Commerce extérieur : le déficit de la France, le point noir du gouvernement

L'Insee a révisé à la baisse la contribution du commerce extérieur à la croissance française de 0,2 point. "Les exportations et les importations demeurent en 2021 à un niveau particulièrement dégradé, respectivement inférieures de 8,5% et 5,5% à leur niveau moyen de 2019" explique l'institut. Malgré un pic de croissance en 2021, les moteurs de l'appareil exportateur continuent de tousser. La publication des chiffres du commerce extérieur pour l'année 2021 prévue début février pourrait bien assombrir le bilan du gouvernement, à quelques semaines de l'élection présidentielle.
Grégoire Normand

7 mn

(Crédits : Reuters)

"La balance commerciale n'a cessé de se dégrader depuis 20 ans". Lors d'une réunion avec des journalistes à la fin de l'été 2021 à Bercy, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire broie du noir. "L'économie française ne serait plus agricole, ni industrielle. Je préfère Karl Marx à Michel Houellebecq. Il faut retrouver de la puissance industrielle. C'est l'angle mort de toutes les politiques économiques française", a-t-il regretté. A l'heure des bilans du quinquennat Macron, le commerce extérieur reste un point noir de l'économie tricolore.

Et les derniers chiffres de la croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2021 plus élevée qu'anticipé par l'Insee à 7% au lieu de 6,7% n'y changent rien. La balance commerciale reste largement déficitaire.

"L'année 2021 a été moins positive pour la balance commerciale (que la croissance). Les échanges extérieurs ont augmenté beaucoup moins vite que la croissance du PIB. Certains secteurs comme l'aéronautique ou le tourisme ont encore été affectés. L'orientation de l'économie française est moins dirigée vers des secteurs porteurs. La croissance en 2021 a surtout été portée par la consommation extérieure", a résumé l'économiste d'ING en charge de la France, Charlotte de Montpellier, interrogée par La Tribune.

Si l'exécutif s'est empressé de se féliciter du pic de croissance en 2021 ce vendredi, il reste beaucoup plus silencieux sur le déficit commercial.

Lire aussi 2 mnAvec un bond de 7% selon l'Insee, la croissance française a été encore plus forte que prévu

Le commerce extérieur reste bien en deça de son niveau d'avant crise

Le niveau des exportations et des importations demeurent bien inférieur au niveau enregistré avant la pandémie. "En moyenne annuelle, les exportations et les importations demeurent en 2021 à un niveau particulièrement dégradé, respectivement inférieures de 8,5 % et 5,5 % à leur niveau moyen de 2019", soulignent les statisticiens. Il faut rappeler que la fermeture des frontières et des ports de commerce au printemps 2020 a profondément chamboulé le commerce mondial.

En seulement quelques semaines, les chaînes logistiques sur la planète ont été mises à rude épreuve pour un grand nombre de pays très dépendants des pays producteurs de médicaments, de masques ou de matériel pour les hôpitaux. A ces pénuries s'est ajoutée la crise des semi-conducteurs et d'autres composants électroniques utilisés dans un grand nombre d'industries.

Si la contribution du commerce extérieur tricolore est légèrement positive en 2021 de 0,2 point, les entreprises exportatrices sont loin d'être le moteur de l'activité. "La contribution positive du commerce extérieur en 2021 peut s'expliquer car au pire de la crise en 2020 les exportations avaient chuté beaucoup plus fortement que les importations. Au moment de la reprise, les exportations ont fortement rebondi par un effet mécanique", rappelle Charlotte de Montpellier. En outre, l'Insee a révisé à la baisse la contribution du commerce extérieur à la croissance en 2021 de 0,2 point par rapport à la note de conjoncture de décembre.

La dépendance énergétique et la spécialisation peuvent fragiliser le commerce extérieur

Compétitivité-prix, compétitivité hors prix, spécialisation sectorielle et géographique, politique économique, mondialisation...de nombreux facteurs structurels et conjoncturels peuvent expliquer la déroute du commerce extérieur tricolore. La fièvre des prix de l'énergie en 2021 liée notamment au fort rebond de l'économie mondiale a renchéri le coût des importations dans de nombreux secteurs. "La hausse de prix de l'énergie pèsent sur l'ensemble de l'Europe. La France et l'Europe sont dépendantes du reste du monde. Le renchérissement des prix de l'énergie peut donc avoir un impact sur les échanges extérieurs. Cela pèse sur l'économie tricolore", ajoute Charlotte de Montpellier. Les importations de gaz et de pétrole en France creusent mécaniquement le déficit commercial de l'économie tricolore. Et la situation ne devrait pas s'arranger avec les tensions aux portes de l'Europe entre l'Ukraine et la Russie.

Lire aussi 5 mnTensions en Ukraine : l'énergie, talon d'Achille de l'Allemagne face à la Russie

A cela s'ajoute la forte spécialisation de l'appareil exportateur français sur le matériel aéronautique. La propagation de la pandémie sur toute la planète depuis deux ans a mis un violent coup d'arrêt aux exportations de la filière aéronautique française. Pourtant, le poids de cette filière dans la balance commerciale française n'a cessé de s'envoler. En effet, l'aéronautique est avec quelques autres grands secteurs comme la chimie, les parfums et cosmétiques, les produits agricoles et agroalimentaires ainsi que la pharmacie un secteur largement excédentaire en 2019. Résultat, l'effondrement de 2020 des exportations de matériel aéronautique a provoqué un véritable séisme sur toute la filière.

Enfin, la balance commerciale hexagonale est devenue négative dans le milieu des années 2000 en raison notamment des pertes de compétitivité à l'égard de l'Allemagne qui a comprimé les salaires, "mais aussi sous l'effet d'une spécialisation géographique qui a joué notamment au détriment des exportations, avec notamment l'entrée de la Chine dans l'organisation mondiale du commerce", soulignent les économistes de l'OFCE Hervé Péléraux et Mathieu Plane dans l'ouvrage "L'économie française 2021" (éditions La Découverte).

Un déficit chronique depuis près de 20 ans

La dégradation de la balance commerciale est loin d'être un phénomène récent. La commission d'enquête parlementaire qui a récemment interrogé plus de 135 personnes et dévoilé un volumineux rapport de plus de 450 pages soulignent que "la désindustrialisation et la balance commerciale sont deux sujets intimement liés". Le constat est dorénavant bien connu, la part de l'industrie dans le produit intérieur brut tricolore s'effondre depuis des décennies. Et cette tendance de long terme est loin de concerner seulement la France. Hormis quelques exceptions comme l'Allemagne, la plupart des grands pays européens sont également concernés par cette chute abyssale.

Des perspectives assombries en 2022

L'économie française entame 2022 dans un épais brouillard. L'éruption du variant Omicron dans les chaînes de contamination partout en Europe, les records de contamination quotidiens, les difficultés d'approvisionnement et les poussées inflationnistes plombent le moral des chefs d'entreprise rappelle une récente enquête menée par OpinionWay pour La Tribune et le réseau des chambres de commerce et d'industrie (CCI).

A cela s'ajoute le coup de frein de la croissance mondiale attendue en 2022. Le ralentissement plus fort qu'anticipé de la croissance en Chine et aux Etats-Unis pourraient avoir des répercussions sur les échanges mondiaux rappelle le Fonds monétaire international dans la mise à jour de ses dernières perspectives. "Sur les marchés de l'énergie, les risques ne sont pas à la baisse. La situation géopolitique en Ukraine et en Russie pèse déjà. L'économie française est en phase d'atterrissage. La demande se modère en Chine. Après cette reprise, il y a un ralentissement de l'activité à prévoir au niveau global", résume Charlotte de Montpellier. "On peut s'attendre à un ralentissement du commerce extérieur en 2022",complète-t-elle. A quelques semaines de la présidentielle, la publication des derniers chiffres du commerce extérieur en 2021 pourrait bien assombrir le bilan du gouvernement.

Grégoire Normand

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 31/01/2022 à 10:06
Signaler
Les causes sont très bien connues. hyperréglementation paralysante, hypertaxation, multiples erreurs stratégiques, exil des talents, système sclérosé, etc ...

à écrit le 30/01/2022 à 18:31
Signaler
Hélas, année après année c'est la même rengaine. Nous sommes devenus un nain économique pour preuve le déficit structurel grandissant alors que les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne engrangent des excédents énormes depuis toujours. Les produits que nou...

à écrit le 30/01/2022 à 13:38
Signaler
C'est pour éviter que la France sorte de ce bourbier que le cheval EDF qui produisait l'électricité la moins cher d'Europe de plus décarbonée ! Donner à nos entreprises et a nos citoyens un avantage sur les autres pays. l'Europe et l'Allemagne voya...

à écrit le 30/01/2022 à 11:36
Signaler
business france, organisme publique disposant d antennes dans chaque ambassade, les directeur sont que des fils de et filles de, ne maitrisant ni la langue ni culture locale. exemple en ukraine, roumanie ...les directeurs sont incompetents, surpayés ...

à écrit le 29/01/2022 à 14:54
Signaler
Ok le déficit commercial est tragiquement en train de s'aggraver. Mais pour le reste ? La croissance économique de 2021 n'était qu'un rattrapage partiel de la perte de 2020, tout en ayant cramé 500 milliards d'euros pour arriver à ce piètre résultat....

à écrit le 29/01/2022 à 10:46
Signaler
Alain Madelin, ancien ministre, déclarait dans un article de La Tribune le 1er juin 2011 : «  Derrière le film catastrophe de la désindustrialisation que la France aime se projeter, la baisse de nos effectifs industriels a deux causes essentielles. D...

le 29/01/2022 à 16:22
Signaler
Les raisons que vous donnez sont certes vraies mais insuffisantes. Je pense qu'une partie non négligeable du problème vient de notre dépossession de l'outil industriel. Beaucoup de boites Françaises sont passées sous pavillon étranger soit par invest...

le 30/01/2022 à 9:19
Signaler
Comment expliquer notre déficit extérieur de presque 100 milliards et en constante aggravation avec les 250 milliards d'excédent de l'Allemagne, tjrs de plus en plus excédentaire dans son histoire ?

à écrit le 29/01/2022 à 10:04
Signaler
Nous sommes a presque 100 milliards de déficit commercial quand l'Allemagne est excédentaire de plus de 250 milliards. Le commerce extérieur est la vrai mesure de notre déclassement depuis 30 ans, économie de la consommation et pas de la production c...

le 29/01/2022 à 16:33
Signaler
Notre taxe sur la production est encore supérieure de 50 Milliards d'Euros à celle de l'Allemagne. Ceci explique aussi notre déficit commercial car il rend notre production plus onéreuse.

à écrit le 29/01/2022 à 10:02
Signaler
Bilan du dumping social mondial et européen comme si on en avait besoin.

à écrit le 29/01/2022 à 1:51
Signaler
Le pic de croissance de l'ordre de 1%. Pas de quoi pavoiser. Degager cet incapable serait salutaire.

le 29/01/2022 à 8:16
Signaler
cela est evident quand plusieurs ancien er ministre francais sont pour la delocalisation en chine et le dise chaque jour a la tele

à écrit le 28/01/2022 à 17:30
Signaler
avec ca on nous vente la croissance à ,plus 7 MAIS EN 2020 moins 8 donc en realite nous sommes à moins 1 bas tres correct de se pavaner devant les medias

le 29/01/2022 à 19:14
Signaler
Non pas moins un... quand sur base 100 vous descendez de 8 % et remonter de 7 % cela fait - 1,56 %.. si vous baisser de 50% il faut remonter de 100 % pour retrouver vos petits..

le 29/01/2022 à 19:14
Signaler
Non pas moins un... quand sur base 100 vous descendez de 8 % et remonter de 7 % cela fait - 1,56 %.. si vous baisser de 50% il faut remonter de 100 % pour retrouver vos petits..

à écrit le 28/01/2022 à 17:29
Signaler
Et oui, à force de tout mettre sous le tapis, ça va finir par se voir. Mais pas de problème, c'est son successeur qui paiera l'addition

à écrit le 28/01/2022 à 17:21
Signaler
Déficit extérieur record avec Macron mais pas que.. F Asselineau : "CROISSANCE PHÉNOMÉNALE OU RÉCESSION LAMENTABLE ? Le gouvernement présente la 1re estimation de la croissance 2021 de +7% comme du jamais vu depuis 1970 Sauf qu'après la ch...

à écrit le 28/01/2022 à 17:15
Signaler
M.Macron serait parfait en Ministre des Affaires étrangères...

à écrit le 28/01/2022 à 17:11
Signaler
Mr MACRON n'a pas tenu ses promesses de diminution de l'etat ex la diminution du nombre d'elus et tout les nantis qui tournent autour ex assistants, chauffeurs secretaire etc etc donc les charges n'ont pas diminues !!!!! l'exportation en est impact...

à écrit le 28/01/2022 à 16:59
Signaler
Heureusement que la France a Airbus, sinon.....

le 29/01/2022 à 16:53
Signaler
Votre formulation peut laisser penser qu'Airbus est Français. Ben non, l'état Français ne possède que 11% d'Airbus ainsi que l'Allemagne. L'Espagne possède lui 4,12%. Le flottant en bourse représente un peu moins de 74% dont je suis prêt à parier qu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.