Comment l'Assurance maladie veut économiser 3 milliards d'euros

 |   |  544  mots
Les médecins devront également revoir leurs ordonnances, pour poursuivre les efforts déjà réalisées dans la prescription de génériques notamment, d'après le rapport.
Les médecins devront également revoir leurs ordonnances, pour poursuivre les efforts déjà réalisées dans la prescription de génériques notamment, d'après le rapport.
L'organisme doit présenter jeudi un rapport qui détaille son plan d'économies pour les trois prochaines années. Consulté par l'AFP, celui-ci prévoit entre autres de réduire les frais de transport et le temps que passent les patients, notamment les femmes enceintes, à l'hôpital.

Une trentaine de pistes qui devraient permettre d'économiser "près de 3 milliards d'euros sur trois ans dont environ 715 millions d'euros la 1ère année en 2016". Dans un rapport consulté mercredi 1er juillet par l'AFP, l'Assurance maladie détaille ses propositions pour freiner les dépenses de santé. Elle y préconise notamment d'investir dans la prévention, d'améliorer les prescriptions ou de réduire les frais de transports.

Revue de détails avant la présentation jeudi de ce rapport annuel, intitulé "charges et produits", au conseil d'administration de la Cnamts (Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés).

  • Écourter la durée des séjours à l'hôpital

Le texte prévoit la poursuite du développement de l'ambulatoire, qui vise à écourter les durées de séjour à l'hôpital, notamment après un accouchement ou à la suite d'opérations orthopédiques, doit permettre d'économiser quelque 836,4 millions d'euros sur trois ans.

  • Réduire les frais de transports des patients

En outre, 546,8 millions d'économies sur trois ans sont également à trouver dans la régulation des dépenses de transports de patients qui ont explosé ces dernières années en raison d'un recours accru aux taxis, notamment via la "responsabilisation financière" des établissements de santé et l'expérimentation "d'une enveloppe" dédiée.

Lire aussi: une offre et un pilotage mal organisés

Notons à cet égard que le VTCiste Allocab a envoyé une lettre aux maires de France fin 2014 afin qu'ils appuient l'ouverture du marché aux voitures de transport avec chauffeur (VTC). Ce qui permettrait selon lui d'économiser 10% des dépenses...

  • Réduire le nombre d'arrêts maladie

Les médecins devront également revoir leurs ordonnances, pour poursuivre les efforts déjà réalisés dans la prescription de génériques notamment, ou pour enrayer la hausse des arrêts maladie.

Un meilleur respect des recommandations sur les prescriptions de médicaments antidiabétiques permettrait ainsi d'économiser 336 millions d'euros.

  • Prévenir les maladies chroniques avant leurs aggravations

Ce rapport vient par ailleurs mettre un accent particulier sur la prévention de l'obésité, du diabète et autres pathologies chroniques, ainsi qu'une amélioration de l'accès aux soins, notamment aux soins dentaires, pour éviter les dépenses ultérieures liées à l'aggravation de ces pathologies. La prévention des insuffisances rénales chroniques permettrait également d'économiser 127,5 millions d'euros.

Autre "enjeu crucial" pour les prochaines années, selon la Cnamts, une meilleure anticipation et organisation de "la diffusion des innovations thérapeutiques coûteuses", pour éviter que des prix exorbitants, comme ceux des nouveaux médicaments contre l'hépatite C, ne viennent grever les dépenses de l'Assurance maladie.

Des pistes déjà étudiées par le passé

Toutes ces pistes recoupent ou s'ajoutent à celles inscrites dans le plan triennal d'économies lancé par le gouvernement, qui vise plus de 10 milliards d'euros d'économies à l'horizon 2017 et repose notamment sur le virage ambulatoire et la pertinence des soins. Certains figuraient également dans le rapport annuel 2014 de l'Assurance maladie.

Le gouvernement s'étant "engagé à maîtriser la progression des dépenses d'assurance maladie à 1,75% en 2016", "3,4 milliards d'euros d'économies" seront à réaliser cette année-là "par rapport à la croissance tendancielle des dépenses", rappelle la Cnamts.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2015 à 0:07 :
Pour le moment, on paie avec retard, y compris pour des choses qui durent.
On demande par exemple un pneumologue pour de l'oxygène à une personne qui ne peut quitter sa maison, sauf en ambulance, aucun pneumo ne se déplaçant.
a écrit le 02/07/2015 à 11:32 :
Pourquoi ne pas faire un carnet de santé numérique individuel et obligatoire ou les medecins ecriraient tout leur observations, radio, scanner, médicaments On pourrait aussi écrire toute les allergies et intolérance du patient. Comme cela, nimporte quel medecins pourrait avoir accés facilement et rapidement aux informations utiles a chaques patient. De plus cela faciliterai la prévention et le parcour de soin. Donc des économies.... Pourquoi a l'heure du tout numérique la SECU n'y a pas encore pensé
Réponse de le 04/07/2015 à 14:28 :
Oui, oui, oui..

Et puis lorsqu'aucun assureur ne voudra assurer le prêt de votre maison car vous avez un GROS problème de santé ou lorsque la mutuelle (c'est ce qui est dans les tuyaux) augmentera votre prime annuelle car vous êtes un sujet à risque. Vous applaudirez la numérisation de votre vie "intime".

Et accessoirement, en matière de sécurité, la Sécurité Sociale ne fait que dans le social pas dans le numérique. C'est aussi ouvert que certaines chaînes de télé qui ont perdu leur antenne plusieurs heures!
a écrit le 02/07/2015 à 6:48 :
Et l'AME...

Ce serait - 2 milliards par an!
Réponse de le 02/07/2015 à 8:21 :
Ah non l'aide medicale gratuite aux etrangers ( n 'ayant jamais rien cotisé ) , on n'y touche pas , c est un totem .
Réponse de le 04/07/2015 à 14:31 :
Oui, Nain Connu... on vous a reconnu. Vous avez raison. C'est bien pour ça que pour vous 2017 ce sera le temps de la retraite! Après les claques électorales!
a écrit le 01/07/2015 à 20:13 :
La prévention, les médecins en font très peu. Cela parait étrange mais ils ont toujours eu comme principe de protéger la liberté de leurs patients. Or, la population ne peut à la fois être libre et surveillée...
C'est vrai que si les médecins se mettaient à nous surveiller, beaucoup de maladie diminueraient mais nous ne serions plus libres de manger ce que nous voulons, aller ou nous voulons, faire ce que nous voulons et fréquenter qui nous voulons.
Il suffit de voir la vie des sportifs de haut niveau, ils gagnent très bien leur vie mais ils sont en liberté surveillée perpétuelle... C'est le prix à payer pour être en bonne santé sous le regard d'aigle d'un médecin.
Quant aux pas doués qui voudraient faire un sport à risques, ils devraient se contenter de regarder faire les autres ... C'est vrai que cela éviterait pas mal d'entorses au ski...
a écrit le 01/07/2015 à 19:23 :
Pour limiter la fraude à l’Aide Médicale de l’Etat et le nombre de bénéficiaires de l’ AME, le gouvernement Fillon avait instauré en 2011 un droit de timbre de 30 euros. Ce système avait permis de réduire le nombre de bénéficiaires de l’aide médicale de l’Etat de 200 000, mais a été supprimé par le gouvernement Ayrault juste après l’élection de Hollande…
Réponse de le 01/07/2015 à 19:58 :
Il est vrai que si l'on réduisait et même supprimait l'AME aux étrangers qui viennent chez nous pour n'importe quel motif médical, pour donner un exemple : la procréation médicalement assistée alors qu'une femme française ne peut en avoir que 3 fois et les étrangères peuvent aller dans plusieurs villes de France sans problème...
Réponse de le 01/07/2015 à 19:58 :
Il est vrai que si l'on réduisait et même supprimait l'AME aux étrangers qui viennent chez nous pour n'importe quel motif médical, pour donner un exemple : la procréation médicalement assistée alors qu'une femme française ne peut en avoir que 3 fois et les étrangères peuvent aller dans plusieurs villes de France sans problème...
a écrit le 01/07/2015 à 18:38 :
tient en voilà une bonne idée, achever les malades ca fera des économies.
a écrit le 01/07/2015 à 17:22 :
1° limiter le nombre de consultations mensuelles par personnes, sauf certaines maladies
etc etc
Réponse de le 01/07/2015 à 18:40 :
vous parlez certainement de vos parents pour avoir un avis d'expert sur ce domaine.
Réponse de le 01/07/2015 à 19:19 :
C'est amusant de voir tant de "bonnes idées" comme les 3 jours de carences qui on supprimer les arrêts courtes durées et d'autant ou presque augmenté ceux de plus de 3 jours. Les seuls qui ont arrêter de prendre les arrêts de moins de 3 jours sont ceux qui en avait vraiment besoin pour éviter de propager une maladie comme la grippe par exemple. D’ailleurs j'espère que de plus en plus de travailleurs dans la force de l'âge refuse ce vaccin et que le jours où ils choppent la grippe qu'ils aillent bien la diffuser au travail histoire que l'état réfléchisse enfin aux absurdités qu'ils imposent.
a écrit le 01/07/2015 à 15:57 :
Pourquoi ne pas faire un carnet de santé numérique individuel et obligatoire ou les medecins ecriraient tout leur observations, radio, scanner, médicaments
On pourrait aussi écrire toute les allergies et intolérance du patient.
Comme cela, nimporte quel medecins pourrait avoir accés facilement et rapidement aux informations utiles a chaques patient.
De plus cela faciliterai la prévention et le parcour de soin. Donc des économies....
Pourquoi a l'heure du tout numérique la SECU n'y a pas encore pensé....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :