Covid-19 en 24h : ouvertures le dimanche, intentions d'investissements des PME/TPE, Johnson & Johnson...

La sortie de crise commence à se profiler dans la zone euro, mais relever l'économie « nécessitera un effort prolongé ». En France, sur le front des contaminations, 60% des patients hospitalisés présenteraient au moins un symptôme après six mois, selon une étude. De son côté, la Grèce fait campagne à Londres afin que les touristes britanniques reviennent ...Voici le graphique et les informations marquantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

8 mn

A quatre jours de la réouverture officielle de la Grèce aux touristes, le 14 mai, le ministre grec du Tourisme Harry Theoharis se rend à Londres à partir de lundi « pour promouvoir » la Grèce au Royaume-Uni, l'un de ses principaux partenaires touristiques.
A quatre jours de la réouverture officielle de la Grèce aux touristes, le 14 mai, le ministre grec du Tourisme Harry Theoharis se rend à Londres à partir de lundi « pour promouvoir » la Grèce au Royaume-Uni, l'un de ses principaux partenaires touristiques. (Crédits : Jean-Yves Paillé)

L'INFO À SUIVRE - En zone euro, une reprise sous conditions, selon la BCE


Relever l'économie « nécessitera un effort prolongé » dans la zone euro sur les plans budgétaire et monétaire, a prévenu lundi Philip Lane, économiste en chef de la Banque centrale européenne, qui estime que « le chemin de la reprise sera long », dans un entretien au Monde.

« Je pense que nous sommes désormais, en mai et juin, à un tournant conjoncturel. Désormais, l'économie va croître rapidement, mais en partant d'un bas niveau. Cela signifie que, même avec une croissance dynamique sur le reste de l'année, la zone euro ne retrouvera son niveau de PIB de 2019 qu'au printemps de l'année prochaine », juge M. Lane.

« Sur le marché du travail, le taux de chômage devrait retrouver son niveau de 2019 en 2023 seulement. Le chemin sera long. Il nécessitera un effort prolongé sur le plan budgétaire et monétaire pour soutenir la reprise » prévient-il, soulignant que « la reprise ne sera pas un processus très rapide, il faut en être conscient ».


Si l'on compare avec le niveau d'activité de 2019, « aujourd'hui, nous nous situons probablement 4% ou 5% en dessous. C'est une contraction considérable. Lors d'une récession classique, le recul est plutôt de 2% ou 3% », met en avant l'économiste en chef de la BCE.

Mais pour Philip Lane, « il y a des raisons d'être optimiste. Comparée à la décennie qui a suivi la crise financière de 2008, la pandémie de Covid-19 sera un événement qui durera deux ou trois ans. La récession sera plus courte et les cicatrices pourraient rester limitées ».

La bce doit rester accommodante tant que l'inflation est sous 2%, selon panetta

Lire aussi : L'économie française frappée par une récession historique en 2020, à -8,3%

LE CHIFFRE - 60% des patients hospitalisés présentent au moins un symptôme après six mois, selon une étude

60% des patients hospitalisés à cause du Covid-19 « sont toujours affectés par au moins un symptôme six mois après infection », le plus souvent de la fatigue, des douleurs ou du mal à respirer, montre une étude française publiée lundi dans la revue Clinical Microbiology and Infection.

Un quart d'entre eux présentent « trois symptômes ou plus » et 2% ont même « dû être hospitalisés à nouveau », concluent ces travaux de l'Inserm, menés sur une cohorte de 1.137 patients constituée pour suivre les malades du Covid après leur hospitalisation.

Lire aussi : Covid : un ancien malade sur trois a subi des troubles psychologiques ou neurologiques

LA PHRASE - « Je suis favorable à ce qu'on fasse preuve de souplesse sur les ouvertures des commerces le dimanche »

Bruno Le Maire s'est montré favorable à l'ouverture des commerces le dimanche pour compenser les pertes liées aux fermetures de ces établissements dans le contexte de la crise sanitaire.

« Nous allons regarder cela avec Elisabeth Borne [ministre du Travail], c'est une demande qui me paraît parfaitement légitime », a-t-il dit.

« Je me mets à la place de tous ces commerçants dans l'habillement, dans la chaussure qui ont perdu énormément de chiffres d'affaires pendant ces mois de fermeture. Ils veulent redémarrer vite, fort (...) Tout ceux qui veulent travailler, doivent pouvoir travailler. »

Bruno le maire salue l'accord amiable entre veolia et suez

Lire aussi : Les commerces soulagés d'éviter le reconfinement, mais veulent ouvrir le dimanche

LE GRAPHIQUE - Les dirigeants de TPE/PME davantage prêts à investir

Regain d'optimisme chez les dirigeants de TPE/PME ! Près de 6 sur 10 (57%) d'entre eux comptent investir cette année, selon le baromètre Bpifrance/ Rexecode, soit une progression de deux points par rapport à février. Si le renouvellement et la modernisation des équipements demeurent la destination principale de l'investissement, le motif « environnemental » progresse de cinq points pour atteindre 35% du total des projets.

De plus, la part de ceux qui attendent une amélioration de leur trésorerie au cours des trois prochains mois progresse de 10% à 18% par rapport à début février, selon l'enquête réalisée auprès de près de 2.000 dirigeants de TPE/PME du 19 au 28 avril.

Made with Flourish

Lire aussi : Bercy mobilise 20 milliards d'euros pour renforcer les fonds propres des PME

EN RÉGIONS - 189 millions d'euros pour conforter le statut européen de Strasbourg

Strasbourg, qui n'a plus accueilli le Parlement européen en session depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020, va bénéficier de 189 millions d'euros de fonds publics pour mener, jusqu'en 2023, une série d'actions inscrites dans un « Contrat triennal » signé dimanche 9 mai, en présence d'Emmanuel Macron, entre le président du Parlement européen David Sassoli et de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen.

L'objectif ? Faciliter l'accès depuis toutes les capitales européennes, renforcer son attractivité et favoriser des projets locaux de promotion de la culture et de la démocratie.

Lire l'article

À L'ÉTRANGER - L'Allemagne ouvre la vaccination avec Johnson & Johnson à tous les adultes

L'Allemagne a décidé lundi de proposer à tous les adultes qui le souhaitent de recevoir le vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson dont plusieurs pays ont limité l'usage en raison de possibles effets secondaires rares mais graves.

Comme la majorité des plus de 60 ans devraient avoir été vaccinés dès juin, l'Allemagne a décidé de ne pas restreindre l'usage du vaccin Johnson & Johnson à cette classe d'âge, mais de permettre à tous les adultes d'en bénéficier après consultation avec leur médecin, a déclaré le ministre de la Santé Jens Spahn lors d'une conférence de presse.

Le ministre estime qu'environ 10 millions de doses de ce vaccin seront livrées vers juin/juillet dans le pays.

La Norvège devrait, elle, renoncer aux vaccins d'AstraZeneca et Johnson & Johnson

Au même moment, un comité d'experts mis en place par le gouvernement norvégien pour se prononcer sur les vaccins anti-Covid d'AstraZeneca et de Johnson & Johnson a préconisé lundi de renoncer à ces sérums en raison des risques d'effets secondaires rares mais graves.

« Nous ne recommandons pas l'emploi des vaccins à vecteur adénoviral dans le programme national de vaccination », a déclaré le chef du comité, Lars Vorland, en remettant son rapport au ministre de la Santé, Bent Høie.

Les experts conseillent en revanche de proposer ces vaccins sur une base volontaire, sans toutefois s'entendre sur les critères à retenir. M. Høie n'a pas encore fait connaître la position du gouvernement.

Fonds souverain Norvège

A quatre jours de la réouverture du tourisme, la Grèce fait campagne à Londres

A quatre jours de la réouverture officielle de la Grèce aux touristes, le 14 mai, le ministre grec du Tourisme Harry Theoharis se rend à Londres à partir de lundi « pour promouvoir » la Grèce au Royaume-Uni, l'un de ses principaux partenaires touristiques. En 2019, avant la pandémie du coronavirus, 3,5 millions de touristes britanniques avaient passé leurs vacances en Grèce.

Mais l'Angleterre a pour l'heure maintenu la Grèce en « orange », c'est-à-dire que les voyageurs de retour de Grèce devront toujours suivre une quarantaine d'au minimum 5 jours, décourageant sans doute les candidats à choisir cette destination pour cet été.

La Grèce, dont le revenu dépend pour un quart du tourisme, espère convaincre les autorités et les opérateurs britanniques que le pays est une destination sûre.

(Avec AFP)

8 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 11/05/2021 à 15:44
Signaler
Pour le vaccin astra zénica, mon frère s'est fait extra zéniké, on a failli le perdre, le soir même tombé dans sa chambre sans pouvoir se relever 4 jours, c'est la voisine voyant pas bouger sa voiture qui a appelé les pompiers, 1 jour de plus il étai...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.