Emmanuel Macron joue son va-tout sur l’Ukraine

POLITISCOPE. Alors que le pic de la cinquième vague est en vue, les tensions en Ukraine accaparent désormais l'agenda du chef de l'Etat. Rencontre avec Poutine à Moscou lundi, puis avec son homologue ukrainien à Kiev, Macron peut-il sauver la paix ? Sans doute pas à lui seul, mais il ne coûte rien d'essayer et cela peut rapporter gros. Cet activisme diplomatique qui rappelle celui de Sarkozy en Georgie lui donne une stature qui lui permet de rester au-dessus de la mêlée, quand bien même nul ne doute qu'il agit autant en candidat qu'en conciliateur et si son influence sur Poutine est plus limitée qu'il ne le croit.
Marc Endeweld
(Crédits : POOL)

La crise internationale sur le dossier ukrainien est en train de bouleverser l'emploi du temps d'Emmanuel Macron à quelques semaines de l'élection présidentiel. Et celui qui renâcle encore à présenter officiellement sa candidature (dont plus grand monde ne doute...) a décidé de se mobiliser entièrement sur ce dossier diplomatique hautement explosif.

Par cette opération que d'aucuns présentent comme celle de la dernière chance, l'actuel hôte de l'Élysée a bien sûr en tête le précédent de Nicolas Sarkozy lors de la crise géorgienne en 2008. À l'époque, ce dernier avait profité de sa double casquette (profitant alors de la présidence de la France du conseil des ministres de l'Union Européenne), pour jouer les conciliateurs entre les différents acteurs de la crise, tant sur un plan régional qu'international. Sur un plan de politique intérieure, ce coup diplomatique avait permis à Nicolas Sarkozy d'asseoir sa stature internationale.

Le pari d'une relation personnelle avec Poutine

Emmanuel Macron a donc décidé de jouer son va-tout sur l'Ukraine à quelques semaines de la présidentielle. Il doit ainsi rencontrer Vladimir Poutine lundi et le lendemain le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Un pari hasardeux. Car sur ce dossier, Russie et États-Unis n'ont eu de cesse depuis ces dernières années d'imposer leur tempo diplomatique aux Européens. Le président français avait pourtant tenu à faire du « dialogue avec la Russie » l'une de ses priorités diplomatiques depuis son accession au pouvoir en 2017. À peine deux mois après son élection, il avait d'ailleurs fait tousser de nombreux diplomates du Quai d'Orsay quand il avait invité en grande pompe Vladimir Poutine à Versailles.

On se souvient également de la visite du maître du Kremlin au fort de Brégançon en août 2019 à quelques jours du G7 de Biarritz. À l'époque, Emmanuel Macron était allé jusqu'à dénoncer l'existence d'un « État profond » au Quai d'Orsay à la traditionnelle conférence des ambassadeurs devant des diplomates médusés. Pour Emmanuel Macron, il était clair que son administration diplomatique l'entravait dans sa démarche de dialogue avec Poutine. Pour développer ce « dialogue », le président français pariait sur la constitution d'une relation personnelle avec son homologue russe. Le président français avait d'ailleurs utilisé la même méthode avec Donald Trump, sans grand succès.

Le rôle de Jean-Pierre Chevènement

On doit en fait l'utilisation de cette formule de « l'État profond » visant le Quai d'Orsay - et surtout certains de ses diplomates considérés comme pro américains et atlantiques - à Jean-Pierre Chevènement, proche conseiller du soir d'Emmanuel Macron, et partisan d'un rapprochement avec la Russie. Lorsque je l'interroge pour mon livre « L'Emprise » (Seuil), l'ancien ministre de François Mitterrand et de Lionel Jospin ne prend pas de pincettes diplomatiques pour décrire les résistances au sein du ministère des Affaires étrangères : « Quand le président Macron me reçoit avec tout son staff, je sens très vite qu'il y a des gens sur l'ancienne ligne. Je me heurte à tous les étages à cet État profond. Toutes mes propositions contredisaient nombre de responsables du Quai ». Et l'ancien ministre d'ajouter : « Depuis Bernard Kouchner [ministre des Affaires étrangères de 2007 à 2010], et les nominations qui en ont résulté, la ligne sur ce dossier est celle des néoconservateurs américains. Les diplomates de la nouvelle génération sont formatés à l'américaine ».

Dans l'entourage du chef de l'État, Chevènement n'a pas été le seul à le conseiller sur ce dossier. L'ancien ministre des affaires étrangères Hubert Védrine a également joué un rôle. Mais c'est bien Chevènement qui est envoyé à plusieurs reprises par le président pour faire passer des messages à Vladimir Poutine en début de quinquennat. Dans « l'Emprise », je relate alors les différentes difficultés auxquelles l'Élysée a pu être confrontées sur ce dossier russe du côté de son administration diplomatique.

Un « en même temps » diplomatique

Cette « excuse » de « l'État profond » est pourtant un peu facile pour expliquer les difficultés qu'Emmanuel Macron a eu sur le sujet russe depuis le début de son quinquennat. Cette posture victimaire cache mal les erreurs stratégiques du président français qui n'a cessé de prendre des positions contradictoires sur le dossier, usant d'un « en même temps » diplomatique peu efficace. En off, les conseillers diplomatiques du président expliquent alors qu'il s'agit de jouer le rapport de force avec l'homme fort du Kremlin. Encore faut-il que le président français ait les bonnes cartes en sa possession pour faire avancer les négociations avec Vladimir Poutine.

Or, depuis sa tentative de rétablir un dialogue direct avec les Russes, Emmanuel Macron s'est finalement retrouvé marginalisé auprès de ses partenaires européens. Les « pays de l'Est », comme la Pologne, n'ont pas cessé de dénoncer une attitude unilatérale de la France. Et surtout l'Elysée s'est retrouvé opposé à l'Allemagne sur le dossier énergétique. La crise diplomatique russe est en fait révélateur des antagonismes stratégiques, économiques et stratégiques qui existent entre la France et l'Allemagne.

Dès début 2019, la France s'oppose ainsi à Bruxelles au projet Nord Stream 2, ce gazoduc stratégique entre la Russie et l'Allemagne passant par la mer Baltique, permettant de contourner la voie ukrainienne, au grand dam du Kremlin. C'est ainsi qu'au moment où Emmanuel Macron tentait une amorce de dialogue avec Vladimir Poutine, il s'opposait à ce grand projet.

Les Français pas pris au sérieux par les Russes ?

Résultat, les Russes n'ont jamais vraiment pris au sérieux le président français depuis bientôt cinq ans. Comme me le confie un haut diplomate russe : « Le président français fait de très beaux discours mais ce n'est pas suivi d'actes ». À en croire notre diplomate russe, Vladimir Poutine aurait la nostalgie des années De Gaulle et Mitterrand.

La seule chance aujourd'hui d'Emmanuel Macron est que le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz semble davantage le soutenir dans sa démarche de négociation à l'égard de la Russie. C'est que les deux chefs de l'État sont conscients qu'ils ne peuvent pas laisser États - Unis et Russie décider seuls, et au-dessus de leur tête, régler les questions de sécurité pour l'Europe. Dans cette partie de poker internationale (car pour les États-Unis, le véritable ennemi est désormais la Chine), l'ancien banquier d'affaires pourrait ainsi tirer son épingle du jeu. D'autant qu'Emmanuel Macron affectionne ces situations où il se retrouve au pied du mur. C'est souvent là qu'il est le meilleur.

Marc Endeweld

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 36
à écrit le 09/02/2022 à 22:57
Signaler
Moi, dégagé O.M. avec un chômage pendant plus de 10ans, J'appelle tout les ressortissant français ayant connu un chômage longue durée, a déserter en cas de conflit... La patrie Enculante (et oui on ne dit plus état mais patrie quand ça chie)

à écrit le 07/02/2022 à 8:27
Signaler
Le mâle alpha et le mâle beta. Bon, a l'indépendance dénucléarisation de l'ukraine c'étaient les usa et l'uk qui étaient garants de leur sécurité intégrité, ils sont donc tout a fait légitimes a intervenir, pas besoin de format normandie ou d'impliqu...

à écrit le 06/02/2022 à 18:36
Signaler
Bonjour, Le problème est que les inquiétudes de la Russie sont justifiées, et que l'OTAN et les usa souffle le chauds ou le poids en Europe, nous sommes donc otages de cette état de fait , se qui est incroyable... Ensuite la Chine s'est alligner d...

à écrit le 06/02/2022 à 0:25
Signaler
Je pense que depuis Hollande et l'affaire des mistrals pour Poutine c'est : " Qui me parle ? " Au passage cette histoire de porte hélicoptères, de sursaut de moralité . La France est dans le top cinq des pays vendeur de mort par son industrie de l'...

le 06/02/2022 à 11:47
Signaler
Aujoud'hui le problème est tout autre, Poutine se sent des ailes avec un quarteron dangereux, nous sommes devant quelque chose de nouveau qu'il faut prendre en compte et au bon niveau . Le sort du nouveau monde qui s'ouvre devant nous en dépend . Cho...

à écrit le 05/02/2022 à 19:52
Signaler
macron en mode charoganrd mediatique, c'est inné chez lui et il n'est bon qu 'a cela

à écrit le 05/02/2022 à 12:50
Signaler
Le p0t de terre contre le p0t de fer, qui va gagn6r ? "Au m0indre hoquet qu'ils tr0uvent. Le pot de t6rre en s0uffre ; il n'eut pas fait cent pas Que par son C0mpagnon il fut m1s en éclats, Sans qu'il eût lieu d6 se plaindre ."

à écrit le 05/02/2022 à 11:28
Signaler
Les intentions de Poutine ne sont pas dissimulées , il a des armes dangereuses et maintenant nous voyons sa vraie nature , il est dangereux pour la paix dans le monde et surtout il ne faut rien lui cèder . Vaut mieux le combattre maintenant que plus ...

à écrit le 05/02/2022 à 10:41
Signaler
Vu ca gestion de la crise des gilets jaunes je vois pas ce que ce petit prétentieux de Macron peut faire face a ces présidents de si grandes nations, a part faire le clown et faire rire les deux partis...

à écrit le 05/02/2022 à 10:16
Signaler
in fine, l'Ukraine est le Cuba du début des années 60...(les missiles en + et c'est bien le sujet).

à écrit le 05/02/2022 à 9:01
Signaler
Suis pas un fan de poutine mais à mon avis ce sont les américains qui son responsables de cette situation l'ukraine n'a rien à faire dans l'otan. Est ce que les Etats unis accepterai que me Mexique ait des accords militaires avec la Russie et accorde...

le 05/02/2022 à 10:58
Signaler
Si on prend la situation actuelle (le rôle des politiciens pro-américains dans les origines de cette histoire est une autre chose), il y a quelques défauts dans votre interprétation. a). Personne ne prend l'Ukraine dans l'OTAN. b). C'est la Russie qu...

le 05/02/2022 à 12:18
Signaler
ex moscovite = et les missiles US nouvellement basés en Pologne, oui je sais vous allez dire que c'est surement pour proteger l'Europe contre l'Iran. Et les 300 "conseillers militaires" basés depuis 4 ans dans la province de Lviv en Ukraine, c'est su...

le 05/02/2022 à 18:22
Signaler
@ Ex-Moscovite 2016: Le bouclier antimissile de l'Otan grignote du terrain dans l'Est de l'Europe. Jeudi 12 mai, le système de défense américain de Deveselu, dans le sud de la Roumanie, est devenu opérationnel.Formé de missiles intercepteurs de ...

le 05/02/2022 à 20:16
Signaler
@siberian: Je ne sais pas de quels missiles en Pologne exactement vous parlez, mais ceux de bouclier d'antimissile ont y été installés dans les années 2000. Depuis, certainement, les hordes agressives de l'OTAN massent à la frontière russe. On est en...

le 07/02/2022 à 10:40
Signaler
@lachose: Et alors? Au même temps, en Russie dans les médias d'Etat il y a une hystérie militariste pas depuis quelques mois, mais depuis des années. Y compris les menaces peu voilées des armes nucléaires. Avec une tonalité qui fait penser sérieuseme...

à écrit le 04/02/2022 à 21:16
Signaler
Il est en campagne à nos frais. Là il va faire le grand en Russie pour faire croire aux gogos qu'il sert à quelque chose. Mais Poutine n'en a rien à faire de ce pantin de la finance.

le 05/02/2022 à 9:04
Signaler
C'est le discours des perdants de la prochaine présidentielle qui eux bien sûr ne pratiqueraient pas de la sorte Mdr

le 05/02/2022 à 22:31
Signaler
@causs000: vous voyez ça fonctionne : les gogos badent Mr Macron et le voient déjà réélu. Si il y arrive il sera le président 1000 milliards...car il aura réussi l'exploit de faire 1000 milliards d'euros de dettes.

à écrit le 04/02/2022 à 20:08
Signaler
C'est Poutine l'agresseur et on le le supplie de ne pas envahir le reste de l'Ukraine .Faut arrêter les conneries , ils veulent tous brader l'Ukraine pour avoir la paix également Erdogan en tête . Mr Chamberlain revenez !

à écrit le 04/02/2022 à 16:47
Signaler
Humilie par biden,trump, erdogan Merkel,président algérien, australien etc et ça va continuer

à écrit le 04/02/2022 à 15:35
Signaler
Comme d'habitude, il y a des gens qui croient au tout puissant et tout dominant Poutine qui va écraser le pauvre petit Macron. Je ne sais pas si cela va être le cas (j'en doute), mais l'idée reçue de Poutine courageux et dominant est assez loin de la...

le 04/02/2022 à 16:59
Signaler
oui bien sur, c'est vrai que macron "impressionne", apres s'etre fait ballader comme un gamin par trump... toujours agrippé aussi aux pantalons de merkel... macron s'est bien caché lui aussi dans le bunker sous terrain de l'elysee pendant la crise d...

le 04/02/2022 à 17:03
Signaler
Non justement, la faiblesse politique de notre président est utile en ce moment, une curiosité qui ne peut que faire douter Poutine. On parle de la France quand même là à savoir un pays à détenir une armée crédible.

le 04/02/2022 à 19:37
Signaler
@Siberian guy: Comme pour tous les adorateurs de Poutine, l'argumentation reste à désirer (disons doucement). 1) La situation économique et sociale en France n'est pas si mauvaise, voir meilleure dans certains aspects (chômage...) depuis plusieurs an...

le 04/02/2022 à 22:25
Signaler
@ moscovite : auriez vous l honnetete, mais j en doute car vous etes un pur adorateur ricain, de comparer le taux d endettement de la France et celui de la Russie ? Et question subsidiaire : dans quel pays un pretre et un prof ont ete egorges ? Dans ...

le 04/02/2022 à 22:27
Signaler
macron le poudre, roquet de biden. Quant a vos infos sur Poutine, ah les fakes news de l ouest sont toujours aussi rafraichissantes

le 04/02/2022 à 23:11
Signaler
@Siberian guy: Pauvre victime de propagande russe, je donne des exemples réels. Chacun peut voir Poutine déstabilisé par Burkhalter en 2014 si chercher un peu la vidéo de leur conférence de presse. Poutine est si brave et si adoré par les Russes qu'a...

le 04/02/2022 à 23:16
Signaler
@Citoyen blasé: La faiblesse politique de Macron? C'est pas trop fort vu ses bonnes chances de gagner les élections présidentielles?

le 05/02/2022 à 8:58
Signaler
"C'est pas trop fort vu ses bonnes chances de gagner les élections présidentielles? " Tu ne remarques pas que plus personne n'affirme qu'il les gagnera ces présidentielles ? Tu le trouves concernés notre président en ce moment par les élections ? Fai...

à écrit le 04/02/2022 à 13:46
Signaler
Les plaisanteries les plus courtes sont bien les meilleures! Nous faire croire, qu'il y a plus urgent de rester sous le feu des projecteurs que de rendre des comptes a la souveraineté populaire, quelle hypocrisie!

à écrit le 04/02/2022 à 13:22
Signaler
La grenouille et le bœuf, la Fontaine n'est pas mort, Poutine doit bien rigoler. Macron devrait s'occuper de présenter son programme pour un éventuel second mandat. Notre président tactile va avoir de toute façon du mal à gérer le bilan de son catas...

à écrit le 04/02/2022 à 13:15
Signaler
Ya un dominant né et un dominé né donc le match est plié. Par contre en effet si on pense à l'image médiatique, médias de masse qui incarnent un monde à part évoluant en dehors du réel et qui fabriquent des légendes et autres chimères pour l'intérêt ...

à écrit le 04/02/2022 à 13:10
Signaler
L'Ukraine n'a rien à faire dans l'OTAN

le 05/02/2022 à 2:15
Signaler
@Causs. Allez leur dire.

le 05/02/2022 à 20:10
Signaler
@CAUSS32: D'accord, mais il y a une nuance: l'Ukraine n'est pas dans l'OTAN et même pas invitée à l'OTAN. Donc, l'hystérie de Moscou a d'autres racines.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.