Covid-19 : la hausse préoccupante des jeunes décrocheurs en France

13.000 jeunes supplémentaires, qui n'ont pas d'emploi ou n'ont pas fait d'études, ont été recensés en 2020 selon les derniers chiffres de l'Insee. Ils seraient environ 1,6 million au total.
Grégoire Normand
(Crédits : Reuters)

Les ravages de la pandémie sur la jeunesse s'amplifient. Selon les derniers chiffres de l'Insee dévoilés ce vendredi 26 mars, 13,5% des 15-29 ans faisaient partie des fameux "NEET" en 2020 contre 12,4% un an auparavant. Cet acronyme appliqué à l'échelle européenne désigne les jeunes décrocheurs qui sont ni en emploi, ni en formation et ni en études. Après quatre années de baisse, le nombre de jeunes en situation de détresse sociale a bondi d'environ un point entre 2019 et 2020, soit une hausse d'environ 9% en seulement un an. C'est une variation inédite d'après les données mises à disposition par l'organisme de statistiques qui permettent de remonter jusqu'en 2003.

Derrière ces chiffres, beaucoup de jeunes vivent dans des circonstances alarmantes depuis près d'un an. Entre la fermeture des universités, les cours en distanciel, la fin des petits boulots et un marché du travail atone, les perspectives se sont considérablement assombries pour beaucoup d'entre eux. Les images des files d'attente de jeunes dans les banques alimentaires ont particulièrement frappé les associations parfois démunies face à cet afflux.

jeunes pauvreté

Crédits : Reuters

Environ 13.000 jeunes décrocheurs en plus en seulement un an, 1,6 million au total

La propagation de cette maladie infectieuse sur l'ensemble du territoire a frappé de plein fouet les jeunes les plus vulnérables. D'après les calculs de La Tribune, ils seraient environ 13.000 de plus à rejoindre les rangs de cette jeunesse en première ligne. Ils étaient environ 1,58 million en 2020 contre 1,45 million l'année précédente. Et cette situation ne devrait pas s'améliorer avec l'allongement de la crise sanitaire et économique. Depuis 2003, cette population a connu des fluctuations relativement importantes illustrant souvent l'évolution de la conjoncture économique comme l'illustre le graphique ci-dessous. En 2008, le ratio des jeunes décrocheurs a bondi de deux points passant de 12,6% à 14,7% et avait à peine retrouver son niveau de 2007 en...2019.

Une grande partie de ces 15-29 ans ne peut pas prétendre au RSA bloqué pour les jeunes de moins de 25 ans, hormis quelques exceptions. Si le gouvernement multiplie les initiatives depuis plusieurs mois en développant l'apprentissage, les initiatives sur la plateforme "un jeune, une solution" et en encourageant les entreprises à embaucher des profils plus jeunes, il n'a pas vraiment ouvert de débat sur la possible mise en place d'un revenu pour les moins de 25 ans malgré les tentatives de quelques élus et économistes proches de la Macronie.

> Lire aussi : Philippe Aghion : « Macron doit absolument créer le revenu d'insertion pour les jeunes »

La France à la 19ème place en Europe en 2019

Sur le vieux Continent, la France apparaît en deça de la moyenne de l'UE à 28 (12,5%). Parmi les pays en tête de classement, figurent les Pays-Bas (5,7%), la Suède (6,3%) et le Luxembourg (6,5%). A l'opposé, l'Italie (22%), la Grèce (17,7%) et la Roumanie (16,8%) apparaissent tout en bas du tableau. De tels contrastes au sein de l'Europe montrent d'abord qu'il y a de profondes divergences entre les jeunesses européennes. Et si des choix politiques et économiques peuvent en partie expliquer de telles disparités, les effets des crises à répétition sur les jeunes sont clairement documentés par les économistes et les sociologues depuis des années. La crise de 2008-2009 et celle des dettes souveraines de 2012 ont laissé des séquelles sur les jeunes en Europe. En période de croissance faible ou de récession, les entreprises cherchent d'abord à ajuster leurs coûts en se séparant des contrats à courte durée principalement occupés par des débutants. La pandémie continue de faire trembler l'économie européenne et les jeunes devraient continuer de payer un lourd tribut face à ces différentes vagues qui submergent un marché du travail au bord du gouffre depuis plus d'un an.

Part de NEET parmi les 15-29 ans dans l'Union européenne à 28 en 2019 (en %)

Lire aussi : Philippe Aghion : « Macron doit absolument créer le revenu d'insertion pour les jeunes »

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 28/03/2021 à 13:53
Signaler
parfait les socialistes sont ravis, les plans de lenine commencent a bien couler de source les objectifs devraient etre atteints dans une ou deux decennies, et l'ursf pourra alors ressembler au venezuela de maduro, mais sans matieres premieres he...

à écrit le 28/03/2021 à 9:50
Signaler
Un ami me disait que avec Macron ce serait pire qu'avec Sarkozy et moi je lui ai répondu que non que c'est pas possible... tu parles ! -_-

à écrit le 27/03/2021 à 19:47
Signaler
Guère épais

à écrit le 26/03/2021 à 21:57
Signaler
L'autre disait que l'on était en guerre. Les jeunes font la guerre et meurent pour les vieux.

le 27/03/2021 à 8:36
Signaler
Les vieux sont les survivants d'une guerre qui a eu lieu bien avant votre naissance. Mais ces vieux là, savaient faire face sans pleurnicher !

le 27/03/2021 à 18:36
Signaler
Vous ne maîtrisez pas les subtilités de la langue française, en fait il avait dit nous sommes en guère. Sacrée brizitte.

à écrit le 26/03/2021 à 18:04
Signaler
Toujours sur la figure 3, la rupture de série de 2012/2013 a fait perdre (sans tenir compte de la variation de l'année) 8.6% a cet indicateur., en correction ça nous met au niveau de 2009/2011.et ça reste moins pire que 2013/2016. Cette crise sanita...

à écrit le 26/03/2021 à 17:12
Signaler
Pendant ce temps : 1,15 million ! C'est, d'après une étude de l'Unedic révélée par Le Monde, le nombre de demandeurs d'emploi qui pourraient voir leurs allocations baisser suite à l'entrée en vigueur de réforme du mode de calcul des indemnités d...

à écrit le 26/03/2021 à 16:59
Signaler
Résumé en une phrase: le pays décline et s'appauvrit. Il est désormais incapable d'offrir des perspectives à sa jeunesse. Quant aux meilleurs, ils font leur valise et quittent le pays. C'est le déclin, la pandémie ne fait qu'accélérer un mouvement de...

le 27/03/2021 à 7:07
Signaler
Ca fait tres longtemps que le pays France est a la derive. Depuis le premier choc petrolier en fait. C'est precisement en 1977 que j'ai realise que je ne pouvais avoir ou esperer un avenir et j'ai fichu le camp de ce pays de petits barons, voir le va...

à écrit le 26/03/2021 à 16:24
Signaler
Et puis bon, pour ce a quoi ça sert des fois les études. Ca leur évitera de perdre quelques précieuses années a se former a être un chômeur honnête comme disait coluche il y a déjà quelques décennies. Vingtenaires, n'étudiez pas, vivez. En plus ça co...

à écrit le 26/03/2021 à 14:11
Signaler
C'est votre 13.000 qui m'a enduit d'erreur

à écrit le 26/03/2021 à 14:06
Signaler
effectivement la figure 3 va jusqu'en 2020

à écrit le 26/03/2021 à 13:59
Signaler
Désinformation en ligne : bientôt la fin de l'impunité Pardon monsieur Normand, on vous aime bien

à écrit le 26/03/2021 à 13:48
Signaler
hum, en plus le lien insee ça concerne 2019

à écrit le 26/03/2021 à 13:43
Signaler
13.000 sur 1.6 million ça fait pas 1% et non 9% Elle a vraiment bon dos cette épidémie. pfiou la tribune....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.