Éleveurs : blocages maintenus, la FNSEA attend "un peu plus que des mesurettes"

 |   |  574  mots
Je note que le chef de l'Etat lui-même entre dans la partie. Cela veut dire que le problème est sérieux. Mais cela veut dire aussi que les réponses doivent être en correspondance avec les enjeux et les difficultés que rencontrent les éleveurs, a martelé le président de la FNSEA, Xavier Beulin, ce mercredi matin au micro de France Info.
"Je note que le chef de l'Etat lui-même entre dans la partie. Cela veut dire que le problème est sérieux. Mais cela veut dire aussi que les réponses doivent être en correspondance avec les enjeux et les difficultés que rencontrent les éleveurs", a martelé le président de la FNSEA, Xavier Beulin, ce mercredi matin au micro de France Info. (Crédits : Reuters Charles Platiau)
Le gouvernement doit présenter mercredi un plan d'urgence pour aider les éleveurs français en colère contre la faible rémunération de leurs produits. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a déjà indiqué que cela concernerait notamment des allègements de charges ainsi que le désendettement des exploitations les plus fragilisées. En attendant de nombreux axes de circulation restent bloqués ce mercredi matin.

Face à la grogne des agriculteurs, François Hollande a annoncé mardi un plan d'urgence pour les éleveurs. Les mesures sont attendues ce mercredi matin à l'issue du conseil des Ministres. De son côté, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, a d'ores et déjà fait savoir qu'elles concerneraient des allègements de charges et le désendettement des exploitations les plus fragilisées.

Insuffisant, pour le moment...Mardi soir, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) maintenait la pression sur le gouvernement. Xavier Beulin, le président du premier syndicat agricole de France, avait refusé d'appeler à la levée des barrages, tout en insistant sur le fait qu'ils risquaient de s'étendre à d'autres régions, en attendant des propositions concrètes.

La FNSEA ne veut pas "des mesurettes"

Ce mercredi matin, au micro de France Info, le président de la FNSEA a précisé qu'il attendait "un peu plus que des mesurettes", "mais vraiment un plan (à) moyen et long terme avec des ambitions, des objectifs".

La FNSEA demande à retravailler la question des contrats pour "faire en sorte que l'on s'engage sur des quantités, sur des volumes, mais aussi sur des prix". Et attend des propositions "sur la question de la compétitivité de l'agriculture française" qui passe par une restructuration de "la dette des éleveurs" :

"On a aujourd'hui des niveaux d'endettements bancaires mais aussi des dettes chez les fournisseurs, chez les fabricants d'aliments du bétail, des dettes sociales qui sont très importantes", a-t-il précisé. Xavier Beulin a rappelé que ce dernier point constitue une demande récurrente auprès du ministère de l'Agriculture.

 Rapport sur les prix de la viande dévoilé ce mercredi

Outre l'arsenal de mesures que l'Elysée doit dévoiler en fin de matinée, le rapport du médiateur sur les prix de la viande remis mardi soir à Stéphane Le Foll, sera détaillé dans la journée. Il doit déterminer qui, de l'industrie ou de la grande distribution, freine la hausse des prix de la viande payée aux éleveurs.

Mardi soir, le ministre de l'Agriculture a précisé que le médiateur Francis Amand, a établi "les responsabilités" dans la crise des prix de la viande, sans pour autant les citer nommément. "Chacun se renvoie la balle", commente ce matin le patron de la FNSEA sur France Info.

Axes routiers toujours bloqués

En attendant, les éleveurs ont maintenu les blocages de la rocade de Caen et des accès au Mont-Saint-Michel pour la troisième journée consécutive, ainsi que de nombreux barrages dans le grand Ouest, précise le Centre régional d'informations routières.

Les ponts de Normandie, de Tancarville et de Brotonne (entre Le Havre et Rouen) sont toujours fermés à la circulation dans les deux sens d'après les données fournies par le CRIR. Dans le Finistère, le pont de Morlaix, celui de l'Iroise ( à Brest), et la nationale 165 à hauteur de Quimper sont aussi coupés à la circulation dans les deux sens. En revanche, le blocage partiel de l'A1 dans le nord a été levé en tout début de matinée.

D'autres manifestants se mobilisent également à Poitiers depuis mercredi matin à l'appel de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs. En Charente-Maritime, l'accès à l'île d'Oléron (Charente-Maritime) est très perturbé par un barrage d'une vingtaine de tracteurs, précise la préfecture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2015 à 11:38 :
3 jours de blocage et 600 Millions d'euros. Ils auraient tord d'arreter en si bon chemin ! Ils font mieux que les Grecs...
a écrit le 23/07/2015 à 10:51 :
L'infographie de Libé montrait que grosso-modo, 50 % va à l'éleveur et les autres 50 % aux distributeurs.

Est-ce si scandaleux pour gérer une chaîne logistique et la commercialisation ?

Un écran de fumée pour nous faire avaler le sauvetage de fermes-usines ou le surinvestissement à crédit ou sous forme de subventions est de règle ?
Réponse de le 23/07/2015 à 12:15 :
Les éleveurs se plaigne de ne recevoir que 3.5€ / kilo pour du bœuf. Qu'ils vendent en directe pour 10€ / kilo; ils risques de ne plus pouvoir fermer leur vente directe dû au nombre de clients qu'ils auront. en s'associant ils pourront même financer un voir des magasins de ventes...
Mais bon pour ça il faudrait que les agriculteurs veuillent faire du gagnant gagnant avec les acheteur contrairement a ce qu'ils veulent en ce moment. Ils ont les même façon de faire que les grands distributeurs mais ne s'en rendent même pas compte...
Réponse de le 23/07/2015 à 18:13 :
Un écran de fumée...
=> D'accord avec vous, mais quand j'en vois un je me demande toujours quelles en sont l'origine et les raisons... Dans le cas présent, par exemple, pourquoi ce problème récurrent depuis plus de 30 resurgit maintenant, et précisément juste après la victoire - peut-être éphèmère ? - du néolibéralisme sur le peuple grec... ça reste en suspens...
Réponse de le 23/07/2015 à 18:45 :
"L'infographie de Libé montrait que grosso-modo, 50 % va à l'éleveur et les autres 50 % aux distributeurs." ???
YARF, YARF, YARF !!!
a écrit le 23/07/2015 à 8:44 :
Ils ont appuyé à fond un système dont les règles de base veulent qu'une entreprise non rentable ferme, alors qu'ils ferment ! Ils sont de plus redevables en argent du coût des destructions des nappes phréatiques et de l'empoisonnement massif des champs. Il faut dire que la FNSEA n'est pas un syndicat mais un groupement (lobby) qui n'est que le relais des grandes firmes Monsanto et compagnie.
Bref ils veulent le beurre et l'argent du beurre. Il faut en finir avec des exploitations familiales complètement incapables de se moderniser et d'avoir une agriculture ou un élevage propres. Il y avait 800 entreprises de distribution de gaz et d'électricité en France avant la création d'EDF à la Libération. Seul EDF a pu investir, former des ingénieurs, bref prendre son envolée technologique qui nécessitait de lourds investissements (on a totalement copié les soviétiques sur ces regroupements industriels).
Réponse de le 23/07/2015 à 10:34 :
@labete. Vous dîtes :

1) Ils ont appuyé à fond un système dont les règles de base veulent qu'une entreprise non rentable ferme, alors qu'ils ferment ! => NON, les règles de base, qui veulent qu'une entreprise non rentable ferme, relèvent de la réglementation sur les défailles des entreprises; elles s'appliquent de manière générales et n'on rien à voir avec le modèle ultra-productiviste choisi ou imposé (!)

2) Ils sont de plus redevables en argent du coût des destructions des nappes phréatiques et de l'empoisonnement massif des champs.
=> NON, les exploitations incriminées n'ont fait qu'user de la marge de manoeuvre laissée par le système de régulation. L'auto-régulation est mythe entretenu par les jean-foutre

3) Il faut dire que la FNSEA n'est pas un syndicat mais un groupement (lobby)
=> FAUX. La FNSEA est un syndicat professionnel rn vertu de la loi du 21 mars 1884. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas que le FNSEA puisse exercer un rôle de lobby en tant que réseau de personnes physiques et/ou morales constitué pour défendre des intérêts particuliers Ceci étant, il peut se trouver que dans le "moment libéral actuel" La FNSEA soit (aussi) le relais des grandes firmes phytosanitaires, mais c'est un autre problème qui est d'ordre managérial et non pas juridique!

4) Bref ils veulent le beurre et l'argent du beurre. Il faut en finir avec des exploitations familiales complètement incapables de se moderniser et d'avoir une agriculture ou un élevage propres.
=> INVRAISSEMBABLE ! Vous vous mettez à taper sur les exploitations familiales qui ne sont pas les plus à blâmer, et vous protégez justement les ténors du modèle utlra-productiviste que vous dénoncez au départ, et tout ceci en reliant "modernité" et "propreté", deux dimensions dont on se demande bien d'ailleurs qui en a définiti la relation et les contours...

5) Il y avait 800 entreprises de distribution de gaz et d'électricité en France avant la création d'EDF à la Libération. Seul EDF a pu investir, former des ingénieurs, bref prendre son envolée technologique...
=> EDF est née du regroupement par nationalisation de ces entreprises (plus de 1400 avec lla distribution). Les 800 entreprises ne sont donc pas mortes par défaillance mais par choix politique et stratégique ; quant à son envolée technologique, vous n'allez pas tarder à en voir les retombées... les nitrates, à côté, c'est de la rigolade !
Réponse de le 24/07/2015 à 11:44 :
Il y a encore dans l ouest des fermes laitieres de 50 ha tres rentables.Pourquoi les supprimees?C est surtout les agri managers avec tracteur benne de 200000 euros pour ammortissement du revenu et plus value dans 5 ans net d impots et de msa qui de mandent des prix qui défilent.
a écrit le 22/07/2015 à 22:37 :
J'espère que la base ne se laissait pas abuser une nouvelle fois par les jeux de rôles de leurs "représentants"
a écrit le 22/07/2015 à 15:48 :
Evidemment, ce n'est pas suffisant. Il faudrait un regroupage de trop petites exploitations, remembrement sur plusieurs générations, une collecte plus coordinatrice de l'offre et de la demande, hors le bluff de marketing, ce que ne font pas souvent les coopératives aux mentalités étriquées, une commercialisation aux consommateurs plus saine et transparente sur la qualité, et un certain protectionnisme contre des abus déflationnistes avec une main d'oeuvre intérimaire d'étrangers insupportable. On peut remarquer la "révolution" pacifique des vignobles et commerces du vin, la bibine du temps colonial ayant été remplacée par de la qualité reconnue, et moins chère que des grands noms à l'anoblissement surfait mais attractif. Vaste tâche, de long terme.
Réponse de le 22/07/2015 à 23:16 :
@yokikon => Les regroupements de production existent au moins depuis le moyen-âge... Le remembrement et l'aggrandissement des exploitations est effectif depuis une quarantaine d'année (on est passé d'une moyenne de 26ha à 55ha entre 1970 et 2010, source : min. de l'agri...). Maintenant, il faut savoir aussi quel business model on veut appliquer en France...
a écrit le 22/07/2015 à 13:30 :
la partie de poker menteur est interminable . Les paysans sont des tricheurs comme les restaurateurs grecs ... Si ce qu'ils racontent était avéré il n'aurait plus de tracteurs mais que des ânes ! Ils versent des salaires à leurs compagnes et nous font pleurer sur la misère du patron . Des suspendus aux subventions et prêts bonifiés . L' Europe bouscule ces mauvaises habitudes .
Réponse de le 22/07/2015 à 19:53 :
Je vous invite à regarder le bilan d une exploitation agricole au lieu de parler dans le vide... et quand "ils" donnent des salaires à leurs conjoints, c est qu elles bossent.!!!
Réponse de le 23/07/2015 à 0:40 :
@MensongeGénéral => selon l'Institut de Veille Sanitaire, il y a eu 485 suicides chez les agricultuerus entre 2007 et 2009 et le rythme actuel est de 1 décès tous les deux jours... Vous pensez sincèrement que ces personnes étaient des joueurs de poker menteurs ! Allez on va repenrdre nos esprits et adresser notre sympathie aux familles...
Réponse de le 23/07/2015 à 10:54 :
un beau commentaire d'un bobo parisien, fonctionnaire de la catégorie A+
a écrit le 22/07/2015 à 12:12 :
Le problème ne peut que s'aggraver quoi que fasse le gouvernement français! Ils ne sont pas décisionnaires mais se contentent de cacher le tord que provoque l'application des directives de Bruxelles!
a écrit le 22/07/2015 à 11:33 :
on se demande à quoi servent les milliers d employés des chambres d'agriculture et ceux du ministère de tutelle... la crise de la viande existe depuis trente ans......

d'autre part..... cette fameuse europe qui devait amener la prospérité à tous...... joue en fait la pays les uns contre les autres....... alors qu'en france on additionne les réglementations dont certaines sont justifées..... en espagne on nourrit à la farine .....en allemagne c'est antibio et salariés de l'est.........

il faudrait faire une réelle etude des coûts, à méthodes comparables, entre les différents pays de l'UE....... mais grand silence en la matière.....

je ne parle même pas du soja OGM/pesticides...... et du "trafic" mondial sur les produits carnés....par exemple les poulets antibio....... du Brésil qui deferlent dans l'industrie

bref...... urgent de remettre de l'ordre en europe..... la concurrence, oui, mais comment et pourquoi?

le lais produit dans la ferme des mille vaches est un sous produit de la méthanisation, mais... est ce encore du lait????
Réponse de le 22/07/2015 à 12:32 :
La France, ce grand pays, ne veut pas voir que le monde change et que nous devons nous adapter qu'on le veuille ou non. La vie c'est le mouvement, et la loi de Darwin est universelle. Alors ne demandez pas aux autres en Europe qui vont de l'avant de regarder en arrière.
La France n'est plus un exemple contrairement à ce que les politiques veulent nous faire croire. Il suffit de voyager un peu.
Réponse de le 22/07/2015 à 22:48 :
@Mauricius
1) "La France, ce grand pays, ne veut pas voir que le monde change" => c'est quoi pour vous la France ? Qu'est-ce vous connaissez de la France, vous ?
2) "La loi de Darwin est universelle" => première nouvelle, d'autant que - jusqu'à plus ample informé -, il n'a jamais rien écrit sur l'espèce humaine !
3) La France n'est plus un exemple... => L'a-t-elle jamais été ? Vous parlez comme un ex-colonisé qui ne serait pas parvenu à s'émanciper depuis 1958... Changez mon vieux changez, il n'y a plus de modèle dans le monde, il n'a y a que des concurrents féroces dans une course où tout le monde perdra sa chemise !
a écrit le 22/07/2015 à 11:07 :
Xavier Beulin, le président de la FNSEA le syndicat unique agricole, est aussi le président de sofiproteol, un des principaux fournisseurs de céréales pour les éleveurs, aussi président de HCCA un des principaux acheteurs de lait aux éleveurs, aussi président de france-agrimer qui participe à la fixation des prix des éleveurs. Et si on supprimait Xavier Beulin de l'équation pour rétablir les marges des éleveurs ?
Réponse de le 22/07/2015 à 12:33 :
Vous avez mis (et de manière exemplaire) le doigt là où cela fait plus de mal : l'accumulation de fonctions, source de tout réseau d'influences, ce mal typiquement français et que tant nuit à notre économie. Si on supprimait tous les "Xavier Beulin" de l'administration, par ex, peut-être que la France pourrait revenir à son ancienne gloire, mais ce n'est qu'un voeu pieux….
Réponse de le 22/07/2015 à 14:22 :
+1
Réponse de le 22/07/2015 à 22:35 :
+1
a écrit le 22/07/2015 à 11:06 :
L’ancien ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire (Les Républicains) a dénoncé le « mépris du gouvernement et du président de la République » à l’égard des éleveurs et souhaite une réunion des ministres européens pour « ouvrir des marchés » à l’exportation....Ce mr souffre d'amnésie , les agriculteurs , les français , le gouvernement veulent favoriser des circuits cours de très haute qualité en favorisant les produits Français et non comme il le propose aller vendre aux Russes notre viande de bonne qualité et laisser importer n'importe quoi ; pauvre mr le maire qui déjà à laissé avec le clan Sarkosy un bilan catastrophique ,il ferait bien d'observer plus de modestie quand le gouvernement Hollande se débat pour redresser ses propres erreurs c'est pas acceptable comme comportement voir même irresponsable ! Les oligarques de la FNSEA continuent leur diversion pour protéger les intérêts des agro-industriels : les éleveurs c' est l' écran de fumée et l' Etat c' est le bouc-émissaire commode !... LA CONFIANCE EN CE GOUVERNEMENT RESTE ENCORE L'OPTION LA PLUS RAISONNABLE !
Réponse de le 22/07/2015 à 22:53 :
@Toto - Vous écrivez : "LA CONFIANCE EN CE GOUVERNEMENT RESTE ENCORE L'OPTION LA PLUS RAISONNABLE ! " => C'est votre choix et il est respectable... On fera le point en 2017 !
a écrit le 22/07/2015 à 10:56 :
La réaction de François Hollande et ses "mesures d'urgence" pourrait nous faire croire qu'il s’agit d’un problème de politique intérieure. Mais en apparence seulement. Car demander aux français de consommer avant tout de la viande élevée et abattue en France revient en réalité à faire du protectionnisme. Et même plus, à se prononcer pour une forme d’autarcie ! A l’inverse de son discours, l’avancée vers des institutions fédérales aboutit exactement à l’inverse. De fait, l’un des arguments toujours prônés en faveur de l’Euro était qu’il devait permettre une unification des marchés des pays considérés, rendant impossible toute forme de protectionnisme. Jamais la contradiction dans le discours du Président François Hollande n’aura été aussi visible, aussi patente, aussi constitutive de sa vision de la politique. 2017 – vivement !
Réponse de le 22/07/2015 à 11:12 :
Les paysans français n’ont pas l’air d’apprécier la “concurrence libre et non faussée chère à nos eurocrates.” Hollande appelle à consommer de la viande française : c’est contraire aux loi du libre marché, le protectionnisme c’est mal, non ?

Comme le dit J.Sapir, Hollande déjà en campagne, est totalement incohérent, et se comporte en démagogue. Le monde entier l'avait vu. Mais si il est un minimum cohérent il ne se représentera pas en 2017, car le chômage ne peut baisser tant que l’on partagera la même monnaie que les allemands.

Et s’il se présente tout de même, il sera humilié au premier tour de la présidentielle, encore plus que Jospin ne le fut en 2002. C’est le sort des traîtres, de ceux qui trahissent leur parole et leurs soi-disant engagements.

Bonne suite de journée à tous, quand-même.
a écrit le 22/07/2015 à 10:45 :
Pourquoi bloquer les routes ??? les agriculteurs devraient bloquer les accès aux grandes surfaces puisqu'ils dénoncent la grande distribution....!!!!!
Réponse de le 22/07/2015 à 23:00 :
Parce qu'on va aux grandes surfaces par la route ;-)))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :