COVID-19 en 24h : précarité alimentaire, livre britannique forte, reprise européenne...

 |  | 976 mots
Lecture 6 min.
Les ministres des finances européennes se sont réunis lundi à Bruxelles aux côtés de Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'économie, pour préparer la sortie de crise.
Les ministres des finances européennes se sont réunis lundi à Bruxelles aux côtés de Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'économie, pour préparer la sortie de crise. (Crédits : Reuters)
Chèque psy, retour du débat sur le revenu universel, RSA étudiant.. La précarité gagne du terrain et les proposition se multiplient pour trouver des solutions. La pandémie a en effet entrainé de nombreux Français, adultes comme étudiants, dans la détresse psychologique et financière. Le gouvernement réussira-t-il à trouver des mesures assez fortes pour limiter l'impact social de la crise ? Voici le graphique et les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

L'INFO À SUIVRE - La précarité alimentaire s'accentue en France

La moitié des bénéficiaires des banques alimentaires ont commencé à avoir recours à cette aide depuis moins d'un an, selon une étude publiée aujourd'hui par l'institut CSA. Parmi elles, 21% y ont eu recours pour la première fois il y a moins de 3 mois et 14% entre il y a 3 mois et il y a 6 mois. Par ailleurs, près d'un quart des bénéficiaires ont au minimum le niveau bac.

Plus de 2,1 millions de personnes bénéficient de l'aide alimentaire en ce début d'année 2021, selon les banques alimentaires.

« Si la perte d'emploi, la maladie et la séparation sont toujours les trois premières raisons de l'aggravation de la situation financière des bénéficiaires, l'impact de la crise sanitaire est palpable », indique l'étude.

pauvreté banque alimentaire

 La fréquentation des banques alimentaires est en forte hausse en ce début d'année, après avoir connu une première augmentation d'environ 25% en mars 2020.

Lire aussi : En Hauts-de-France, des initiatives pour lutter contre la précarité des étudiants

LE CHIFFRE -  87,24 pence pour un euro

La livre britannique a atteint lundi son plus haut niveau face à l'euro depuis mai 2020, et dépasse 1,14 euros à 18H30. Elle atteignait aussi 1,3907 dollar pour une livre, quelques instants après avoir touché un sommet depuis avril 2018, à 1,3914 dollar.

« L'enthousiasme autour du vaccin permet à la livre de briller face aux autres devises », expliquent les analystes de OFX. M. Johnson a réussi à tenir son objectif d'offrir à la mi-février : un vaccin aux quatre catégories prioritaires.

Lors d'une visite dans une clinique londonienne, le Premier ministre annonce aujourd'hui vouloir mettre en oeuvre de manière "irréversible mais prudente" le déconfinement en Angleterre.

Lire aussi : Le dollar a atteint son plus bas depuis deux ans face à l'euro

LA PHRASE - « La question est de savoir comment combiner au mieux l'engagement de soutien à court terme avec une stratégie budgétaire crédible à moyen terme » (Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'économie)

Les ministres des finances de la zone euro se sont réunis lundi à Bruxelles pour préparer la sortie de crise et la reprise. En effet, la fin des mesures de confinement devrait affecter les sommes que les gouvernements injectent actuellement dans l'économie pour la maintenir en vie.

Depuis le début de la pandémie, les gouvernements de la zone euro ont mis à la disposition des économies des milliards d'euros. Ces sommes s'inscrivent dans le cadre des moratoires sur le remboursement des prêts, des reports d'impôts et des subventions salariales afin de maintenir la liquidité des entreprises.

Lire aussi : La reprise de l'économie européenne en sursis

LE GRAPHIQUE - L'étain au plus haut depuis 2014

Le prix de l'étain dépasse les 25.000 dollars USD la tonne à la mi-février 2021, un plus haut inédit depuis mai 2014, selon les données de Boursorama. Il était, à son plus bas mi-mars 2020, à 13.320 dollars la tonne, soit un prix quasi doublé en à peine un an.

La flambée de ce métal non ferreux, utilisé principalement pour la soudure (à 49%) et la chimie (18%) et les batteries de voitures électriques (7%) mais également des débouchés croissants dans les nouvelles technologies, est dû à des problèmes du côté de l'offre. 
En effet, malgré une demande qui s'est contractée en 2020 de 5,9%, et qui a amplifié la baisse de 5,8% de 2019, le marché reste en déficit depuis trois années.

La crise a notamment limité la production et les exportations de l'Indonésie, le deuxième producteur mondial. C'est la même situation en Chine qui d'exportateur net d'étain est devenue importateur net, en raison de la reprise rapide de son économie.

Lire aussi : Matières premières: «nouveau pétrole» ou «Saint Graal» pour l'Europe?

EN RÉGIONS - La Bretagne débloque 500.000 euros pour les étudiants

Difficultés scolaires, psychologiques, financières, isolement... A Rennes, 2,20% des 3.000 étudiants auraient eu des pensées suicidaires. Un tiers d'entre eux montre des signes de détresse psychologique. La collectivité prend le problème à bras le corps et débloque en urgence 500 millions d'euros sur le million d'euros voté en décembre afin d'aider les étudiants en difficulté.

Lire l'article

À L'ÉTRANGER - Le vaccin chinois au Zimbabwe

Le Zimbabwe, pays d'Afrique australe à l'économie et au système de santé sinistrés, a reçu lundi un don de 200.000 vaccins du fabricant chinois Sinopharm.

« Nous n'oublierons pas qu'en situation de besoin, la Chine a réagi rapidement », a déclaré à l'aéroport le vice-président zimbabwéen Constantino Chiwenga. Il salue un don « opportun » et « une nouvelle preuve du long lien d'amitié et de solidarité » entre les deux pays.

Toutefois, l'efficacité du vaccin contre le variant apparu dans l'Afrique du Sud voisine, et qui s'est largement répandu, n'a pas été révélée publiquement.

Lire aussi : Covid-19 : l'Autriche prête à produire les vaccins russe ou chinois

Le Portugal a perdu 3 touristes sur 4 en 2020

A l'exception des deux premiers mois de l'année dernière, « la pandémie a eu un impact important sur les résultats annuels » de la filière du tourisme au Portugal, l'un des secteurs moteur de l'économie du pays, d'après un communiqué de l'Institut national des statistiques.

Coronavirus: le portugal etend ses mesures de confinement

Au total, le secteur hôtelier portugais a connu un recul de 61,3% du nombre d'hôtes et un effondrement de son chiffre d'affaires de 66,1%, à 1,45 milliard d'euros, a indiqué l'Office des statistiques.

Le marché intérieur a mieux résisté que les marchés internationaux, avec une baisse de 39,2% à 6,5 millions d'hôtes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2021 à 16:38 :
Un Sterling à 1,1450 pour 1 euro, alors qu'il était à 1,09 l'année passée pendant les négociations BREXIT. Qu'en disent Van Der LEYEN et BARNIER ? Silence. Si l'on ajoute les 15 millions de vaccinations, contre 3 en France. On peut dire que ce qui était la Grande Punition pour les BREXITEURS se révèle être celle de l'U.E. "Grosse Machine"fonctionarisée à la sauce Française.
a écrit le 16/02/2021 à 5:07 :
La livre britannique au plus haut : il est où le cataclysme annoncé ?
Réponse de le 16/02/2021 à 10:38 :
Quoi vous ne les entendez pas crier au secours ? Vous n'entendez pas leurs ventres hurler de faim ? Ben c'est parce que vous êtes trop loin hein... ^^
a écrit le 15/02/2021 à 19:33 :
Des chiffres qui donnent le vertige en effet et quand on décide d'arrêter l'économie on assume ses responsabilités même si toute sa vie on a tout fait pour l'éviter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :