La loi Macron aurait déjà créé 1.000 emplois

 |   |  399  mots
Au moins 500.000 personnes supplémentaires auraient emprunté le transport par autocar depuis la libéralisation du secteur, en septembre
Au moins 500.000 personnes supplémentaires auraient emprunté le transport par autocar depuis la libéralisation du secteur, en septembre (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
C'est le premier bilan réalisé par Bercy sur l'impact de la libéralisation du transport de passagers par autocar.

La loi Macron produit déjà ses effets ? France stratégie, l'organisme gouvernemental chargé de la prospective, a prévenu. Il faudra attendre 2017 pour avoir une estimation sérieuse de la loi Macron. Le gouvernement, lui, soucieux de démontrer le bien-fondé des réformes passées et en cours, communique dès qu'il le peut les premières statistiques connues. De fait, selon Emmanuel Macron, la libéralisation du transport de passagers par autocar aurait déjà permis la création de 1.000 emplois depuis l'entrée en vigueur de cette mesure, en septembre, l'une des principales de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques. Seule mesure dont l'impact a été chiffré par France stratégie, la libéralisation par autocar permettrait selon ses calculs de créer à terme 22.000 emplois.

Cette loi a aussi des effets sur la mobilité des citoyens. Au moins 500 000 passagers ont été transportés dans toute la France estime le ministère de l'Economie, soit trois fois plus que sur l'ensemble de l'année 2014. "Aujourd'hui, 146 villes et aéroports sont desservis et plus de 600 autocars assurent chaque jour des liaisons en France", précise le ministère.

Bientôt de nouvelles lignes

"Ces chiffres confirment la forte croissance constatée depuis fin septembre (700 emplois, 250 000 passagers, 75 villes et 274 autocars) ; en particulier, le nombre de départs et arrivées d'autocars par jour sur le territoire national passe de près de 800 en septembre, à plus de 2 000 en décembre", poursuit Bercy.

Et ce n'est pas fini. Depuis le 15 octobre dernier, les dessertes entre villes espacées de moins de 100 kilomètres sont ouvertes. Plus de 70 dossiers ont déjà  été déposés par les autocaristes auprès de l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ARAFER) afin d'ouvrir de nouvelles lignes.

Des départs non remplacés à la SNCF

Ce premier bilan est-il prometteur ? Le principe des des vases communiquant peut aussi s'appliquer en sciences économiques. De fait, ce bilan serait réellement enthousiasmant si, dans le même temps, la SNCF ne prévoyait pas de supprimer en 2016 l'équivalent de 1.400 emplois en ne remplaçant que 75% des départs à la retraite prévus. Cette cure d'amincissement n'est pas nouvelle. Depuis 2003, plus de 25.000 départs n'ont pas été remplacés à la SNCF. En 2015, comme en 2014, ce sont 1.100 suppressions de postes qui ont été réalisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2016 à 13:55 :
1400 suppressions de postes à la sncf, d'accord. Mais il ne faut pas oublier qu'elles auraient de toute façon eu lieu, loi macron ou pas. Donc entre avoir -1400 emplois et -400 emplois, le deuxième choix apparaît plus intelligent. Enfin la SNCF est depuis longtemps en sureffectif avec une dette colossale. Donc c'est normal qu'elle supprime des postes, comme dit avant il y a eu plus de 25000 suppressions qui n'ont pas attendu cette loi pour avoir lieu !
Réfléchir peut parfois paraître difficile mais c'est utile pour comprendre..
Enfin et évidemment ces suppressions d'emplois dans le secteur "mi-privé mi-public" vont continuer, à voir Air france ou EDF. C'est urgent sous peine d'avoir des dépôts de bilan.. C'est là qu'on voit l'attrait de plus de flexibilité = moins de suppressions
a écrit le 15/12/2015 à 15:02 :
@ BONJOUR : LA LOI MACRON AURAIT CREE 1 000 emplois aurait créé donc de n'est pas sur ..... encore .... un beau mensonge socialiste un de plus et qu'est ce que 1 000 emplois alors que notre pays compte plus de 4 000 000 de chômeurs décidément ce gouvernement nous prend vraiment pour des demeurés !
a écrit le 15/12/2015 à 14:19 :
@bah
Un bus rempli est toujours plus écologique qu'une rame de TER au diesel à moitié vide
a écrit le 15/12/2015 à 12:46 :
Et la SNCF supprime 1400 emplois. résultats toujours - 400 emplois. Et à mon avis ce n'est pas fini. principe des vases communicants: Ce que l'on créée d'un coté on le supprime de l'autre.
a écrit le 15/12/2015 à 11:41 :
On détruit 1000 postes d'un coté pour créer 1000 postes de l'autre et l'on appelle ça un progrès! Des cars pour remplacer des trains, le bel exemple de transfert énergétique et de lutte contre le CO2! Bref la pollution augmente le PIB!
Réponse de le 15/12/2015 à 15:02 :
Bah, c'est normal, c'est la révolution numérique, tout est basé sur les bus et les électeurs votent 0 ou 1 !!
a écrit le 15/12/2015 à 11:39 :
La somme des destructions d'emplois est supérieure à la somme des quelques emplois crée à gauche ou à droite. Tous ces plus annoncé à longueur de journée se transforme à moins d'emplois et plus de chômage à la publication des chiffres mensuels. A vérifier à la fin mois, en route pour un nouveau record en additionnant les catégories A+B+C avec les territoires d'outre-mer.
a écrit le 15/12/2015 à 10:59 :
Allez, encore un petit effort. Il faudrait juste créer 3 500 fois plus d'emplois...
a écrit le 15/12/2015 à 10:29 :
Donc, 1000 emplois sous payés créés par la loi Macron, plus de 1400 vrais emplois détruits à la SNCF dans le même temps. Beau succès en effet.

Ne parlons pas de pollution et autre… Macro est en passe de réussir ses véritables objectifs : suppression des vrais emplois, remplacés par des sous-emplois mal payés et précaires, destruction de notre réseau ferré et mise sur route de plus en plus massive.

Bref, tout le contraire de ce qu’il faut faire pour une société bonne et agréable à vivre, dans un environnement non pollué.
a écrit le 15/12/2015 à 9:53 :
C'est de la provocation ! Il y a eu 40 000 chômeurs de plus le mois dernier...
a écrit le 15/12/2015 à 9:45 :
Il y a effectivement un risque de vas communiquant, il se il peut aussi que certaines lignes vont concurrencer blablacar. Il y a une vrai question par rapport à la cop21, les objectifs étant de diminuer les émissions de co2, le développement de lignes autocar ne va pas vraiment dans ce sens
Réponse de le 15/12/2015 à 10:48 :
Je dirais que l'effet sur l'émission C02 dépend si l'autocar remplace davantage le train ou la voiture personnelle. Dans le 2ème cas, la consommation du carburant par personne devrait être moindre, surtout concernant les trajets en solo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :