Covid-19 : après les Antilles, la situation en PACA, Occitanie et Corse inquiète le gouvernement

La crise sanitaire va durer "encore plusieurs mois", a prévenu Emmanuel Macron à l'issue du Conseil de défense ce mercredi. L'exécutif compte sur la poursuite de la vaccination pour lutter contre le Covid-19. A ce jour, "37,8 millions de Français" ont reçu les deux doses. Le chef de l'Etat a justifié l'obligation du pass sanitaire pour les restaurants et les bars, en rappelant qu'ils avaient bénéficié d'aides publiques pour les soutenir durant les confinements.
Jamais dans notre histoire une crise d'une telle ampleur n'a été combattue de manière aussi démocratique, s'est défendu le chef de l'État face aux accusations de dictature sanitaire portées par certains opposants à la vaccination et au pass sanitaire.
"Jamais dans notre histoire une crise d'une telle ampleur n'a été combattue de manière aussi démocratique", s'est défendu le chef de l'État face aux accusations de "dictature sanitaire" portées par certains opposants à la vaccination et au pass sanitaire. (Crédits : ERIC GAILLARD)

"La crise sanitaire n'est pas derrière nous, très clairement, nous allons vivre pendant encore plusieurs mois avec le virus", a averti mercredi Emmanuel Macron, tandis que les taux d'incidence du Covid-19 et la pression hospitalières s'aggravent dans les Antilles. C'est depuis le Fort de Brégançon, en visioconférence, que le chef de l'Etat a tenu un Conseil de défense sanitaire mercredi pour faire un point sur l'épidémie.

Face à la recrudescence du variant Delta, le président a souligné "l'état des lieux préoccupant" en régions Provence-Alpes-Côte d'Azur, Corse et Occitanie, où le taux d'incidence dépasse les 500 cas pour 100.000 et fait craindre une montée de la pression hospitalière, a-t-il ajouté.

Dans ces trois régions, le taux des personnes entièrement vaccinées dépassent les 50% par département, selon les derniers chiffres de Santé Publique France, à l'exception de la Haute-Corse (49,7%) et des Alpes-de-Haute-Provence (49,1%). Certains départements très fréquentés pendant la période estivale ont même un taux plus élevé, notamment en Ariège (63%), dans les Hautes-Pyrénées (65,2%), dans les Pyrénées-Orientales (61,1%), ou encore dans les Alpes-Maritimes (60,5%).

Au niveau national, Emmanuel Macron l'a aussi rappelé : "nous avons dépassé en début de semaine les 9.000 hospitalisations pour Covid", en soulignant que "la barre des 1.600 patients en réanimation a également été franchie".

La faible vaccination dans les Antilles

En revanche, la situation est nettement plus inquiétante aux Antilles, où l'on compte, selon Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, plus de 1.700 nouveaux cas pour 100.000 habitants en Guadeloupe et 1.200 en Martinique où à peine 22% de la population a reçu une première dose. De même, en Guadeloupe, moins de 20% de la population a reçu les deux injections. Entre le 2 et le 8 août, 14 personnes y sont décédées.

"Nous allons devoir durcir le confinement" à partir de vendredi en Guadeloupe, sur le modèle de celui mis en place depuis mardi en Martinique, a insisté Sébastien Lecornu à son arrivée sur l'île mercredi. Les modalités devraient être précisées par le préfet en fin de journée.

En Martinique, soumise à un confinement partiel depuis le 30 juillet, les commerces (sauf les commerces alimentaires et les pharmacies) sont désormais fermés, de même que les locations saisonnières et les hôtels (sauf pour l'accueil de professionnels et résidents), les lieux de culture et de loisir dont les plages. Les déplacements sont restreints à un kilomètre maximum autour du domicile, contre 10 km jusque-là.

La vaccination pour "tous les Français qui peuvent être vaccinés"

"L'objectif que je vais vous fixer est très simple: c'est la vaccination de tous les Français qui peuvent être vaccinés", a répété le chef de l'Etat, fixant comme objectif minimum "50 millions de vaccinés à la fin du mois d'août". "Nous sommes en bonne voie", puisque "37,8 millions de Français" sont déjà complètement vaccinés, a-t-il précisé.

Face à l'opposition sur le pass sanitaire : le donnant-donnant

"Jamais dans notre histoire une crise d'une telle ampleur n'a été combattue de manière aussi démocratique", s'est défendu le chef de l'État face aux accusations de "dictature sanitaire" portées par certains opposants à la vaccination et au pass sanitaire.

Il a aussi jugé "légitime" de demander aux restaurateurs et responsables de lieux culturels et touristiques de prendre leur "part de responsabilité" dans les contrôles des pass sanitaires à l'entrée de leurs établissements, car ils "savent que le gouvernement, l'Etat, ont été là lorsque les temps difficiles étaient présents".

"Nos institutions fonctionnent", a-t-il assuré. "Nous devons poursuivre sur cette voie, celle de la confiance sans cesse renouvelée dans nos institutions comme celle de la mobilisation des savoirs scientifiques qui seuls doivent prévaloir", a affirmé le président.

(Avec agences)

Lire aussi 4 mnLe coût financier et social du pass sanitaire suscite de plus en plus de critiques

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 13/08/2021 à 6:23
Signaler
Un champion votre micron.

à écrit le 13/08/2021 à 2:04
Signaler
Un champion ce micron.

à écrit le 12/08/2021 à 14:47
Signaler
Il ne serait pas un peu hypocondriaque ce gouvernement ?

à écrit le 11/08/2021 à 21:04
Signaler
Toujours conseillé par Défréchi ?

à écrit le 11/08/2021 à 21:00
Signaler
Mai 2022 , ça va être très très long.

à écrit le 11/08/2021 à 20:52
Signaler
Le vaccin libère.

à écrit le 11/08/2021 à 20:41
Signaler
Vacciner libère.

à écrit le 11/08/2021 à 18:49
Signaler
Le porte-parole du gouvernement a confirmé que l'exécutif mettrait fin à «la gratuité des tests or prescription médicale». La mesure devrait entrer en vigueur à la «mi-octobre». «Les tests ne protègent pas. Les tests à répétition n'empêchent pas d'al...

à écrit le 11/08/2021 à 18:46
Signaler
"Jamais dans notre histoire une crise d'une telle ampleur n'a été combattue de manière aussi démocratique", s'est défendu le chef de l'État " Tu m’étonnes faire ch...67 millions d'habitants depuis 18 mois pour leur coller de force au final un vacc...

à écrit le 11/08/2021 à 18:26
Signaler
"Nous sommes en bonne voie", puisque "37,8 millions de Français" sont déjà complètement vaccinés, a-t-il précisé". Et bientôt une troisième doses pour ceux-la ,ah,ah.Sinon, on peut rappeler pour la énième fois que les 'cas' c'est du vent car 99,9%...

à écrit le 11/08/2021 à 16:36
Signaler
Selon certains, un vacciné complet, qui peut être porteur et transmetteur du virus rappelons-le, a plus de droits (dont non port du masque en intérieur), que quelqu'un qui vient de se faire tester négativement à l'instant. Cherchez l'erreur. Financiè...

à écrit le 11/08/2021 à 16:04
Signaler
a la lecture du docteur Martin le pass sanitaire n a aucune utilité ( m s n )

à écrit le 11/08/2021 à 15:13
Signaler
Évidemment que ça va durer plusieurs mois et même plusieurs années, puisque c'est le plan prévu à l'origine.

le 11/08/2021 à 17:21
Signaler
Il y en a qui ont des idées fixes.

à écrit le 11/08/2021 à 14:32
Signaler
A ce jour, "37,8 millions de Français" ont reçu les deux doses...***... et qui restent porteurs du covid ...***... et qui se dispensent des mesures barrières ...***... et qui voyagent, font la fête, multiplient les cas contacts ...***... et qui cont...

le 11/08/2021 à 15:01
Signaler
pour votre gouverne nous sommes partis en corse fin juin 2021 par bateau avec vaccination complète qrcode attestation ars corse bref on a pris le bateau a toulon pas de contrôle sanitaire ni pièces d identité la vrai passoire et après on vient se pla...

le 11/08/2021 à 15:10
Signaler
@enchaîne : soyez plus précis parce que les comportements que vous décrivez différent selon les catégories de population.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.