Covid-19 en 24h : RSA jeunes, « sentiment d'urgence », Spoutnik Light...

Alors que la France entrevoit la sortie de crise, l'Assemblée nationale réfléchit à des aides ciblées pour aider les jeunes, plutôt qu'un « RSA jeunes ». De son côté, l'Allemagne annonce vouloir vacciner tous les adolescents de plus de 12 ans d'ici la fin août... Voici le graphique et les informations économiques marquantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

9 mn

L'Assemblée nationale a rejeté l'idée d'un « RSA jeunes » au profit d'aides ciblées, pour soutenir les jeunes qui ont été frappés de plein fouet par la crise.
L'Assemblée nationale a rejeté l'idée d'un « RSA jeunes » au profit d'aides ciblées, pour soutenir les jeunes qui ont été frappés de plein fouet par la crise. (Crédits : Reuters)

L'INFO À SUIVRE - L'Assemblée nationale préfère des aides ciblées au « RSA jeunes »

Une proposition de loi ouvrant le revenu de solidarité active à partir de 18 ans, au lieu de 25, du député LFI François Ruffin, soutenue par les socialistes, les communistes et le petit groupe Libertés et territoires, a été retoquée en séance plénière de l'Assemblée nationale.

Deux visions se sont affrontées, entre l'octroi d'une allocation généralisée au travers de l'ouverture du RSA à partir de 18 ans, et des aides plus ciblées assorties d'un accompagnement renforcé vers la formation et l'emploi.

jeunes pauvreté

Avec la crise « nous avons une dette envers la jeunesse », a lancé M. Ruffin, en reprochant au gouvernement d'y répondre par une « bienfaisance réduite à des aumônes ». La ministre chargée de l'Insertion, Brigitte Klinkert, a en revanche reproché au projet d'extension du RSA d'être « inefficace et contreproductif ».

« Nous ne voulons pas de solution uniforme mais des solutions adaptées au parcours, au profil et aux difficultés de chacun », a-t-elle plaidé.

Lire aussi : « Chez beaucoup de nos voisins, les jeunes bénéficient d'un revenu minimum », Louis Schweitzer

LE CHIFFRE - 361 millions d'euros de chiffre d'affaires

Le géant français de l'hôtellerie Accor a publié un chiffre d'affaires divisé par deux au premier trimestre 2021, encore très pénalisé par la pandémie qui a ravagé le tourisme et lui a fait perdre deux milliards d'euros l'an dernier.

Le chiffre d'affaires du sixième groupe hôtelier mondial, qui possède des enseignes comme Ibis, Sofitel, Novotel, Mercure ou Pullman, s'est élevé à 361 millions d'euros, en recul de 53%, et Accor « reste très attentif à la préservation de ses liquidités et à la réduction des coûts », précise son PDG Sébastien Bazin, cité dans un communiqué.

Accor compte retrouver ses volumes de 2019 entre le quatrieme trimestre 2022 et le premier semestre 2023, dit son pdg

Le pôle principal, HotelServices - soit son coeur de métier, les services qu'Accor délivre aux propriétaires des hôtels sous enseigne du groupe - a vu son chiffre d'affaires reculer de 57% à 234 millions d'euros, tandis que celui des « actifs hôteliers et autres » baissait de 46% à 129 millions d'euros.

Lire aussi : Restaurants, événements, hôtellerie... dans l'angoisse de la prolongation

LA PHRASE - « Nous devons faire preuve de ce sentiment d'urgence (...) parce que le monde nous regarde »

La cheffe de l'Organisation mondiale du commerce a exhorté les pays membres à agir pour l'accès aux vaccins à ceux qui en ont été privés jusqu'à présent, lors d'une réunion virtuelle du Conseil général de l'organisation, son principal organe de décision.

« Nous devons faire preuve de ce sentiment d'urgence dans la manière dont nous abordons ce problème de répondre au Covid-19, parce que le monde nous regarde », Ngozi Okonjo-Iweala

Ngozi Okonjo-Iweala, candidate à la Banque mondiale

Ayant pris son poste seulement le 1er mars, Mme Okonjo-Iweala, a fait de l'accès aux vaccins une priorité pour son organisation. Ses membres sont appelés depuis des mois à lever provisoirement les droits de propriété intellectuelle attachés aux vaccins pour en faciliter la fabrication partout dans le monde et mettre fin à une pénurie qui prive les pays défavorisés, selon ses promoteurs.

Depuis hier, les Etats-Unis, la France et la Russie se sont positionnés pour la levée des brevets.

Lire aussi : La possible levée des brevets des vaccins anti-Covid fait reculer les cours des laboratoires en Bourse

LE GRAPHIQUE - Zone euro : les ventes au détail dépassent les attentes en mars

Un pas de plus vers la reprise ? Dans la zone euro, les ventes au détail ont augmenté plus que prévu en mars, la demande reprenant avec l'assouplissement des restrictions sanitaires. Elles affichent une croissance de 2,7% en mars, sur un mois, et de 12% sur un an, selon les données Eurostat. Les analystes interrogés par Refinitiv tablaient sur des hausses respectives de 1,5% et 9,6%.

En mai dernier, les ventes avaient atteint un pic de +20% par rapport à avril, lors du premier déconfinement.

Près d'un an plus tard, les ventes ont notamment été portées par la demande de produits non alimentaires hors carburant, qui a grimpé de 4,6% en mars par rapport à février, et de 25% en glissement annuel. Les achats en ligne ont quant à eux bondi de 37,2% sur un an, selon Eurostat.

Lire aussi : Le pétrole porté par la levée de restrictions et l'espoir d'une reprise en Europe

EN RÉGIONS - La Banque des Territoires soutient la relance en PACA

Avec 15,4 millions d'euros engagés dans les fonds d'urgence et un milliard d'euros de prêts signés en 2020, la marque de la Caisse des Dépôts en Provence Alpes Côte d'Azur a joué la carte soutien, participant également au fonds Covid Résistance aux côtés de la Région. Sans oublier le tourisme, pilier économique très secoué, qu'elle a soutenu en injectant 12 millions d'euros. Mais c'est bien davantage la relance qui est le sujet primordial. Car c'est maintenant que tout se joue. Autant sur les sujets de transition écologique que de soutien à l'industrie.

Lire l'article

Lire aussi : Vers un deuxième plan de relance pour retrouver la croissance ?

À L'ÉTRANGER - En Angleterre, un nombre record de morts liées à l'alcool pendant les confinements

En Angleterre et au Pays de Galles, le nombre annuel des morts liées à l'alcool a atteint un sommet en 2020, a révélé le Bureau national des statistiques (ONS), constatant une très forte augmentation de ce chiffre à partir du premier confinement en mars.

France: l'academie de medecine veut des mesures fortes contre l'alcool

En 2020, 7.423 personnes sont mortes à la suite d'une consommation excessive d'alcool, soit une hausse d'environ 20% par rapport aux données de l'année précédente, a annoncé l'ONS. Il s'agit du plus grand nombre de décès annuel enregistré depuis que l'organisme les comptabilise, c'est-à-dire 2001.

Selon Sadie Boniface, la directrice de la recherche à l'Institute of Alcohol Studies, les causes de cette « alarmante » constatation sont à chercher du côté de l'augmentation de la consommation chez des personnes qui buvaient déjà beaucoup, mais aussi du manque d'« accès aux soins ».

Lire aussi : Le télétravail fait de la santé mentale une priorité pour les employeurs

La Russie homologue le Spoutnik Light, son vaccin en une dose

La Russie a annoncé l'homologation d'une version « light » de son vaccin phare, le Spoutnik V, qui s'administre en une seule dose contre deux pour sa version de base.

Cette homologation a été annoncée parallèlement par les concepteurs du vaccin et par la vice-Première ministre russe chargée de la santé, Tatiana Golikova, pendant une réunion avec le président Vladimir Poutine, retransmise à la télévision.

Selon le Fonds russe des investissements directs (RDIF), qui finance le développement du vaccin, le Spoutnik Light affiche une efficacité de 79,4%, contre 91,6% pour sa version en deux doses.

Lire aussi : L'Allemagne pourrait acheter 30 millions de doses du vaccin russe Spoutnik V

L'Allemagne veut vacciner tous les adolescents dès 12 ans d'ici fin août

L'Allemagne sera en capacité de proposer la vaccination à tous les adolescents de plus de 12 ans d'ici la fin du mois d'août, sous réserve du feu vert de l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour cette tranche d'âge, a indiqué le ministre de la Santé Jens Spahn.

Vacciner des enfants pourrait devenir necessaire, dit fischer

Le gouvernement et les régions se sont mis d'accord pour « qu'une offre de vaccin puisse être faite à tous les 12-18 ans d'ici la fin du mois d'août », a déclaré le ministre qui table sur une autorisation du vaccin Pfizer/BioNTech par l'EMA pour les 12-15 ans au mois de juin.

Lire aussi : Covid-19 : la France est-elle si mauvaise élève par rapport à l'Allemagne ?

(Avec AFP)

9 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 07/05/2021 à 8:53
Signaler
Attendez bougez pas, ils vont tous se réunir pour finir par dire qu'il faut plus de stages en entreprises et de formations. tout ce que leurs pitoyables cerveaux sont en mesure de générer à ces perroquets, années après années, des formules qui n'ont ...

à écrit le 07/05/2021 à 8:31
Signaler
Un français de plus de 18 ans est un citoyen comme les autres. Il n'y a aucune raison, puisqu'il est soumis aux mêmes devoirs que les autres français majeurs, qu'il n'ait pas accès aux mêmes droits sociaux. Il est totalement absurde de penser qu' ...

à écrit le 07/05/2021 à 6:29
Signaler
Avec toutes les aides sociales, ils en veulent toujours plus les français et les étrangers en situation régulière sur le territoire et dans les départements d'outre-mer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.