB par habitant en baisse alors que les cotisations des actifs augmentent. L’Europe n’a-t-elle pas un problème intellectuel avec le développement économique alors qu’on y fait du vieillissement ? On entend dire, on fait des fusées et pourtant y a des pauvres, on oublie les ronds-points à 500 000 euros… ou bien plus y a de monnaie plus y a de croissance, pourtant il n’y a jamais eu autant de monnaie et aussi peu de croissance. On fait des faillites record, seulement 3% d’ETI, moins que nos voisins, des délocalisations, une balance négative, une demande qui relance l’import et qui ne sert pas la production, que fait l’Etat ? On entend dire, des paroles aux actes, en Suède les fonctionnaires sont en contrat. L’Etat brasse-t-il de l’air ? Pour les éleveurs, l’Etat aurait augmenté le prix de la viande, c’est pour favoriser les importations d’outre-Atlantique de l’accord taftaïen ? Le but est-il de rendre la vie chère ?
a écrit le 19/07/2015 à 23:00 :
pour envoyer en l'air l'argent du contribuable en beaux feux d'artifice .
a écrit le 19/07/2015 à 8:47 :
une fausse bonne nouvelle !
on maintien la superposition de structures administratives et donc des lourdeurs administratives
le département n'a plus lieu d'être, il fallait supprimer cet échelon administratif et concentrer les moyens au niveau de la région et au niveau des communes dont il aurait fallu fusionner celle de moins de 2000 habitants
a écrit le 19/07/2015 à 8:15 :
Les collectivités territoriales, les régions, les futures "Grèce" a vos portes!
a écrit le 19/07/2015 à 8:04 :
La France remet ses pouvoirs entre des mains locales d'une part et multinationales d'autre part pour un dogme inventer outre-atlantique et qui permet actuellement, car visible, le démantèlement du proche orient!
a écrit le 18/07/2015 à 15:03 :
En premier, les départements parce que personne ne croyait plus beaucoup à leur maintien ou alors dans un champs de compétences atrophié. Ils ont réussi à faire mieux que -simplement- "sauver les meubles".
En deuxième, les petites communes isolées qui vont pouvoir bénéficier d'une réelle solidarité pour leur développement ..., s'il elles arrivent à s'organiser en conséquence et s'adapter.
En troisième, les régions qui sortent confirmées et renforcées avec les moyens budgétaires qu'il faut.

Maintenant, il faut espérer que l'intérêt général en sera grandi, avec un meilleur service public, plus de mutualisation et d'efficience et moins de dispersion des ressources et des énergies !

Il faut également espérer que les influences et les considérations politiciennes sauront s'effacer ou -a minima- éviter d'entraver la concrétisation et l'épanouissement de cette nouvelle organisation -avec ses différentes déclinaisons- et que le clientélisme qu'on trouve encore ici ou là ne sera pas escaladé, notamment dans la Métropole du Grand Paris.

C'est maintenant que les choses sérieuses commencent véritablement ! [Cela est dit sans vouloir minorer le travail de concertation et de négociation, voire un peu de synthèse (sic), qu'il a fallu fournir -en quantité et en qualité- pour parvenir au vote de cette loi. Bravo les acteurs !!]
Réponse de le 18/07/2015 à 19:54 :
les perdants sont les citoyens qui payeront plus d'impôts cette loi est une reformette comme Mr hollande sait les faire pour contenter tout le monde. en bref, tout est bidon et à pour but d'endormir le peuple : stratégie de gauche bien connue. la décadence se poursuit...
Réponse de le 19/07/2015 à 8:08 :
C'est surtout semer la confusion pour supprimer les services publics sans aucune amélioration!
a écrit le 18/07/2015 à 14:00 :
La France aura donc 4 niveaux de gestion en comptant l'état déconcentré dans les régions. C'est à coup sûr un de trop ce qui signifie aussi que la grande région n'était pas la bonne solution. Ensuite il aurait fallu attribuer les fonctions à un seul des niveaux et là encore on ne le fera pas : l'état continuera par le biais des Direccte de s'occuper de développement économique en concurrence avec les régions, il continuera à recruter les professeurs pendant que les CL s'occuperont des bâtiments et du personnel non enseignant...On continue dans la désorganisation en somme.
Réponse de le 18/07/2015 à 17:51 :
Administrations d'Etat déconcentrées et préfectures / région / département / intercommunalité / commune = 5

Plus ça change plus c'est la même chose à quelques détails près.
Une montagne qui accouche d'une souris. Nous sommes vraiment bien avancé maintenant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :