Coronavirus : les centres-villes "naviguent à vue"

 |   |  274  mots
(Crédits : Reuters)
La fédération nationale des centres-villes Vitrines de France demande la suspension "provisoire" des impôts locaux.

Après la crise des "gilets jaunes" et les grèves dans les transports en commun, le coronavirus impacte de plein fouet les cœurs de ville.

En première ligne, la fédération nationale des centres-villes Vitrines de France rassemble 650 adhérents, des commerçants aux collectivités territoriales en passant par les chambres consulaires. En temps normal, la FNCV développe des sites Internet, des applications mobiles et tablettes, des chèques cadeaux ou des cartes fidélité dans 400 villes de même qu'elle conseille, apporte son expertise et relève les bonnes et mauvaises pratiques des siens.

Vers une suspension des impôts locaux ?

Maintenant que tout est fermé, "nous devons nous entraider de la meilleur façon possible", confie à La Tribune son président Jean-Pierre Lehmann, tout juste sorti d'une réunion de trois heures avec son équipe permanente de cinq personnes pour répondre aux appels et aux mails. Parmi les questions les plus fréquentes, deux reviennent souvent: "Pourquoi interdit-on aux commerçants indépendants de vendre du textile toujours disponible dans les hypermarchés ?" et "Pourquoi X est-il fermé alors que Y peut continuer à vendre des clous et des marteaux ?"

Interlocuteur régulier du gouvernement, le patron de Vitrines de France dit  "naviguer à vue""Nous relayons les informations, de même que nous avons fait des demandes pour que la situation soit la moins catastrophique", explique-t-il. Jean-Pierre Lehmann a également prié les municipalités, départements et régions pour que les impôts locaux, et notamment sur le foncier, soient "provisoirement suspendus". Il espère même la suppression de la taxe sur les enseignes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :