Une vaccination étendue et des livraisons de l'UE pour tenir l'objectif des « 4 à 6 semaines »

 |  | 579 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : GONZALO FUENTES)
FOCUS DATA. Si le gouvernement d'Emmanuel Macron met tout en oeuvre pour éviter un troisième confinement, il reste néanmoins sous la pression de l'épidémie qui continue de progresser localement. En quatre cartes, un point sur la vaccination révèle à nouveau une campagne poussive, avec l'espoir toutefois de « 95 à 100 millions de doses » livrées par l'UE pour ne pas risquer de différer la reprise par rapport à d'autres États.

DOSSIER - La course aux vaccins

La promesse faite par Emmanuel Macron de « vacciner tous les Français qui le souhaiteraient d'ici l'été » sera-t-elle tenue ? Au 27 février, 2,9 millions de personnes ont reçu au moins une dose, dont 1,5 million de personnes ont été vaccinées avec les deux doses. Pour rattraper son retard, le gouvernement a étendu début mars au maximum la vaccination. Deux millions et demi de personnes supplémentaires deviennent ainsi éligibles à la vaccination, avec l'élargissement des critères pour bénéficier du vaccin AstraZeneca, suite aux résultats encourageants en Grande-Bretagne. Mais pour l'heure, la lenteur est toujours de rigueur en France.

Lire aussi : COVID-19 en 24h : lenteur sur l'AstraZeneca, Dunkerque, jeunes...

Aussi, le commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, a exhorté les Etats membres de l'Union européenne à déployer rapidement leurs campagnes. Il a ajouté que l'Union espère avoir livré 95 à 100 millions de doses à ses Etats membres d'ici fin mars, indique-t-il dans une interview publiée mercredi par le quotidien italien Corriere della Sera.

En Europe, Thierry Breton souligne que, si environ 43 millions de doses ont jusqu'à présent été fournies à l'UE, seules 30,2 millions ont été administrées.

Toujours sous la pression de l'épidémie, la France a donc mis vingt départements identifiés par l'exécutif sous surveillance, pour de prochaines restrictions localement. Mais face au rejet des Français, Emmanuel Macron a promis une détente sur les restrictions d'ici « 4 à 6 semaines ».

Carte des taux de vaccinations des 20 départements sous surveillance
(au 27 février 2021 - Source : ministère de la Santé/Insee)

On estime qu'à la semaine du 27 février, 4,43% des Français ont ainsi reçu au moins une dose de vaccin, et que 2,36% ont reçu les deux doses. Dans les territoires d'outre-mer, les chiffres restent faibles. A La Réunion, le taux est à 2,00%, 1,17% en Martinique, 0,80% en Guadeloupe, 1,28% en Guyane et 1,86 % à Mayotte, selon les données du ministère de la Santé au 27 février.

Jusqu'ici réservé aux professionnels de santé et aux deux millions de personnes de 50 à 64 ans atteintes d'une comorbidité (diabète, hypertension, antécédents de cancer...), l'AstraZeneca un temps considéré avec méfiance est désormais être proposé aux 65-75 ans présentant ces mêmes pathologies.

Une décision annoncée lundi 22 février au 20 heures de France 2 par le ministre de la Santé Olivier Véran, conformément à un avis de la Haute Autorité de santé (HAS) rendu public mardi. La HAS a également recommandé que tous les vaccins puissent à l'avenir être administrés par les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes, en plus des médecins, ainsi qu'un élargissement des publics considérés comme prioritaires.

"Rien que sur le mois de mars, nous comptons proposer une première vaccination à 6 millions de Français", a insisté lundi soir M. Véran, ce qui "fera 9 millions au total depuis le début".

Une accélération de la campagne de vaccination, très critiquée lors de son lancement fin décembre, sur laquelle l'exécutif mise pour "tenir" les "quatre à six semaines" évoquées lundi par Emmanuel Macron comme horizon d'un éventuel assouplissement.

Du côté des livraisons des vaccins, au 27 février, la France a reçu au total 7.992.710 doses, tous vaccins confondus, d'après les chiffres du ministère de la Santé.

Lire aussi : Pourquoi le vaccin d'AstraZeneca-Oxford pourrait changer la donne

CAMPAGNE VACCINALE EN FRANCE

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2021 à 8:45 :
Vous croyez que là il pense vraiment aux vaccins ? Non il se dit:"Zut Sarkozy a été condamné, si un ancien président est condamné il va falloir être beaucoup plus prudents".
Réponse de le 05/03/2021 à 13:21 :
Imaginez Macron, si il passe pas en 2022 il perd son immunité présidentielle, sa piscine de vacance, sa vaisselle de l'Elysée...
a écrit le 03/03/2021 à 23:42 :
Veran, vacciné, et pourtant il avance toujours masqué ! Sa vrai nature ou une confiance limitée dans l'efficacité des vaccins ?
Réponse de le 05/03/2021 à 13:23 :
Déjà il a refuse un ARN, soit disant pas son tour, l'astra arrive et comme de par hasard son statut de "Médecin" (pourtant non pratiquant) lui permet de le faire... Maintenant rien nous dit qu'il a réellement reçu un vaccin, il lui on peut être fait la grippe...
a écrit le 03/03/2021 à 23:27 :
Veran, vacciné, et pourtant il avance toujours masqué. ça vrai nature !
a écrit le 03/03/2021 à 21:29 :
Rubrique traquenard covidien. Dans 5 ou 6 semaines, si vous vous tenez bien, si vous suivez les recommandations vaccinales, si vous n'êtes pas tentés par une quelconque révolte, si vous acceptez d'être enfermés les week-ends, alors peut-être, si les conditions le permettent, on pourra commencer à vous libérer. Parole de ministre...
a écrit le 03/03/2021 à 20:25 :
Échec complet de la vaccination en EU. Von der leyen devrait s'expliquer devant le parlement .c'est à mourir de rire. 3 misérables millions....et moins de 30 millions en EU contre plus de 50 millions aux usa et plus de 20 au royaume Uni.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :