COVID-19 en 24h : Feu vert pour AstraZeneca, retards des labos, Janet Yellen...

 |  | 1600 mots
Lecture 9 min.
(Crédits : Jonathan Ernst)
Voici les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.
  • L'INFO À SUIVRE - Retards de livraison des laboratoires : l'UE met en place le contrôle des exportations de vaccins

Bruxelles a adopté un mécanisme permettant de contrôler les exportations hors de l'UE des vaccins qui y sont produits et empêcher la sortie de doses destinées aux Européens, a annoncé vendredi le commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis.

La Commission européenne, sous pression après l'annonce de retards de livraisons du laboratoire AstraZeneca, a adopté vendredi cette réglementation soumettant les vaccins à "une autorisation d'exportation", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

L'objectif est "d'avoir des informations exactes sur la production de vaccins et (savoir) où les entreprises veulent les envoyer", a expliqué M. Dombrovskis, également vice-président de la Commission, et ce, pour éviter que des laboratoires exportent ailleurs des doses qu'elles seraient contractuellement tenues de livrer aux pays de l'UE.

Le dispositif -qui avait été présentée ces derniers jours par l'exécutif européen- doit être publié dès ce vendredi au journal officiel de l'UE pour entrer en vigueur samedi.

Lire aussi : Vaccinations interrompues en Île-de-France, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté

  • LE CHIFFRE - 60% : le taux d'efficacité du vaccin AstraZeneca qui a reçu le feu vert de l'UE

L'Agence européenne des médicaments a approuvé vendredi l'utilisation dans l'Union européenne du vaccin AstraZeneca/Oxford contre le Covid-19, à partir de 18 ans, affirmant que le vaccin est également adapté aux personnes âgées. Les pays de l'UE guettaient la décision de l'EMA, se demandant si elle allait ou non suivre l'exemple de la commission de vaccination allemande, qui a déconseillé jeudi ce vaccin pour les plus de 65 ans, évoquant des données "insuffisantes".

"Avec la recommandation d'aujourd'hui, nous élargissons encore la gamme de vaccins contre le Covid-19 disponibles pour les Etats de l'UE afin de maîtriser la pandémie", a déclaré la directrice exécutive de l'EMA, Emer Cooke, lors d'une conférence de presse en ligne.

L'EMA, qui siège à Amsterdam, a déclaré que le vaccin avait démontré une efficacité de 60% dans divers essais cliniques. AstraZeneca avait précédemment défendu l'efficacité de son vaccin pour toutes les tranches d'âge, aux côtés du Royaume-Uni, où il a déjà été largement utilisé sur des personnes âgées. Le groupe pharmaceutique suédo-britannique a salué le feu vert donné à son vaccin et assuré travailler à "un accès large et équitable" au produit.

  • LA PHRASE -« Il ne peut pas y avoir d'un côté un retard significatif des livraisons à l'égard de l'Europe et de l'autre des livraisons qui sont maintenues ou accélérées vers un autre pays »

C'est la phrase qu'a martelé, sans préciser notamment s'il visait le Royaume-Uni, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune, en précisant qu'il fallait "clarifier" les retards de livraison du vaccin contre le Covid d'AstraZeneca à l'UE et après avoir averti que les Européens ne pouvaient être pénalisés au bénéfice d'un "autre pays".

Lire aussi : Vaccins: l'UE menace les laboratoires de contrôler leurs exportations s'ils ne livrent pas les doses prévues

  • LE GRAPHIQUE - Le logement durement touché par la crise en 2020

Frappée par la crise, la construction de logements a chuté en 2020 en France, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique publiés en janvier. Sur l'ensemble de l'année, 381.600 logements ont été autorisés à la construction, soit 65.800 de moins qu'en 2019 (- 14,7%). Dans le même temps, 376.700 logements ont été mis en chantier, soit 28.200 de moins (- 6,9%) que l'année précédente.

La chute a été particulièrement brutale au printemps 2020, lors du premier confinement. Marqués par des restrictions très sévères et des incertitudes sur les activités autorisées, de nombreux chantiers ont en effet été bloqués le temps de mettre en place des mesures de sécurité sanitaire. Plus léger, le reconfinement de fin d'année a eu moins d'effets. Mais c'est surtout l'avenir qui s'annonce difficile. Indicateur de l'évolution à venir, la chute du nombre de permis de construire signifie que le recul de la création de logements risque encore de s'accentuer dans les mois à venir.

Lire aussi : Comment la crise sanitaire métamorphose logements et bureaux

 EN RÉGIONS -

Comment la pandémie booste la division santé du groupe ARaymond à Grenoble

En ce début d'année, et alors que la pandémie occupe toujours largement l'actualité avec la perspective d'une 3e reconfinement qui semble se préciser, ARaymondlife constate une accélération fulgurante des ventes de son bouchon plastique tout-en-un. Avec notamment une commande d'envergure : celle du gouvernement canadien. Des millions de bouchons sortiront ainsi de l'usine grenobloise, d'ici la fin du printemps, pour fermer les flacons canadiens de vaccins contre le Covid-19.

Lire aussi : Comment la pandémie booste la division santé du groupe ARaymond à Grenoble

"Quand l'aéronautique repartira, la filière aura besoin de gens formés et de savoir-faire"

INTERVIEW. Quelles sont les perspectives d'emploi pour les étudiants dans la filière aéronautique ? Quelles sont les compétences recherchées par les entreprises ? Faut-il se tourner vers les acteurs de la défense et du spatial ? Alors que le secteur traverse une crise majeure, Franck Cazaurang, directeur de l'Institut Evering, qui regroupe des formations en ingénierie et maintenance des systèmes aéronautiques sur le campus bordelais, explique à La Tribune pourquoi il reste optimiste sur les possibilités d'insertion de ses futurs diplômés.

Lire aussi : "Quand l'aéronautique repartira, la filière aura besoin de gens formés et de savoir-faire"

À L'ÉTRANGER -

Faute de stocks, une vaccination au ralenti, voire à l'arrêt, en Espagne

Sur fond de retards de livraisons de vaccins en Europe, la situation devient critique en Espagne, où certaines régions ont dû ralentir leurs campagnes de vaccination, voire, comme à Madrid, arrêter d'injecter de premières doses.

Comme les autres pays de l'UE, l'Espagne avait sécurisé des dizaines de millions de doses en vue de tenir un objectif de vacciner 70% de ses 47 millions d'habitants d'ici à la fin de l'été.

Mais les difficultés des laboratoires à tenir les cadences pour honorer leurs contrats mettent les 17 régions espagnoles, compétentes en matière de santé et responsables des campagnes de vaccination, sous une intense pression.

"Nous avons dû suspendre l'administration de nouvelles premières doses pour au moins deux semaines en raison du manque de vaccins" afin d'être sûrs de pouvoir injecter les deuxièmes doses, a indiqué mercredi le numéro deux de la région de Madrid, Ignacio Aguado.

En Catalogne (nord-est), les autorités ont également averti que leurs réserves étaient presque épuisées et que leurs réfrigérateurs "seraient vides" dans quelques jours, faute de livraisons.

Et l'Andalousie (sud), région la plus peuplée du pays, a même dû arrêter totalement de vacciner samedi et dimanche derniers.

"Comme aucun vaccin ne nous est parvenu la semaine dernière, nous avons dû puiser dans nos réserves stratégiques, qui s'épuisent peu à peu, et arrêter de vacciner le weekend pour pouvoir continuer le lundi", indique une source au sein du gouvernement régional.

Finalement, le gouvernement central a envoyé dans cette région un stock de 79.500 vaccins pour que la campagne puisse reprendre.

Etats-Unis: il faut agir "maintenant", et adopter le plan de relance (Yellen)

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a de nouveau souligné l'importance d'agir "maintenant", et d'adopter rapidement le plan de relance de 1.900 milliards de dollars présenté par Joe Biden, dont les bénéfices à long terme seront "largement supérieurs aux coûts".

"Nous devons agir maintenant, et les bénéfices d'une action forte immédiate seront largement supérieurs aux coûts à long terme", a-t-elle indiqué à des journalistes depuis la Maison Blanche, après un entretien avec le président.

"Le coût de l'inaction sera bien plus élevé que le coût d'une action, d'une action forte", a-t-elle martelé, alors qu'une partie des républicains sont opposés à une telle dépense.

"Les économistes s'entendent pour dire que sans nouvelle aide, de nombreuses autres personnes perdront leur petite entreprise, le toit au-dessus de leur tête et leur capacité à nourrir leur famille. Et nous devons les aider avant que le virus ne soit sous contrôle" à mesure que de plus en plus d'Américains seront vaccinés, a encore plaidé la secrétaire au Trésor.

La nouvelle administration espère réussir à convaincre les élus du Congrès d'adopter rapidement ce plan d'urgence, qui comprend de nouveaux chèques pour les ménages, des droits au chômages étendus, mais aussi des fonds pour aider les villes et Etats du pays à rouvrir les écoles et accélérer le rythme des tests et vaccinations.

"Nous avons appris des crises précédentes que le risque n'est pas de faire trop, le risque est de ne pas faire assez. Et c'est maintenant le moment d'agir", a martelé le président Joe Biden, à l'issue de cette rencontre également.

Plus de 18 millions d'Américains touchent actuellement le chômage.

Ce plan d'urgence doit être suivi d'un plan d'investissements, qui n'a pas encore été présenté, et doit créer des "millions d'emplois bien payés", autour des infrastructures et des énergies renouvelables.

Lire aussi : La présidence Biden va durcir le ton sur la régulation des GAFAM

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2021 à 9:42 :
60% à savoir presque seulement une chance sur deux sans rire ? ^^

Au moins on se marre hein !
Réponse de le 01/02/2021 à 10:50 :
Qui test ces vaccins, si ils étaient constitue de serum phy croyez vous qu'on l'aurait détecté? On nous propose des vaccins, qu'ils fonctionnent ou non nos politiciens s'en moque ils foncent dessus, mais pas trop vite, trop de risque que des gilets jaunes retourne en vacances et faire du camping sur les ronds points...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :