Dette : Le Maire favorable à une règle pour stabiliser la dépense publique

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s'est dit mardi favorable à l'édiction d'une "règle pluriannuelle" visant à stabiliser le niveau de dépense publique, afin de réduire in fine la dette publique qui s'est envolée avec la crise sanitaire et économique.
(Crédits : Reuters)

"Je suis favorable à ce que nous réfléchissions à la mise en place d'une règle pluriannuelle pour stabiliser la dépense publique", a déclaré le ministre lors d'un débat sur la dette publique au Sénat.

L'objectif est, "quand la crise sera derrière nous", d'engager le remboursement de la dette publique, à la fois en comptant sur le retour de la croissance, mais aussi sur une "maîtrise des dépenses publiques", a précisé Bruno Le Maire.

Objectif de dépense à l'étude

Actuellement, les gouvernements n'ont pas à respecter d'objectif strict de dépense publique. La dernière loi de programmation des finances publiques pour la période 2018-2022 avait défini des objectifs d'évolution du taux de croissance des dépenses publiques en volume. Mais ce cadrage n'est qu'incitatif et n'a d'ailleurs pas toujours été respecté.

Cette future règle pourrait par exemple prendre la forme d'un objectif de dépense sur l'ensemble du champ de la dépense publique, sur le modèle de l'Ondam pour l'assurance maladie, précise-t-on à Bercy, en soulignant que ce n'est à ce stade qu'une proposition.

Pas de hausse d'impôts

Le ministère attend notamment les propositions à venir de la commission mandatée pour réfléchir à la gestion des finances publiques et présidée par l'ancien ministre Jean Arthuis.

Pour Bruno le Maire, le remboursement de la dette publique ne devra pas passer par des hausses d'impôts, mais par la combinaison de la reprise de la croissance, de la maîtrise des dépenses publiques et des réformes, comme celle des retraites.

Afin de doper la croissance, le ministre compte sur le plan de relance de 100 milliards d'euros, mais aussi sur la mobilisation de l'épargne des Français. Il a d'ailleurs indiqué mardi que le ministère travaille à un dispositif pour "les inciter à transmettre plus facilement cette épargne à ceux qui pourraient la consommer", confirmant une information des Échos. La dette publique a bondi de 20 points l'an dernier pour atteindre environ 120% du PIB, du fait de la crise sanitaire et économique.

La dette directement issue du Covid est estimée par Bercy à 215 milliards d'euros, dont 140 milliards dans le champ de l'État et 75 milliards dans le champ de la sécurité sociale.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 03/03/2021 à 19:57
Signaler
Encore une règle! Appelons un patron du Privé qui a réussi et ayant un charisme plus dynamisant qu'un bonnet de nuit! Payons le bien! Il le méritera! Réduisons le personnel dirigeant (impossible de diriger une équipe de quarante ministres et quatre c...

à écrit le 03/03/2021 à 18:05
Signaler
wow encore un plan a 15 ans, comme hollande avec sa ' france 2050' lemaire va expliquer qu'il n'est pas concerne a cause du covid, le suivant aura une autre excuse quand ca allait bien hollande n'a fait aucune economie, il a juste ' depense moins ...

à écrit le 03/03/2021 à 11:31
Signaler
Si avant la crise vous aviez réduit le train de vie faramineux du président et ministres ont serait pas autant dans le rouge aujourd'hui, en quoi une piscine de vacances était nécessaire dans un fort au milieu de l’océan pour juste le président et sa...

à écrit le 03/03/2021 à 11:31
Signaler
Le COVID-19 a été le prétexte rêvé pour ouvrir la boite de Pandore de l'endettement, maintenant qu'on s'est engagé dans cette voie, on n'en sortira plus, sauf peut-être par une crise violente et majeure

à écrit le 03/03/2021 à 10:55
Signaler
Moi aussi je suis favorable à ce que vous réfléchissiez... autrement.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.