COVID-19 en 24h : mesures en Île-de-France, production sous tension, alcool...

 |  | 1020 mots
Lecture 7 min.
La consommation d'alcool va être interdite à partir de jeudi 4 mars sur les quais de Garonne à Bordeaux en raison de l'affluence.
La consommation d'alcool va être interdite à partir de jeudi 4 mars sur les quais de Garonne à Bordeaux en raison de l'affluence. (Crédits : Reuters)
Après Dunkerque et Nice, le gouvernement met en place de nouvelles mesures dans d'autres départements. A Bordeaux, la consommation d'alcool va être interdite à partir de jeudi. Voici le graphique et les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

L'INFO À SUIVRE - L'exécutif doit trancher sur de nouvelles mesures

Selon une source gouvernementale, Emmanuel Macron, qui a réuni un conseil de défense puis un conseil des ministres, a indiqué qu'il voulait tout faire pour éviter un reconfinement national mais aussi un confinement le week-end.

En Île-de-France, de nouvelles mesures sont envisagées et qui pourraient être annoncées durant l'habituelle conférence de presse gouvernementale jeudi, où s'exprimera Jean Castex. Parmi elles, l'interdiction des lieux de forte affluence, comme les quais, ou une nouvelle baisse des jauges dans les commerces, a indiqué la source gouvernementale.

Dans l'immédiat, vingt départements, dont toute la région parisienne, touchée par le variant anglais du virus, plus contagieux, sont toujours sous surveillance. Certains ont vu leur taux d'incidence monter en flèche, comme le Pas-de-Calais et la Seine-Saint-Denis.

Lire aussi : Reconfinements à Nice: pourquoi l'État a changé d'avis

Tour Eiffel

LE CHIFFRE - 36 millions d'euros de bénéfice

L'assureur mutualiste niortais Maif a fait état d'un bénéfice net divisé par près de quatre en 2020. Dans le détail, le bénéfice net a atteint l'an dernier environ 36 millions d'euros, contre 127 millions en 2019, a-t-il fait savoir dans un communiqué.

Ce résultat « s'explique par le fort impact économique des différentes mesures de solidarité prises par Maif », met en avant la compagnie.

Fin mars 2020, l'assureur avait notamment proposé le remboursement de 100 millions d'euros à ses clients assurés en automobile pour tenir compte de la baisse des accidents. Il explique par ailleurs avoir pris en charge pour 80 millions d'euros de pertes d'exploitations d'associations et de collectivités.

Lire aussi : Bercy met un nouveau coup de pression sur les assureurs

LA PHRASE - « Le point bloquant, aujourd'hui, c'est les goulots d'étranglement »

La production de vaccins est ralentie par un manque de matériel, notamment des flacons, et de personnel pour assurer leur fabrication, a expliqué la ministre française de l'Industrie lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

 « Le point bloquant, aujourd'hui, c'est les goulots d'étranglement en termes de fourniture de cuves, de fourniture de bouchons, de fourniture de flacons, de fourniture de capsules », a énuméré Agnès Pannier-Runacher.

Parallèlement aux questions matérielles, il y a « des goulots d'étranglement en termes de disponibilité des experts qui sont capables de déployer ces chaînes de production », a poursuivi la ministre déléguée à l'Industrie.

Lire aussi : Covid-19 : la production de vaccins doit s'accélérer, insiste l'OMS

LE GRAPHIQUE - Le CAC40 grimpe au-dessus des 5.800 points

La Bourse de Paris est parvenue à aligner une troisième séance de hausse d'affilée ce 3 mars. Elle clôture en hausse de 0,35% à 5.830,06 points après être monté en matinée à 5.871,43, son plus haut niveau depuis le 24 février 2020.

La tendance est soutenue par l'espoir d'une adoption du plan de relance américain et par l'avancée de la vaccination dans le monde. L'espoir d'une sortie de crise rassure. L'Allemagne pourrait assouplir certaines restrictions à l'issue d'une réunion entre la chancelière Angela Merkel et les dirigeants des Länder, la France envisagerait une détente de mesures sanitaires d'ici 6 semaines.

Lire aussi : Auto, resto, crypto... les Bourses européennes gagnées par l'optimisme

EN RÉGIONS - A Bordeaux, les quais restent ouverts mais l'alcool interdit

La consommation d'alcool va être interdite à partir de jeudi 4 mars sur les quais de Garonne à Bordeaux, particulièrement bondés le week-end dernier avec des attroupements autour des "tireuses à bière", mais cette promenade très prisée reste ouverte pour permettre aux Bordelais de "respirer", a annoncé mercredi le maire EELV Pierre Hurmic.

L'interdiction préfectorale, prise en accord avec la mairie pour 15 jours, s'étend de 11h00 à 18h00 et est valable sur les deux rives du fleuve, a précisé à l'AFP le maire de Bordeaux, en annonçant également un renforcement des contrôles.

Bordeaux

Lire aussi : Confinement saison 3 à Nice et Dunkerque, épisodes à suivre ?

À L'ÉTRANGER - Le Royaume-Uni amorce des hausses d'impôts

Le Chancelier de l'Echiquier, Rishi Sunak, a dévoilé mercredi un budget pour le Royaume-Uni axé sur la relance après le choc sans précédent du coronavirus, avec la poursuite d'aides massives à l'emploi et aux entreprises, mais aussi la perspective de hausses d'impôts pour les grandes entreprises.

Lire aussi : La Grande-Bretagne va augmenter l'IS pour financer sa dette Covid

Au Portugal, le taux de chômage est reparti à la hausse en janvier, à 7,2%

Le taux de chômage au Portugal est reparti à la hausse en janvier, à 7,2% contre 6,8% le mois précédent, selon une estimation provisoire publiée mercredi par l'Institut national des statistiques (Ine).

Après avoir reculé à la fin de l'année dernière, passant de 7,5% en octobre à 6,8% en décembre, le chômage a de nouveau augmenté en début d'année, alors que le pays est soumis depuis la mi-janvier à un nouveau confinement général pour endiguer une violente troisième vague de l'épidémie de coronavirus.

En janvier, le Portugal comptait 361.500 chômeurs, soit quelque 14.500 de plus par rapport au mois précédent pour lequel l'Ine a revu son estimation, à 6,8%, contre 6,5% estimés précédemment.

Lire aussi : Portugal : la pandémie fait chuter le PIB de 3,8% au 1er trimestre

L'économie brésilienne s'est contractée de 4,1% en 2020

La première économie d'Amérique latine s'en sort bien mieux que les autres économies majeures de la région comme le Mexique (-8,5%) et l'Argentine (-10%) grâce notamment à des aides versées par le gouvernement entre avril et décembre à 67 millions d'habitants, soit près d'un tiers de la population.

Il n'en reste pas moins qu'il s'agit de la plus importante baisse du PIB (-4,1%) depuis 1996 et de la troisième depuis le début du XXe siècle, après celles de 1981 (-4,25%) et de 1990 (-4,35%) lors de la "décennie perdue" dans une Amérique latine secouée par la crise de la dette, selon les données de l'institut national des statistiques (IBGE).

Coronavirus : une femme porte un masque avec une image de Bolsonara, lors d'une manifestation en soutien au président brésilien

Lire aussi : Et le Covid-19 continue de galoper au Brésil

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2021 à 8:53 :
"Emmanuel Macron, qui a réuni un conseil de défens"

Vu l'état du pays et depuis le temps qu'il le pratique vous êtes sûr que c'est pas un conseil de défonce plutôt ? ^^
a écrit le 04/03/2021 à 7:36 :
Et le variant belge ? Vous nous en parlez du variant belge ? Parce que si vous devez chercher à nous faire peur chaque fois qu'un nouveau variant apparaît, comme il y en a en permanence (et il y a eu environ 12 000 mutations en 2020...), vous comptez faire le buzz encore longtemps ?
a écrit le 03/03/2021 à 21:16 :
Pourquoi prendre des "mesures" alors qu'aujourd'hui, tout vas bien en France ? Le nombre de morts est stabilisé, les hôpitaux ne sont pas saturés, bref, il ne se passe absolument rien. Au Texas, ils commencent à stopper les mesures sanitaires, l'épidémie commence à être derrière nous
Réponse de le 04/03/2021 à 0:09 :
Je suis hostile à un confinement mais il ne faut pas nier la réalité de la situation non plus...
Réponse de le 06/03/2021 à 10:34 :
Comment voulez vous qu'une entreprise embauche ne sachant pas si elle fermera 7 jours plus tard, comment voulez vous que les resaurants survivent ou ré ouvre sachant pas si ils auront des clients, pourquoi voulez vous trouver un travail alors que vous savez pas si vous le garderez dans 7 jours?
Le confinement est pas agréable mais si des périodes de confinements avaient été décidé plusieurs mois a l'avance croyez vous pas qu'entre deux on pourrait pas mieux vivre et de façon normal avec tout les "inutiles" ouvert et tout le monde vivant normalement? fallait juste décider de tout les combien de semaines et pendant combien de semaines on confinait durement comme en mars... Et l'esprit morose actuel ne serait pas là aujourd'hui, les entreprises pourraient se projeter quitte a embaucher plus durant les ouvertures pour produire et seulement envoyer les demande durant les confinements (surtout pour celle qui envoi a l'étranger) alors que là on détruit tout et tout le monde attends et est au ralenti.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :