Écoles, commerces, durée... les incertitudes du prochain confinement seraient levées d'ici lundi

 |  | 906 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Benoit Tessier)
Le président de la République pourrait annoncer ce week-end ou lundi les mesures qui doivent entériner un nouveau confinement. Sur Twitter, un mouvement contre ces nouvelles restrictions donne de la voix pour s'opposer aux interdictions et aux nouvelles règles à venir.

La deuxième séquence gouvernementale, celle de l'annonce de nouvelles mesures pour ralentir les chiffres du Covid, est en marche. Après avoir fait le constat que « le couvre-feu (n'était) pas suffisant face aux variants du coronavirus » par la voix du ministre Olivier Véran, l'exécutif se rapproche de l'échéance d'une intervention pour annoncer une nouvelle stratégie. Tout l'enjeu pour lui, face à un rejet latent de la population d'un troisième confinement, est de préparer les esprits.

Or, c'est loin d'être acquis. Sur Twitter, un mouvement d'opposition aux prochaines restrictions émergeait sous les hashtags #JeNeMeConfineraiPas et #DesobeissanceCivile, comme le relevait la plateforme de veille des réseaux sociaux Visibrain. D'autres récurrences de termes ont été observées telles « Liberté » pour dénoncer une entrave aux libertés des citoyens, #DictatureSanitaire, #JouvreMonResto, #Resistance. Depuis vendredi 22 janvier, 219.387 messages ont ainsi été publiés sur le site de microblogging, selon Visibrain.

L'exécutif est face à son dilemme. Emmanuel Macron pourrait annoncer ce week-end ou lundi ces mesures, qui feront l'objet d'un débat et d'un vote symbolique au Parlement la semaine prochaine, a-t-on appris de plusieurs responsables politiques ayant participé jeudi à des réunions avec le Premier ministre Jean Castex.

Le conseil scientifique recommande de laisser les écoles ouvertes

Quelles formes prendront ces nouvelles restrictions ? C'est tout l'enjeu de ces prochains jours, même si, face au risque de saturation des hôpitaux et à la déprogrammation d'opération, les options de l'État sont limitées.

Deux scénarios semblaient sortir du lot cette semaine : un confinement seulement les week-ends - qui semble toutefois insuffisant face aux bilans sanitaires locaux -, ou encore l'allongement des vacances de février avec l'interdiction des déplacements inter-régionaux.

« Il est évidemment possible de réfléchir à allonger les vacances d'un côté ou de l'autre. Mais notre objectif est que les enfants puissent continuer à apprendre », a confirmé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, alors que le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer milite plutôt pour « préserver les calendriers autant qu'on peut ».

Point clé pour les foyers avec enfants qui bouleverse l'organisation des salariés, surtout ceux en télétravail : la fermeture des écoles. Le conseil scientifique reste, lui, ce vendredi favorable à l'ouverture des écoles en France malgré l'arrivée de variants.

« Nous recommandions, y compris avec les variants, la poursuite de l'ouverture des écoles, parce qu'il y a d'autres enjeux (...) qui sont des enjeux sociétaux et en particulier pour les enfants qui sont issus des classes les plus fragiles ou socialement défavorisées. Nous restons pour l'instant sur cette position. (...) Les enfants sont aussi un facteur de transmission mais ils ne sont pas un facteur de transmission particulièrement impliqué dans la transmission de ces variants », selon les propos de son président Jean-François Delfraissy, rapportés par Reuters.

Et les commerces ?

Des discussions sont également en cours sur un éventuel durcissement du protocole sanitaire dans les commerces, notamment les grandes surfaces alimentaires, a indiqué le président de l'enseigne Système U, Dominique Schelcher.

Une chose reste acquise : la succession des concertations menées à Matignon par Jean Castex ont fait émerger « un consensus autour de la fragilité de la situation épidémique, et un second consensus qui découle directement du premier, (...) la nécessité de prendre des mesures supplémentaires pour freiner la circulation du virus dans les prochains jours », a rapporté le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue des réunions.

L'hypothèse d'un troisième confinement a constamment plané sur les échanges.

Un week-end décisif

« Sincèrement rien n'est décidé. Il y a une borne à samedi pour faire un point sur les effets du couvre-feu », a indiqué une source gouvernementale. De fait, sont attendus les résultats du couvre-feu à 18h avec deux semaines de recul (c'est à dire ce week-end), et de nouvelles données sur la propagation des variants anglais et sud-africain plus contagieux.

Les variants du virus, qui se sont diffusés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud et qui représenteraient désormais un dixième des cas en France (2.000 par jour), « sont susceptibles d'entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes compte-tenu de (leur) forte contagiosité », a mis en garde le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'un point presse jeudi après-midi.

Chaque jour apparaissent de nouveaux indicateurs de dégradation économique: ainsi, la construction de logements a baissé de 6,9% en 2020 et la tendance s'annonce encore pire pour les mois à venir, selon des chiffres officiels de jeudi du gouvernement. La veille, les chiffres de l'emploi ont montré que le nombre de chômeurs a augmenté de 7,5% en 2020 par rapport à l'année précédente.

Les hôpitaux ont enregistré 11.219 nouvelles hospitalisations de malades du Covid-19 sur les sept derniers jours, contre 11.271 mercredi. Parmi eux, 1.800 ont dû être admis dans un service de réanimation, contre 1.789 la veille (total sur sept jours).

Alors que certaines régions sont désormais en situation de pénurie de vaccins, le ministère de la Santé prévoit que 2,4 millions d'injections seront réalisées en février, dont 1 million de premières injections, contre 1,35 million de doses au total au cours du premier mois de la campagne de vaccination.

Lire aussi : COVID-19 en 24h : vaccination interrompue en régions, rebond des Bourses, Sanofi...

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2021 à 15:55 :
La vie n'est plus supportable La pandémie Est en train De foutre la France en l'air Matinée les gens qui travaillent En priorité Mais bon Pas de Vaccin Pas de masque Il manque toujours quelque chose
a écrit le 31/01/2021 à 10:04 :
La difficulté à acheter dans les commerces : longue queue aux entrées , fermetures des magasins à 20 000 m2 , pas de vaccins disponibles , par contre livraisons en masses ( bonjour la contamination ) les queues aux drives , une guerre quoi ? Juste pour vivre ? Ou survivre ?
Que dit l’OMS sur ce que font les laboratoires et Amazon pour mettre à genoux les populations humaines.
Les gens en chômage partiel vont recevoir 70% de leur salaire alors que les laboratoires et les GaFA qui sont devenus plus puissants que les états se font des billions.
Faudrait être stupides pour les enrichir encore et encore .
C’est la guerre , faut pas leur laisser la place ne commander plus en ligne et éviter de vous connecter de trop.( sauf obligation professionnel ) ne surfez plus ça détruit.
a écrit le 31/01/2021 à 5:20 :
Ont doit être confinee
a écrit le 29/01/2021 à 17:59 :
Il faut bien comprendre que rien ne doit être réglé avant les élections car il n'y pas de démocratie en dehors des Traités!
a écrit le 29/01/2021 à 17:51 :
Gikh
a écrit le 29/01/2021 à 16:51 :
on veut rallonger les vacances de fevrier MAIS ne serait il pas judicieux de raccourcir les grandes vacances d'autant !!!!! si on rallonge les vacances de fevrier certains parents vont hurler oU mettre mes enfants alors qu ils pourraient prendre des CP les CP en chomages partiel sont quand meme tres discutables !!!!!!! les efforts ne doivent pas etre à sens unique
a écrit le 29/01/2021 à 14:57 :
une nouvelle formule de confinement est possible
mais pour cela il faut virer les pompes funebres du gouvernement
qui depuis un ans déverse leur mensonges et leur autosatisfaction
il faut des personnes avec du plaisir de vivre
a écrit le 29/01/2021 à 14:20 :
Si la situation le justifie mieux vaut un hard qu'un soft . Et qu'on en finisse avant la fin 2021
Réponse de le 29/01/2021 à 17:01 :
Entièrement ou un confinement hyper strict 3 semaines et après basta test pcr a toute personne entrant dans le pays de la confidente mauvais pour l economie et le moral c est du brin alors ils attendent quoi
a écrit le 29/01/2021 à 13:06 :
Si c’est grave : faut confiner les écoles aussi et mettre un système a distance en place.
Réponse de le 29/01/2021 à 18:12 :
Il faut faire ce qui est de faire bon pour la sécurités des citoyens il faut tous ensemble combattre le covid
a écrit le 29/01/2021 à 12:24 :
Oui, bah y'a pas de plan B. Autant ne pas laisser proliférer plus rapidement la nouvelle variante très virulente alors que les vaccinations accélèrent, et que les plus fragiles ou exposés ne obtiendront pas leur deuxième vaccin avant la deuxième semaine de février, pour les premiers(res) servis(ies).
Ne pas oublier que pour l'économie reparte vraiment, il faut que les échanges et collaborations internationales repartent. Les nations relanceront leurs échanges et rouvriront pleinement leurs frontières en fonction du taux de contamination du pays visé.
Et les trois plus gros volets qui impactent l'économie et les emplois, en France mais aussi nos plus proches voisins, sont l'industrie aéronautique, le transport aérien et le tourisme. Trois volets qui sont d'ailleurs liés. Sur ces volets, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-bas et la France sont intimement liés. Volets qui ne peuvent repartir vite que s'il y a un nivellement du risque sur toute la région. Ce n'est pas avec nos seuls échanges intérieurs qu'on pourra relancer durablement la croissance de la France et de l'UE. Ce schéma ne ferait illusion que durant deux ou trois trimestres.
Nous pourrions être pénalisés si des passeports COVID était imposés aux frontières.
Faire un dernier bel effort durant un mois, pour finalement sortir plus vite et plus fort de cette crise, n'est peut-être pas totalement débile...... ?
Et évidement que prendre les décisions et savoir exactement comment régler les curseurs est très compliqué, déjà parce que le COVID n'est pas prévisible, la nouvelle variante britannique qui vient d'apparaitre le prouve. On est toujours dans l'inconnu, nombreuses prévisions scientifiques sont passées à la trappe, notamment celles qui, après le premier confinement, nous expliquaient que l'affaire était pliée, et que l'augmentation des clusters n'était du qu'a une surveillance qui progresserait. Dont notre super expert, le grand professeur Didier Raoult. Et si, y'a des vidéos et textes qui l'attestent !
Avant tous choix, le gouvernement devrait vraiment prendre conseil auprès de l'assemblée des sages de TPMP. :>))
Réponse de le 29/01/2021 à 22:53 :
La nouvelle variante très virulente ! Pourquoi les médias toujours prompts à diffuser des communiqués des services de communication des firmes ne s’intéressent plus aux faits objectifs publiés par l’OMS ? Se censurent-ils spontanément ou cèdent-ils aux pressions extérieures ?

Certes, on ne peut affirmer pour l’instant que la vaccination est seule responsable de cette flambée de la maladie. Il ne s’agit pour l’instant que d’une corrélation temporelle, mais d’un signal d’alarme fort.

Après examen du dossier remis à la FDA, Peter Doshi chargé de recherche sur les services de santé pharmaceutiques de l’Université du Maryland estime: « l’efficacité réelle est beaucoup plus faible que celle affirmée jusqu’à présent, bien en dessous du seuil d’efficacité de 50 % fixé par les autorités réglementaires pour l’approbation”.

Or le risque d’une telle flambée après la première injection du vaccin Pfizer avait été précisément souligné par un communiqué de presse de l’Académie de Médecine du 11 janvier..
a écrit le 29/01/2021 à 10:14 :
Macron ne devrait pas se laisser influencer par tous ces diafoirus qui d'ailleurs ne sont d'accords sur rien. Il serait bien avisé d'attendre un peu , le couvre-feu donne des résultats et on finira bien par recevoir des vaccins.
a écrit le 29/01/2021 à 10:13 :
Est ce que quelqu'un pourrait dire a Jupiter que le groupe témoin suédois s'en sort pas plus mal que le groupe français avec son traitement. Et toujours aucune assistance a l'isolement des positifs et personnes a risque, chambres réquisitionnées pour les positifs qui ne peuvent vraiment s'isoler, portage de nourriture, médicaments, horaires de sortie privilégiés pour les personnes a risque ou l'on demande aux autres de s'abstenir de fréquenter transports et magasins....

Non, dans le mur tous ensemble tous ensemble tous ensemble, ruinons joyeusement le pays.

Au fait, maman lapin qui a plus de 75 ans a reçu hier sa lettre d'invitation a la vaccination, mais sur le département c'est complet depuis plusieurs jours, mais ça va, la lettre est bien arrivée. Ouf.
a écrit le 29/01/2021 à 10:03 :
Ah le temps passe hein, mais qu'est-donc devenu ce jeune homme dynamique et ambitieux qui quand on lui pressait le nez lui en sortait du lait ?

"Mais hé ho, je suis toujours le même hein, j'ai pas changé !"

^^

Au moins on se marre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :