Les régionales en direct : le FN distancé en Ile-de-France

 |   |  1785  mots
Le premier tour des élections régionales doit livrer ses premiers résultats à partir de 20h.
Le premier tour des élections régionales doit livrer ses premiers résultats à partir de 20h. (Crédits : reuters.com)
Suivez les résultats et toute l'actualité du premier tour des élections régionales 2015.

| Lire notre analyse |

Le FN en tête avec près de 30% des voix

| En direct de nos régions |

Marine Le Pen vire largement en tête dans le Nord

Florian Philippot (FN) gagne son pari dans le Grand Est

Valérie Pécresse en tête au premier tour en Île-de-France

PACA vire à droite toute

Percée historique du FN devant le PS en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Aquitaine Limousin Poitou-Charentes : Alain Rousset en tête

| Le Direct |

[22h34] Dominique Reynié se maintient en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Le candidat Les Républicains a annoncé qu'il maintenait sa candidature malgré sa position de 3eme homme avec 18,8% des voix seulement. Il répond ainsi favorablement au mot d'ordre de Nicolas Sarkozy qui consiste à ne pas opter pour le retrait ou la fusion en faveur d'une liste de gauche. Côté PS, Carole Delga a recueilli 25% des voix. Le candidat FN est arrivé premier avec 30,7% des voix.

[22h10] Jean-Christophe Cambadélis annonce un "barrage républicain"

Le patron du PS a prévenu que "l'histoire sera sévère avec ceux qui préfèrent l'extrême-droite plutôt que la gauche", en référence au choix de Nicolas Sarkozy d'adopter la ligne du "ni-ni" (ni retrait, ni fusion).

Jean-Christophe Cambadélis a annoncé un "barrage républicain", autrement dit un retrait des listes PS arrivées troisième en Paca et dans le Nord, deux régions où le FN est en capacité de l'emporter. En PACA, le candidat socialiste, Christophe Castaner, a toutefois annoncé son refus de se retirer.

Carte résultats 1er tour régionales 2015

[21h40] François Bayrou demande le retrait des listes arrivées en 3e position

Le président du MoDem a appelé dimanche soir "au retrait pur et simple" de toute liste arrivée en 3e position au premier tour des élections régionales, pour permettre un "ressaisissement démocratique" face au Front national.

"Si (les) états-majors étaient responsables, ils devraient adopter une ligne de conduite lisible par les Français: le retrait pur et simple de la liste arrivée en troisième position pour permettre, en regroupant les voix, un ressaisissement démocratique", écrit M. Bayrou dans un communiqué.

François Bayrou rejoint ainsi la ligne adoptée par son allié UDI par la voix de Jean-Christophe Lagarde. Il s'oppose toutefois à la position prise par Nicolas Sarkozy, mais celui-ci doit encore en débattre avec l'état-major des Républicains lundi matin.

[21h20] Le candidat PS refuse de se retirer en PACA malgré sa 3e position

Christophe Castaner qui n'a recueilli que 18,1% des voix au premier tour du scrutin régional en PACA a refusé de se désister en faveur de Christian Estrosi (25% des voix). Ce maintien permettrait à la liste FN emmenée par Marion Maréchal-Le Pen de l'emporter au second tour, forte de son score de 41,7% des voix. Christophe Castaner pourrait toutefois se trouver en conflit avec le Parti Socialiste qui prône les désistements afin de faire barrage au Front National.

"Je constate ce soir que le total des voix de gauche est supérieur au score présumé de Christian Estrosi", a expliqué le candidat socialiste. "J'appelle l'ensemble des forces de gauche, démocrates et écologistes à me rejoindre pour préparer l'avenir."

"Christian Estrosi est coupable d'avoir semé la graine de la fleur du mal que le Front national récolte. Il ne peut prétendre rassembler les républicains à la victoire", a-t-il ajouté.

[21h00] Le FN loin derrière en Il-de-France

D'après une estimation Ipsos, Valérie Pécresse (LR) remporterait 30,5% des voix en Ile-de-France. Elle est suivie par Claude Bartolone (PS) qui gagnerait 25,4% des suffrages. Wallerand de Saint Just, tête de liste FN, réunit 18,4% des voix.

[20h55] Emmanuelle Cosse appelle à la fusion d'EELV et du PS

"Ce que nous pouvons faire, c'est travailler à la fusion des listes de gauche et des écologistes au second tour, afin d'avoir des régions demain qui soient dirigées par cette majorité-là", a déclaré la leader des écologistes, Emmanuelle Cosse, sur France 2.

[20h50] Nathalie Kosciusko-Morizet doute de l'efficacité d'un retrait des listes LR

La vice-président de Les Républicains a appelé à faire barrage au FN: "tout doit être fait pour qu'un représentant du FN n'accède pas à la tête d'une région, (...) mais les électeurs ne se laissent pas additionner, on en perd beaucoup en chemin". Elle s'est interrogée sur l'exemple de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées:

"est-ce que le retrait de la liste Les Républicains dans cette région ne serait pas une chance pour le Front National?"

[20h40] Jean-Christophe Lagarde (UDI) réclame le retrait des troisièmes listes

Le président de l'UDI, allié à Les Républicains dans des listes communes, a demandé le retrait de toutes les listes arrivées en troisième position dans les région où le FN est en capacité de gagner. Il s'oppose ainsi à la ligne du "ni-ni" revendiquée par Nicolas Sarkozy et qui doit être discutée lundi matin dans un bureau politique de Les Républicains.

[20h30] Marine Le Pen revendique le "seul front véritablement républicain"

La président du Front National, également tête de liste au Nord-Pas-de-Calais-Picardie où elle est arrivée largement en tête avec 40% des suffrages, a qualifié le score du FN au niveau national de "résultat magnifique, que nous accueillons avec humilité, gravité et un grand sens des responsabilités".

Elle s'est réjoui du score de 50% du FN à Calais. Marine Le Pen a revendiqué la ligne républicaine de son parti, "la seule", d'après elle, "à défendre une République authentiquement française" (...), "le seul front véritablement républicain car il défend la nation et la souveraineté".

[20h20] Nicolas Sarkozy met en cause l'exécutif

Le président de Les Républicains a fait le constat de "l'exaspération des Français", décrivant une France qui "n'en peut plus". Il a estimé que le résultat du scrutin traduisait le souhait des Français que "la République ne recule plus, comme c'est le cas depuis 4 ans".

Il a également justifié sa position du ni-ni (ni retrait, ni fusion): il faut "refuser la tentation de jouer avec les suffrages des français avec je ne sais quel arrangement tactique".

[20h14] Le PS en tête dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Alain Rousset réunirait 31,5% des suffrages dans une première estimation. Il est suivi par la liste Les Républicains-Modem-UDI emmenée par Virginie Calmels et qui remporterait 25,9% des voix. Jacques Colombier (FN) se positionne très en-dessous de la moyenne nationale de son parti avec 22,8% des voix.

[20h10] Xavier Bertrand se pose en rempart du FN

Le tête de file de la liste Les Républicains, UDI, Modem en Nord-Pas-de-Calais-Picardie qui a réunit 25,3% des voix a déclaré représenter "la seule alternative au Front National".

[20h00] Jean-Yves Le Drian en tête en Bretagne

Le ministre de la Défense vient de remporter 34,8% des suffrages en Bretagne d'après une estimation de l'institut IFOP. Marc Le Fur (Les Républicains) serait à 22% tandis que Gilles Pennelle se place à 18,1% des suffrages.

[20h00] Marion Maréchal Le Pen distance Estrosi en Paca

La tête de liste FN dans la région PACA remporterait 42% des voix, tandis que Christian Estrosi rassemblerait 25% des suffrages.

[20h00] Marine Le Pen largement en tête au Nord-Pas-de-Calais-Picardie

La présidente du FN raflerait 40,9% des suffrages dans la région du Nord de la France d'après un sondage Ipsos. Elle serait suivie de Xavier Bertrand (25,3%) et Pierre de Saintignon (17%).

[20h00] Le FN en tête au Premier tour des élections régionales

Le Front national est arrivé en tête du premier tour des élections régionales avec 30,6% des suffrages à l'échelle de la France métropolitaine, selon une estimation Ifop-Fiducial pour iTELE, Paris Match et Sud Radio.

Le bloc formé par Les Républicains, le Modem, l'Union des démocrates et indépendants (UDI) et Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT) réunit 27% des voix.

Le Parti socialiste et ses alliés arrivent en troisième position avec 22,7%.

[19h32] Une réunion lundi chez LR pour fixer une stratégie

Les Républicains doivent se réunir lundi matin pour décider de la stratégie en vue du second tour des régionales. Nicolas Sarkozy veut éviter la division de son parti face à sa ligne dite du "ni-ni" (ni fusion, ni retrait).

[19h27] Sarkozy ne change pas de ligne...

Devant l'état-major de Les Républicains, Nicolas Sarkozy a réaffirmé la position du "ni-ni" (ni fusion, ni retrait) pour le second tour des élections régionales dans les régions où le FN serait en position de l'emporter.

[19h00] La Seine-Saint-Denis s'est abstenue, la Haute-Corse très mobilisée

Le département francilien affiche le plus bas taux de participation de France à 17h avec 28,4% des électeurs qui se sont rendus aux urnes. A l'inverse, la Haute-Corse s'est fortement mobilisée avec une participation de 58,86%, soit le chiffre le plus élevé du pays.

[18h30] Les Républicains en réunion

D'après le JDD, Nicolas Sarkozy a réuni son état-major dont Nathalie Kosciusko-Morizet, Luc Chatel, Eric Ciotti, François Baroin, Roger Karoutchi, Eric Woerth, Pierre Charon...

[17h30] Sursaut de la participation au Nord-Pas-de-Calais-Picardie

La participation des électeurs a bondi de 10 points à 17h passant de 39,54% à 49,1%. La région représente un important enjeu où Marine Le Pen (FN) est bien placée face à Xavier Bertrand (Les Républicains) et Pierre de Saintignon (PS).

[17h00] Participation faible mais en hausse

Le taux de participation s'élevait à 43,01% à 17h00 dimanche en métropole pour le premier tour des élections régionales, en hausse par rapport aux 39,29% relevés en 2010 à la même heure, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Carte participation 1er tour Régionales 2015 17h

[12h00] Tendance stable de la participation

La participation était comparable à celle observée à la même heure en 2010, alors que la France comptait 22 régions, à 16,27% contre 16,07%. La participation est en revanche plus faible qu'en 2004. Elle s'était alors élevée à 18,48% à la mi-journée et à 49,66% en fin d'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2015 à 22:35 :
Au lieu d'analyser les raisons profondes de la montée irrésistible du FN, les états-majors en sont à élaborer de savantes contorsions destinées uniquement à priver le FN de sa victoire au second tour.
L'autisme des Valls, Lagarde, Bayrou, NKM et consorts se transforme en un Alzheimer définitivement incurable.
Les électeurs vont devenir enragés.
a écrit le 06/12/2015 à 20:40 :
Sarkosy est le premier responsable de ce désastre !!
Il aurait dû partir l'UMP en remettant Sarkosy en route pour 2017 à empêche tout renouvellement et soutenu l insoutenable
Réponse de le 06/12/2015 à 22:11 :
Marine Le Pen était à 17% en 2012, elle en est à 30% maintenant... Cette nouvelle forte pussée du FN est surtout l'effet de l'exaspération vis à vis de l'actuel exécutif d'obtenir le moindre résultat tant en matière économique qu'en termes sécuritaires.
a écrit le 06/12/2015 à 19:44 :
Espérons une victoire totale pour renouveler cette politique vieille de 40 ans .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :