Emmanuel Macron est-il « apte » à libérer l'économie ?

Dans un entretien accordé au Monde, le ministre de l'Economie fournit quelques détails sur ses propositions pour libérer l'économie et l'emploi. Reste à savoir s'il saura tirer les leçons du passé récent.
Fabien Piliu
La libération de l'économie est en marche. Pour le meilleur ?
La "libération" de l'économie est en marche. Pour le meilleur ? (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)

Bon sang ne saurait mentir. Rapporteur général en 2008 de la Commission pour la libération de la croissance française, dite Commission Attali, Emmanuel Macron veut également faire souffler un vent de liberté sur l'économie française. Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde daté du 7 janvier, le ministre de l'Economie affirme que, parmi les propositions contenues dans le projet de loi sur les "Nouvelles opportunités économiques" (Noé), figurent plusieurs mesures consistant à revenir sur " les exigences excessives en matière de qualifications professionnelles pour exercer certains métiers dès lors qu'il n'y a pas de risque pour la santé ou la sécurité du consommateur et des travailleurs  ".

" Notre choix c'est d'ouvrir notre économie et de créer davantage de mobilité sociale", poursuit-il en voulant casser "des corporatismes, des rigidités, la capture de certains marchés par les ' insiders' ", c'est-à-dire ceux qui ont un travail, poursuit le ministre.

Une source d'inspiration

Des propos directement inspirés par les propositions et les conclusions de la Commission Attali, qui plaidait notamment pour la mise en concurrence de certains métiers, via notamment l'ouverture des professions réglementées. La fronde des taxis avait fait reculer le gouvernement de François Fillon.

" Des réglementations obsolètes créent un climat défavorable à la croissance quand bien même elles ne concernent qu'un nombre limité de domaines, car elles maintiennent la perception que certains secteurs restent durablement abrités alors que tous les autres doivent s'adapter. Au moment où notre pays a besoin de mobiliser toutes les énergies collectives pour procéder aux bouleversements nécessaires, aucune activité ne peut être s'exonérer de l'effort collectif. L'ouverture des professions réglementées pourrait offrir des opportunités professionnelles non seulement aux entrepreneurs innovants et aux salariés qualifiés, mais aussi dans certains cas aux salariés les moins qualifiés et à un grand nombre d'exclus du marché du travail ", expliquait la Commission.

Les artisans dans le viseur ?

Quels pourraient être les secteurs " libéralisés " par le ministre de l'Economie ? Un certain nombre de professions artisanales sont dans le viseur. Déjà frappées par la concurrence de l'autoentrepreneuriat, qu'elles jugent déloyales, de nombreuses professions devraient mal vivre l'arrivée de ces nouveaux entrants, même si cette stratégie sert l'objectif de créer des emplois pour le plus grand nombre.

La proposition 209 du rapport de la Commission Attali plaidait pour la suppression de l'exigence du brevet professionnel pour ouvrir un salon de coiffure et sa substitution par un CAP ou cinq années de pratique sous la responsabilité d'un titulaire du CAP. Si cette proposition devait être retenue, on peut s'attendre à une guerre des ciseaux de la part des 150.000 coiffeurs exerçant en France.

En attendant d'en savoir plus sur les intentions précises du ministre de l'Economie, on peut d'ores et déjà anticiper la grogne que ces mesures pourraient provoquer. Surtout si le gouvernement gère cette prochaine ouverture des marchés aussi mal que celle imposée dans le secteur des taxis.

Un secteur complètement déboussolé

Aujourd'hui, la concurrence dans ce secteur est réelle, sans que l'on sache vraiment qui, à part les clients, sont les véritables gagnants. Entre les taxis et les VTC, les tensions sont très fortes. Une journée de mobilisation des taxis est prévue le 26 janvier pour dénoncer la concurrence jugée déloyale des VTC. Entre les VTC et les prochains VTC qui ne seront pas soumis aux mêmes exigences dans le domaine de la formation, les crispations sont également tendues.

Pourtant, la concurrence n'aurait dû apporter que joies et bonheurs. A qui la faute ? Aux méchants taxis ? Aux méchants VTC ? A l'américain Uber et aux entreprises du secteur qui profitent des failles des systèmes juridiques pour se développer ? Le fautif est l'Etat, tout simplement.

L'exécutif a en effet beau jeu de plaider pour l'ouverture de certains marchés à la concurrence. Mais quels sont ces résultats ? La loi Macron 1 a libéralisé le secteur du transport par autocars. Selon ses calculs, cette mesure permettrait la création de 2.000 à 3.000 emplois - la fourchette est large, à dessein, ce qui permet de limiter la marge erreur - mais qui en sont les principaux bénéficiaires ? Essentiellement les cinq ténors du marché, c'est à a dire la filiale de la SNCF Ouibus (ex-IDBus), le réseau de Transdev Isilines, l'allemand Flixbus, la compagnie britannique Mégabus et le réseau interrégional Starshipper. En fait, c'est un oligopole que Bercy a créé.

De l'utilité de la prospective

Il est plus délicat de la mettre en oeuvre de façon intelligente et responsable. Quand la Commission Attali plaidait pour la libéralisation du secteur des taxis, elle proposait parallèlement d'augmenter le nombre de plaques qui sont, faut-il le rappeler, le patrimoine, la retraite des chauffeurs. D'autres mesures étaient également prévues pour apaiser les chauffeurs de taxis, notamment l'autorisation globale de la maraude. Certes, les taxis s'étaient opposés à ces propositions. Mais elles avaient au moins le mérite d'exister.

L'arrivée des Jump, Heetch Uber et autres a été sauvage. Bien que l'exécutif se soit doté depuis longtemps de cellules, voire parfois de ministères dédiés à la Prospective qui publient des rapports sur la France dans 20,30, 40 ou 50 ans, il a été incapable d'anticiper l'arrivée d'UberPOP, l'application qui permet à tout un chacun d'utiliser son véhicule et de devenir taxi quelques heures, " pour travailler plus " et donc " gagner plus " ! Pire, cette solution a été saluée par Emmanuel Macron qui estimait en décembre 2014 qu'il ne fallait pas interdire UberPOP à Paris, oubliant que le chauffeur UberPOP était totalement exploité. Aujourd'hui, le ministre déclare que grâce à Uber, " des gens souvent victimes de l'exclusion choisissent l'entrepreneuriat individuel - [ils vont pouvoir goûter aux joies du RSI ! -] parce que pour beaucoup de jeunes aujourd'hui, c'est plus facile de trouver un client que de trouver un employeur ". A qui la faute ? Aux jeunes ? Ou au gouvernement qui n'a pour seule solution contre le chômage des jeunes les allègements de charges pour les moins bien payés d'entre eux ? Et de poursuivre : "ils se lancent, ils travaillent plus, la rémunération ne suit pas toujours mais ils ont accès à l'activité économique et à des perspectives de mobilité ". Edifiant. Il faudra qu'Emmanuel Macron explique comment un jeune qui se lance peut s'en sortir quand " la rémunération ne suit pas toujours ", et comment il peut être mobile.

Espérons que le gouvernement, qui joue les apprentis libérateurs de l'économie, tire les leçons du passé très récent.

Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 09/01/2016 à 17:05
Signaler
CASSE LES DROITS DES TRAVALLIEURS ET DES CORPORATIONS NE CRERONT PAS D EMPLOIES ? JE PREFERE MACRON DERRIERE LES NOUVELLES STAR COPS. POUR AIDEES LES NOUVELLES TECHNOLOGIES QUI SERONT LES EMPLOIES DE DEMAIN. QUE DANS LE DEREGLEMENT DES DROITS EXISTEN...

à écrit le 08/01/2016 à 19:05
Signaler
Seriez-vous prêts à faire venir chez vous des électriciens ou des plombiers non qualifiés parlant français sans savoir l'écrire et de ce fait incapables de faire un devis ou une facture au risque de provoquer un incendie ou une fuite d'eau chez vous...

à écrit le 08/01/2016 à 18:47
Signaler
2) (…) Je ne m’attends pas à quelque chose d’intéressant de la part de cette personne. En utilisant le système en place, il faut élire des représentants ( députés, sénateurs, maires, conseillers régionaux, etc) qui ne jouent pas que le jeu des ...

à écrit le 08/01/2016 à 18:42
Signaler
(1) Je ne suis pas sûr que cette personne va vraiment améliorer quoi que ce soit pour les citoyen(ne)s ! C’est un banquier d'affaires, donc il va sauvegarder, et plus surement renforcer les avantages des gros banquiers, malgré une dernière loi appare...

à écrit le 08/01/2016 à 11:58
Signaler
"Les copains d'abord". C'était en 1964, le plein emploi, la France unie et ouverte. Tous copains. Aujourd'hui, la corruption et les barrières divisent le peuple. Chacun son statut spécial protégé. Dernière innovation, les vrais nationaux et les binat...

à écrit le 08/01/2016 à 9:48
Signaler
Macron porte parole de Hollande en direction du centre pour chercher une alliance en vue des élections de 2017 . Il leur dit ce qu il ferait si ils votaient pour lui .Problème le centre n a pas l air d entendre , il faut dire que la musique doucereus...

à écrit le 08/01/2016 à 4:57
Signaler
Libérer la croissance et opérer un suicide agricole en sous-compétitivité alors qu'au cycle de Doha on signe en sous-compétitivité alors qu'au cycle de Doha on signe pour la fin des subventions agricoles. Libérer la croissance quand on fait la moit...

à écrit le 07/01/2016 à 15:51
Signaler
Ou comment "libérer" l'économie du 21 ième siècle avec les schémas de pensée du 19 ième siècle et les raisonnements du 20 ième. Et libérer l'économie pour qui ? Le monde change, la mondialisation est un artifice pour cacher la financiarisation out...

à écrit le 07/01/2016 à 14:24
Signaler
Réponse Non....!, les mutants du capitalisme vers le socialisme ...n'ont jamais relancé durablement une quelconque économie dans le monde ...par contre l'inverse est validé dans le temps et l'espace...

à écrit le 07/01/2016 à 14:24
Signaler
Réponse Non....!, les mutants du capitalisme vers le socialisme ...n'ont jamais relancé durablement une quelconque économie dans le monde ...par contre l'inverse est validé dans le temps et l'espace...

le 07/01/2016 à 18:47
Signaler
Quel exemple? L Allemagne et ses 1€ Job? Un modèle de justice social

à écrit le 07/01/2016 à 14:16
Signaler
UN "socialiste" Macron qui veut appliquer les methodes liberales à une corporation,,l'artisanat, qui peste en permanence contre tout ce qui a un caractere social, c'est jubilatoire.... Alllez les gars vous louez le liberalisme, vous devriez etre sat...

à écrit le 07/01/2016 à 14:16
Signaler
UN "socialiste" Macron qui veut appliquer les methodes liberales à une corporation,,l'artisanat, qui peste en permanence contre tout ce qui a un caractere social, c'est jubilatoire.... Alllez les gars vous louez le liberalisme, vous devriez etre sat...

le 09/01/2016 à 16:57
Signaler
EXAT???

à écrit le 07/01/2016 à 13:29
Signaler
s'il parvient aux responsabilités il faudra qu'il s'attaque avec urgence aux statuts archaiques des artisans commerçants.il faut rendre obligatoire un bilan de compétence dans ces professions souvent occupées par des gens peu scupuleux et peu qualifi...

le 07/01/2016 à 15:18
Signaler
quand va-t-on enfin casser la cartel des élus PS ?

le 07/01/2016 à 18:40
Signaler
Toutes les entreprises grandes ou toutes petites doivent etre nationalisés par confiscation. le statut de fonctionnaire pour tous les français. Les artisans et commerçants sont des profiteurs et exploiteurs, les plombiers comme vous le précisez camar...

à écrit le 07/01/2016 à 13:15
Signaler
Tant qu'on ne réduit pas la dépense publique de 10 points et qu'on ne supprime pas 1 million de postes de fonctionnaires on ne peut rien espérer et ça n'arrivera pas avant la faillite terrible de l'état. Le socialisme est le pire mal pour une économi...

à écrit le 07/01/2016 à 12:15
Signaler
En fait les lois dites Macron sont équivalentes à soigner l'économie Française comme un malade atteint d'un cancer avec un traitement homéopathique. Cela peut fonctionner mais il ne faut pas être pressé.

à écrit le 07/01/2016 à 10:06
Signaler
Au mieux ses recettes auront créé 3000 emplois, à peu près rien. Mais on continue ...

à écrit le 07/01/2016 à 8:21
Signaler
50 000 taxis seront bientôt devant ton petit ministère.

le 07/01/2016 à 8:57
Signaler
Toujours la même méthode: la menace (une sorte de terrorisme et de prise en otage!) pour défendre l'inacceptable malheureusement avec un gouvernement sans courage politique cela marche!

à écrit le 06/01/2016 à 23:49
Signaler
La stabilité de la fiscalité et la stabilité des normes sont des demandes récurrentes des patrons de PME, qui veulent se projeter, investir pour grandir et exporter. Or, pas un seul responsable politique ne traite de ces sujets (hors campagne préside...

le 07/01/2016 à 1:21
Signaler
Vous avez dit l'essentiel du mal français qui conservera ses rigidités, quelle que soit la majorité. 5 ans de stabilité fiscale, sociale, normative, c'est trop peu. Les décideurs raisonnent au minimum à 10 ans. Le quinquennat n'est pas adapté à La Fr...

à écrit le 06/01/2016 à 19:20
Signaler
Tout cela est completement inutile. Mr. Macron n´y croit pas non plus. Il n´est pas un imbecile dogmatique qui pense qu´il suffirait de donner des miettes aux entrepreneurs que ceux-ci se mettent a prendre des risques et invetissent a tout va. Car...

le 07/01/2016 à 1:13
Signaler
Vous avez résumé le mal français. Et accessoirement, Macron qui est la danseuse à bluff de son Maitre à l'Elysée, n'y croit évidemment pas. J'ai toujours ! voté sans exception, meme référendum en répondant à la question posée. C'est FINI. Je me dépla...

le 08/01/2016 à 11:11
Signaler
Vous n’avez pas tort, mais vous semblez croire que seul l’état se charge de broyer les fruits du travail des salariés et de leurs patrons ; vous oubliez que les fruits du travail des salariés sont déjà eux-mêmes allègrement confisqués par le patron e...

le 08/01/2016 à 11:11
Signaler
Vous n’avez pas tort, mais vous semblez croire que seul l’état se charge de broyer les fruits du travail des salariés et de leurs patrons ; vous oubliez que les fruits du travail des salariés sont déjà eux-mêmes allègrement confisqués par le patron e...

à écrit le 06/01/2016 à 19:01
Signaler
Macron ignore le role de l'énergie dans le développement économique: l'énergie remplace le travail en assurant des gains de productivité. On a le travail, le capital et l'énergie.

le 07/01/2016 à 15:21
Signaler
vous radotez

à écrit le 06/01/2016 à 18:49
Signaler
le premier handicap de la France c'est la masse salariale de sa fonction publique . Il n'y a pas d'issue sans un élagage massif .

à écrit le 06/01/2016 à 18:22
Signaler
Rassurez-vous, le message de haine et de lutte des classes a été entendu, et reçu 5/5 " C'est vrai que je n'aime pas les riches, et je considère que l'on est riche à partir de 4000eur par mois " " Mon ennemi c'est la finance ". Les jeunes diplomés,...

le 07/01/2016 à 10:23
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous. Je vis au Portugal comme "retraité RNH" depuis un an et d'ici 5 ans je demanderai la nationalité Portugaise pour ne plus être assimilé à tous les bons Français d'origine.....X qui massacrent des Français. Et tous ces i...

à écrit le 06/01/2016 à 18:21
Signaler
Rassurez-vous, le message de haine et de lutte des classes a été entendu, et reçu 5/5 " C'est vrai que je n'aime pas les riches, et je considère que l'on est riche à partir de 4000eur par mois " " Mon ennemi c'est la finance ". Les jeunes diplomés,...

à écrit le 06/01/2016 à 18:13
Signaler
Toujours le même discours de ces soi-disants "réformateurs".Que les artisans et professions réglementées passent à la caisse car il ne s'agit que de cela.On détruit leur gagne pain et miraculeusement 5 millions d'emplois sont crées,la croissance de l...

à écrit le 06/01/2016 à 17:41
Signaler
Pour cela , il faudrait virer 50 % des députés PS et écolos. Macron est social démocrate et est très éloigné de la pensée marxiste. Par ailleurs , il est distant vis à vis de la lutte des classes.

le 08/01/2016 à 11:13
Signaler
Il n’est pas distant de la lutte des classes. Il est en plein dedans. Et fait tout ce qui est en son pouvoir pour favoriser sa classe : celle des profiteurs.

à écrit le 06/01/2016 à 17:39
Signaler
Bien entendu on ne va pas lui dire que c'est mal, mais les mesures proposées pour régler les problèmes de la France sont l'équivalent d'une cuillère à café pour nourrir une baleine. Alors elle aura le temps d'en crever, mais pas avant 2017 peut-être.

à écrit le 06/01/2016 à 16:59
Signaler
Des rémunérations qui ne suivent pas toujours... Consternant. Balancer ça comme ça, sans se rendre compte de ce qu'il dit. Les VTC sont d'ailleurs aux abois car Uber a diminué les tarifs pour contrer la concurrence de Heetch et compagnie. Ils se p...

le 08/01/2016 à 11:15
Signaler
Au contraire, cela préoccupe beaucoup nos hommes politiques, qui font tout pour que cet état perdure. Ce monde libéral et capitaliste merveilleux, où seuls 1% des hommes détiennent 50 % des richesses du monde, où seuls 20% des hommes détiennent 80% d...

à écrit le 06/01/2016 à 16:52
Signaler
Macron est une vitrine, et est utile à " Moi Président Je " (17 fois ) dans sa stratégie Obsessionnelle de réélection. Des effets d'annonces, du verbe, et rien d'autre. Valls le recadre en permanence ( et cela vient toujours de l'Elysée ) Et il faut ...

à écrit le 06/01/2016 à 16:35
Signaler
en ce qui concerne les taxis, il faut pas exagerer : les plaques de taxis sont donnees GRATUITEMENT par l etat. Que les chauffeurs s amusent a se les revendrent entre eux n est pas le probleme de l etat, pas plus que c est le probleme de le tat qu un...

à écrit le 06/01/2016 à 16:35
Signaler
en ce qui concerne les taxis, il faut pas exagerer : les plaques de taxis sont donnees GRATUITEMENT par l etat. Que les chauffeurs s amusent a se les revendrent entre eux n est pas le probleme de l etat, pas plus que c est le probleme de le tat qu un...

à écrit le 06/01/2016 à 16:27
Signaler
Fascinant : les libéraux refusent d'être libéralisés ! Surprenant : les régulateurs essaient de déréguler ! Résultat : que des mécontents...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.