PACA vire à droite toute

 |   |  249  mots
La campagne de Marion Maréchal-Le Pen a forcément pris une envergure nationale après ses propos sur son intention de ne plus subventionner le planning familial.
La campagne de Marion Maréchal-Le Pen a forcément pris une envergure nationale après ses propos sur son intention de ne plus subventionner le planning familial. (Crédits : Reuters)
Si Marion Maréchal-Le Pen était donnée victorieuse en Provence-Alpes-Côte d'Azur, son avance est écrasante : elle obtient 40,55 % des voix, quand le candidat Les Républicains et maire de Nice Christian Estrosi arrive en deuxième position avec 26,48 % des suffrages.

Un ouragan, un raz-de-marée, un tsunami... les mots imagés ne manquent pas pour décrire la situation ce 6 décembre, au soir d'un premier tour qui a vu les électeurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) donner amplement raison aux sondages qui estimaient que le Front National virerait en tête au 1er tour. La bataille sur le terrain a essentiellement porté sur la problématique des transports, les retards incessants des TER qui entraînent le ras-le-bol des usagers de la ligne Marseille-Toulon-Nice-Vintimille, sur la sécurité bien sûr et sur l'économie, la compétence que récupèrent désormais les conseils régionaux.

Envergure nationale

La campagne de Marion Maréchal-Le Pen a forcément pris une envergure nationale après ses propos sur son intention de ne plus subventionner le planning familial. Christian Estrosi, lui, n'a eu de cesse de démontrer un bilan qu'il dit "catastrophique" de la gauche, au pouvoir depuis 18 ans, tout en rappelant que la sécurité est un sujet qu'il traite quotidiennement à Nice.

Regardé, scruté, observé à l'instar de la région Nord-Pas de Calais-Picardie, PACA place ce dimanche soir Marion Maréchal-Le Pen en sérieuse challenger.

Laquelle distance Christian Estrosi de près de 17 points, un gap qui pose aujourd'hui la problématique du second tour... Christophe Castaner, le candidat PS, a suivi les consignes de Solférino et s'est retiré, comme Saintignon dans le Nord-Pas-de-Calais. Une nouvelle donne qui pourrait donner une chance à Christian Estrosi...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2015 à 12:34 :
Qu'elle est loin aujourd'hui, la Provence paisible de Daudet !
a écrit le 07/12/2015 à 11:55 :
Nos institutions sont en avance sur la vie politique. Elles favorisent le bi-partisme. Nous aurions pu avoir un parti modéré et un parti extrémiste (de gauche et de droite tous les deux) mais les libéraux ont raté la fenêtre de tir. Nous aurons donc le FN de gauche (celui de Marine, collectiviste, dirigiste et bigotement laïque) et le FN de droite (celui de Marion, libéral et assumant sa religion sans honte). Pour une nouvelle donne, c'est une nouvelle donne : on ne rebat pas les cartes, on les change !
a écrit le 07/12/2015 à 11:35 :
Franchement sans présager des résultats du deuxième tour mais il suffit de regarder Marion Maréchal Le Pen et Christian Estrosi il n'y a pas photographie bonjour le coup de vieux pour Mr Estrosi et tous les autres politiciens du sérail! Place aux jeunes ils représentent l'avenir ....
a écrit le 07/12/2015 à 11:18 :
Mauvaise nouvelle en PACA : les idées de gauche ne seront pas représentées au niveau régional. Le parti socialiste vient de décider que les idées de gauche n’ont que peu de valeur dans cette région et doivent être abandonnées. Ils appellent même à voter les militants aux idéaux de gauche pour le parti de Sarkozy. Il y a 30 ans, on aurait pris un tel ordre pour une bonne blague. Mais là, c’est dramatique. Ce mépris des valeurs de gauches, des gens de gauche ! A quoi sert le combat des militants de gauche en PACA ? A museler les partisans! On voudrait faire disparaitre les énergies de gauche, on ne s’y prendrait pas autrement ! La gauche est cocufiée par le haut ! Il est temps de se poser la question : Le parti socialiste est-il de gauche ? Existe-t-il encore ? Il est en train de laisser un grand vide au profit des idées de droites et d’extrême droite! Qu’est devenu le sens du mot « socialiste » ? Il sonne bien creux dans le discours des dirigeants du parti socialiste. La région PACA est en route vers un monde unipolaire. Ce risque de déséquilibre semble n’être que de peu d’importance aux politiciens de gauche. Cela présage de la France politique de demain : droite contre extrême droite et disparition de la gauche.
Réponse de le 07/12/2015 à 11:57 :
Oui vous avez certainement raison et Le Pen pourra faire appel à ces abandonnés avec dans la voix des intonations de rassemblement des plus déshérités; Mais il y a tant de désillusions toutes engendrées par cette vieillissante classe politique de cumulards.
a écrit le 07/12/2015 à 10:42 :
Deux sortants cocufiés qui se font hara kiri, ça peut faire alterner du pareil au même ; ça ne peut pas changer le délabrement républicain et moral d'une démocratie pontifiante avec 25 % seulement de l'électorat disputé entre deux. Jusqu'où le même cirque ?
a écrit le 07/12/2015 à 10:42 :
Deux sortants cocufiés qui se font hara kiri, ça peut faire alterner du pareil au même ; ça ne peut pas changer le délabrement républicain et moral d'une démocratie pontifiante avec 25 % seulement de l'électorat disputé entre deux. Jusqu'où le même cirque ?
a écrit le 07/12/2015 à 9:14 :
"C'est au pied du mur qu'on voit le maçon". Le FN en est là. Après avoir réussi à obtenir un Permis de démolir, Il a maintenant dans les mains un Permis de construire. Il va devoir commencer à travailler, ériger des murs pour construire une maison commune qui tienne debout, sans malfaçons. Rendez-vous dans 1 an pour un premier bilan.
a écrit le 07/12/2015 à 4:03 :
le jeu democratique doit etre respecte en toutes circonstances, marion le pen a maintenant toutes les chances de remporter l election dimanche prochain. mais cette
'' gamine'' de 28 ans qui jusqu alors n a jamais exerce de grandes responsabilites
a-t-elle vraiment les capacites intellectuelles pour diriger une region aussi importante que paca?.....
Réponse de le 07/12/2015 à 10:17 :
Elle a au moins autant de capacite que Estrosi, surnommé par ses collegues bac -5 ou le motodidacte.
Un peu de sang neuf ca fait pas de mal. bye bye les baby boomers. A 60 ans (comme estrosi) il est temps de prendre votre retraite. Estrosi peut aller a punta del este, comme son mentor Medecin
Réponse de le 07/12/2015 à 10:32 :
Enfin place à la jeunesse ::et pourquoi elle n aurait pas les capacités intellectuelles pour diriger cette région ???? elle fera aussi bien que les vieux qui s accrochent depuis des années à leurs postes et à leurs avantages !!pour rappel elle est députée !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :