Covid-19 : les aides ont d'abord bénéficié aux PME

 |  | 376 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Les mesures de soutien mises en place par le gouvernement pendant la crise ont "principalement" bénéficié aux petites et moyennes entreprises entre mars et septembre 2020, a affirmé mardi le président du Comité de suivi et d'évaluation des mesures d'urgence, Benoît Cœuré.

Pendant la première phase de la crise liée au Covid-19, "les entreprises de moins de 250 salariés représentent plus de 80% des entreprises aidées. Et aussi plus de 80% du montant total des aides, pour tous les dispositifs, y compris le prêt garanti par l'Etat", a expliqué Benoît Coeuré, lors d'une conférence de presse en ligne. "Ça tord d'emblée le cou à une idée qu'on voit parfois, qui est que les aides bénéficient principalement aux grandes entreprises. Ce n'est pas vrai", a-t-il souligné.

Report des cotisations pour les TPE

Ainsi, les très petites entreprises (TPE) représentent 50% du montant des contributions sociales reportées et un peu moins de 32% du volume des prêts garantis par l'Etat, détaille un rapport de France Stratégie et de l'Inspection générale des finances.

Pour aider les entreprises à traverser la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place quatre mesures principales: prêts garantis par l'Etat (PGE), reports de charges, chômage partiel et fonds de solidarité pour les TPE.

"Il y a une forme de spécialisation des aides par taille d'entreprise: les reports de charges pour les TPE, le fonds de solidarité pour les PME et le PGE pour les entreprises de taille moyenne ou grande", a observé M. Coeuré. "Mais globalement, l'ensemble des dispositifs bénéficient principalement à des entreprises qui sont petites ou moyennes", a-t-il insisté.

3,7 millions d'entreprises bénéficiaires

Plus globalement, à fin septembre 2020, quelque 3,7 millions d'entreprises ont bénéficié d'au moins une des quatre principales mesures de soutien, pour un montant global de près de 161 milliards d'euros, relève encore l'étude.

"Au niveau macroéconomique, on a le sentiment que les aides ont été suffisantes pour maintenir les PME à flot", a estimé le président du Comité de suivi, même si cela "cache sans doute des effets par secteur et par bassin géographique".

Sur le "quoi qu'il en coûte", c'est-à-dire la mobilisation de tous les moyens nécessaires face à la crise sanitaire, Benoit Coeuré a estimé qu'"il est absolument normal (...) qu'il soit maintenu tant que les entreprises ne pourront pas fonctionner normalement pour des raisons qui sont complètement en dehors de leur volonté"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :