De plus en plus d'infirmiers pointent au chômage

 |   |  231  mots
(Crédits : Reuters)
lus de 18.000 infirmiers étaient inscrits à Pôle emploi fin 2017, un nombre en hausse constante depuis 2010 même si le taux de chômage de la profession reste faible, selon une étude publiée jeudi par la Drees.

"Les infirmiers sont de plus en plus touchés par le chômage, la dégradation étant plus marquée que pour les autres professions", constate le service statistique des ministères sociaux.

Les demandeurs d'emploi "ne représentaient toutefois que 3,6% des effectifs d'infirmiers en activité" fin 2017, soit "une proportion moindre que dans les autres métiers", nuance la Drees.

Le nombre d'infirmiers inscrits à Pôle emploi et tenus de chercher du travail a cependant bondi de 6.390 fin 2010, à 18.250 sept ans plus tard.

Dans le même temps, le nombre de nouveaux diplômés sortis des instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) est passé d'un peu plus de 22.000 en 2010 à près de 26.000 en 2016.

Obligés de débuter leur carrière par un poste salarié, ils peinent plus qu'avant à trouver des débouchés : dans la promotion sortie des Ifsi en 2013, "74% ont trouvé leur premier emploi en moins d'un mois, contre 85% des diplômés de 2007".

Si l'entrée sur le marché du travail est ralentie, la profession conserve une "qualité d'insertion plus favorable que la moyenne", souligne la Drees, qui précise que "trois ans après leur formation, 96% des infirmiers occupent un emploi".

Mais ceux qui pointent au chômage ont de plus en plus de mal à en sortir : le nombre d'infirmiers inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an "a été multiplié par quatre" entre 2009 et 2017, d'environ 1.500 à 5.800.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2019 à 1:35 :
la six a fais un reportage sur les fermeture de d hôpitaux et de clinique d accouchement, il ont mis des cotats moins de 300 acouchements ils ferment, c est pareil pour les hôpitaux de petit villes de campagne :on en a vues beaucoup ferme ces derniere annees ; ce sont leurs economies du service public voulue pars le gouvernement pourtant il y a des hôpitaux a ouvrir? c est pour la prisse en charge des personnes viellisante le 4 age sarkosi avais parle d une 4 branche de le securite social ON DEVRAIS SI METTRE ASSEZ VITE ON ATTEND ENCORE UNE EXPLOSTION DES RETRAITES EN FRANCE CES INFERMIERES AUX CHOMAGE POUREZ Y TROUVE DU TRAVAIL???
a écrit le 26/01/2019 à 15:59 :
et au royaume uni ils en manquent crucialement...go figure
a écrit le 26/01/2019 à 10:53 :
Profession dont profite le système depuis trop longtemps, largement sous-rémunérée pour les sacrifices et les horaires demandés , conditions de travail épouvantables, cheville ouvrière de l'hôpital , entourée de parasites hierarchiques pistonnés et planqués .
Les infirmier(e)s, par leur abnégation et leur dévouement sont les derniers représentants d'un service public digne de ce nom ...
Je déconseille aux jeunes cette profession !
Réponse de le 27/01/2019 à 19:38 :
"entourée de parasites hierarchiques pistonnés et planqués", ce constat est le même dans quasiment tous les secteurs d'activité en France, c'est une épidémie qui gagne du terrain chaque jour. J'apporterai même une réserve : postionnés oui, mais même plus planqués, ils osent maintenant sortie du bois, se fédérer, attaquer les forces productives, les humilier, monter des plans tous plus absurdes les uns que les autres pour conserver un système hiérarchique aussi inutile qu'inopérant, pendant les talents restants tombent les uns après les autres, ou s'expatrient dans le meilleur des cas.
Réponse de le 27/01/2019 à 19:39 :
"entourée de parasites hierarchiques pistonnés et planqués", ce constat est le même dans quasiment tous les secteurs d'activité en France, c'est une épidémie qui gagne du terrain chaque jour. J'apporterai même une réserve : pistonnés oui, mais même plus planqués, ils osent maintenant sortir du bois, se fédérer, attaquer les forces productives, les humilier, monter des plans tous plus absurdes les uns que les autres pour maintenir un système hiérarchique aussi inutile qu'inopérant, pendant que les talents restants tombent les uns après les autres, ou s'expatrient dans le meilleur des cas.
a écrit le 25/01/2019 à 20:04 :
Le choix d’être infirmier.es dans un hôpital public ou bien à son compte ?

L’hôpital fait fuir beaucoup d’infirmier .es à cause du système rigide ( nous adhérons ou pas)

Le gouvernement pourrait faire un geste pour rendre flexible les couvertures pour les «  libéraux « installés à leur compte , car c’est super les services des infirmiers à proximité, qui se déplacent auprès des patient . es... libres ... en transmettant les valeurs de leur métier

(sans un cadre hospitalier hiérarchique poussiéreux...)

Réponse de le 25/01/2019 à 22:54 :
Citoyen Ordinaire, excusez-moi de vous reprendre. Il faut dire: "...les « libéraux.rales « installé.es à leur compte , car c’est super les services des infirmier.es à proximité..."
On fait de l’écriture inclusive ou on n'en fait pas. On rend l’écriture illisible ou pas.
Réponse de le 26/01/2019 à 9:04 :
C'est surtout que tous ces jeunes diplômés pensent devenir cadre, mais ils ont oublier qu'il y avait du boulot a faire avant
Réponse de le 26/01/2019 à 13:17 :
@Taninawolf: typiquement une réflexion de quelqu'un qui ne connait pas le métier... 3 ans d'étude, des weekends à bosser, des horaires décalés, des heures supplémentaires non payés ou impossible à poser, des actes effectués sous la pression des cadres sans aucun moyens. En cas d'erreur c'est tout pour ta pomme, des problèmes physiques au bout de quelques années (porter des malades à 2 toute la journée ça use. Tout cela pour un salaire de 1500€. Une reconnaissance proche de -10. Et le mieux dans tout cela: pas le droit de grève, donc un petit foulard noir mais ça arrange la direction :"moins de personnes à payer mais le boulot sera quand même fait"
Réponse de le 26/01/2019 à 20:01 :
Du vrai dans les commentaires, le hic dans la fonction publique il y a les mêmes problèmes mon fils une licence de gestion est policier à la Paf
il y a une augmentation de la durée des échelons...en prévision de la retraite 60 ans . + + ? en sachant des horaires et de deux WE par mois C'est comme dans le privé à moins du piston il y a des anciens avant vous. En Suisse comme ils coutent chers 2iéme palier ...Il vire...
Infirmier du privé là c'est question d'avoir une clientèle car à la campagne le "nomadisme" n'existe pas. Taxer celles ou ceux qui bossent 12 heures voire plus par jour ? Je suis étonné du nombre de demandeurs d'emplois dans cette profession..Il y a qq années ils manquaient en Suisse. J'ai peur pour mon petit fils qui fait médecine mais qui ne souhaite pas de devenir généraliste...Que fait le gouvernement pour les étudiants études longues jadis celui qui empruntait , pouvait déduire 25% des intérêts mais pour ceux dont le prêt date d'avant 2009
a écrit le 25/01/2019 à 19:26 :
D'un coté les patients meurent dans les couloirs des urgences faute de personnel soignant et de l'autre des infirmier(e)s diplômé(e)s qui doivent pointer à Pôle Emploi.

Cherchez l'erreur...

Tant que les gens qui considèrent que la réduction des charges sociales prîme sur la vie des patients, restent au pouvoir, ça ne peut qu'empirer.

On nous a fait le coup avec le numerus clausus des médecins, et on continue avec les infirmières jusqu'à ce, dégoutées, elle partent à l'étranger (Allemagne, Luxembourg, Belgique, Angleterre...) où elles sont bien mieux considérées.

Et dans 10 ans on pleurera quand on aura besoin de soins et le fils de Macron viendra nous expliquer qu'on a tort de pleurnicher.
a écrit le 25/01/2019 à 18:51 :
statistique en trompe l'oeil. Quand on voit les conditions de travail de ces personnes, on comprend qu'une bonne part de ces chomeurs le sont par choix.
Réponse de le 26/01/2019 à 8:04 :
Et ils ont bien raison, les petits nouveaux qui debarquent ils se cognent la m, les horaires de m et les "anciens" installés qui souvent se la petent un peu trop et squattent toutes les nombreuses astuces, (delegations, comités theodules...) pour echapper a un peu tout
TSH, tout sauf l'hopital.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :