Départementales : "Trop dispersée au premier tour, la gauche doit se rassembler"

 |   |  848  mots
Ce soir, l'extrême droite, même si elle est trop haute, n'est pas la première formation de France, a déclaré le Premier ministre Manuel Valls.
"Ce soir, l'extrême droite, même si elle est trop haute, n'est pas la première formation de France", a déclaré le Premier ministre Manuel Valls. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Voici les réactions des principaux dirigeants politiques français après le premier tour des élections législatives qui a vu la droite s'imposer, devant le Front national et le Parti socialiste.

Le premier tour des élections départementales de dimanche 22 mars a permis à l'UMP de revendiquer la victoire, alors que le Parti socialiste, qui obtient un meilleur score qu'aux européennes 2014 (environ 21% contre 14%, selon les derniers résultats partiels du ministère de l'Intérieur) semble se satisfaire d'un "score honorable". Le Front national, au-dessus des 25%, parle d'un exploit.

Voici les réactions des principaux dirigeants politiques françaises.

À gauche

  • Manuel Valls, Premier ministre, dans une déclaration

"Ce soir, l'extrême droite, même si elle est trop haute, n'est pas la première formation de France."

Le chef du gouvernement, qui a appelé "tous les républicains à faire barrage à l'extrême droite au second tour", a appelé une gauche "trop dispersée au premier tour" à "se rassembler autour du candidat de gauche le mieux placé au second tour pour garder le plus de cantons et de départements".

  • Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à la Simplification

Le score du FN a été limité, mais "après, il faut être très lucide (...) nous résistons mais ça restera un scrutin de recul".

  • Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement

"Il y a aujourd'hui en France 500 cantons où la gauche ne sera pas présente au deuxième tour, dont une centaine que nous aurions pu remporter, en raison de la division de la gauche."

  • Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement et députée EELV

Un rassemblement auquel a également appelé Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste (PCF), dans un communiqué.

  • Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV

"L'écologie politique a fait figure de boussole pour beaucoup d'électeurs de gauche. Nous sommes au-dessus des européennes", s'est félicitée la vice-présidente de la région Île-de-France en charge du Logement.

De fait, si les chiffres du ministère de l'Intérieur indique Europe Écologie-Les Verts autour de 2%, David Cormand, secrétaire national adjoint de EELV, a indiqué sur Twitter que "le score moyen d'EELV sur les 377 cantons où nous présentions des candidatures autonomes est de 9,7%".

À droite

  • Nicolas Sarkozy, président de l'UMP

"Ce premier tour montre la profonde aspiration des Français au changement dans les départements. Si nos compatriotes se sont détournés de la gauche, c'est parce que depuis trois ans on ne cesse de leur mentir."

L'ancien chef de l'État a également confirmé "qu'il n'y aura aucun accord national ou local avec les candidats (du FN)". De même, le parti qui s'est imposé au premier tour de ces législatives, n'appellera à voter "ni" pour le Front national,"ni" pour le Parti socialiste.

  • Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux

"Le principal enseignement du scrutin, c'est à l'évidence le succès de la dynamique qui s'est créée autour du rassemblement de la droite et du centre. Il s'agit d'un désaveu très net de la majorité gouvernementale."

L'ex-Premier ministre a également estimé qu'il "n'y a pas de vague Bleu Marine".

  • Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, dans un communiqué

Pour le deuxième tour, nous sommes "très très clairs" et "nous appelons à faire barrage à l'extrême droite", a déclaré le député-marie de Drancy. Ajoutant qu'"à chaque fois que des candidats d'extrême droite seront élus, les citoyens courront le risque d'avoir des départements sans majorité, donc paralysés et impuissants".

  • François Bayrou, président du MoDem

"Le score du FN est moins important que prévu et même si c'est un score qui pèse, il y a là encore une question sur les sondages et l'utilisation qui en est faite, tout le paysage préélectoral."

L'ancien candidat à la présidence de la République n'est "pas pour le ni-ni" et estime que la majorité a subi un "échec très important".

Au Front national

  • Marine Le Pen, présidente du FN

"Sans implantation locale préalable, avec un seul sortant sur 4.000 élus départementaux, le FN réussit l'exploit de dépasser dans une élection locale son score des européennes."

Dans une interview au Monde, l'eurodéputée, qui a appelé à la démission du Premier ministre Manuel Valls, s'est félicitée "d'avoir délogé le PS dans 1.000 cantons".

  • Florian Philippot, vice-président du FN

Pour l'homme politique, le parti a fait "un score historique" et occupe désormais la place de "premier parti de France". Interviewé sur Europe 1, il a livré ses pronostiques pour le second tour :

 "L'UMP sera noyée dans son 'ni, ni', le PS dans ses tambouilles. Nous on parlera de fonds, on parlera de la survie des départements, de l'austérité qui va frapper les politiques familiales, de l'interdiction du voile dans les crèches."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2015 à 15:05 :
ils nous bassinent de discours politicinens de manipulations d'alliances dans notre dos, de messages anti extréme droite... mais rien sur l'extréme gauche , et surtout rien sur les solutions concernant le sproblèmes des citoyens, le chomage, la suppression des départements, de cette horreur de parité qui nous coute 2 fois plus d'élus, de la chasse aux monstrueux gaspilages publics, les 22 milliards de régimes spéciaux....

rien de rien, et ils s'étonnent que la FN monte...
a écrit le 24/03/2015 à 15:01 :
pour certains le FN est non fréquentable, il a des idées non démocratiques..
certes, mais en quoi l’extrême gauche, profondément antisémite, qui cultive la haine des patrons et des entreprises, qui fait des propositions démagogiques de destruction économique évidentes, et qui a un passé historique de dizaines de millions de morts par pure idéologise totalitaire, en quoi cet extrême gauche est fréquentable ???
pourquoi personne ne se pose la question ???
a écrit le 24/03/2015 à 14:57 :
comment après avoir tiré à boulets rouges sur le parti d'à coté, demander ensuite aux électeurs de voter pour lui ???

mais surtout comment le scommerciaux de la politique peuvent ils organiser une entente commerciale et nous dire : on a réfléchi pour vous, votez pour tel parti !!! mais quel profond mépris pour les citoyens !!
qu'ils aillent au bout de leur logique, qu'ils suppriment les élections et votent à notre place, au moins ce sera clair et cohérent !!!
a écrit le 23/03/2015 à 21:45 :
Et dans le cas UMP / PS, le FN demandera quel vote?
a écrit le 23/03/2015 à 11:24 :
LE PS NE PEUT GOUVERNE QU AVEC LE 49.03 IL A REFUSSE LES ACCORDS PG ET VERTS DONC IL VAS DROIT DANS LE MUR???
Réponse de le 24/03/2015 à 15:02 :
@la vérité : un GVT qui utilise le 49.3 ne peut pas faire la morale "republicaine" comme le fait en permanence mr Valls ..Mais plus rien ne m étonne : PS = menteur
Réponse de le 24/03/2015 à 19:35 :
le 49.3 a été utilisé parce les démagos frondeurs et les hypocrites de droite d'accord avec le fond allaient voter contre, donc valls a mis le parlement en phase avec l'opinion publique qui était trés majoritairement favorable à la loi macron, et a donc arrêté les jeux du cirque du parlement complétement déconnecté du peuple.....
car les députés ne représentent pas la peuple, une fois élus ils ne gèrent leur propres élections, effets de manche, postures, spectacle.... pour ceux qui sont présents...
a écrit le 23/03/2015 à 10:44 :
la gauche la droite c est le même foutoir et le fn est la bonne conscience de la droite
c est grâce au fn que ces deux partis tienne le crachoir depuis des décennies les français sont des moutons
Réponse de le 23/03/2015 à 21:44 :
N'insultez pas les moutons. Eux on les conduit à l’abattoir, alors que nous...
Les Français ne comprennent toujours pas que de voter blanc ou s'abstenir fais le jeux des principaux parties. Le jour ou il iront massivement voter et que leur choix se fera au hasard en enlevant les principaux partis dont ils ne veulent pas; le vote deviendra totalement aléatoire et là les partis ne pourront plus jouer de notre crétinerie. On aura une chance aux élections suivante d'avoir enfin un choix et surtout que les élus bossent enfin pour les citoyens Français, qu'ils soit riche patrons ou pauvre manœuvre.
Mais bon faut pas rêver...
a écrit le 23/03/2015 à 10:08 :
A la question "la droite va-t-elle appeler à voter PS en cas de duel FNPS, je répondrais :
- si le PS proclame que eux , voteraient à droite contre le FN, alors l'UMP votera PS face à l'extrême gauche !
- tant que le PS ne reconnaitra pas que dans ces conditions, ils ne se gargariseront pas du soutien qui leur est donné au 2e tour, l'ump n'appelera pas à voter PS !
- LE PS, dans le cas d'un élu PS Grace à un soutien de la droite face au FN, s'engage t il a être neutre dans une opposition droite-gauche !!
Réponse de le 23/03/2015 à 11:30 :
Votre message est incompréhensible. Si les électeurs de gauche adoptent, à titre personnel le ni-ni, l'UMP aura quelques sueurs froides dimanche prochain. Je ne suis pas loin de le souhaiter à vrai dire. Je garde en mémoire 2002.
a écrit le 23/03/2015 à 9:32 :
Pour rassembler à gauche encore faut-il avoir un programme rassembleur ce qui n'est pas le cas du social libéralisme de droite à la mode Valls Hollande!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :