Décentralisation : Macron rejoue le grand débat national

Dans son allocution de dimanche soir, le président de la République a promis de "changer profondément l'organisation de l'Etat". En réalité, il n'a fait que relire sa Lettre aux Français de janvier 2019 publiée en pleine crise des gilets jaunes et répéter ses propos d'avril 2019 post-grand débat national.
César Armand
Le président de la République lors du grand débat national au premier trimestre 2019.
Le président de la République lors du grand débat national au premier trimestre 2019. (Crédits : Reuters)

"Il me reviendra avec vous de bâtir de nouveaux équilibres dans les pouvoirs et les responsabilités (...) J'en ai la conviction profonde: l'organisation de l'Etat et de notre action doit profondément changer", a déclaré dimanche soir Emmanuel Macron lors de son adresse à la Nation.

Des propos déjà entendus en... 2019

En réalité, le président de la République n'a fait que relire sa Lettre aux Français du... 12 janvier 2019, publiée en pleine crise des gilets jaunes: "Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités territoriales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d'action au plus près des citoyens ? À quels niveaux et pour quels services ?" écrivait-il à l'époque.

Lire aussi : Grand débat : vers un big bang de l'organisation de l'État dans les territoires

La phrase suivante - "Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris" - est, elle, un clin d'œil à ses annonces du printemps dernier. Lors de la conférence de presse du 25 avril 2019, post-grand débat national, Emmanuel Macron avait exprimé sa volonté de "changer le mode d'organisation de notre République" avec des "principes simples", notamment sur les "problématiques de la vie quotidienne : transition écologique, logement, transport" afin de"garantir des décisions au plus près du terrain".

Lire aussi : A quoi va ressembler l'acte de décentralisation version Macron ?

Là encore, quand il répète comme hier : "Faisons-leur davantage confiance, libérons la créativité et l'énergie du terrain", le chef de l'Etat se fait encore le porte-parole du Macron 2019. Au printemps dernier, il promettait effectivement aux élus locaux un "geste de différenciation territoriale" pour "adapter [les] règles aux territoires et gagner en liberté". Dans la foulée, le gouvernement avait annoncé la rédaction d'un projet de loi sur la décentralisation, la déconcentration et la différenciation (loi 3D, Ndlr).

Lire aussi : Au Sénat, Édouard Philippe multiplie les déclarations d'amour à l'égard des territoires

Au gouvernement, "on est déboussolés"

Dans ces conditions, comment interpréter cette nouvelle idée du 14 juin 2020 d'"une page nouvelle donnant des libertés et des responsabilités inédites à ceux qui agissent au plus près de nos vies", "nos maires" ont été cités ? S'agit-il de ce fameux projet de loi 3D ajourné du fait de la Covid-19 et du report des élections municipales ? Du célèbre projet de loi de révision constitutionnelle présenté à l'été 2018 au Parlement et décalé sine die à la suite de l'éclatement de l'affaire Benalla ?

Dans les couloirs de l'exécutif, "on est déboussolés", témoigne un membre de cabinet ministériel auprès de La Tribune. "On ne sait pas si ce sont des commandes qu'il passe auprès des administrations centrales et/ou des ministres ou si c'est une feuille de route qui commence dès maintenant", ajoute-t-on.

Seuls la remise des contributions des présidents de l'Assemblée nationale, du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et du Sénat, le remaniement prévu au lendemain du second tour des élections municipales ainsi que le discours de juillet devraient permettre de mieux comprendre l'état d'esprit d'Emmanuel Macron.

César Armand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 18/06/2020 à 22:16
Signaler
Le grand baratineur ne cesse de nous faire tourner en rond en debats a l'onfini a repetition au lieu d'agit pour avoir des resultats. Les mille feuille politiques et administratifs, les 620 000 elus, les 1600 comissions theodule, les 103 aides socia...

à écrit le 17/06/2020 à 6:02
Signaler
Bravo, il faut mettre tout ça en route maintenant !

à écrit le 16/06/2020 à 18:12
Signaler
Les énarques feront tout pour empêcher la décentralisation.Pour les directeurs d'administration, se déplacer de 100 km autour de Paris ressemble à de l'exode. A l'heure de l'informatique en temps réel, le maintien des services ministériels à Paris de...

à écrit le 16/06/2020 à 15:12
Signaler
avant toute campagne électorale les français attendent la pure vérité . la redifusion sur écran publiscitaire ne donne plus le cap

le 17/06/2020 à 6:03
Signaler
pure vérité ? mdr, celui qui ne ment pas n'est jamais élu !

à écrit le 16/06/2020 à 13:42
Signaler
La décentralisation, c'est la fin de l'égalité... les despotes locaux pourront jouer avec leurs administrés... un peu de tapage nocturne, hop un couvre feu dans le secteur etc etc

à écrit le 16/06/2020 à 11:33
Signaler
On en revient toujours en 1969 lorsque De Gaulle lance un référendum sur la régionalisation que l'on appelle aujourd'hui la décentralisation. Il y avait aussi la transformation du Sénat, dont il faudra bien s'occuper un jour, assemblée élue non démoc...

à écrit le 16/06/2020 à 11:18
Signaler
Lorsqu'on est comme lui tellement imbu de sa personne et de ses pouvoirs et lorsqu'on écoute même pas ses conseillers à l'Elysée, je vois mal le même homme être devenu un apôtre de la DECENTRALISATION. Pourtant il est un fervent adepte de l'U.E. act...

à écrit le 16/06/2020 à 10:54
Signaler
Gilets jaunes, retraites , Covid , des dettes surréalistes, ce quinquennat est complètement raté. On pensait qu'un jeune président serait capable de dynamiser le pays , le libérer de cette administration pléthorique, des normes qui compliquent la vie...

le 16/06/2020 à 13:57
Signaler
Le raté ce n'est pas le quinquennat mais le bohnomme . Les boulets de la France sont bien identifiés mais les gouvernants ont la trouille . Il faudrait une action musclée et comme à la guerre il y aurait des morts . Notre société applaudit l'intubag...

à écrit le 16/06/2020 à 10:39
Signaler
toutes ces promesses il va bien falloir les payer il faut donc faire un grand ménage dans toutes ces administrations et cette fonction publique qui ne servent a rien . EXemple : Pourquoi le regroupement des régions coute t il plus cher ? ...

à écrit le 16/06/2020 à 9:35
Signaler
Qu'il faille délocaliser l'état central, pour remettre l'état au plus près des citoyens, on peut le comprendre. Mais notre mal est plus profond que cela. La seule vraie question est de savoir s'il faut accepter de financer une structure étatique, tro...

le 16/06/2020 à 14:16
Signaler
richesses produites par le secteur privé?.Vous oubliez les commandes de l'etat.De plus par ce temps de covid bien content de trouver l'etat aussi.Vous voulez moins d'infirmieres de policiers de magistrats de profs dites le .

à écrit le 16/06/2020 à 8:25
Signaler
C'est le genre de discours que les Français "normaux", "basiques", au sens noble et réaliste des termes ne veulent plus entendre. L'enfumage par les éléments de langage d'une communication étudiée ne fait plus recette parce qu'incomprehensible, lénif...

à écrit le 16/06/2020 à 7:44
Signaler
tous connaissent le mal Français mais personne ose le dire et surtout trancher pour régler cette maladie bien évoquer par le président durant la crise gilet jaune ce sont les haut fonctionnaire qui font tous pour garder leur privilège et qui son...

à écrit le 16/06/2020 à 6:57
Signaler
Eh bien si Macron rejoue la scène du grand débat, il lui suffit de relire les réponse qu'on a formulées. Et s'il ne les retrouve pas dans ses papiers, il lui suffit de re-mandater un cabinet conseil en stratégie français pour refaire, à nos frais, le...

à écrit le 15/06/2020 à 23:08
Signaler
Son unique arme au banquier: ce sont les mots et promesses, les flagorneries. Il maitrise les éléments de langage codés, qui déguisent mensonge et hypocrisie pour séduire les électeurs crédules sans instruction. Cela le fait jouir d'encbobiner les g...

à écrit le 15/06/2020 à 20:31
Signaler
je suis novice et qq'un d'aimable aurait-il la gentillesse, de me dire, du grand débat avec macron, philippe et tous les lrem qu'est ce qui en est sorti? merci pour votre aide, car je ne vois pas du tout les avancées, mais bon je suis profane en la m...

à écrit le 15/06/2020 à 19:24
Signaler
Que retenir du discours de Macron ? Qu'il nous pousse encore plus sur le chemin d'une Union européenne renforcée, dont il glorifie « les valeurs », « la culture » et « la "souveraineté », qu'il se félicite des accords ( = la dette acceptée que nous r...

le 16/06/2020 à 6:55
Signaler
Multi millenaire, vous y allez un peu fort.

à écrit le 15/06/2020 à 19:18
Signaler
Son jeu est de rendre coupable les français de l'avoir élu! Cela lui évite tout sens de culpabilité puisqu'il pense que son programme est l'intégration de notre pays dans l'UE de Bruxelles et mettre la France en position de ne pouvoir revenir en arri...

à écrit le 15/06/2020 à 17:55
Signaler
Ben franchement tant mieux ! C'est qu'il en a éculé des éléments et des éléments de langage ! Il a du user tous les cabinets de communication français et allemands, qu'il répète des discours similaires et donc déjà payés, c'est de l'économie circulai...

le 17/06/2020 à 10:41
Signaler
@ multipseudos: "C'était un homme un peu maigrichon, fin, cultivé, charmant." Heu faut que tu fasses du chiffre c'est ça ? T'es en retard sur tes objectifs ? Signalé.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.